AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 La première fois... [Pv Hellhound ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Lun 15 Juil - 22:08


La première fois...
Hellhound & Miles


« Certaines rencontres resteront à jamais marquer dans ma vie. Mais ce genre de rencontre, je les compte que sur les doigts d'une seule main. Elles peuvent parfois être formidables, extraordinaires, merveilleuses... A mes yeux, celle-ci restera tout simplement inoubliable. Tout simplement car elle aura été
ma première fois.
»


Une petite balade dans le centre ville. Quel mal y avait-il à cela ? Aujourd'hui, le policier n'était pas en service. Le justicier avait décidé de faire sa loi dans ce coin qui lui était fort inconnu. C'était complètement différent de « la terre des exilés ». Le lieu était bien plus riches, les appartements plus modernisés, les immeubles relativement assez hauts, des monuments et des tours tout aussi époustouflant les uns que les autres. Cet endroit ressemblait fortement à tout ce que le blond avait pu connaître auparavant. Il faut dire que jusqu'à présent, c'était le lieu qui lui avait fait la plus forte impression. « La cité de Yubaba ». Quel nom étrange pour un endroit si merveilleux. Cela gâcherait presque la classe de ces lieux. En ces lieux, il y avait foule. Et quoi de plus normal, la cité Yubaba regorgeait de diverses activités. C'était techniquement parlant, un lieu fait pour le commerce et pour les jeunes touristes rêvant d'évasions et de grands air.

Cet endroit était un véritable festin pour les yeux. Probablement le genre d'endroit où l'on rêverait d'y mettre les pieds au moins ne serait-ce qu'une seule fois dans sa vie. Miles avait même trouvé des armes relativement intéressantes. Mais le prix était assez excessifs. Cela en devenait presque du vol. De plus, ses deux jumeaux fonctionnaient à merveilles... Il était donc inutile pour l'homme le plus électrisant du monde de dépenser inutilement ses sous. Le soleil était présent et celui-ci ne manquait pas de faire sentir sa présence. La chaleur ne tardait pas à faire monter la température et qui dit chaleur dit également tension. Les gens commençaient à avoir chaud. Ça se bouscule dans les endroits où il y avait foule. C'était sans l'ombre d'un doute le lieu idéal pour les pickpockets. Des jeunes délinquants pouvaient frapper à tout moment, il valait mieux garder l’œil. Et comme si une force invisible l'avait entendu...

- « Oh voleur ! »
Deux jeunes individus bousculaient brutalement les personnes qui leur barraient la route. Miles voulu dégainer son arme mais vu le nombre de personnes se trouvant dans ce lieu... The perfect storm opta pour une petite course poursuite à pied. Entre la hanche d'une vielle dame et juste sous les aisselles d'un grand homme, l'intrépide distinguait l'un des deux bandits. Créant une minuscule bille imprégné d'électricité, celui-ci se servit de son index comme d'un revolver et le blondinet envoya sa petite boule électrique en plein dans les dorsaux. Celui-ci s'écroula sur le champs, paralysé par la petite décharge électrique que lui avait envoyé le justicier. Le deuxième s'empressait de faire demi-tour pour relever son allié. Une autre décharge électrique pile entre les deux yeux afin de les neutraliser. La jeune femme se hâtait de ramasser son sac avant d'assimiler des coups de talons aux deux malfrats qui étaient dans l'incapacité de bouger.

A cette scène, Miles ne put que ricaner... Après cette petite action très routinière, le policier cherchait un coin tranquille histoire de se détendre. Après tout, la voix du peuple n'était pas un service aujourd'hui. Du calme et un peu de repos ne lui ferait pas de mal. Trouvant non loin de là un bar-restaurant, le justicier se mit à sourire avant de pénétrer celui-ci. Une odeur d'ivresse et de sueur régnait : L'alcool coulait à flot. Alors que le jeune homme s'apprêtait à se diriger vers le comptoir, celui-ci distinguait sur l'un des tabourets une silhouette qui lui semblait familière. Dans un premier temps, le blond aux yeux émeraudes écarquillaient des yeux avant de se mettre à sourire d'une manière arrogante. Poursuivant ensuite sa route, il s'installa aux côtés de la jeune femme. Commandant un verre de jus de pommes, le justicier ne put s'empêcher de prendre un ton hautain, tout en affichant un sourire fier.

- « Encore toi. »



Dernière édition par Miles le Jeu 3 Oct - 18:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Mer 17 Juil - 0:40


La première fois...
Miles & Hell


Reste calme, Hell. Reste calme.

C’était les mots que la rouquine se tournait en boucle dans son esprit, dans le but de ne pas céder à la tentation de foutre son poing dans la gueule du mec en face d’elle. Il est évident que si cet homme douteux n’est pas encore au sol, c’est que cette petite formule magique fonctionne bien. Reste à savoir combien de temps cela va encore durer. On ne résout rien par la violence, parait-il. Ouais, foutaises. N’allez pas dire au chien des enfers ici présent que foutre une bonne droite à ce mec qui essaie de la draguer depuis 2 bonnes minutes –mais deux minutes de trop !- ne calmerait calmerais pas les ardeurs de l’apprenti Don Juan. Et ses nerfs, par la même occasion. Parce qu’il faut tout de même reconnaitre que si cela n’empêchait pas Roméo de continuer ses jeux de charmes, au moins, la mécanicienne, elle se serait calmée. Un minimum.

