AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Chouette ! Du courrier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Chouette ! Du courrier !    Sam 31 Aoû - 14:08

Teira
De fil en aiguilles, on arrive à  pas
mal de chose formidable.





Adresse



Teira, le Tailleur
8 Chemin de l'Aiguillons
Sous le toit
La Vallée du Vent

~Il n'y a pas de distinction pour les lettres professionnelles et les lettres personnelles.~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Sam 31 Aoû - 16:13

[hrp]L'écriture est élégante et le papier épais a l'en-tête du cabinet d'avocat. L'adresse, au dos, est professionnelle.[/hrp]


Cher Teira,



Cette lettre, je l'espère, vous trouve en bonne santé. De mon côté, les affaires n'ont jamais aussi bien fonctionné. A croire que la fermeture des frontières a l'art et la manière d'exciter les pulsions les plus répréhensibles des hommes (et des femmes, d'ailleurs). Mes fréquentes apparitions au Tribunal me forcent, (mal)heureusement, à vous noyer à nouveau sous le travail.

Je vous écris donc, une fois encore, avec une arrière-pensée des plus pragmatiques. J'aurais besoin d'un costume sur-mesure comme vous seul savez les faire. Trois pièces, comme d'ordinaire. Avec la chemise et la cravate assorties. Je pensais partir sur un bleu nuit, mais je vous laisse juge de tout le reste.

En revanche, je tiens à notifier que j'ai perdu un peu de poids depuis ma dernière commande, et qu'il faudra donc ajuster les mesures (moins 3cm à la taille et aux épaules). Je vous souhaite une bonne réalisation et attends avec impatience, comme toujours, de vos nouvelles.

Cordialement,

Requiem


P.S: J'ai beau essayer de vouloir donner un ton officiel à mes commandes, j'ai du mal à m'en tenir à ça. Comment se passent les choses de votre côté? Ici, je suis littéralement noyé sous les dossiers, et j'ai l'impression d'en perdre le sommeil. Je n'ai même plus le temps d'aller me défouler sur cette batterie dont je vous ai déjà parlé et dont j'ai finalement fait l'acquisition. En revanche, je ne mentais pas en disant que j'attends de vos nouvelles avec impatience.

Avec toute mon amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Dim 1 Sep - 17:16

[hrp]L'enveloppe et le papier sont plus simples, d'un bleu pastel. L'écriture, en revanche, est toujours aussi élégante.[/hrp]

Cher Teira,

C'est avec un immense plaisir que j'ai reçu votre réponse. Je me réjouis d'avance de la qualité de mon costume. Mes clients, quand ils l'osent, ne cessent de me complimenter et de me demander vos références. J'accepte également avec joie cette offre de correspondance en-dehors du cadre professionnel, car je dois admettre que je me délecte de chacune de vos lettres.

Cependant, ne vous inquiétez donc pas de ma santé! Ma colocataire (ma petite sœur, Melody) ne cesse d'essayer de me forcer à manger pour me remplumer. Vous aurez bientôt besoin de nouvelles mesures, si elle continue comme ça, car je ne pourrai plus fermer aucun de mes costumes... En parlant de mesure, et de rencontre, je trouve bien dommage de devoir les prendre moi-même, car je n'ai certainement pas votre doigté. Et votre œil (en tous cas je l'espère, sinon je vous le renverrai dans mon prochain courrier!).

Je suis sincèrement navré que la situation actuelle vous pèse, mais elle ne semble pas en passe de s'arranger, même si j'essaie de me renseigner autant que possible auprès du Château. Toutefois, je n'obtiens que les renseignements que l'on veut bien me fournir, et les quelques rumeurs que je peux glaner.

Mais assez parlé de moi, cela ne m'intéresse pas! Parlez-moi plutôt de vous, Teira, car j'en sais finalement si peu sur la personne qui, en revanche, sait tout de mon corps. Je me demande à quoi peut ressembler votre vie...

J'attends, comme toujours, votre réponse avec beaucoup d'impatience (je suis d'ailleurs en retard d'une bonne demi-heure à mon prochain rendez-vous, car j'ai débordé sur ma pause déjeuner pour vous répondre).

Portez-vous bien.

Avec toute mon affection,

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mer 4 Sep - 9:39

[HRP]Le papier à lettres est original, et l'écriture plus détendue. L'enveloppe sent vaguement la cigarette.[/HRP]


Teira, le Tailleur
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
Vallée du Vent
"Cher Teira,

C'est avec un plaisir sans cesse renouvelé que je reçois et lis vos lettres. Avec délectation, même si j'ose le dire. Comme toujours, je vous fais toute confiance pour mes costumes, car pour qu'ils soient plus ajustés et adaptés, il faudrait que vous les cousiez directement sur moi. Non, je ne cherche pas à vous faire rougir, rassurez-vous, je suis simplement honnête, quoique....

La situation, je l'imagine effectivement, doit être des plus inconvenantes pour quelqu'un qui doit se déplacer pour exercer sa profession. C'est heureusement et à la fois malheureusement, un problème que je n'ai pas. Et, encore une fois, n'ayez crainte, je ne mets pas ma santé en jeu en cessant de m'alimenter. Cela dit, j'espère bien que vous pourrez prendre les prochaines mesures vous-même, qu'elles aillent dans un sens ou dans l'autre. Ce serait avec plaisir que nous vous accueillerions à la maison et que je sentirais vos doigts sur mon corps, même si nous vivons au-dessus d'un atelier.

Je relis votre lettre et m'étonne de l'évocation de vos compagnons. Je ne crois pas en avoir entendu parler jusqu'ici, et cela me rend fort curieux d'en savoir plus. Ont-ils une quelconque incidence sur votre créativité? Et ces tissus que vous évoquez... Ils offrent d'intéressantes perspectives, je dois admettre. Auriez-vous déjà conçu des tissus qui résisteraient à une corrosion accélérée au passage du temps et à un usage intensif? Pas nécessairement pour des costumes, d'ailleurs... Car voyez-vous, il m'arrive de m'habiller aussi en-dehors du travail... Parfois.

Mais puisque vous me demandez à quoi ressemble ma propre vie... Eh bien, il ne s'y passe rien de bien passionnant et vous en connaissez la grande majorité. Je travaille dans mon propre cabinet, je vis avec ma sœur, luthière, au-dessus de son atelier (ce qui fait qu'il y a toujours de la sciure et des copeaux partout...), je joue de la guitare et de la batterie (et elle du violon)... A part cela, je ne vois pas trop. Si bien sûr, nous recherchons la petite sœur de Melody. Elle a disparu peu de temps avant nous, et nous la soupçonnons d'être quelque part sur Skies Kingdom. Elle se nommerait probablement Sonatine. Elle est pianiste. Si jamais vous avez entendu parler d'elle, n'hésitez pas à m'en faire part.

