AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 The soul and the mirror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: The soul and the mirror   Lun 9 Sep - 22:28



The soul and the mirror

Look at you in the mirror
And tell me what you see

Si l’on te questionnait sur ce que tu fais dehors, Jack, que répondrais-tu ? Que tu souhaitais simplement prendre l’air ? Serais-tu seulement crédible ? Et le serais tu si un doux mensonge s’évadait de tes lèvres pour toute réponse ? Personne ne s’en soucie, en réalité. Et tu le sais. Tu peux dire ce que tu veux car ta vie importe peu aux yeux des autres. Tout comme les leurs t’importe peu.

La vérité tu n’aurais pu la dire à personne, de toute façon. La vérité c’est que tu as resongé à ton passé, Jack. A ces brides de passé que jamais tu n’oublieras. Et ça te manque. Alors, tu as envie de peindre. Pour te souvenir du bon vieux temps. Tu veux peindre une belle toile, une de celle que tu n’as plus faite depuis le monde réel. Mais peindre, dans un endroit comme celui-ci ? Cela te causerait sans nul doute des problèmes auprès de ta Reine. Tu as beau être irréprochable pour tout ce qui est de la propreté en règle en générale…Il suffirait qu’une tâche de peinture, une seule, ose s’évader quelques part dans le palais et les choses tourneraient mal. Tu sais combien ta Reine tient à garder le Palais des Bains sain, après tout.

Alors, Jack, tu es simplement sortit en espérant que cette envie te passerait grâce à l’air frais de l’extérieur. Mais cette envie te hante, Jack. Parce que tu es un artiste dans l’âme et que tu ne peux être heureux que lorsque tu as un pinceau en main. Et cela, c’est à ce monde que tu le dois. Car c’est ce monde, dans cette missive reçue ailleurs, qui t’as poussé vers la peinture. Et c’est peut-être ce monde qui t’as fait apprécier cette activité, qui sait ? Toi-même tu ne peux rien affirmer. Ce n’est pas du tout dans ton optique de médecine visé en premier lieu que tu aurais touché à un pinceau, après tout.

Tu soupires. Parce que toutes ces questions sans réponses te fatiguent depuis bien trop d’années déjà. La vérité Jack, c’est un fait que jamais tu n’accepteras de reconnaitre. Cela blesse ton égo, peut-être ? Tu en as assez Jack, qu’importe que tu le nie de toutes tes forces, c’est un fait. Tu en as assez d’être seul. Et non pas dans le sens premier du terme, car la compagnie, pour combler ce manque, tu sais où la trouver n’est-ce pas ?

Tu en as assez d’être seul avec tes pensées, Jack. Tu en as assez de n’avoir personne avec qui partager ces noires pensées qui te hantent depuis que tu es ici. Assez de voir que dans le fond les personnes qui constituent ce monde sont toutes les mêmes. Tu voudrais parler, Jack mais tu ne le peux pas. Et ça te brule de l’intérieur. Ça te dévore et tu ne peux rien y faire. C’est pour oublier que tu t’isoles, Jack ? Pour ne plus penser à cela ? C’est pour cela que tu es venu faire face à ton seul esprit dans ce jardin ? Eh bien, laisse-moi te dire un secret, Jack.

S’isoler ainsi ne t’aidera en rien. Cela ne fera que te ronger davantage jusqu’à ce que la folie te consume et te conduise d’elle-même à ta propre perte.

A moins que… ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Mar 17 Sep - 19:26



The soul and the mirror
Jack & Morphée

La vie peut sembler ennuyeuse parfois, dans mon cas, elle l’est souvent. Que croyais-je en ouvrant cette petite boutique au milieu de cette cité mouvementée ? Je ne nierais pas que l’argent y était un peu pour quelque chose mais surtout, je voulais fuir le quotidien dans lequel je m’étais engouffrée. Sans ca, j’aurais rejoins un lieu plus tranquille … C’était simple de faire illusion que tout allait bien derrière ce sourire la plupart du temps présent, très simple, mais surtout épuisant. A présent, j’étais enfermée dans Yubaba et ses grandeurs ne pouvant faire qu’une seule chose, survivre aux jours qui se succédaient. Des potions surprises, quelle idée avais-je eu là et pourtant, c’était vraiment la seule raison pour laquelle je vivais par ici.

