AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Jeu 8 Aoû - 21:20



Lulz, le gif qui n'a rien à voir.
Hell & Kai = Bordel intégral

Son souffle était court et sa respiration douloureuse. Ses côtes étaient grièvement contusionnées, si bien que le moindre mouvement de chair le faisait souffrir. Bon, il avait vaincu les opportuns venus le défier pour s’en prendre au Château Ambulant, parfait. Mais à quel prix ? Assurément, ce dernier était très élevé. Kaiju se mit à cracher du sang sur l’herbe verte de la plaine s’étendant devant lui. Il s’était un peu écarté de la populace, après la bataille. Déjà parce que sous sa forme de bête, il n’était pas très avenant et devait maintenant se revêtir comme il le pouvait sans hurler de douleur ; mais aussi parce qu’il connaissait une rousse explosive qui allait probablement lui tomber sur le coin de la gueule s’il restait trop longtemps dans les parages.

Déjà qu’il venait de s’en manger plein la gueule – au sens propre du terme comme au figuré -, il ne tenait pas spécialement à se faire sermonner. Pas maintenant. Du coup, il fuyait un peu Hellhound, sans grand espoir, toutefois.

Cette sale gosse, quand elle veut vous trouver, elle le fait, point barre. Ça ne faisait pas, en soit, très longtemps qu’il la connaissait car elle était arrivée récemment dans les Landes de Calcifer. Et pourtant, il ne lui avait pas fallu très longtemps pour, non seulement, retenir son nom et son occupation en ces lieux, mais également -et c’était sans doute là le plus important – pour l’apprécier tout de même. Difficile de dire pourquoi, mais Kaiju ressentait pour elle cette petite étincelle que l’on peut voir se rapprocher d’une certaine fraternité.
Il se gardait en revanche bien de l’avouer. Déjà parce que c’était trop tôt, et inconscient de se laisser aller à de telles inepties ; mais aussi car il ne savait pas trop comment se comporter avec des frères et sœurs, n’en ayant jamais eu de toute sa longue vie.

L’ex-nippon s’arrêta dans ses mentales palabres pour cracher encore du vermeil. Oh Seigneur, oui, il était réellement amoché. Un œil n’était pas passé loin du crevage et sa lèvre inférieure était fendue. Il galéra dix bonnes minutes pour seulement enfiler son pantalon convenablement, c’est dire.

Heureusement que les buissons, bien qu’épineux, le soutenait suffisamment pour cette affaire-là. Tâchant maintenant d’enfiler sa veste, il ne put le faire qu’à mi-chemin. Il passa son bras droit, mais son gauche, visiblement transpercé lors de l’affrontement – ses blessures sous forme de monstres restaient proportionnelles sur son derme une fois revenu à la normale – refusait de bouger davantage.

Magnifique, il allait devoir attendre maintenant, comme un idiot, que le peu de force qu’il avait encore dans le corps daigne se rassembler pour lui permettre au moins de ramper jusqu’à un médecin … Ou à défaut un habitant des Landes capable de le soigner. Et ce ne serait pas chose aisée. Il priait maintenant pour ne pas croiser le chemin de la jeune hystérique. Pas maintenant, par pitié. Il avait bien trop mal pour se recevoir encore un coup de clef de douze ou pire ; de marteau !

Code © Keira M. sur epicode


Parce que le rose, c'est très viril. Parfaitement. 'n'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Ven 9 Aoû - 0:22


Titre de merde hein pour le coup
Kaiju & Hell


C’était une secousse, une de plus, qui lui avait mis la puce à l’oreille. Elle avait toujours pris garde à ce que le château ambulant fonctionne sans trop de problèmes. Et ce genre de défaut ne venait très certainement pas de son travail acharné. Elle y passait trop de temps pour que le château ai ce genre de dysfonctionnement. Et d’ailleurs, non seulement elle savait que le problème ne se trouvait pas dans les rouges, mais en plus, elle était quasi sûre de savoir d’où il venait.
Les soucis viennent souvent de la même source. Surtout lorsque l’on n’a pas assez frappé cette dernière avec une clé à molette. Visiblement, c’était le cas, et la rouquine avait bien l’intention d’y remédier. Et ce, au plus vite.