Je ne sais que vous dire d'autre, il ne se passe rien de véritablement passionnant ici. En tous cas, pas dans ma vie. Non pas que je m'en plaigne. Une malédiction commune est de souhaiter à une personne que sa vie soit passionnante, après tout! Hmmh... Que dire de plus. A part mes clients, ma sœur, ma mécanicienne attitrée et un ami, je ne fréquente pas grand-monde.

Je souhaiterais pouvoir vous envoyer de la musique plutôt que des mots, mais malheureusement, cela me semble compliqué. J'attends de vos nouvelles avec impatience.

Avec toute mon affection,"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Jeu 5 Sep - 14:06


Teira, le Tailleur
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
Vallée du Vent
"Très cher Teira,

Comme toujours, j'ai lu avec un immense plaisir votre lettre. Contrairement à vous, je dois me forcer à parcourir mon courrier professionnel (qui est dans une boîte aux lettres séparée) pour ne pas passer ma journée à désespérément tenter de faire une réponse convenable. Je n'ose vous dire le nombre de brouillons qui encombrent ma poubelle, résultats de mes vaines tentatives. Et savoir que cette joie est partagée me réchauffe le cœur.

Comme vous l'avez très justement dit, ma lettre et votre colis ont dû se croiser, car je l'ai reçu très peu de temps après. Les mensurations sont, évidemment, parfaites, et je me fais une joie de pouvoir me pavaner avec au Tribunal (oui, je sais, je ne devrais pas, mais les belles choses sont faites pour être montrées). Je dois avouer que j'ai expérimenté ce mouchoir, qui n'a cessé de m'occuper toute la soirée d'hier. J'avais l'impression qu'il avait votre odeur, ce qui me le rendait plus précieux encore. Si effectivement il vous est possible de créer un vêtement résistant à une usure rapide et inhabituelle, je dois admettre que j'aimerais pouvoir l'essayer. Je... ne sais pas trop n'aime pas trop en parler, mais l'un des "dons" qui m'a été offert en arrivant ici... Hmmh, c'est un peu difficile à expliquer, je crois. Je vous enverrai plus probablement un échantillon, pour que vous puissiez constater les dégâts. Malheureusement, il s'agira probablement d'un vêtement déjà porté (je prends rarement la peine de les laver une fois qu'ils sont à ce point détériorés, mais vous constaterez par vous-même).

Pour passer à un sujet plus joyeux, je suis absolument satisfait de constater que vos compagnons ne sont pas humains d'apprendre que vos compagnons vous apportent du bonheur et de la joie au quotidien. Vous le méritez amplement. Je n'ai jamais eu d'animal de compagnie, aussi ne puis-je comprendre cet attachement, mais savoir que vous êtes heureux me suffit. Et qu'ils vous stimulent votre créativité est un bon point que je ne saurais leur retirer (notamment en tant que client).

Pour le reste, je vous remercie de votre offre de renseignement et vous en suis grandement reconnaissant. Je ne voyage moi-même que peu (même lorsque les frontières sont ouvertes) et ne fais pas forcément confiance à n'importe qui pour une chose qui me tient tant à cœur. Mes petites sœurs sont tout pour moi, bien plus que je ne saurais l'expliquer. Elles sont la famille que j'ai choisie. Mais cela doit vous paraître obscur, j'imagine, aussi je me permettrais de changer de sujet. Oui, effectivement, Melody apprécie grandement de pouvoir confectionner ses propres instruments, et parfois même les miens, si je lui demande gentiment! Quant à la sciure de bois, nous en mangerions si je ne faisais pas régulièrement le ménage... C'est triste à dire, mais j'ai parfois l'impression de vivre avec une diva, tant je dois tout gérer... Le ménage, les lessives, le repassage, nettoyer la maison, l'atelier, les vitres, faire les poussières, ranger, et organiser... Mais aussi préparer le petit-déjeuner! J'espère que vous n'avez pas l'impression que je me plains, car en réalité, j'aime assez faire tout cela, car j'ai au moins l'impression d'être utile à quelque chose.

Je parle de moi, encore et toujours, probablement jusqu'à vous lasser... J'aimerais savoir comment se déroule le quotidien d'un tailleur, et suis vivement intéressé par ce que vous appelez votre "modeste demeure".

J'ai hâte d'avoir de vos nouvelles.
Avec toute mon affection,"


P.S : Si j'avais su que vous viendriez si je suggérais que je ne prenais pas soin de ma santé, je n'aurais pas fait l'effort d'essayer de vous rassurer, car cela m'aurait permis de vous avoir près de moi au plus vite, et ce quelle que soit la politique des Royaumes.

Requiem



Joins à la lettre, un petit paquet de la taille d'un livre, mais mou. Il contient un t-shirt, ou ce qu'il en reste, gris foncé. Au col et sur tout le côté droit, le tissu, pourtant neuf par ailleurs, est usé jusqu'à la trame (au sens littéral), et semble prêt à se rompre et à tomber en poussière. D'autres trous du même genre sont visibles dans le dos et sur une manche. A plat, ils pourraient presque avoir la forme d'une main.
Le tissu (un coton classique) est froissé, a visiblement été porté, et sent le musc, la cigarette et le thé, avec une légère note métallique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Sam 7 Sep - 15:13


Teira, le Tailleur
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
Vallée du Vent
"Très cher Teira,

C'est avec un plaisir indicible que j'ai reçu votre nouvelle lettre. Et également ce mouchoir brodé. Vous avez beau jeu de dire que ma odeur vous a envoûté! Malheureusement, je ne peux que porter sur mon cœur cette fraction de vous-même, et non m'en envelopper. Comme quoi, être grand peut avoir ses propres inconvénients (malgré que je parvienne à attraper les choses rangées dans les placards hauts). J'en suis venu à me demander si seule votre odeur était sucrée... Mais je m'égare je crois.

En parlant de ce mouchoir, je n'ai pas encore osé essayer de voir s'il survivrait à une de mes... crises, dirais-je. Mais cela finira bien par arriver, même si j'espère vous avoir à mes côtés à ce moment-là pour que vous puissiez réparer les dégâts. Et pour bien d'autres choses aussi. Comme parler de vive-voix, d'ailleurs.