J’étais venue seule et l’étais restée, des regrets plein la tête dont je ne savais comment m’y soustraire. Aujourd’hui, j’en étais fatiguée et maintenant, j’avais compris que chercher à faire à faire des ventes en milieu de semaine n’était pas chose aisée, bien que le lieu soit réputé festif. Un dernier regard en arrière et je fermais boutique pour la journée.

C’est ainsi que je m’avançais dans ces rues qui commençaient déjà à s’animer en cette fin d’après midi. Je n’avais aucune envie, aucun endroit où je voulais me diriger, me sentant pour l’instant simplement vide et déconnectée de la réalité. Pourquoi étais-je donc venue ? Quelle raison avais-je eue pour ne pas avoir mis derrière les barreaux cet homme qui m’avait pris ma sœur ? J’avais beau tourné la situation dans tous les sens, je n’en avais aucune mis à part cet espoir lié à cette lettre salvatrice. Une satisfaction personnelle, de l’égoïsme sur l’impulsion du moment, ce court instant où j’avais souhaité m’échapper de mon quotidien.

Je soupirais alors que des larmes venaient à perler mes yeux, chose qui ne m’était plus arrivée depuis la mort d’Hikari. J’étais ridicule. Je finis bien vite par arriver devant les jardins sans m’en rendre compte, si je continuais, je retournais dans ma chambre au palais et tout recommencerait dès demain. Pas cette fois. Même si je devais avouer ne pas être au mieux de ma forme, je trouvais l’idée de rejoindre cette verdure plutôt agréable. Je n’avais plus qu’à m’exécuter et y entrer.

Je me trouvais alors, sur un banc quelques instants plus tard à sécher mes larmes avant de me gifler simultanément les joues afin de reprendre mes esprits. J’étais ici maintenant, je devais me faire une raison et cela même, si je ne savais toujours pas comment gérer ma vie et l’opinion que j’avais de ce monde. Retrouvant peu à peu contenance, je fus surprise par un craquement venant de mon dos et, me tournant lentement vers sa provenance je m’exclamais faiblement.

« Qui est là ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Ven 20 Sep - 23:36



The soul and the mirror

Look at you in the mirror
And tell me what you see

Tu es seul Jack.

Venir ici, quel intérêt ? Tu n’arriveras pas à penser à autre chose. Tu n’arriveras pas à oublier tout ce que tu voudrais oublier. Tu n’arriveras pas à fuir ta réalité, Jack. Tu n’arriveras à rien. Ici comme là-bas tu es seul. Personne ne te comprend et tu penses qu’il s’agit là d’une fatalité ? Mais non, Jack. Cette solitude, tu te l’infliges. C’est toi qui es venu ici afin de t’éloigner. Avec de te retrouver seul avec toi-même. Afin que la solitude te ronge, jusqu’à ce qu’elle te pousse à agir. Si jamais tu viens à agir, ce sera pour faire de mauvaises choses et tu le sais. Ce genre d’actes que tu regretteras par la suite, assurément.

Tu es seul, Jack.

Mais tu te l’infliges. Ce n’est pas une fatalité et tu le sais. Bon nombre de filles seraient heureuses que tu leur accorde un regard, un peu de ton temps, un peu d’affection. De l’affection contre de l’attention. Un échange hypocrite qui conviendrait à tout le monde. Un échange hypocrite auquel tu t’adonnes volontiers tout le reste du temps. Mais pas aujourd’hui. L’hypocrisie t’énerve. Les mensonges te fatiguent. Et tu n’as personne à qui parler car tu as peur. Oui Jack, tu es un petit garçon effrayé par les réactions des autres face à ce que tu as à dire. Un petit garçon qui aurait peur de révéler une bêtise commise de peur d’être puni.

Tu es seul Jack.
Ou peut-être pas tout à fait.

Car c’est à cet instant qu’une voix s’élève. Féminine. Faible. Tremblante. Et finalement tu la vois, en face de toi, se tournant dans ta direction. Ce petit bout de femme que tu n’avais pas remarqué, trop perdu dans tes pensées pour te rendre compte non seulement que tu te déplaçais, mais également qu’une autre présence hantais ces lieux. Et alors, tu réalises que, que cela soit un bien ou un mal, tu ne pourras plus être seul en ce jour. Pas dès lors que tu as vu les yeux humide de cette beauté simple. Tu ne peux pas laisser. Tu n’en es pas capable, tu n’es pas comme ça. Alors tes tourments devront attendre. Ronger un peu plus ton âme pendant que tu les laisse de côté pour t’occuper d’elle. Tu es si faible face à des larmes, Jack.