C’est sur cette bonne résolution qui n’aurait jamais pu attendre jusqu’au nouvel an pour être faire que la mécanicienne se saisit d’une clé à molette et abandonna son poste pour quelques minutes au plus. Du moins le pensait-elle avec le plus de sincérité au monde.
Elle soupira à mi-chemin. Quelle dommage qu’elle n’ait pas de talons hauts en ce jour maudit. Mais elle ne pouvait définitivement pas mettre de genre de vêtements pour s’occuper du château. C’aurait été bien plus handicapant qu’un simple débardeur accompagné d’un short et surtout d’une bonne paire de baskets. Quelle dommage que ces trucs-là ne fassent pas si mal. Nul doute qu’elle les aurait aimés encore plus si cela avait été le cas.

Arme à la main, elle eut vite fait de quitter l’enceinte du château, ayant appris bien vite à connaitre son lieu de travail par cœur. Elle se souvenait encore de ces semaines de galères durant lesquelles elle mettait plus de temps à trouver la machine présentant des dysfonctionnements plutôt qu’à véritablement réparer ladite machine. Fort heureusement ce temps était révolu à présent et elle connaissait presque le château comme sa poche.

Portant son regard aux alentours, elle ne mis pas bien longtemps à localiser sa cible et à prendre sa direction. Une fois encore, il allait l’entendre. D’ailleurs, pourquoi même attendre d’être près de lui pour lui hurler ses incompétences en pleine face ? C’était d’un ridicule !

« Hey, toi ! T’es conscient que t’es censé protéger le château ambulant et non pas le réduire en miettes à la première occasion venue ?! »

Pour illustrer combien ça la soulait profondément de devoir toujours réparer derrière lui, elle lui balança sa clef à molette dans la face alors qu’elle s’approchait encore.

« Et ça tu vois, c’est rien comparé à ce que tu fais à ce pauvre château ! »

Oui, bien sûr. Le château était plus à plaindre que lui. Du moins dans la logique de la rouquine qui était encore un peu trop loin pour se faire une idée de combien les blessures de Kaiju pouvaient être sérieuses. Et d’ailleurs, même s’il était mourant il était fort possible qu’elle considère que les dégâts faits sur le château ambulant étaient plus importants. Parce que c’était à elle de les réparer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Ven 9 Aoû - 10:09



J'te méprise 'n' *ou pas*
Hell & Kai = Fusion nucléaire ratée

Et voilà, ce qui devait arriver arriva, inéluctablement. Il avait beau avoir prié très très fort, ça n’avait rien changé à ses volontés désespérées. A cela, il y avait donc deux solutions possibles : La première, c’était que Dieu ici n’existait pas, donc il n’avait pas de réseau pour recevoir ses requêtes & la seconde c’était que ce dernier n’existait tout simplement pas. Bon, dans les deux cas, ça revenait au même et il allait bien devoir se prendre en main tout seul à partir de maintenant. Comprendre par là ; échapper à davantage de sévices gracieusement offerts par l’adorable petite garce rousse.

Oh, pour sûr qu’elle était mignonne, Hellhound. Sauf quand elle avait une clef à molette dans la main. Ou un marteau. Ou une chaussure à talons. Ou … Bref, dès que ses mains tenaient quelque chose, son taux de mignonnité – mot inventé et j’vous zut – chutais dangereusement en dessous de la barre peu enviable des moins trois milles points et des poussières. Je vous laisse visualiser, c’est très moche. Et je retiendrais mes vannes, sait-on jamais que l’autre hystérique trouve le moyen de tuer la voix-off que je suis, il ne manquerait plus que ça !