Elle en avait tellement envie, de lui foutre un coup de poing en plein visage ! Juste là, se disait-elle, ça lui ferait assez mal pour lui briser la mâchoire et l’empêcher de sortir un mot de plus de ses répugnantes lèvres ! Mais elle se contenait et ce depuis trop longtemps à son goût d’ailleurs. Il serait pourtant simple de le faire taire. Si simple. Et terriblement mal venu également, hélas ! Si elle s’était déplacée jusqu’à la cité de Yubaba, c’était pour faire un peu les boutiques, et rechercher des pièces rares, ou peut-être même quelques vêtements.
Rien n’avait été à son goût. Et maintenant on venait l’emmerder ? Elle soupira. Acte qui ne fût pas sans déplaire à Casanova. Et comme il commençait à sérieusement lui faire chier, ça en plus du fait qu’elle n’avait pas retenu son prénom et qu’elle commençait à être à court de surnom pour monsieur, elle se contenta de lui foutre une gifle monumentale avant de reprendre sa route, non sans ce goût amer dans sa bouche. Pas pour lui avoir foutu une gifle, mais parce que putain cette envie de frapper quelqu’un ne la quittait pas !

Elle serra les poings, jusqu’à enfoncer ses ongles fraichement vernis dans sa chair pour essayer de se calmer, et pressa le pas, sans se soucier de l’éventuelle douleur que ses talons pourraient lui causer par la suite. Quelle connerie elle avait eu de ne pas s’habiller comme un garçon manqué, pour une fois ! Elle aurait dû se douter que sa jupe et sa chemise allait lui causer des problèmes. Mais ça faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas pris soin d’elle au profit du Château Ambulant, aussi. Qu’y avait-il de mal à vouloir prendre une petite pause pour une fois ? A croire que les gens n’étaient pas capables de foutre la paix à ceux qui ne demandaient que ça !

C’est face à un bar-restaurant qu’elle finit par se calmer un minimum et s’arrêter. Et elle se laissa finalement aller et entra. Elle avait besoin de faire le vide. D’oublier cet abruti et ses envies de frapper quelqu’un à tout prix. Alors, d’un pas assuré elle pénétra dans le commerce, ignorant l’aspect restaurant pour aller directement s’asseoir sur l’un des tabourets du bar. Elle commanda un cocktail qu’elle avait déjà commencé à siroté doucement lorsque l’on vint s’asseoir à ses côtés, non sans lui lâcher deux mots.

« Encore toi. »

Elle tourna la tête vers lui et tâcha de garder un air neutre. Puis, opta pour un petit air interrogatif. Oh oui, ce mec elle le connaissait et son petit air hautain, en plus de tout ce qu’il avait déjà fait dans sa vie, ne lui donna que plus envie de le cogner encore. Mais pas tout de suite. Oh ça non. Ils étaient dans un monde nouveau, aussi pouvait-elle aisément se jouer de lui l’espace d’une soirée. Finalement elle lui adressa un petit sourire, pivotant sur son tabouret pour lui faire face, avant de prendre la parole d’une voix douce.

« C’est une technique de drague ? » Elle lâcha un petit rire avant de poursuivre. « Tu sais, c’est vieux comme le monde, ça. Et puis t’es plutôt mignon alors peut-être que même sans ça je te laisserais m’offrir un verre ? »

Elle lui adressa un petit clin d’œil avant d’attraper son verre pour en boire une nouvelle gorgée. Et elle pria pour sa petite comédie fonctionne. La journée s’avérait bien plus intéressante si elle pouvait se rapprocher assez de ce gars pour qu’il ne se méfie pas d’elle. Jusqu’au moment ou elle frappera, lorsqu’il s’y attendra le moins. La simple idée suffisait à elle-même pour qu’elle puisse oublier cet abruti qui l’avait draguée un peu plus tôt.

« Alors ? C’est quoi ton nom ? » demanda-t-elle sans détacher son sourire de ses lèvres rosées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Jeu 18 Juil - 16:28


La première fois...
Hellhound & Miles



Miles manqua de peu de s'étouffer. Lui ? La draguer ? Et à quoi bon. Dans quel but ? Quelle idée étrange. L'amour... Bon nombre de personnes y avaient cru. Une chose pleine de promesses ! Celle-ci peut souvent promettre une joie et un bonheur éternel. Mais au final, qu'on finisse sous la douceur d'un magnifique coucher de soleil ou sous la puissance des feux des volcans, le résultat restait le même : nous mourrons. Le blondinet était assez fier de ne pas avoir cédé à la tentation. Cependant, il fallait dire que la tentatrice était assez forte aujourd'hui. La jeune femme avait les meilleures armes à ses côtés. Munit de talons hauts et d'une robe moulante, on pouvait aisément parcourir les courbes de son corps. Sa robe rouge, ainsi que ses cheveux roux donnaient l'impression qu'il s'agissait d'une rose qui aurait pris l'apparence d'une déesse, venue dans ce bar/restaurant dans le seul but de séduire le justicier.

Il avait chaud, très chaud. Serait-ce dû à la température de la salle ? Certainement, probablement. Et cette ivresse ? L'odeur enivrante de l'alcool en serait la cause ? Ou simplement à cause de cette jeune femme qui jouait une douce mélodie munit de sa harpe non loin de là... Mignon. La jeune femme le trouvait mignon. Allons. Avait-elle oublié leur premier rencontre ? A cet instant, celle-ci ne semblait pas le trouver si mignon que ça. Bien au contraire, dans ses pupilles d'une couleur comparable au bleu d'un océan, on pouvait y voir de la haine. Lorsque leurs regards s'étaient croisés, ce n'était pas un être humain qu'elle observait mais plutôt une chose qui aurait pris l'apparence d'un être humain. Mais en ce jour, cette inconnue semblait être sous le charme du jeune policier. Serait-ce encore un fantasme d'une jeune femme voulant jouer avec un méchant flic ? Probablement.