Tu t’approches d’elle, tout doucement. Sans un mot, en premier lieu. Tu poses un genou au sol pour être un peu plus à sa hauteur, même si à présent c’est elle qui te domine d’une bonne tête. Tu sors un mouchoir en tissu de ta poche et l’utilise pour sécher délicatement ses joues et le dessous de ses yeux. Sans lui avoir prononcé un mot. Voilà là une belle impolitesse de ta part. Penses-tu que ses priorités soient les même que les tiennes ? Probablement pas.

« Le majordome de Batilda. On m’appelle Jack. A qui ai-je l’honneur ? »

Tu te redresses, prend place à ses côtés et lui tend le petit morceau de tissu plié en quatre.

« Vous savez, si vous avez des soucis je peux peut-être vous aider. Vous voulez en parler ? »

Et tes soucis à toi se rient de toi. Ils se rient de ta compassion. Et ils te dévorent avec une voracité sans égal.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Dim 20 Oct - 17:26



The soul and the mirror
Jack & Morphée

J’étais seule et quelque part, je voulais le rester en évitant les contacts qui ne seraient pas nécessaire à ma survie ici. Je vivais peut-être dans les appartements du château de la reine Batilda mais cela n’empêchait pas pour autant qu’il me fallait subvenir à mes besoins. S’efforcer de sourire et de paraître naturelle sous les yeux de tous ces gens commençait à devenir épuisant.

C’était apaisant d’être seule sans personne pour essayer de vous assurer un jour que vous avez fait le bon choix ou pour encore vous conter les merveilles de cette cité. C’était plutôt féerique par plusieurs aspect, c’était un fait cependant, je n’arrivais pas à m’y acclimater comme je le voudrais. En même temps, trainer mes regrets n’était pas une chose qui pouvait m’y aider. Je devais peut-être le mériter au fond, à force de m’infliger moi-même cette barrière constante. Maintenant, sur ce banc, je ne savais pas que la situation pouvait évoluer ne serait-ce qu’un peu jusqu’à ce que devant moi ne se dresse une personne qui venait de me surprendre.

Je m’étais tournée pour me trouver face à lui, ce jeune homme aux cheveux sombres qui s’était rapproché sans un mot. Je le suivais des yeux en silence, espérant malgré moi qu’il passe son chemin après avoir vu mon instant de faiblesse. Personne ne voudrait qu’un inconnu ne vous voit sécher vos larmes et pourtant, lui, il n’en fit rien et d’ailleurs, il me surprit bien plus quand au lieu de s’éloigner, il déposa un genou au sol, juste devant moi. Il n’était pas concerné et pourtant, il était là, tendant un mouchoir pour essuyer l’une ou l’autre larme qui perlait toujours mes yeux. Je restais stupéfaite. Il n’était pas concerné, c’était bien à un monde d’en être le cas mais il était là et bientôt, se présenta.

« Le majordome de Batilda. On m’appelle Jack. A qui ai-je l’honneur ? »

Il se releva à vint s’installer à côté de moi avant de me tendre le carré de tissu soigneusement replié. Je l’acceptais, le posant sur ma jambe en l’effleurant du bout des doigts. La tête baissée, intriguée par ce présent, j’hésitais un moment à lui répondre mais il coupa court à mes pensées.

« Vous savez, si vous avez des soucis je peux peut-être vous aider. Vous voulez en parler ? »

Je posais mon regard sur lui avant d’esquisser un petit sourire malgré moi. Aussi étonnant que ca puisse paraître, même à Yubaba il y avait ce genre de personnes, qui l’aurait cru … J’aurais très bien pu prendre du recul et m’esquiver en le persuadant que tout allait bien cependant pour une raison étrange, je ne l’ai pas repoussé. Il se donnait la peine de faire la conversation aussi futile et désintéressée puisse-t-elle être, je me devais de lui répondre et de faire un effort.