Bref. Kaiju avait eu l’espoir qu’il ne subirait pas plus de dommages qu’actuellement. Mais il avait rêvé un peu trop, le coco. Un « BRANG » sonore se fit entendre bientôt ainsi qu’une petite voix en fond sonore, qui se rapprochait de plus en plus. Mais ce qui retenait le plus l’attention de l’androgyne, c’était bel et bien la douleur cinglante qui venait de rejoindre ses nombreuses consœurs sur son corps déjà meurtri. Ca piquait un peu, soyons direct. Et merde, elle l’avait donc trouvé. Si ça, ce n’était pas un manque de bol considérable.

Malgré tout, et sans doute habitué au rythme maintenant, l’ex-japonais ne chercha même pas à élever plus que ça la voix. Primo, il n’en avait pas envie et secundo, cette entreprise idiote risquait de lui couter le peu d’énergie qu’il lui restait, soit très très très peu. Il aurait été un portable, il se serait déjà branché sur la batterie de secours depuis un long moment.

La colère de la rousse était palpable. Franchement. Heureusement, dans un sens, qu’il était trop épuisé pour y répondre. A la place, après avoir un instant observer la clef à molette volante qu’il s’était diligemment mangé en pleine poire – Par le ciel, il avait échappé au marteau ! – son regard vint choir sur la mécanicienne. Il ne la voyait pas très distinctement, avec un seul œil, l’autre refusant de s’ouvrir pour l’instant. Toutefois, c’est avec une expression à mi-chemin entre le blasé et le stoïque qu’il lui répondit un magistral « Aie. ».

Oui, avec deux bonnes minutes de retard, oui. C’était comme ça, il valait mieux ne pas chercher plus loin. Mais il ne fut pas décidé à s’arrêter là ; après tout il fallait bien que lui aussi se justifie, non ? Non. Normalement pas, mais devant Hellhound, il se sentait presque obligé de faire ça.
    « Oui, excuses-moi de m’être encaissé une bombe à la place du Château Ambulant, je le laisserais imploser la prochaine fois ; et toi avec. »
Humour, ou pas ? Difficile à dire. Mais il n’avait pas apprécié le geste, en tout cas. Bwarf, il sera vite calmé, sans doute.


Code © Keira M. sur epicode


Et pour continuer dans le troll et la débilité, je fous ici un gif de Britney Spears. Ouai, j'ai peur de rien, attention.
Je t'aime

558 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Mar 13 Aoû - 23:41


F*ck you
Kaiju & Hell


C’est en se rapprochant qu’elle commença à constater que Kaiju était blessé. Mais le seul effet que cela fit sur elle fût un haussement d’épaule. Elle ne regrettait pas son geste de toute façon. Ne serais pas l’amour vache, la façon dont on appelle l’affection qu’elle porte au gardien des portes du château ambulant. Et puis elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu’un de toute façon : autant que ce soit quelqu’un qui en avait pris l’habitude. Et c’était le rôle de Kaiju depuis que la rouquine avait débarqué, alors…

Et puis, si ces blessures qu’elle pouvait à présent voir, une fois proche de lui, lui faisaient vraiment mal, il n’arriverait pas à garder cette tronche totalement stoïque qui lui donnait envie de le frapper davantage pour au moins voir une émotion sur son visage. Même si celle-ci devait être celle de la douleur. A bien y réfléchir, c’était rare que elle, grande rouquine sadique et affreusement méchante quand il s’agissait de lui, voit une autre expression sur son faciès, de toute façon.

Elle soupira, en passant une main dans ses cheveux face à son petit « aie » donc la crédibilité était au moins aussi élevée que celle d’un crapaud qui demande un baiser en prétextant être un prince qui retrouvera sa vrai forme une fois les lèvres d’une belle princesse posée sur les siennes –vaseuses et dégoutantes, sinon c’est pas drôle. D’ailleurs, elle lui aurait volontiers hurlé dessus s’il n’avait pas pris la parole pour se justifier juste derrière.