« Alors ? C’est quoi ton nom ? »
« Miles. »
La voix du peuple termina son verre tel que l'aurait fait un cow-boy. Sa voix était sereine, peut être un peu roque. Par la suite, le jeune blond commandait deux verres. Du bout de ses deux doigts, l'homme le plus électrisant fit glisser l'un des deux verres en direction de la jeune femme. Le jeune homme regardait en coin la jeune femme, avant de regarder dans le vide. * ... * Quel était cette mascarade ? Pouvait-on réellement changer du tout au tout ? Haïr une personne pour ensuite tomber sous son charme ? Après tout, ils étaient tous deux dans un nouveau monde. Et qui disait nouveau monde, disait certainement un nouveau point de départ ! * Un nouveau point de départ... * Une remise à zéro. Tous les pêchés commis auparavant étaient donc effacés. Cela signifiait donc que toutes ces choses qu'on n'avait pas pu réaliser auparavant pouvait être fait ici, dans ce vaste monde quelque peu cabalistique. Il en valait de même pour l'amour.

« Dis moi, tu y crois au coup de foudre ? Je n'y ai jamais cru. »
Etrange venant de lui. L'intrépide n'avait pas l'habitude de poser des questions. Par ailleurs, il aurait très bien pu commencer par lui demander son nom. Mais celui-ci semblait bien plus intéressé par la réponse à cette question plutôt que le nom de cette jeune inconnue. C'était comme un peu comme lui demander ce qu'était être amoureux. Celui-ci semblait triste à regarder dans le vide. Quelle ironie ! L'homme le plus électrisant du monde avait subi ce qu'on pouvait appeler un coup de foudre ? Ça alors, lui qui se croyait immunisé contre l'électricité. Le policier s'était souvent interrogé sur les sensations que pouvaient procurer le coup de foudre. Il paraît que cela pouvait rendre un homme pauvre, riche de bonheur. Parait-il. Miles n'y avait jamais cru à ces sornettes ? Jamais, du moins...

« Du moins... Jusqu'à présent. »
Sourire en coin, tout en fixant la jeune femme. Si l'on ne le connaissait pas aussi bien, on pourrait presque penser que le policier était un homme bon et pur. Du fond de ses deux magnifiques émeraudes, celui-ci fixait la jeune femme qui semblait être sous son charme. L'amour est une chose inutile qui blesse les gens. L'amour est une perte de temps. L'amour brise une vie, elle peut même tuer un homme. Mais aujourd'hui, le blondinet se sentait intouchable. Celui-ci avait du temps à perdre et quant à sa vie... Hormis faire ce qui lui semblait être juste, il n'en avait que faire. Son assurance était peut-être dû au fait que celui-ci avait ôté tellement de vies qu'il se sentait immortel ! Tel Achille défiant les dieux, Miles avait envie pour une fois, de céder à cet étrange sentiment qu'était l'amour. Soupirant un bon coup, regarda en coin de son air mystérieux la jeune femme qui se tenait à ses côté.

« Ton nom est-il aussi comparable à la beauté d'une rose ? » disait-il en sirotant son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Mer 24 Juil - 0:51


La première fois...
Miles & Hell


Si son sourire quelques secondes plus tôt n’était davantage qu’une divine comédie, au fil des secondes il se fit de plus en plus sincère. Non pas seulement parce qu’il semblait marcher dans son jeu comme elle l’espérait mais également –elle se devait de le reconnaitre- parce qu’elle le trouvait assez mignon, vraiment. Il avait un petit quelque chose d’attendrissant. Peut-être l’innocence illustrée par cette gorgée passée de travers dans sa gorge qui lui fit manquer de s’étouffer. Allons, combien d’hommes manquaient à ce point d’assurance de nos jours ! Hellhound n’en avait jamais croisé un seul, du moins le pensait-elle. Et si, dans son entourage aussi proche que lointaine, elle aurait dû voir en l’une de ses connaissances un grand timide, ce n’était pas sur lui qu’elle aurait misé. Loin de là. D’une arrogance sans faille et d’un physique plus qu’avantageux, elle l’aurait davantage imaginé entrer dans son jeu directement et sans détour. Tout comme, dans l’autre monde, elle le voyait volontiers être du genre à se vanter de ses conquêtes. Troublée, oui, elle l’était. Mais pas forcément dans le mauvais sens du terme.
Quoi que.

C’était nouveau, pour elle, de le voir autrement que comme ce mec haïssable qu’il avait toujours été. L’arrogance à l’état pur. Et un misérable assassin, en plus de ça. Un sale type de la pire espèce…Oh non. Toute cette haine qu’elle avait pour lui n’avait pas disparu. Mais il n’y avait plus que ça à présent. Il y avait quelque chose. Un petit quelque chose qu’elle ne savait pas définir et qui la faisait continuer à sourire avec douceur à ce mec à qui elle, paradoxalement- ne voulait que foutre son poing dans la figure. Elle aurait voulu mettre le doigt dessus afin de s’en débarrasser au plus vite. Mais non, parce que face à ce « Miles » cela aurait été mal joué que de ne pas continuer à jouer la comédie aussi naturellement. Et qu’importe combien ça pouvait la faire rager elle continua simplement son petit manège, sa petite comédie.