Je tiens également à vous remercier pour vos futures actions à la recherche de ma sœur. D'ailleurs, cela n'a strictement aucun rapport, mais vous avez oublié d'envoyer la facture avec le costume. Ce qui me force aujourd'hui à vous la demander. Inconvenant, n'est-ce pas?

Quant à mon métier... La Cour n'a pas tant de chance que ça, car un procès est une chose terriblement ennuyeuse. Vous restez assis des heures à écouter des gens parler, le plus souvent pour raconter des inepties, puis vous vous levez pour en raconter à votre tour, le tout en étant poli et aussi honnête que possible sans pour autant jamais dire toute la vérité. Tous les avocats sont des menteurs, tenez-vous le pour dit (même si cela me fait de la mauvaise publicité). Et je crois que vous présumez un peu  de mon élégance (sans parler de ma beauté). Pour l'occasion, l'habit fait le moine, et ce n'est donc que votre propre génie à l’œuvre. Cela dit, l'Angleterre a produit quelques beaux spécimens... Dont je ne suis pas vraiment. Bien sûr, malgré les mensurations, vous n'avez pas les couleurs, aussi vais-je me fendre d'un petit laïus sur... moi (terriblement egocentré, n'est-ce pas?). Je suis simplement blond (un peu plus que décoloré) aux yeux bruns. Rien de plus classique, comme vous pouvez l'imaginer.

Aaah, l'évocation de votre maison ajoutée à votre odeur sur ce mouchoir m'a donné l'envie de pouvoir m'y téléporter. Malheureusement impossible. Mais je gage que c'est un endroit aussi charmant que vous. Cela me donne envie d'en savoir plus sur vous, encore. Depuis combien de temps êtes-vous arrivé ici? Quel âge avez-vous? Comment en êtes-vous venu à la confection de vêtements? Comment trouvez-vous la Vallée du Vent?

J'attends, une fois encore, votre réponse avec impatience.

Désespérément vôtre,


P.S : Ne me tentez pas en me proposant d'enfreindre la loi pour me rejoindre, je ne saurais souffrir de vous voir blessé dans le processus, ou de devoir assister à votre instruction en justice pour un tel acte.

P.S² : Vos révélations ne m'ont pas effrayé, bien au contraire, mais ont fait battre mon cœur un peu trop vite pour mon propre bien. J'apprécie vraiment nos discussions. Et je me suis dit que, peut-être, si cela vous convenait, nous pourrions essayer de nous tutoyer, qu'en pensez-vous? Après tout, ce sont des lettres informelles, non?"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Dim 8 Sep - 19:31


Teira, le Tailleur
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
Vallée du Vent
"Très cher Teira,

C'est vrai, tous les avocats sont des menteurs. Mais j'ose croire que quand je t'écris, ce n'est pas l'avocat qui parle, mais simplement Requiem. J'avoue être un peu fébrile en écrivant ce premier "tu". Je sais bien que je suis celui qui ai proposé l'idée, mais... Eh bien, je ne peux pas dire que je n'ai pas de contrôle total sur les battements désordonnés de mon cœur quand je pense à toi. Tout ça pour dire que je ne te mens pas quand je parle de sentiments. Lorsque je parle travail, en revanche... La Cour est terriblement ennuyeuse et pourtant j'adore ça. Le paradoxe des passionnés, j'imagine.

Tu ne t'es pas du tout avancé en laissant ton odeur imprégner ce t-shirt. Je crois bien que Melody ne m'a jamais vu autant habillé quand je suis à la maison. J'ai la mauvaise habitude, quand je sors du travail, de n'enfiler qu'un vieux jean ou un pantalon en cuir, et rien d'autre, ni dessus, ni dessous. Et pas de chaussures. Je le porte et, dans le même temps, j'ai bien peur qu'à force de le porter, il me faille le laver, et qu'à le laver, il perde ton odeur. Cruel dilemme...

Je crois que cette question sur l'âge que je te donne ne soit une question piège, je n'y répondrai donc pas, puisque tu m'as donné la réponse. J'en tire un certain avantage, je dois avouer. (Et je dois aussi avouer que tu es plus grand que ce que j'imaginais... Mais c'est tant mieux). Sur les mensurations, tu as un avantage éhonté sur moi, mais je n'ai guère le compas dans l’œil (fort heureusement, cela doit faire mal) donc je te laisse ce genre de considérations.

Je m'attelle donc à répondre à tes questions (qui étaient aussi les miennes). J'ai donc vingt-quatre ans. Vingt-cinq en Janvier. Hmmh... Pour le reste. L'histoire devient un peu plus compliqué. Et c'est une chose dont je parle assez rarement, j'avoue... Je crains que cela ne t'effraie (que tu te dises que je me pose trop de questions). Mais bon, peu importe, je me lance:

Mon père était un très fameux avocat, très orienté vers la réussite sociale. Il a donc choisi lui-même ma carrière. La Loi n'était pas un choix conscient pour moi, même si j'ai dû travailler chaque jour de ma vie pour atteindre ce but qu'il m'avait fixé. J'espérais qu'il finirait par m'aimer si je le satisfaisait, j'imagine. Et puis il a souhaité que je fasse de la musique. Une rencontre totalement fortuite (avec une grand-mère) m'a fait choisir la batterie. J'ai commencé jeune, et elle m'a accompagné dans tous les moments difficiles. C'est d'ailleurs au Conservatoire que j'ai rencontré mes petites sœurs.

Je ne sais pas trop si tu avais bien compris que nous n'étions qu'une famille de cœur, plutôt que de sang. J'aimerais vraiment beaucoup te les présenter, surtout Melody. Elle t'apprécierait, m'est avis. Enfin j'espère...

C'est à nouveau à mon tour de poser des questions, non? Je parle beaucoup de musique, mais aimes-tu cela? As-tu des manies? Comment dors-tu? Mes questions commencent à emprunter une pente dangereuse, donc je m'arrêterais là.

Bien à toi,

PS : Quand je parle de "crise", je veux simplement dire que je ne contrôle pas très bien mon don, encore, car je ne suis arrivé que récemment. Donc il a plutôt tendance à me tomber dessus quand je m'y attends le moins, rien de plus, ne t'inquiète pas. Même si je mentirais en disant que ça ne me fait pas plaisir que tu t'inquiètes pour moi...
"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Dim 8 Sep - 22:11


Teira, le Tailleur
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
Vallée du Vent
"Très cher Teira,

Tu dis donc que si je lave ce t-shirt, il gardera malgré tout ton odeur? C'est une excellente chose... Je commençais à m'inquiéter un peu, j'admets. Je serais ravi de pouvoir rencontrer Tama également. Bien que j'ai du mal à imaginer ce à quoi cet étrange compagnon peut ressembler. Mais toute nouvelle expérience est bonne à prendre, n'est-ce pas? Et j'aime beaucoup expérimenter, dans certains domaines.