Elle bailla face à la réplique de son compagnon de fortune. L’air de dire « ouais c’est ça, cause toujours, tu m’intéresses ! ». Paroles en l’air, bien évidemment. Même s’il mourrait d’envie de la voir explosée, il n’aurait jamais laissé une telle chose arrivée au château ambulant. Elle le savait. Elle le connaissait assez pour savoir ça.

« Ouais, bon, et sinon, quand t’auras finis de dire des conneries, on pourra rentrer pour s’occuper de ça ? Nan parce que moi j’ai autre chose à foutre de ma journée tu vois, et si je te laisse dans cet état je vais être responsable du prochain pépin. »

Dans l’idée…Elle essayait d’être gentille. Ce n’était pas son fort, mais elle faisait des efforts avec lui, vraiment. Elle l’aida même à se tenir debout une fois sa clé à molette récupérée, avant de l’aider à faire un pas devant l’autre. Mais bien sur, venant d’une fille comme Hellhound, tout ça devait sonner faux. Alors, elle se devait de reprendre la parole.

« Oh, t’es sexy tu sais ? »

Remarque gentille ? Venant d’elle ? Non. Il ne fallait pas rêver. Mais elle laissa quelques secondes s’écouler avant de reprendre, juste histoire qu’il croit quelques secondes qu’elle aurait pu lui faire un véritable compliment. Ceci fait, elle reprit, d’un ton moqueur, et sans aucuns remords.

« C’est un des gars que j’ai vu en passant qui m’a dis ça : Hey, elle est sexy la fille qui garde les portes du château ambulant ! »

Pour se moquer ainsi de lui, allait-il se venger en la frappant ? Oh, elle l’ignorait. Elle savait qu’il se vengerait, mais comment, ça c’était une toute autre question à laquelle elle n’avait pas encore la réponse. Alors, elle attendait patiemment, presque amusée, de voir la prochaine réplique de son ami un peu particulier.

Nan nan ca c'est une fille qui joue dans HIMYM XD
Love you ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Jeu 15 Aoû - 18:13



Lâches-moi.
Hell & Kai = Wazaaaaa. Ou pas.

Cette gosse était d’une chiantise si extrême que Kaiju se demandait si c’était autorisé, de l’être autant ? Sans doute, sinon elle ne coulerait pas des jours heureux dans sa carlingue mécanique qu’elle entretenait avec amour – davantage, en tout cas, que ses relations sociales, c’était certain. Puis bon, à voir sa réaction, elle était pas mal stupide, aussi. Au moins autant qu’elle avait des doigts de fée pour s’occuper des machines du Château Ambulant. En clair, aux yeux du monstre, elle était aussi idiote que compétente dans ton domaine d’action. Ca ne retirait pourtant rien à sa bêtise, toujours croissante. Elle n’avait donc pas vu qu’il était blessé ? Ce n’était pas parce qu’il ne disait pas grand-chose qu’il ne ressentait aucune douleur, sinistre tâche qu’elle était.

Mais bon, quand elle le voulait, elle pouvait devenir une gentille tâche, alors le japonais laissait passer, comme d’habitude lorsqu’il s’agissait d’Hellhound. C’était un rythme à prendre, après tout. Par contre, ce qu’elle pouvait lui casser les oreilles à se lamenter comme ça. Une vrai donzelle, pas de doutes là-dessus. Mais bon, il ne pouvait pas trop lui en vouloir non plus, c’était un peu une handicapée des relations sociales ; elle tâchait de faire des efforts et ça, même si trop peu de gens le voyait, ça n’échappait pas à Kaiju. M’enfin, il faudrait qu’il prenne le temps de lui parler pour la coacher un peu à ce propos. Elle ne s’y prenait pas vraiment comme il le fallait ; et c’était triste. Elle méritait d’être entourée de gens qui l’aimait, c’était certain.
Mais ce n’était pas demain la veille que ça arriverait si elle persistait à continuer dans cette voie.