Un manège, vraiment ?
A présent, face à ce vers qu’il avait fait glisser dans sa direction, probablement à cause de sa remarque faite un peu plus tôt, elle se sentait perdue. Elle porta le récipient à ses lèvres pour boire une gorgée du liquide, non sans se demander ce qu’il lui arrivait. Elle ne devait pas perdre de vue son objectif. Jamais. Surtout pas au profit de quelqu’un. Encore moins au profit d’un homme. Elle le savait. Elle avait grandi avec cette conception de la vie. Les hommes sont tous des lâches. Ils ne méritent pas la confiance qu’elle pourrait peur porté, car tôt ou tard ils finissent par vous abandonner lâchement. Comme son père avait abandonné sa mère dès lors qu’il avait appris qu’il serait père. Si celui qui aurait dû être toujours là pour elle, si celui qui aurait dû la soutenir même dans les pires moments n’avait pas été là, jamais, alors aucun homme ne le serait. Objectif de la soirée mis à part, c’était une philosophie qu’elle se devait de garder ancrée en elle. Cela dis…

Qu’y a-t-il de mal à jouer le jeu, pour une fois ?

Le coup de foudre ? Elle n’y croyait pas. Elle n’y avait jamais cru. Et elle ne voulait pas que les évènements de ce soir-là ne la fasse changer d’avis, même si au fond d’elle-même un petit quelque chose lui susurrait que c’était déjà fait. Et elle savait pourquoi. Parce qu’il n’y avait qu’un seul pas entre l’amour et la haine. Et voir ainsi celui qu’elle avait haït de plus en plus chaque jour la bouleversait tellement qu’elle aurait pu, sans s’en rendre compte, franchir ce pas…Et si ce n’était qu’une supposition, à l’instant ou l’homme en face d’elle lui avoua avoir franchi ce pas d’une façon détournée mais bien assez claire, elle en fut persuadée. Et, paradoxalement elle lui en voulu un peu plus pour ça.

Son sourire. Et l’éclat dans son regard. Elle en vint à penser, l’espace d’une seconde, qu’elle aurait pu se tromper, et que ce ne pouvait pas être lui. Où était son arrogance ? Où était cette ignoble personne, et pourquoi avait-elle laissée place à son exact opposé ? Et d’où sortaient ses compliments déguisés en une interrogation sur son nom ?!
Elle se sentait devenir folle. Mais, de toute façon, ce qu’elle ressentait en cet instant n’était pas déplaisant. Bien au contraire. Alors, c’est d’une voix douce, avec un petit sourire, qu’elle lui répondit.

« Nan, pas vraiment. »  Elle détourna son regard du sien pour faire face au bar et attrapa une nouvelle fois son verre pour en siroté une gorgée. « C’est même tout l’inverse, en fait. Mon nom est sorti tout droit des enfers. Peut-être la partie épineuse de la rose ? »

Cette fois, elle se tourna de nouveau vers lui avec un petit sourire amusé avant de poser sa main sur la sienne. Elle ne pensait plus à rien, à ce moment-là. Elle ne pensait plus à sa vengeance. Elle ne pensait plus à sa haine. Elle se laissait simplement guidée par le flot de ses envies et de ses émotions. Elle se sentie même rougir, mais n’y prêta pas cas, se disant que cela aurait pu n’être qu’un effet secondaire de l’alcool avalé.

« N’as-tu pas peur de te faire piquer ? »

Ce à quoi elle ajouta un petit clin d’œil. Elle ne se reconnaissait pas, vue de l’extérieur. Elle qui n’avait jamais été intéressée par les garçons, voilà qu’elle s’amusait à en draguer un. Et un qu’elle n’aurais jamais pensé apprécier, avec ça. Quelle irone.

« Hellhound. »

Gardant sa main sur la sienne, elle se pencha vers lui pour répondre à son autre question de façon un peu plus…chaleureuse. D’une toute petite voix elle vint susurrer à son oreille, sans perdre jamais une once de sa douceur, elle lâcha lentement.

« Jusqu’à présent, je n’y avais jamais cru non plus… Serais-ce un signe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Jeu 25 Juil - 19:47


La première fois...
Hellhound & Miles



La jeune femme qui se trouvait à ses côtés avait l'air quelque peu taquine. Contrairement au jeune homme, celle-ci semblait avoir une certaine aisance à aborder ce sujet. Que diable lui arrivait-il ? Miles n'était plus vraiment le même homme ce soir. Le regard souvent perdu dans le vide ou alors fixant par moment le liquide qui se trouvait dans son verre, le blondinet semblait avoir mis l'espace d'un soir sa notion de la justice de côté, pour laisser place à ce sentiment fort intriguant mais à la fois tout aussi chaleureux qu'était l'amour. Qu'était ce sentiment dans le fond ? Le coeur qui battait fort à la chamade, cognant contre le torse. La température corporelle qui montait, la tête qui semblait quelque peu dérangée. Très bien et après ? Le justicier se mit à regarder à sa gauche. Celui-ci fixait le visage de la jeune femme et plus précisément, ses fines lèvres qui semblaient présager la naissance d'un sourire.