« Ceux qui d’entre les murs de Yubaba ne connaîtraient pas le majordome de la reine seraient bien malheureux. Votre nom vous précède, bien que ce soit sans doute la première fois que nous nous croisions. »

J’avais répondu calmement, si paisiblement que j’en étais moi-même étonnée. Je marquais un temps de pause avant de me rendre compte que j’avais entièrement éludé ses questions. Je ne m’étais pas même présentée, quelle impolitesse …

« Morphée, je patientais quelques secondes, je m’appelle Morphée. »

Je lui souris timidement en lui tendant la main.
Je regardais ensuite devant moi, les mains posées sur le banc de chaque côté, avant de reprendre.

« A moins que vous ne puissiez me faire remonter le temps, je crains que cela soit compliqué. »

Je restais évasive voire même totalement énigmatique et une nouvelle fois, je rajoutais de la distance comme si combler ici le fossé ne m’étais pas permis. Comme quand votre esprit essaye de vous protéger quoi qu’il arrive.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Lun 21 Oct - 2:41



The soul and the mirror

Look at you in the mirror
And tell me what you see

La compassion. Quel drôle de mot. Quelle absurdité, aurais-tu tendance à dire. Que penses-tu de la compassion maintenant que tu commences à la ressentir, Jack ? Que penses-tu de toutes ces émotions humaines à présent qu’elles prennent petit à petit le contrôle de ton être ? Tu ne t’es jamais vu ainsi et cela ne te fais pas peur. Pas encore. Parce que dans l’instant ces chers sentiments empoisonnés font que tu n’es plus le centre de ton petit monde, le centre de ta propre attention. Tu joues à un jeu dangereux et tu n’en es pas même encore conscient. Tu pourrais dévoiler une partie de ton être ainsi, penses-tu ?

Non, peut-être pas. Parce que tu restes malgré tout maître de toi-même. Parce que ne pas te dévoiler fait partit de toi, c’est dans ta nature de cacher qui tu es aux autres. Qu’importe que la jeune femme en face de toi te fasse un joli sourire après les larmes. Tu n’es pas plus sensible à ça qu’à autre chose. Tu as connu tellement de femmes, et aucune d’elle ne connait le véritable toi. Sauf peut-être Batilda. Mais elle est un être à part, une existence différente à elle seule dans ton monde d’artiste. Elle est presque ta muse. Ton pinceau, ton tableau peut-être ? Elle peut être tellement tout et rien à la foi après tout…L’idée t’en ferait presque rire. Presque. Si la situation actuelle n’était pas ce qu’elle est en cet instant et en ce lieu.

Tu aimes son petit côté spontané. Sa réponse qui laisse sous-entendre que tout le monde dans ce Royaume sait qui est le Majordome de la Reine. Car après tout tu n’es qu’un humain et tu aimes lorsque l’on vient te rappeler quelle importance tu peux avoir en ce monde. Tu aimes ce fait qu’elle dise ce qu’elle pense sans détour, qu’elle ne cherche pas à te faire avaler n’importe quel mensonge bon marché pour sembler poche de toi d’une quelconque façon que cela soit. Si tu devais mettre un mot là-dessus sans doute dirais tu que tu aimes sa sincérité. Mais tu ne la connais pas encore assez pour savoir si cette jolie brunette est bel et bien sincère.

Morphée. Doux nom. Dangereux nom. Qu’elle ne soit pas la seule à songer qu’elle a entendu parler de toi sans effet boomerang. Toi aussi, tu as déjà entendu parler d’elle, ou plus précisément de ses jolies petites potions aux effets mystère. Tu as si souvent voulu tester leurs effets sur de pauvres cobayes sans défense. Mais jamais tu n’as eu le temps de t’appliquer à ce petit jeu. Voilà ce que cette rencontre te rappelle. Qu’il faudra vraiment que tu remettes cette activité à l’ordre du jour. Mais pas pour l’instant. Parce que pour l’instant tu as plus intéressant à faire. Un sourire vient d’ailleurs s’élargir sur tes lèvres.

« Si seulement je le pouvais ! Vous savez, nous avons tous des actes que nous regrettons dans l’histoire de nos vies. C’est humain. Pourquoi tenter de lutter plutôt que d’avancer en gardant de nos erreurs un enseignement dépourvus de préjugés ? »

Tu te redresses et tu fais quelques pas. Tu t’étires. Tu laisses les secondes s’écouler, tu la laisse méditer sur tes mots alors que tu contemple les roses. Puis, tu te tournes vers elle et la contemple une nouvelle fois. C’est cette fois un sourire amusé qui orne fièrement tes lèvres.
Tu ressembles à un petit garçon sur le point de faire un mauvais tour aux adultes du quartier, Jack.