Puisque je dois répondre à mes propres questions, je me lance de suite. Et au fait, oui, c'est exactement ce que je voulais dire, la première chose que je fais en rentrant chez moi est d'enfiler uniquement un pantalon. Je ne devrais probablement pas le dire, mais après tout, autant que tu connaisses mes habitudes vestimentaires si je dois passer des commandes plus... informelles. Après tout, ce ne serait pas forcément plus mal que je commande de nouveaux pantalons de "ville". Enfin de maison. Et j'avoue que t'imaginer en train de me faire un pantalon en sachant très bien que je ne porterai rien dessous a un côté étrangement... satisfaisant? Stimulant? Je ne trouve pas le bon mot...

Je suis très content de savoir que tu aimes la musique. Moi aussi, bien évidemment. Mais tu t'en doutais probablement. Ce serait avec plaisir que je t'apprendrais à apprécier les courbes d'une guitare et à la caresser dans le bon sens pour qu'elle produise le meilleur des sons. Si être guitariste avait pu assurer ma subsistance, j'aurais abandonné les Lois sans état-d'âme, mais je n'aurais alors eu ni les moyens ni les besoins de m'offrir tes services. Ce qui aurait été un véritable drame pour moi, quand je vois l'importance que prennent nos discussions dans ma vie quotidienne.

Je ne me souviens plus de ma deuxième question... Ah si, les manies. Haha. Difficile de donner mes propres manies, même si les tiennes sont très mignonnes, de mon point de vue. J'ai beau chercher... J'ai tendance à prendre dans mes bras les gens que j'apprécie, et je suis globalement quelqu'un de très tactile... Je fais souvent de mauvaises blagues. Je n'ai trouvé que peu de gens vraiment adeptes de mon humour... Et rarement avec moins d'une bouteille d'alcool dans le sang!

Quant à ma dernière question, tu l'avais très bien comprise, je voulais effectivement savoir comment tu dormais, c'est-à-dire dans quels vêtements et dans quelles positions. Pour ma part... Je dors le plus souvent nu (tu vas finir par penser que je suis une sorte de nudiste dans l'âme... mais j'apprécie simplement la caresse d'un tissu de qualité), et sur le côté. Et surtout, comme une souche. Je ne rêve généralement pas, et rien ne me réveille (en tous cas à ce jour, je n'ai rien trouvé).

Pour répondre à tes questions... J'aime beaucoup les Landes. C'est un endroit plutôt paisible et très agréable. Je me suis rendu quelques fois sur les Terres des Noiraudes, mais jamais à la Vallée du Vent. J'aimerais beaucoup m'y rendre, d'autant plus que tu y es, ce qui lui donnera plus encore de charme. Quoique je ne prévois pas forcément de sortir beaucoup si je viens te rendre visite, tant je voudrais en apprendre plus sur toi.

La dernière question est plutôt délicate. Je n'ai personne dans ma vie pour l'instant. Je n'ai pas eu de petit ami depuis un certain temps (même si je ne suis pas un moine...). En tous cas, personne de stable. Ce qui ne veut pas dire que je ne RECHERCHE pas quelqu'un de stable. Simplement, je n'ai pas eu l'occasion de... chercher beaucoup, dirais-je, depuis que je suis arrivé ici. Même si, ces derniers temps, une certaine personne est parvenue à rallumer en moi un petit espoir qui m'indiquerait que je ne suis pas complètement perdu pour l'humanité. Ou au moins une partie.

En fait, je trouve cette question tellement intéressante que je te la retourne. As-tu dans ta vie une personne dont tu ne m'aurais pas parlé? J'ai presque peur de ta réponse, mais je préfère être fixé malgré tout...

Il me tarde que les frontières se rouvrent. Je brûle de te rencontrer.

Tien et plus encore,"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mar 10 Sep - 9:53


Teira
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent

"Très cher Teira,

Ta dernière lettre, je dois bien l'avouer, m'a fortement surpris. Pour une seule et égoïste raison. J'ai longtemps hésité à parler de cette fameuse personne qui faisait battre mon cœur un peu vite, mais j'espérais bien que tu te reconnaitrais. Si cela n'a pas été le cas, peut-être est-ce simplement que cela ne t'a jamais effleuré l'esprit. Ou ne t'intéresse pas. Ce qui m'attriste grandement. Ma lettre sera donc, pour une fois, bien courte. Je ne suis pas certain de parvenir à être aussi enthousiaste que d'ordinaire, tant cette perspective pèse sur mon humeur.

Je ne doute pas que tu sois un excellent élève (dans quelque domaine que ce soit, d'ailleurs). Les leçons n'en seraient que plus intéressantes. Quant à me couleur préférée... J'aurais tendance à dire le bleu, mais en fait, je n'en ai pas vraiment. Les choses sobres, et plutôt foncées me conviennent et j'aime à peu près tout. C'est plus une question d'habitude que véritablement de choix.

Quant à la cuisine... Je suis présentement en charge du petit-déjeuner (anglais classique, bacon, œufs au plat ou brouillés, beans, thé, jus d'oranges pressées, tomate, champignon, salade, tartines grillées). Sinon, je sais réaliser quelques plats simples. Pas de grande cuisine, je n'ai jamais eu l'occasion.

J'aurais encore tant de questions à te poser, mais j'ai désormais un peu peur d'être inquisiteur et de m'imposer, aussi en resterais-je là.

Avec toute mon affection.

Je t'embrasse,"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mar 10 Sep - 15:13


Teira
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Très cher Teira,

Tu ne peux imaginer, je crois, à quel point ta lettre m'a... rassuré. Remonté le moral. Exalté, même. Je n'aurais osé pensé que, peut-être... Eh bien, je comprends ce que tu veux dire quand tu écris ne pas avoir l'habitude d'exposer tes sentiments. Il en va de même pour moi, et même ma sœur n'a appris que très récemment certaines choses à on propos qui... me pesaient depuis longtemps. Et qui peut-être t'intéresseraient. Ou t'effraieraient, au choix.

Je comprends tout à fait que tu dises avoir été ravi par mon malaise, car je l'ai été pareillement en découvrant ta jalousie et les sentiments contradictoires que ce malentendu malheureux t'a fait ressentir. Ce dont je m'excuse également, par ailleurs, car je n'ai pas été le seul à en souffrir, si je lis entre les lignes. La confusion de tes mots et la précipitation avec laquelle cette lettre m'est parvenue... Je ne saurais décrire ce que j'ai ressenti exactement. Une fois encore, les mots me manquent. Ce qui est rare, tu l'apprendras. Et fait de toi un privilégié capable de me faire taire (de bien des façons, peut-être).