La rose qui était assise à ces côtés semblaient franche et sincère. Cependant, comme elle avait si bien dit, lorsque l'on caresse une rose, on avait toujours à faire à des épines. Que faire ? Devait-il lui offrir son coeur, à ses risques et périls ? La situation était devenue de plus en plus gênante. A vrai dire, bien que le jeune homme avait un physique assez avantageux, le blondinet n'avait jamais rencontré l'amour. Ne serais-ce qu'une seule fois, celui-ci étant bien trop occupé à réaliser ses projets apocalyptiques. C'était dans ces moments-là que l'intrépide se rendait compte à quel point il passait à travers de nombreux choses essentielles à la vie. Et l'amour faisait partie des choses essentielles de la vie. Alors pourquoi s'en priver ? Surtout que la vie était courte. Nul ne savait quand la mort viendrait frapper à votre porte. Tant qu'on avait un souffle de vie, il fallait en profiter à fond. Du moins, c'était ce que penser le jeune policier aujourd'hui.

« Un signe ? Un signe... »
L'homme foudroyé par des sentiments amoureux esquissait un petit rire. Ce n'était l'un de ses sourires arrogant comme the perfect storm en avait lui seul le secret, non. Cette fois ci, il s'agissait d'un sourire doux, passionné et attendrit par des sentiments que l'intrépide ne saurait expliquer avec précision mais qu'il ressentait pour la jeune et belle demoiselle qui se trouvait à ces côtés. Le policier en était sur, celui-ci était sous le charme. A cet instant précis, le jeune homme était prêt à laisser sa carrière de brave chevalier servant de la justice, pour devenir l'élu de son coeur. Le tout était de lui dire ou de lui faire comprendre. Mais comment dire je t'aime à une rose lorsque toute sa vie, on a arraché et incendié des milliers de fleurs qui ne demandaient qu'à éclore ? Comment la bête qu'il était, pouvait espérer conquérir la belle qu'elle était ? Pour un amour impossible, ses rêves de justice absolu était pris pour cible.

« ... »
Hellhound. C'était donc ce genre de nom qu'on donnait à une rose ? Le gardien de la paix répétait son prénom en tête. Paradoxalement, elle n'avait rien de comparable à l'enfer, si ce n'était la couleur de ses cheveux. La jeune femme non plus n'y avait jamais cru auparavant, au coup de foudre. Un signe ? Le jeune homme ne croyait pas en ces choses-là. Pourtant, celle-ci devait bien reconnaître qu'un truc, quelque chose était né au beau milieu de ce bar-restaurant. Quelque chose de fort, un lien, une alchimie forte les attirait l'un envers l'autre. Comme deux aimants voulant absolument se rejoindre pour ne former plus qu'un, Miles voudrait faire de cette simple rencontre tout à fait innocente, une vie à deux. Hellhound, douce et tendre Hellhound... Si vraiment tu étais une rose comme le pensait celui-ci, retire toutes tes épines. Car sans l'ombre d'un doute, le gardien de la paix venait de rencontrer son tout premier coup de foudre.

Le coeur d'un homme, aussi fort qu'il pouvait être physiquement, était fragile. Buvant d'un trait le fond de son verre, le jeune blond s'orientait vers la jeune femme dès qu'il déposait son verre sur le comptoir. Le jeune blond avait l'impression que le temps s'était figé. Seul encore la douce mélodie jouait à la harpe par la jeune femme était à peine audible. A cet instant, même le dieux de la foudre n'aurait pu gâcher ce petit moment. Au diable ses histoires de justice et de paix éternelle. A quoi bon lutter ? Après tout, Miles n'était qu'un homme. Nous avons tous un instinct animal. Des pulsions qui étaient bien trop fortes pour quiconque. Tous avons déjà succombé au moins une fois dans sa vie, à la douceur et la tendresse d'une vraie femme au coeur pur. Cette fois ci, ce fut son moment à lui. Le justicier voulait ignorer les lois de la pesanteur, juste l'espace d'un court instant. Le jeune homme se sentait léger comme une plume, probablement les effets secondaires de l'amour.

« Hellhound. »
Le regard remplit de tendresse, l'intrépide la fixait de ses deux yeux d'un magnifique vert émeraude. Ses pupilles étaient formés d'un sublime éclat, reflétant les lumières de ce bar-restaurant. En cet instant, il n'y avait rien de mal, que de bonnes choses. Après tout, deux adultes avaient le droit de se laisser aller, non ? Ce que le blond désirait à ce moment précis, contemplant la beauté de son visage angélique, son regard d'un bleu pure et ses fines lèvres légèrement rosée... Ce qu'il voulait, c'était un baiser de sa part. Mais pour que le baiser soit réellement sincère, il fallait que celui-ci soit désiré par les deux acteurs. Même lui qui ignorait tout de l'amour savait cela. Déposant avec beaucoup d'hésitation sa main droite sur celle de la jeune femme, le jeune homme peinait à respirer de façon régulière. Pauvre de lui, Miles avait l'air d'être un gamin. Prenant une voix limite sensuelle, avec son air mystérieux qui faisait tout son charme, il lui intima subtilement ce que celui-ci ressentait à son égard.

« Hellhound. Désires-tu la même chose que moi ? » -disait-il en lui caressant la main.
Pour la première fois, le jeune blondinet s'apprêtait à ouvrir son coeur. L'amour était un sentiment étrange aux effets secondaires multiples. L'amour, c'était une chose qui pouvait faire mal, extrêmement mal. C'était une chose qui pouvait briser à tout jamais un homme. Paradoxalement, cela pouvait aussi décupler la force d'un homme. Le détourner de ses convictions et de ses croyances. L'amour, c'était aussi une chose qui pouvait à tout jamais changer un être humain. Rendre un homme saint mauvais et inversement. Créer des doutes, créer un avenir incertain, créer des ennuis, des angoisses, c'était aussi l'une des nombreuses facettes de l'amour. L'amour, c'était surtout d'arrêter de vivre pour soit et de penser/vivre pour deux. Au fond de lui, le jeune homme savait tout cela. Et pourtant...