« Cela dit, si vous avez vraiment quelque chose contre l’enseignement en général, nous pouvons toujours trouver en ce bas monde une personne capable de jouer avec le temps, la séquestrer, peut-être la torturer un peu, et lui demander d’utiliser son don pour nous aider ? »

Est-ce une blague, Jack ? A moitié, peut-être. Il est vrai que tu aimerais, par exemple, remonter le temps avec elle. Non pas pour l’aider à régler ses problèmes, tu n’es pas aussi altruiste. Mais pour voir quel genre de bêtises elle peut regretter à ce point.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Lun 21 Oct - 15:34



The soul and the mirror
Jack & Morphée

Je ne sais pas si j’avais répondu franchement ou si ce n’était qu’une réponse automatique, comme si j’y avais réfléchi des heures durant.  Mais au fond, plus j’y pensais, plus cela devenait clair. Je trainais ce sentiment depuis bien trop longtemps, depuis le jour même où j’avais posé le pied ici et aujourd’hui, c’était la première fois que j’abordais le sujet de vive voix, qui plus est avec un parfait inconnu. Et pourtant, ce poids que je portais était toujours aussi présent. C’était risqué de m’être lâchée si rapidement et quelque part, j’espérais qu’il ne cherche pas plus loin et prenne cette phrase pour ce qu’elle devait être : un souhait que chaque personne a au moins voulu un jour. J’ai résisté à l’envie de me gifler pour cette inattention qui pourrait me coûter encore plus, surtout face au majordome de Batilda. A bien y penser, j’étais peut-être un peu suicidaire dans l’âme.

L’envie de partir maintenant et faire comme si de rien n’était était plus présente que jamais, je devais bien l’avouer je me sentais coincée de mes propres paroles. Le pire, cette conversation ne faisait que commencer. Je regardais devant moi, la verdure du jardin qui s’étendait sur mon champ de vision avant de m’attarder un instant sur les feuilles qui dansaient au gré d’une légère brise. Soudain, il me surprit d’avantage quand il se montra un peu plus philosophe. Nous trainons tous des regrets quels qu’ils soient, c’était une évidence à laquelle je n’avais jamais fait abstraction. Il aurait été ridicule de croire le contraire, tout comme je n’étais pas assez stupide pour dire que j’étais la seule à vivre avec. Néanmoins, cela n’amoindrissait pas le fait que çà restait douloureux.

Pourtant, le jeune homme tentait de m’ouvrir les yeux comme si je n’avais jamais pris en compte le fait d’avancer plus sereinement. C’en était presque risible parce que dire ca, c’était comme insinuer que je me complaisais dans mon mal. Je ne pouvais pas lui en vouloir et alors que je réfléchissais une fois de plus à tout ca, il sourit avant de continuer sur sa lancée.

Je me tournais sur lui, presque choquée avant de rire de bon cœur essuyant au passage les larmes au coin de l’œil que venait de provoquer mon éclat de rire. Décidément, ce Jack était plus intriguant et amusant que je ne l’aurais cru.

« En voila une idée intéressante, continuer en ce sens et je pourrais peut-être vous suivre. Toutefois, je doute fort que nous nous en sortirions impunément. Mais bon, après rien ne nous empêche de lui offrir une généreuse contribution pour ses services »

J’avais répondu sur le même ton, un peu joueur, ajoutant à la plaisanterie comme l’aurait faite une enfant approuvant un plan absolument irréaliste. Mais bien que cela soit complètement hors propos, ca faisait du bien de rire là-dessus au moins une fois.