Pour en revenir à ta lettre précédente, peut-être ne passerai-je commande de ces pantalons d'intérieur que quand je serais certain que mes mensurations ont été prises en bonne et due forme. Ce serait plus seyant. D'ailleurs, travailles-tu également le cuir? C'est une matière que j'apprécie beaucoup, qui est très agréable à porter et qui s'adapte aux courbes du corps comme rien d'autre, je trouve (mais pas nécessairement comme personne). Je suis aussi très surpris que tu aies essayé mon "mode de vie alternatif". C'est déstabilisant au départ, mais ça a un certain nombre d'avantages (et j'avoue que j'aurais aimé être là pour voir ça de mes propres yeux).

Je ne peux m'empêcher de l'imaginer, et c'est bien plus perturbant que ce que je pensais (j'ai fini par emmener du papier à lettre au travail, histoire de pouvoir te répondre même pendant ma pause déjeuner. Attendre le soir est une torture bien trop violente). Ce qui fait que j'hésite à recevoir immédiatement mon client de l'après-midi. Mais je l'entends déjà frapper à la porte. J'espère que cette lettre te réconfortera un peu également.

Avec toute mon affection et plus encore.

Je t'embrasse,"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mar 10 Sep - 16:42


Teira,
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon très cher Teira,

Ce nouveau papier à lettre est des plus charmants. Je l'aime vraiment beaucoup, et je trouve qu'il te ressemble assez. Qu'il est... à croquer. Hmmph. Le mien ne m'appartient pas en propre, je dois l'admettre. C'est celui de Melody. Qui s'est d'ailleurs rendue compte qu'il lui en manquait. Ce qui fait que j'ai dû m'expliquer (j'ai eu l'impression de revenir à l'époque de l'Inquisition espagnole... Cette femme est féroce et ne lâche pas le morceau, crois-moi).

Pour en revenir à ta question, ces pantalons n'ont rien d'urgent et sauront bien t'attendre. Je ne me laisserais aller entre les mains de personne d'autre. Et le cuir sera particulièrement délicat puisque je l'aime serré.

Pour changer de sujet, je serais ravi de t'apprendre à cuisiner, bien que mes préparations soient on ne peut plus basiques. Cela dit, l'art culinaire est au moins aussi sensuel que la musique, et je te conseille de t'y préparer avec ferveur. Mais je pense que commencer par la base, c'est-à-dire les œufs, ne devrait pas poser de problème.

Concernant le reste... Je serais bien entendu enchanté de t'en dire plus sur moi, car toute marque d'intérêt est bonne à prendre. Cela dit, j'en espère autant. Et sur un sujet en particulier. Tu dis n'être pas très expérimenté dans tes relations (amoureuses, j'imagine), mais à quel point? Je laisse ma jalousie personnelle parler un peu, car il est toujours difficile de rivaliser avec un "fantôme", et c'est ce que sont nos relations passées sur Terre.

Je suis un méchant négociateur, et je ne délivrerai aucune information sans contrepartie (il faudra t'y habituer, mais je prends les paiements en nature).

J'attends donc ta réponse avec impatience et intérêt.

Tendrement,

Je t'embrasse"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mar 10 Sep - 18:30


Teira
8 rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon très cher Teira,

Comme ce possessif semble doux à mes oreilles. A un tel point... Mais bref. Ce que Tama veut, Tama l'aura. Je me ferai un plaisir de te rentrer des choses dans la tête. Un immense plaisir, même. Tu verras, la cuisine, ou au moins les bases, ne sont pas bien compliquées, et même plutôt amusantes.

Pour Melody... La vraie question serait plutôt "Que lui ai-je caché?". En fait, pas grand-chose... Je dois admettre que je ne sais pas dire non quand elle me demande quelque chose. Cela doit avoir à voir avec mon éducation. Ou avec son caractère, je ne sais pas. Mais qu'elle ne t'effraie pas, elle est simplement comme une mère poule. Elle s'inquiète pour moi et veut donc être certaine que je sais ce dans quoi je me lance. Elle n'a donc que mes meilleurs intérêts à l'esprit, donc elle devrait t'apprécier grandement, sans aucun doute. Et avec un peu de chance, tu pourras faire quelque chose pour elle. La pauvre, c'est une femme magnifique et elle s'habille comme un sac... Enfin bref. Elle tournerait les têtes si on pouvait la convaincre de porter des choses un minimum seyantes.

Je ne sais pas trop comment aborder le reste. En un sens, je suis à la fois ravi et rassuré de savoir ne pas avoir de concurrence, et en même temps... Et bien, je te l'ai dit, je suis loin d'être un saint ou un moine. J'ai eu... toutes sortes d'expériences. Et très rares ont été celles guidées par l'amour. Par le désir, la luxure, oui, bien sûr. Mais le beau, vrai et grand amour... Pas vraiment. Rarement. Trop rarement. Tu parais si pur et innocent quand je discute avec toi... J'ai tellement peur de briser quelque chose. De t'emmener avec moi dans cette déchéance et cette débauche qui m'accompagnent au quotidien depuis... Une dizaine d'années, maintenant. Même si je n'en suis pas fier.

Je suis loin d'être aussi aimable et gentil que j'en ai l'air. C'est moi et en même temps... Peut-être que je devrais être honnête et te dire que je suis tellement moins que ce que je devrais être, ce que j'aimerais être. Surtout pour toi. Et pourtant, il n'y a que ce moi-là de disponible. Et, en un sens, ça me fait mal de songer à ce que je pourrais te faire. Mal en positif, un bon mal, un mal jouissif. Et en même temps, un mal horrible, parce que je... Je ne suis pas un homme bien, Teira.

Mais j'en ai trop dit, je crois, et pas assez en même temps. Je ne devrais pas m'attacher. Mais je ne peux pas m'empêcher de toujours revenir à tes lettres, de toujours revenir à ce t-shirt qui porte ton odeur. J'en rirais presque. Presque, mais pas tout à fait.

Ne t'inquiète pas pour moi, je te pris. Je devrais déchirer cette lettre et en écrire une autre, mais tu as droit à la vérité.

Tout à toi.