¤ Pour la première fois, Miles était amoureux. ¤
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Sam 27 Juil - 1:13


La première fois...
Miles & Hell


La situation était aussi amusante que ridiculement douloureuse. Elle le troublait elle le savait. Et bien que cela lui fasse étonnement plaisir –elle avait toujours eut en horreur tous ces hommes qui osaient poser un regard même ne serait-ce qu’un peu intéressé sur elle- ce petit pincement au cœur était pour lui faire savoir, lui rappeler à chaque instant que cette comédie allait très vite prendre fin. Sauf qu’elle s’y refusait. Oh, bien sûr elle allait le faire. Mais elle voulait profiter de ce bien être éphémère, de cette douce illusion quelques minutes de plus. Après tout, elle avait toujours été égoïste. Une fois de plus, une fois de moins, cela avait-il vraiment une importance quelconque ? Elle n’était plus à ça près !
C’était du moins la meilleure excuse qu’elle avait pu se trouver.

Et pourtant son cerveau tournait à plein régime pour aider son cœur à hurler moins fort. Elle essayait de résonner. Elle avait toujours été une femme de science. Une femme à chercher la logique partout, et ce même dans une situation où aucune once de logique ne se présentait à elle. Pour une fois dans sa vie elle le voyait différemment. Pour une vois dans sa vie elle le voyait humain, sensible, vulnérable…Et ce masque lui plaisait. Mais ce n’était qu’un masque et rien de plus. Elle l’avait connu pendant des années, dans l’autre monde. Dans leur monde. Et il n’avait jamais été comme ça. Pas une fois. Ca ne pouvait être qu’un masque. Une manœuvre afin de l’attirer dans ses filets pour mieux la blesser par la suite, probablement. Sauf qu’elle ne se laisserait pas faire et frapperais la première. Blesser avant d’être blessée…C’était lâche. Mais raisonnable.

Et c’était tout ce que son cerveau pouvait trouver de logique à ses actes. Un raisonnement que l’organe battant toujours plus fort dans sa poitrine, comme pour se faire entendre, n’acceptait visiblement pas. Rater un éventuel bonheur pour se préserver…Dans le fond ça lui allait très bien. Parce qu’elle trouvait que c’était la chose raisonnable à faire. Parce qu’elle avait toujours voulu garder les pieds sur terre et ce soir plus que jamais. Même si l’alcool affectait probablement ses pensées dans un sens ou dans un autre. Lequel, elle ne voulait pas le savoir. Elle aurait tout le temps de l’apprendre le lendemain, après une bonne nuit de sommeil. Avec un putain de mal de crâne et une culpabilité à en gerber.

Sa logique elle tentait de la garder au plus près d’elle-même. Seulement voilà, il suffit d’un sourire au blondinet pour tout foutre en l’air. Pour tout se faire briser en un millier d’éclat, comme un satané miroir. Et pour tout ça elle espérait au moins qu’il se les bouffe, ces maudites années de malheurs ! C’était sa façon à elle de réagir. Sa façon à elle d’accepter la façon dont les évènements s’étaient déroulés. Elle ne savait pas comment réagir à ce flot de sentiment. Alors elle réagissait comme elle savait si bien le faire. En étant méprisante au possible. Parce que c’était toujours ainsi qu’elle s’était préservée, la petite Hellhound. On ne pouvait pas vraiment lui en vouloir pour ça…C’était tout ce qu’elle avait connu toute sa vie, après tout.

Elle sent un frisson parcourir son corps alors qu’il prononce son nom pour la première fois. Et elle se maudit. Elle se maudit tellement fort pour tout. Pour tout ce qu’elle ressent pour lui. Pour tout ce qu’elle ressentait pour lui. Pour ce qu’elle a lui faire subir par la suite. Si seulement leurs rencontres dans l’autre monde ne s’étaient pas passés de la sorte. Si seulement ce soir étaient leur première rencontre. Si seulement…Si seulement il n’était pas ce prétentieux de gosse de riche du nom de Mathew Newgate’s ! Mais était-ce seulement possible ? Non, pas après ce « encore toi » lui étant adressé à son arrivée…

Pourtant…Oui. La réponse à sa question était probablement oui. Probablement voulaient-ils tous les deux la même chose. Forcer un couple aussi improbable que mignon ? Elle sourit à cette idée. Improbable, peut-être. Mignon, alors qu’elle en fait partie ? Probablement pas. Mais si c’était bien ce qu’il sous entendait, alors oui, elle le voulait.
Quelle dommage que, rien que pour ce soir, l’alcool n’eut point viré le mot « fierté » de son vocabulaire. Elle le voulait, mais par fierté elle ne le ferait pas. Par fierté elle renoncerait à être heureuse, du moins pour l’instant.  C’est fou le nombre de choses stupides que l’on peut faire par fierté. Le pire étant que l’on sait combien elles sont stupides. Mais on les fait quand même. « Par fierté ». Sans se demander si ça en vaut vraiment la peine.