L’homme soupira, souffrant de ses maux physiques. Bordel, pourquoi est-ce qu’à chaque fois que quelqu’un voulait s’en prendre au Château, c’était directement à coup de bombes, toutes plus sophistiquées les unes que les autres ? Ça devenait lassant à la fin ; il ne savait plus à quoi s‘attendre, maintenant. Il ne manquerait plus qu’une bête de son gabarit se ramène par la suite et ce serait la totale au niveau malchance. Quoi que bon, il avait déjà touché le fond, quand on y regardait bien.

Il apprécia l’idée de regagner le Château afin de soigner ses plaies. C’était une perspective très intéressante. Et franchement pas désagréable, qui le tentait plus qu’un peu.
Se laissant ramasser par la demoiselle, il voulut répondre à sa petite pique provoquante car même si c’était de l’humour, il lui fallait bien se défendre.

    « Ahah, très dro-.. »

Il ne put finir sa phrase d’un épais jet de sang jaillit alors de sa bouche, accouché directement de l’une de ses blessures internes sans doute. Le manteau verdoyant absorbait avec difficulté cet arrosage fort peu commun à l’habitude. Putain, ça faisait un mal de chien. Il avait l’impression de se déchirer tout seul, à chaque fois qui osait un pas ou une parole. Alors, en désespoir de cause, il essaya un peu de diplomatie avec son acolyte. Après tout, elle devait bien avoir les pieds un peu sur terre, non ?

    « Hell’, je te propose de … de remettre nos… jérémiades à plus t-… tard. D’acc…ord ? »

Sa voix était hachurée par la souffrance et le liquide vermeil ne désemplissait pas de couler de la commissure de ses lèvres jusque sur son menton avant de terminer sa course sur le tapis sur vert de l’herbe vigoureuse.


Code © Keira M. sur epicode


Ouai, mais moi j'suis une inculte, donc je l'ai prise pour BS 'n' *pan*
Love Love

572 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Lun 19 Aoû - 1:40


F*ck you
Kaiju & Hell


Elle n’avait pas remarqué combien il pouvait être mal en point. Ce n’est qu’en l’aidant à prendre la direction du château qu’elle s’était rendu compte de l’étendue des dégâts. Epaule, bras, abdomen, visage…Et à sa façon de boiter cela n’était très certainement pas tout. Et elle s’en voulait presque d’avoir fait ce qu’elle avait fait.  Lui balancer cette clé à molette dans la figure alors qu’il était déjà dans un aussi mauvais état…Ouais bon d’accord il avait l’habitude, mais tout de même. C’était ben la première fois qu’elle avait l’impression de véritablement abuser et de le traiter véritablement mal. Alors que pour elle, tout cela n’était qu’une marque d’affection assez étrange. Elle ne connaissait rien d’autre, pouvait-on vraiment lui en vouloir ?
Lui, il ne l’avait jamais fait. Alors que pourtant il était celui qui en avait le droit le plus légitime.

Et encore. Elle s’en voulait, mais elle ne paniquait pas encore. Non, elle n’avait commencé à paniquer que lorsqu’il avait commencé à répliqué, puis s’était tout bonnement arrêté pour cracher du sang sur le sol vert. Elle ne l’avait jamais vu dans un tel état et c’était ce qui lui faisait d’autant plus peur. Pour la première fois de sa vie elle réalisait que protéger les portes du château ambulant ne s’avérait pas seulement dangereux…Mais que cela pouvait s’avérer même mortel si les choses venaient à vraiment mal tourner.