« Pour me proposer cette alternative, y aviez-vous déjà songé vous aussi ? »

C’était une question un peu plus sérieuse mais j’avoue que j’étais plutôt curieuse. Je le regardais attendant une raison en me demandant si ce n’était pas un sujet trop personnel. Mais vu comment avait rapidement tourné cette conversation, il n’y avait aucun mal à s’y intéresser car si c’était le cas, cela expliquerait pourquoi il en rigolait de lui-même. Est-ce que même les sous-fifres des Batilda pouvaient ressentir ce genre de chose ? Je n’attendais pas qu’il me réponde par l’affirmative, tout ce que je voulais maintenant, c’était profiter un peu plus de sa présence.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: The soul and the mirror   Mar 22 Oct - 1:30



The soul and the mirror

Look at you in the mirror
And tell me what you see

Son rire cristallin vient atteindre tes oreilles et tu te permets de sourire fièrement. Tu as fait ton devoir d’homme, tu as consolé une jeune femme en pleur. Mais tu ne comptes pas t’arrêter là. Car tu sais que derrière un rire ne peut se cacher qu’un désespoir plus profond. Alors tu te dis que peut-être tu vas rester à ses côtés. Un peu. Jusqu’à ce que ton humanité te souffle qu’elle va mieux. Si jamais une parcelle de toi est encore capable de ressentir si précise empathie, cela dit.

Elle parle, et toi tu te contentes de la regarder alors que ses mots t’atteignent doucement. Tu te demandes quel genre de mal peut bien la ronger. Une jeune femme si belle. A l’apparence si faible et si forte à la fois. Tu te demandes si le responsable de ses maux est ici. Si tu serais capable de faire quelque chose pour ça. TU te demandes si tu peux t’impliquer. Si tu veux t’impliquer. Si tu devrais le faire. Cela ne te regarde pas et pourtant ta curiosité te pousse plus avant dans cette conversation. Le désir d’en savoir davantage te brûle. Mais tu restes silencieux. A l’écoute. Presque docile.

Mais la froideur dans ton regard, dans ton aura se ressent certainement lorsqu’elle tente d’en savoir davantage sur toi. Un instant. Rien qu’un instant peut-être. Pourquoi te figer de la sorte, alors que tu n’as vraisemblablement rien fait de mal ? Parce que tu n’aimes pas qu’on vienne s’immiscer dans ta vie. Parce que tu n’aimes pas revenir sur la passé, et peut-être parce que tu hais avoir à reconnaitre que tu as quelques regrets toi aussi.

Cela dis c’est bien vite que tu te reprends pour finalement revenir afficher un simple sourire. Comme si rien ne c’était passé. Comme si la question ne t’avais pas atteinte. Et pour te le prouver, ce n’est même pas à cela que tu réponds en premier, mais à cette petite blague née entre vous.

« Oh allons, qui peut nous punir si ce n’est là loi. Hors je vous rappelle que la loi en ce Royaume, c’est ma douce Reine. Et bien que beaucoup de doutes planent sur son humanité soyez assurée qu’elle ne me laisserait pas tomber et, de ce fait, vous non plus. Car votre idée de contribution est certes intéressante mais ne trouvez-vous pas qu’elle manque quelque peu d’animation ? Si nous contemplions les choses d’un autre angle cela semble tout à fait banal ; quel mal y a-t-il à vouloir s’amuser un peu ? »

Ton sourire d’enfant revient se porter sur ton visage. Tu t’amuses, Jack. Tu t’amuses de ces situations, de ces hypothèses, de cette scène que tu es en train de jouer avec une actrice nouvelle. Tu t’amuses de tes mots et des siens. Diable à quel point devais-tu t’ennuyer avant de croiser sa route ?

Mais arrive toujours un moment où je jeu doit cesser. Aussi tu prends soin de lui tourner le dos. Et tu poses un genou à terre, t’abaisse au niveau des rosiers pour feindre un intérêt quelconque pour ces végétaux.

« N’avons-nous pas tous songé à cela au moins une fois dans notre vie ? Je suis humain Morphée, je ne fais pas exception à cette règle. Je ne fais pas exception à quoi que ce soit. »

Une de tes mains vient doucement caresser les pétales d’une rose blanche. Tu sembles ailleurs et pourtant tu es plus présent de jamais.
Curieux.
Tu te dois de lui poser cette question qui te brûle les lèvres.

« Lequel de vos actes voudriez-vous modifier par un retour dans votre passé ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The soul and the mirror   

Revenir en haut Aller en bas
 

The soul and the mirror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» New User sur le Mirror
» bug de l'application faire parler un objet sur mirror nano nabaztag
» Ztamps et plusieurs Nab/Mirror
» Mon mirror ne joue pas
» Ou acheter un mirror ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Jardins-