Je t'embrasse,"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Jeu 12 Sep - 9:00


Teira
8 rue du l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Teira,

Pendant un long moment, un très long moment, je n'ai pu que regarder cette page vierge. Il m'a fallu un certain temps pour me décider à écrire, et je ne suis pas encore bien sûr de ce que tu trouveras dans cette lettre. Preuve étant, je ne sais moi-même plus vraiment où j'en suis, ni comment je peux encore t'appeler. Je te vois froncer les sourcils et douter en lisant cela. Rassure-toi, je t'en prie.

Tu trouves donc que mon honnêteté m'honore? Si tu savais tout ce à quoi je songe depuis que nous avons commencé à discuter... Je me trouve misérable, et assez minable, mais, une fois encore, ne t'en inquiète pas. Peut-être m'étais-je en fait mal exprimé. Je pourrais, bien sûr, te relater certaines anecdotes qui feraient se dresser les cheveux sur ta tête. Certaines anecdotes qui te feraient comprendre à quel point je suis quelqu'un de terrible. Et pourtant...

Une part de moi a envie de te dégoûter, pour que tu fuies loin et que tu cesses de m'écrire. Cette part de moi tremblotante et fragile, brisée d'avance. Cette part de moi que tu ne pourras apercevoir que si je t'explique pourquoi je goûtais l'ironie lorsque je te parlais de lutter contre des fantômes. Parce que je le fais depuis... Six ans maintenant. Peut-être devrais-je t'expliquer. Au lieu de ça, je vais te conter quelque chose:

Il était une fois, dans les beaux quartiers de Londres, un jeune étudiant en droit. Terriblement superficiel dans ses relations avec les gens, il évoluait dans une carapace qu'il croyait inexpugnable, sûr de son malheur et des injustices qu'il subissait au quotidien. Il avait toutes les apparences de l'homme heureux. La stature, le statut, l'entourage, les bonnes notes, la richesse, l'épanouissement dans ses loisirs, une carrière toute tracée, une famille parfaite. Mais ce n'était que le glaçage entourant le gâteau. Mince et friable. Et un gâteau terriblement amer. Mais qu'il goûtait, en un sens, car il lui offrait une posture de martyr à laquelle il ne croyait qu'à moitié, mais bien utile pour amadouer les femmes plus âgées.

Puis vint un jour terrible, où il s'aperçut que même ce gâteau amer était un glaçage. Qui cachait un terrible et noir secret. En tous cas, il l'aurait bien voulu. Mais non, désagréable et banale vérité. Qui fit s'écrouler son monde. Totalement, irrémédiablement. Comme un enfant qui casse un jouet, saute dessus parce qu'il est contrarié, et se rend compte trop tard qu'il aurait encore souhaité jouer avec. Une révélation qui lui valut donc de sombres pensées, et la correction la plus magistrale qu'il eut jamais reçue.

Blessé aussi bien physiquement que mentalement, le jeune et stupide héros londonien marcha longtemps, tentant de réfléchir, mais s'enroulant sans cesse dans une spirale de révélation et de compréhension. Rien n'était de sa faute, inconsciemment, il le comprenait, mais ce désir si marqué qui avait conduit son enfance, celui de plaire, lui semblait désormais voué à l'échec. Et que fait un homme, lorsque tout ce pour quoi il a vécu disparaît, se brise? Lorsque aucune perspective ne semble émerger? Un autre homme s'effondrerait peut-être pour pleurer, puis enragerait contre ce monde qui l'a trahi, et reprendrait contenance, plus fort. Parce qu'un homme est fort, normalement.

Mais notre jeune héros ne l'avait jamais été. Aussi fragile que le cristal, sous son propre glaçage ambitieux, arrogant et joyeux, il n'en était simplement pas capable. Et que faire d'un lustre inutile? Le jeter, et en racheter un autre. Parce que c'est ainsi que sa vie s'était toujours déroulée. Les gens sont jetables, il en a conscience, depuis longtemps. Et le voilà, une fois cette pensée formée, à contempler la poubelle qui accueillerait son enveloppe. Elle l'appelle, malgré son insalubrité. Et il s'apprête à la rejoindre, quand une dernière lampe s'allume, comme le chant du cygne.

Il croit qu'elle va vivoter, puis s'éteindre, et le laisser à sa torpeur, le renvoyer dans sa poubelle, déchet non-recyclable qu'il est. Mais c'est la lumière d'un solide lampadaire, qui se dresse, chaleureux et fier, avec un crochet tout prêt pour le fragile lustre brisé. Un lampadaire qui l'enveloppe dans sa lueur, qui recolle les morceaux, qui lui apprend que même réparé, même fait de bric et de broc, même plus fragile encore qu'avant, un lustre en cristal est magnifique et peut encore illuminer le monde autour de lui, guider le chemin d'autres personnes.

Mais même le plus solide des lampadaires peut succomber. Choir. S'écraser au sol et voir sa lumière s'éteindre, entraînant dans sa chute, sans même le vouloir, le fragile lustre. Le choc est dur, les morceaux s'éparpillent, à tel point qu'il est impossible de récupérer tous les éclats. Et revoilà donc ce lustre à la case départ, ou plus bas encore, à un pied de sauter dans cette poubelle malodorante qui lui permettra d'atteindre l'oubli. Sans espoir de rédemption, sans espoir de lumière, à tout jamais...

La suite de l'histoire est bien connue. Une petite bougie a soutenu le lustre. A tenté, avec sa fragile et malléable cire, de recoller les morceaux qu'elle a retrouvés. Elle n'a pu combler toutes les brèches, cependant, cette solide et éternelle bougie. Et ce lustre, incertain, instable, brisé et au fonctionnement plus qu'incertain, a poursuivi sa vie pour essayer, à son tour, de soutenir la bougie quand sa flamme a été menacée. Jusqu'à ce que s'approche un sublime flambeau, qui l'attirait comme un papillon. Mais plus il s'approche, plus il sent la cire fondre, notre triste lustre. Et il tremble, faisant résonner dans la nuit ses breloques cristallines. Il a peur. Peur du flambeau. Peur pour le flambeau. Peur pour lui. De ne pas se remettre, cette fois. Que la cire ne suffise plus. Que le flambeau ne supporte pas cette ruine qu'il récupère. Qu'il ne parvienne pas à reconstituer le puzzle et abandonne, écrasant sous ses talons les quelques éclats qui tiennent encore ensemble. Et peur de ne pas trouver de poubelle adéquate, si tout ceci venait à arriver.

Telle est la fin de ce conte. Qui n'est pas véritablement une fin. Qui n'en a peut-être pas besoin. Ou peut-être que si. C'est au lecteur, désormais, de choisir quelle fin offrir à ce lustre impatient et pourtant si proche de s'éteindre au moindre coup de vent.