Elle aurait presque pu rester là à contempler sa connerie et le sang de son ami sur le sol. Seulement voilà, cela n’aurait aidé en rien, et elle avait le sens des priorités. D’abord, elle devait agir. Elle laisserait la panique l’envahir après, au besoin. De ce fait, elle ne put qu’acquiescer lorsqu’il lui proposa de remettre cette petite joute verbale à plus tard. D’un signe de tête, seulement. Avec la plus grande douceur dont elle était capable, elle l’aida à se poser sur le sol, afin de lui faire économiser ses forces, et décréta d’une voix qui se voulait assurée.

« Ne bouge pas d’ici. Je reviens ! »

Sur quoi elle se lança dans une course aussi rapide qu’elle le pu pour rejoindre le château ambulant. Les choses iraient plus vites ainsi. Et Kaiju souffrirait moins à rester dehors plutôt qu’à essayer de rejoindre l’infirmerie qui était sa destination. Connaissant le château ambulant par cœur, elle l’atteignit rapidement et sans encombre pour s’emparer aussi rapidement qu’elle le pu de divers bandages, désinfectants et crèmes. Ce n’est que sur le chemin du retour qu’elle s’arrêta dans la cuisine pour mouiller un tissu d’eau fraiche, à défaut de ne pas pouvoir avoir de glaçon sous la main dans l’immédiat.

C’est donc bien chargé qu’elle revint vers Kaiju à peine quelques minutes après l’avoir laissé sur l’herbe. Elle ne s’attarda pas en paroles rassurantes, ni rien de tout ça. Prendre soin d’une autre personne était déjà beaucoup lui demander. Sans se faire prier elle lui mit donc le chiffon imbibé d’eau glacé sur le visage, au niveau de son œil endommagé, avant de lui balancer sans gentillesse aucune.

« Tiens moi ça avec ton bras valide. Et je te jure que si tu te plains que c’est froid, que ça pique ou quoi que ce soit d’autre je t’assomme pour que tu me foutes la paix pendant que je m’occupe de toi. »

Sur quoi elle enchaina, d’abord en s’occupant de désinfecter la blessure a son abdomen, puis en y déposant une pommade censée aidée à la guérison avant de lui faire un bandage pour essayer de minimiser la douleurs qui pourrait survenir par la suite, lorsqu’il bougerait. D’ailleurs, en parlant de ça.

« Et tu me fera le plaisir de rester coucher quelques jours. Je prends rarement la peine de soigner un blessé alors quand je le fait je veux que les choses se passent bien, pigé ? »

S’intéressant à ses autres blessures, elle fuyait son regard. Etre gentille avec lui ne lui ressemblait pas assez pour qu’elle puisse le regarder dans les yeux en s’y appliquant.

669 ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Mar 20 Aoû - 11:46



Insanity
Hell & Kai, a great story

Sans aucun doute, c’était bien la première fois que la Mécanicienne du Château prenait autant de délicatesse envers Kaiju, que, d’ordinaire, elle malmenait à son bon plaisir, à grand renfort de marteau et clef à molette. C’était ainsi, et l’ex-nippon savait bien que se cachait assurément un cœur attendrissant derrière cette carapace dure et paraissant impénétrable. Frapper était, étonnamment, la façon dont Hellhound vous montrait tout son amour pour votre personne. Un hoquet presque rieur faillit prendre le monstre à la gorge, mais cette dernière était déjà trop encombrée de sang pour qu’une telle fantaisie lui fût permise. A la place, il étira autant qu’il le pu ses lèvres –soit pas des masses – et écouta attentivement les dires de sa jeune amie, qui montrait là une toute autre facette de sa personnalité. Etrangement, il se sentait en sécurité, de cette manière, quand bien même il était toujours à l’extérieur.