« Oui.. »

Plongeant son regard dans le sien, elle avait répondu sans même réfléchir au côté « raisonnable » de la chose. D’une voix douce, un peu faible, mais déterminée. Ce n’est que par après, une fois ce tout petit mot tellement lourd de sens prononcé, qu’elle se rendit compte de l’impact que les évènements pouvaient prendre si elle ne se contrôlait pas davantage. Alors, elle modéra ses propos. Il ne fallait pas qu’elle oublie le but de ce petit jeu de séduction, surtout pas.

« Enfin…Cela dépends de ce que tu veux… »

Elle ferma les yeux et, bercée par la douce musique eut une autre idée qui changea en cours de route. Mais qu’importe, les choses seraient toutes aussi efficaces. Le temps de reposer son regard sur lui et de quitter son tabouret, elle savait exactement comment les choses allaient se dérouler par la suite. Du moins le pensait-elle. Elle pris ses mains et, avec douceur, le tira dans sa direction pour le forcer à quitter son siège. Elle recula d’un pas ou d’eux, pour s’éloigner du bar, et le tira un peu davantage contre elle.

Son but premier avait été de lui demander s’il voulait danser. Mais finalement, envoutée par cette proximité, elle se contenta de passer ses bras autour de son cou et de venir y nicher son visage. Elle remarqua, en passant, combien son odeur était agréable, et se laissa un moment bercée dans cette douceur.

« Alors, dis-moi…De quoi as-tu envie ? »

Comme si les choses n’étaient pas évidentes ! Pourtant, incertaine, elle se posait véritablement la question. Peut-être s’était-elle illusionnée tout du long ? Peut-être que les choses allaient prendre une tournure bien différente de ce qu’elle s’était imaginée. Et cette idée lui fit presque peur. Tout se terminerait bientôt elle le savait. Mais elle voulait encore profiter de cette chaleur et de cette douce odeur. Au moins un peu. Juste quelques secondes. Il était dur pour elle de le reconnaitre mais elle appréciait cette proximité. Et ça allait lui manquer. Alors, comme une droguée déjà en manque, elle fit en sorte de profiter du mieux qu’elle le pouvait de ces derniers instant. De les faire durer un peu plus longtemps.
Rien qu’un peu…Pensa-t-elle

« Avant de me répondre, est-ce que ça t’ennuie si on reste un peu comme ça .. ? »

Rien qu’un peu…Pensa-t-elle une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Lun 29 Juil - 0:54


La première fois...
Hellhound & Miles



Oui. Elle avait répondu « oui ». C'était un simple mot en temps normal mais en cet instant, ce mot signifiait énormément de choses pour le jeune intrépide. Hellhound avait une façon de le dire assez envoûtante. C'était fou comme la jeune femme avait réussi à changer son monde et tout cela en un seul mot. En un mot qui d'ailleurs était presque inaudible tellement celle-ci l'avait prononcé d'une façon douce. Mais en fin de compte, celle-ci c'était reprise au dernier moment. S'il celui-ci le voulait ? L'intrépide avait presque envie d'exploser de rire. Évidement que le blondinet le voulait, celui-ci désirait cela plus que tout au monde. Son monde venait de s'illuminer. Sans trop savoir pourquoi, il souriait. Le policier avait des papillons au ventre, le coeur qui battait comme jamais. Miles ne s'était jamais senti aussi vivant de toute sa vie. Ses rêves, complètement envolé. C'était donc cela l'amour ?

Pour la jeune femme, the perfect storm était prêt à laisser de côté tout ce qui comptait le plus à ses yeux : A savoir son rêve d'instaurer une justice parfaite. Pour elle et seulement elle, il aurait été capable d'affronter tous les dieux de la mythologie grecque. Pour elle et pas une autre, le justicier aurait fait renaître des symphonies, créer une chanson en son nom et pourquoi pas, la chanter pour elle. Pourtant, dieu savait à quel point celui-ci était un piètre chanteur. Mais quelle importance ? Sa fierté d'homme lui importait peu, tant que cette rose pouvait partager l'infini à ses côtés. Une vie ne valait rien, mais rien ne valait la vie. Surtout si cette vie c'était en compagnie de sa très chère Hellhound. Miles. L'homme qui ne croyait pas en le pouvoir de l'amour. L'homme qui repoussait toutes les plus belles créatures qui pouvaient exister en ce monde... Avait craqué pour celle-ci.

Et lorsque celle-ci l’entraîna un peu plus loin pour se blottir dans ses bras, le blondinet perdait complètement ses moyens. Surtout lorsque la jeune femme eut la merveilleuse idée de nicher sa tête au creux de son coup. Arrivait-elle à entendre ses battements ? Rien que l'idée d'y penser fit redoubler son rythme cardiaque. Comme Hellhound était belle à ce moment. L'officier aurait voulu délaisser son pouvoir pour l'échanger contre le don de contrôler le temps. De là, le policier figerait cet instant et la contemplerait durant des heures et des heures. Le jeune homme avait placé l'une de ses mains au niveau de sa hanche, l'autre un peu plus haut, vers les omoplates. Tout semblait aller si vite pour lui. Tout lui paraissait si merveilleux mais à la fois trop beau, bien trop beau pour être vrai. Et si les deux premières répliques avaient rendu fou d'amour le blondinet, que dire de celle-ci ?