J'aimerais te supplier de ne pas perdre espoir, car mon attachement, mon affection, mon amour même si j'ose le dise, croissent à chaque lettre de toi que je reçois. Et pourtant, je n'ai pas l'impression d'en avoir le droit.

Brûle encore longtemps, mon flambeau"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Jeu 12 Sep - 17:12


Teira
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon Flambeau,

Celui qui illumine ma nuit. Je reste, une fois encore, sans voix devant ta lettre. Je ne sais que te dire que tu ne sache déjà et qui ne fasse passer mes vaines tentatives pour un quelconque ramassis sirupeux inutile. Si j'ai effectivement tous les droits, alors je veux que tu vives, car la chute de ce lampadaire n'était pas métaphorique. Et si pour te garder en vie il faut respecter la fermeture des frontières et te garder momentanément loin de moi alors que je ne rêve que de te serrer dans mes bras, alors soit, notre relation restera épistolaire et platonique tant que la politique ne nous permettra pas de faire autrement. Je me contenterait de me baigner dans ton odeur en revêtant le t-shirt que tu as crée pour moi.

Je tiens d'avance à te rassurer, je ne suis pas cannibale, ni scatophile, au demeurant, et je n'ai jamais tué personne. Enfin... Non, je ne pense pas avoir jamais tué qui que ce soit. Cela dit je me rends compte que tu en sais désormais beaucoup plus sur moi que qui que ce soit d'autre, et que je n'en ai guère appris plus sur toi... A ton tour de me raconter ta vie. Assortie d'une petite question : Comment t'es-tu aperçu que tu penchais vers les hommes? J'ai moi-même mis longtemps à le comprendre et à l'accepter, car si je ressens du désir pour les femmes, elles ne me touchent pas (sentimentalement parlant, j'entends).

Ah, j'avais également une autre question, qui me revient en songeant à toi. Ce surnom que tu as pris en arrivant ici revêt-il une signification particulière pour toi? Signifie-t-il quelque chose de particulier? D'où te vient-il?

Pour changer de sujet, plus je réfléchis, et plus je songe que seul un flambeau peut tirer d'un mauvais lustre le dernier éclat qu'il peut encore produire.

Mon coeur est toujours avec toi.

Avec toute mon affection.

Je t'embrasse (tendrement et plus encore),


PS : Je songe à une chose. Melody ne porte pas de robes, malheureusement. Elle préfère les vêtements plus "confortables" selon ses dires... Et que des couleurs foncées. Quelle tristesse...

P.S.² : Tu m'as demandé la mienne, mais quelle est TA couleur préférée?"

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Ven 13 Sep - 16:40


Teira
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon ardent Flambeau,

Une fois encore, ta lettre a apporté de la lumière sur ma journée, par ailleurs bien grise. Le temps ne me change pas beaucoup de Londres, mais les affaires, en revanches, sont bien plus diverses. Et ouvrir ma boîte aux lettres est devenu un réel plaisir. J'avais bien fait de séparer la privée et la professionnelle, je crois... Je tourne en rond et tu te demandes pourquoi, j'imagine.

Ton existence n'a pas eu l'air d'être plaisante tous les jours, même si j'ai l'impression que tu en as tiré le meilleur partie. Celui qui a fait de toi l'être lumineux que tu es aujourd'hui. Pour ton optimisme, ta bonne humeur et ta sollicitude, je t'admire.

Il paraît que ce que l'on a jamais connu ne peut pas nous manquer. J'ose aujourd'hui affirmer que c'est complètement faux. Je n'ai jamais connu la chaleur de ton corps, la douceur de tes lèvres, le goût de ta peau, et pourtant, tout ceci me manque plus que je ne saurais l'exprimer. Même ce fragment d'odeur que tu m'as fait parvenir ne fait qu'accroître ma faim de toi. J'ai peur que si tu m'en envoyais plus, je serais celui qui prendrait le risque de franchir les frontières pour te voir, et sans attendre.

J'ai beaucoup aimé l'explication de ton surnom. C'était à la fois terriblement cohérent et terre-à-terre, et pourtant étrangement sentimental. Taylor est un magnifique prénom, je trouve. Pour le mien, tu as à la fois tort et raison. Je n'en suis pas l'instigateur, en réalité. Mais il paraît que, quand je compose, je tire une tête d'enterrement, et mes sœurs ont trouvé ça hilarant de m'appeler comme ça. J'imagine que ça m'est resté. Peut-être aurais-je dû essayer de me montrer sous un meilleur jour et de dire qu'effectivement, cette explication reflétant un terrible bon goût était bonne. Malheureusement, je crois que j'en ai déjà trop dit sur moi pour que ce subterfuge fonctionne.

Parle-moi encore de toi, même de choses insignifiantes, peu m'importe. Tout me semble important te concernant. N'hésite pas à poser tes questions si tu veux en apprendre encore sur moi. Raconte-moi comment tu as rencontré Tomo. Cela semble important...

La nuit commence à tomber, je dois rentrer à la maison avant de faire taper sur les doigts pour avoir fait brûler le dîner (je préviens généralement quand mes rendez-vous s'éternisent, mais j'aimerais que ce rendez-vous-ci puisse durer plus longtemps encore).

Toutes mes pensées t'accompagnent.

Je t'embrasse tendrement,


P.S: Je crois qu'elle le prendrait très mal si je prenais l'initiative de passer commande d'une tenue "seyante et confortable", mais je prends le risque. Les mesures jointes sont faites à vue d’œil, mais je puis dire que j'ai assez d'expérience pour savoir qu'elles sont à peu près exactes. (Je ne parle pas d'expérience de couture, mais de celle du corps des femmes...). Fais de ton mieux et j'arrondirai les angles avec elle.

P.S²: J'ai fini par "tester" le mouchoir. Il résiste plus ou moins. J'hésite à te conseiller de te prévoir une tenue complète de ce tissu en prévision de notre première rencontre... Je t'imagine rougir en comprenant les implications de cette remarque... La perspective de voir en personne ce cramoisi envahir tes joues me fait sourire comme un enfant devant un gâteau trop alléchant."

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mer 16 Oct - 22:36


Teira
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon lumineux Flambeau,

Sache que c'est avec le plus grand plaisir que j'imagine l'impact de mes mots sur toi. J'ai bien peur de ne pas vraiment être en meilleur état que toi lorsque nous nous rencontrerons. Nous nous en sommes dit bien trop l'un sur l'autre pour n'être pas gênés, et nous sommes l'un comme l'autre bien trop passionnés pour rester les bras ballants. A chaque mot de toi que je lis, mon désir et mon attachement grandissent. Il me tard plus que tout de pouvoir enfin te rencontrer. Il est effectivement embarrassant de mettre cela à l'écrit, mais une fois encore, nous nous connaissons désormais un peu trop pour que tu ignores la tentation que tu représentes pour moi.