Cette petite rouquine était étonnante, par bien des aspects. Même en changeant un peu ses habitudes envers le Gardien des Portes, elle demeurait comme étant fidèle à elle-même. Sa vivacité et son langage fort peu tendre devenaient un paradoxe total avec ses actions présentes. Kaiju ne put que se sentir à l’aise. Elle ne jouait pas de masques, au moins. Il savait que si elle faisait ce à quoi elle s’adonnait présentement, ce n’était pas pour être bien vu de l’ancien qu’il était mais réellement parce qu’elle s’inquiétait pour lui et souhaitait qu’il guérisse au plus vite. Comment ne pas bien prendre une chose semblable ? Encore une fois, il manqua de rire, mais se retint. Ses poumons étaient capricieux et gaspiller son énergie ne lui rendrait pas service ; pas plus qu’à Hellhound, d’ailleurs. Qui sait si sa clef à molette ninja ne trainait pas dans le coin, elle aussi ?

Il est vrai, les soins picotaient un tantinet – rien d’étonnant avec la profondeur des blessures- mais Kaiju prit sur lui afin de ne pas laisser paraitre l’entièreté de ses maux. La petite faisait de son mieux, il ne fallait pas la faire douter de ses compétences – car étonnant, elle se montrait très douée pour panser des plaies ; bien plus que l’homme ne l’aurait imaginé autrement. Il l’écouta, religieusement, lui ordonner de rester coucher quelques jours le temps de bien cicatriser. Ça ne lui posait pas de problème. Il espérait juste que des kamikazes ne viennent pas perturber le convoi magistral qu’était le Château Ambulant à coup d’attaques suicides ou de bombes. Car le nœud du problème était là. Il tâcha de lui faire remarquer, d’ailleurs.

    « Il faudrait que le Château s’enfonce un peu dans les brumes des Landes pendant ce temps, afin qu’il ne soit pas repéré… » Soufflât-il de tout son souffle fragile.

Enfin, de son seul œil valide, il couvait du regard la demoiselle, affairée à bander ses blessures. L’apaisement qu’il ressentait maintenant était sans égal. Posant une petite minute ce qu’il portait de son bras intact, il laissa doucement sa main gagner le sommet du crâne flamboyant avant de l’y laisser choir, juste un petit instant. Il s’autorisa des soubresauts aussi vifs qu’il lui fut possible d’en concevoir et s’attela à essayer de former une nouvelle phrase qui traduirait son actuel ressenti, malgré l’essoufflement qu’il sentait prendre place en son interne.

    « Merci… » Dit-il, à peine plus fortement que sa palabre précédente.

Il se mit alors à tousser douloureusement. Sa main quitta la chevelure d’Hell’, à regret, pour essayer de contenir ses spasmes en se plaquant sur sa bouche. Une poignée de secondes plus tard, il pouvait de nouveau rabaisser sa dextre, dont il vit la paume tâchée de sang, malgré tout. Quelques jours de repos, hein ? Il en faudrait sans doute bien plus, mais ça, il se gardait de le faire savoir, pour l’instant. Inutile de spéculer inutilement, après tout il n’était pas médecin. En lui et place, il essuya aussi discrètement qu’il le pu le sang sur l’herbe proche de lui, feignant de caresser le sol. Son orbe retourna se planter sur la jeune femme et ses lèvres s’ourlèrent autant que possible en un sourire plus faux qu’il n’y paraissait. Piètre menteur, va.


Code © Keira M. sur epicode




693 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   Ven 23 Aoû - 23:19


F*ck you
Kaiju & Hell


Elle s’était perdue, aussi bien dans ses pensées que dans son occupation de fortune ; soigner l’homme face à elle. Elle n’avait pu s’empêcher de se demander pourquoi le château ambulant en prenait autant dans la gueule –enfin, Kaiju, dans le contexte, n’empêche que s’il n’avait pas été là c’aurait été le château. Elle doutait bien qu’il s’agisse d’accidents à chaque fois. Alors elle n’avait pu s’empêcher de se demander qui pourrait bien avoir le cran de s’attaquer au château. Au risque de provoquer une guerre. Probablement pas la vallée du vent…Akane semblait trop…Elle pour faire une telle chose. Mais qu’en était-il des deux autres royaumes ? En eux elle n’avait aucune confiance.

C’était dans toutes ces réflexions loin d’être joyeuse qu’elle s’était lancée lorsque Kaiju pris la parole, et le moins que l’on puisse dire c’est que cela n’eut rien de réconfortant. Il fallait que le château ne soit pas repérer le temps qu’il se repose…Cela ne l’aida en rien à se rassurer sur ses idées précédentes. Mais ça, il ne pouvait pas le savoir. L’envie d’aborder avec lui ce sujet sur lequel il aurait probablement plus de matière qu’elle lui traversa l’esprit.  Mais cela resta à l’état d’idée, car il n’était définitivement pas en état d’avoir une conversation aussi sérieuse. Elle garda cependant l’idée dans un recoin de sa tête. Prochainement, elle reviendrait le voir pour en parler avec lui, c’était certain.

Mais pour l’heure, elle n’eut qu’une envie, ce fût de mordre cette main qui venait se poser sur son crâne. Ou encore, de la couper et de lui foutre le feu. Un signe d’affection, quelle horreur ! Et de plus, il touchait à sa si précieuse chevelure ! Blasphème ! Et tout ça pour quoi ? Pour le remercier d’un juste retour des choses…C’était d’un stupide. Et elle l’aurait de nouveau volontiers frappé pour ça, si son état n’était pas aussi lamentable. Elle le ferait, d’ailleurs. Plus tard. Pour l’heure, il fallait juste qu’elle sache faire la part des choses.
Aujourd’hui elle le forcerait à se reposer.
Dans une semaine elle viendrait le frapper assez pour qu’il ait besoin d’une nouvelle semaine de repos.

Surtout qu’il se mettait à tousser, ce con. Alors, elle ne put que lui tirer une sale tronche de gamine énervée. Oh oui, elle l’aurait volontiers frappé. Mais, il faut faire durer le plaisir. Le frapper aujourd’hui, c’était mettre fin à ses jours. Or, une fois mort, elle ne pourrait plus le martyrisé à son gré. Il fallait donc qu’elle prenne son mal en patience. Même si putain ce que c’est dur ! Et le pire, c’est que ce con, il ose la narguer avec un sourire.
Abruti.

« Putain tu me fais chier. Pourquoi tu me souris comme ça, là ? Pourquoi tu souris tout court, d’ailleurs ?! T’es maso ? Ou juste trop con pour comprendre qu’être blessé comme tu l’es, c’est pas une bonne nouvelle ? Pauvre tâche ! Aller debout, tu m’insupportes. Je vais te ramener à ta chambre histoire d’avoir enfin la paix. »

Bon, chez elle ça veut juste dire « Soit pas content ‘être blessé et repose toi, abruti ». C’est juste qu’elle sait pas le dire comme ça, on ne peut pas lui en vouloir, hein ?

Elle l’aide à se relever, et joignant le geste à la parole, elle le ramène jusque dans sa chambre et le mets au lit. Elle prend même soin de placer une bouteille d’eau près de lui.

« Tu m’as bien comprise j’espère ? Tu bouges pas de là pendant minimum une semaine. Et crois-moi t’as tout intérêt à le faire parce que si tu bouges, je le saurais. Et si je le sais j’te casse les deux jambes histoire d’être sûre que tu m’écouteras la prochaine fois. Et penses à boire beaucoup d’eau. T’as perdu beaucoup de sang, alors faut compenser. »

Elle ne lui laisse pas le temps de lui répondre et claque la porte derrière elle. Elle reste sur le pas de la porte, quelques secondes, et soupire, avant de reprendre son poste.

Quand va-t-il arrête de l’inquiéter, cet andouille ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound   

Revenir en haut Aller en bas
 

F*ck you; F*ck you very very muuuuuuuuuch || Hellhound

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 71eme Cadian "Les Hellhounds"
» Seigneur de Nurgle
» photos de tout poil...
» [GImp][DCA 2010]
» La garde impériale de Tassilius

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Château en pierre :: Château ambulant-