De la même façon, tu n'auras pas besoin de me voir composer pour me voir rayonner et me perdre dans ma passion... Quoique tu ne parlais certainement pas de CE genre de passion. Mais soit, j'arrête de te taquiner avec ça. Je composerai pour toi avec plaisir, et je jouerai également pour toi, si tu le veux. Bien que les hanches que je voudrais caresser ne soient pas celles de ma guitare. Et j'espère bien que tu seras tenace, tu en auras probablement besoin. Jouer d'un instrument, et en jouer correctement est loin d'être une mince affaire. Il faut savoir glisser le long de son manche, exploiter ses courbes, l'effleurer délicatement pour en extirper les plus beaux sons.

Mais je digresse encore. Ta rencontre avec Tomo est très jolie. Elle ressemble effectivement à une chose totalement fortuite et due au hasard, mais comme écrite dans les étoiles, comme le dit l'expression. Peut-être est-ce ironique quand on considère ton don. Mais ce genre de chose te correspond tout à fait. Les évènements doux comme ceux-ci te conviennent à merveille, de mon point de vue. Je pense m'arrêter là sur le sujet avant de sombrer définitivement dans la guimauve la plus mièvre.

Tu souhaites en apprendre plus sur ma rencontre avec Melody et Sonatine? En réalité, elle s'est passée en deux temps. S'il me faut commencer au début... Je dirais que j'ai rencontré Melody l'année de mes sept... ou huit ans. Il y a fort longtemps, en somme. Au Conservatoire. Je n'appartenais pas vraiment au milieu habituel, et malgré les clichés, ce genre de choses entraînent souvent une forme d'ostracisme. Et à force de me voir goûter seul, une petite frimousse est venue me voir. Et voilà. En revanche, Sonatine... C'est arrivé bien plus tard. J'avais... peut-être dix-sept ans. Il y a eu une bagarre, simple rixe de rue, mais dont je suis sorti fort amoché. Melody m'a emmené chez elle, et sa sœur était là.

Pour le simple plaisir d'attiser ta jalousie, je te dirai qu'elle a eu le coup de foudre pour moi. Même si je ne devrais pas, ce n'est guère charitable, ou digne d'un gentleman. Mais je ne saurais résister. J'étais un jeune chien fou, mais elle avait treize ans, alors... Je l'ai simplement repoussée, la considérant déjà comme un membre de ma famille, parce qu'elle était celle de Melody. Une histoire on ne peut plus banale, je dois admettre.

Plus j'y pense, et plus je me dis que j'aurai grand plaisir à t'apprendre faire de la pâtisserie. C'est une affaire de précision, mais tu as déjà l'imagination et le sens artistique nécessaires pour le reste. Même si je crois qu'une association entre toi, cette odeur sucrée, un plan de travail et un bol de crème est terriblement dangereuse. Je me demande s'il me faudra prendre sur moi ou non... *rire*

J'aimerais en apprendre plus encore sur toi, mais je finis par craindre de ne plus rien avoir à dire quand nous nous verrons enfin. Si nous avons le temps de parler... J'imagine déjà ta voix. Décris-la moi, j'aimerais beaucoup.

J'attends ta réponse avec impatience et bien plus encore.

Avec toute mon affection et bien plus encore,


PS: Le noir est une valeur sure. Sans motif. Quant aux tissus... Du moment que c'est confortable, je pense que n'importe quoi ferait l'affaire. Rien de trop habillé, par contre, elle n'a qu'une paire d'énormes bottes ferrées que j'essaie de lui faire abandonner, pour l'instant en vain. Comme je te j'ai dis, je m'accommoderai du reste avec elle.

PS²: J'ai également hâte de pouvoir plonger mes yeux dans les tiens."

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    Mer 6 Nov - 19:44


Teira
8 Rue de l'Aiguillon
Sous les Toits
La Vallée du Vent
"Mon fervent Flambeau,

De la même façon que tu as hésité à me faire part de tes réactions, j'ai hésité à te répondre. D'autant plus que tu fais miroiter devant moi la perspective de te voir, de te toucher, possiblement, dans peu de temps. Puis j'y ai réfléchi, et je me suis dit que tu apprécierais peut-être d'être rassuré avant notre rencontre.  Tout d'abord, laisse-moi te dire que tu ne t'es pas fourvoyé. Malheureusement, tu découvriras bien vite que je suis adepte des mauvais jeux de mots et des remarques tendancieuses. Pas avec n'importe qui, cependant. Et imaginer que je parviens à évoquer tous ces sentiments en toi grâce à de simples mots ne me laisse pas non plus indifférent. Je suis honteusement ravi de cet état de fait. J'aimerais être le seul à jamais les réveiller.

Tu sais que je ne suis pas très fier de ma jeunesse dissolue, qui n'est pas si lointaine, mais si elle peut t'être utile... Si JE peux t'être utile, malgré mes défauts, je le ferai avec plaisir. Et il s'agit bien du terme, d'ailleurs. Il s'agit, ni plus ni moins, de désir. Celui qui fait tout autant battre mon cœur quand je lis tes mots couchés sur le papier. Celui qui enflamme mes sens quand je sens ton odeur. Celui qui embrase mes reins quand je t'imagine, enfin, devant moins. Je l'ai déjà ressenti, une fois, et le ressens au quotidien. Je ne suis pas plus fier d'avouer que tu obsèdes mes pensées et que mon travail s'en ressent. Je n'ai plus que toi à l'esprit.

Il m'est impossible de te décrire l'état dans lequel ton arrivée prochaine me plonge. Je suis tour à tour euphorique, ardent, exalté, effrayé. Qu'adviendrait-il si ce que tu voyais ne te plaisais pas, en définitive? L'angoisse et l'émoi me tiennent éveillé, me coupent l'appétit. Je brûle de te voir, de t'entendre, de te toucher.

Ivre de toi, j'attends ta venue,


PS: Je m'excuse de la longueur de cette lettre, je me suis dépêché de l'écrire dès que j'ai eu ta réponse, de peur que les pigeons ne te trouvent pas.

PS²: J'ai plus que hâte de savoir."

Requiem
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chouette ! Du courrier !    

Revenir en haut Aller en bas
 

Chouette ! Du courrier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: UNE NOUVELLE FANTAISIE :: Boites aux lettres-