« Alors, dis-moi…De quoi as-tu envie ? »
De quoi ? Des tas de choses. Parfois perverses, certes. Mais après tout, l'intrépide n'était qu'un homme et lorsqu'une créature à la beauté aussi comparable à celui d'un ange descendu du ciel, munit d'une robe moulante mettant ses formes en valeur et de talons relativement haut, demandait à un homme ce qu'il désirait.... Bien évidement que les premières pensées furent pour les moins peu orthodoxe. Le blondinet dissimula son rougissement en la serrant fort contre son torse. En un court laps de temps, the perfect storm reprit ses esprits et celui-ci se mit à réfléchir sérieusement à la question. Que souhaitait-il vraiment ? C'était un peu comme après avoir frotté une lampe magique, un génie venait de faire son apparition et d'exaucer un seul souhait. Bon nombre de personnes auraient certainement pensé à la richesse, la fortune ou encore la gloire.

Miles avait nullement besoin de tout cela. Le policier aurait bien demandé à rencontrer l'amour, mais l'amour se trouvait apparemment déjà dans ses bras. Alors que demander de plus ? Peut-être de partager l'infini avec lui ? Si Hellhound pouvait vivre à ses côtés pour le restant de ses jours, alors peut-être qu'il accepterait volontiers de devenir un homme bon... Même si le terme de « bonté » lui parlait peu. Tout au long de sa courte existence, l'officier a toujours écarté cette notion de bonnes ou de mauvaises choses et ne faire qu'un avec ce qui lui paraissait être « juste ». Mais quand la voix du peuple était avec elle, la justice n'avait plus aucune valeur. Seul son bonheur compter et dans ses bras, c'était l'euphorie. Son parfum... Son parfum lui faisait tourner la tête. Une odeur plus qu'apaisante. C'était probablement son odeur, l'odeur de l'amour qui venait titiller ses sens.

Le blondinet voulut donc déclarer sa flamme. A cet instant et pour toujours, celui-ci voulait être le héros de ses rêves. Mieux encore, celui que Hellhound aimait et qu'elle aimera pour toujours : Miles voulait être l'élu de son coeur. Mais lorsqu'un homme choisi un ange pour cible, l'amour était-il réellement possible ? Il paraît que la flamme de l'amour n'avait pas de sens. L'amour n'est pas une chose que l'on pouvait contrôler ou dicter. Le véritable amour, c'était une chose que seul deux êtres pouvaient ressentir l'un pour l'autre. Alors ce qu'il désirait en cet instant, c'était qu'elle le choisisse pour être l'homme de sa vie. C'était pas juste un simple souhait, le jeune homme voudrait créer une vie à deux, en sa compagnie, avec elle. Vivre et mourir ensemble et non pas comme un solitaire, ou tel un loup égaré de sa meute. Mais au moment même ou il voulu formuler son voeux, elle le prit de court.

Rester ainsi ? Enlacé dans les bras l'un de l'autre. Quelle torture. Non pas que le policier n'aimait pas sa présence, mais tout lui paraissait si flou tout à coup. Depuis quand l'officier était devenu si exigeant ? le jeune blond voulait quitter cet endroit et commencer à vivre sa vie d'homme en sa compagnie. Mais n'allait-il pas trop vite en besogne ? Celui-ci était maladroit, certes. Mais c'était si mignon, pour la première fois l'intrépide allait être heureux et tout cela en apprenant le partage. Cela faisait moins d'une heure qu'il était avec la jeune femme et pourtant, le justicier avait déjà tant appris à ses côtés. Il y avait des tas de choses qu'il voudrait encore apprendre d'elle. Ses angoisses, ses goûts, son passé, sa vie, ses rêves, ses soucis, ses pires cauchemar... Tout ! Tous lui semblait être essentiel. Même le goût de ses lèvres... Sa fine bouge légèrement rosée, avait-elle le même goût qu'une fraise ?

En y repensant, quelle sensation ça faisait d'embrasser ? Ce devait être étrange de coller sa bouche contre celle d'une autre personne. Avant de la rencontrer, il aurait trouvé cela assez déroutant, voir même carrément dégoûtant. Mais depuis qu'elle était rentrée dans sa vie, plus rien était pareil. Les plats n'ont plus du tout les mêmes saveurs, les choses qui lui semblaient banales semblaient soudainement intéressantes. Depuis qu'elle était dans sa vie, paradoxalement rien avait changé mais tout lui semblait être différent. Mais le goût d'un baiser, d'un long et tendre baiser sincère... Miles n'avait jamais connu cela auparavant. Et quelque chose lui disait que c'était ce soir ou jamais. Comme si c'était sa première et dernière chance. Comme si elle allait disparaît, comme un rêve. C'était décidé, dès que la mélodie s'arrête, le blondinet l'embrasserait. Rien qu'en y pensant, le pauvre homme en avait le coeur qui palpitait.

Et comme si une divination voulait absolument profiter de ce sublime spectacle au beau milieu de ce bar/restaurant, la jeune femme qui jouait de la harpe venait d'arrêter de faire vibrer ses cordes. L'officier voulu revenir sur sa parole mais son coeur le retenait de faire une telle bêtise. Plaçant ses mains au niveau des épaules de la jeune femme, le policier reculait légèrement. Le jeune homme prenait une inspiration, comme si sa vie était mise en jeu ce soir. Un silence de mort régnait. Celui-ci sentait des regards se posaient sur les deux jeunes qu'ils étaient : Le blond en avait que faire de ces gens là. Dans son monde à lui, il y avait une princesse et un prince. Dans son nouveau monde, les contes de fées existaient. Et qui sait ? Peut-être même qu'en réalité il était déjà mort ? La voix du peuple se trouvait dans un monde inconnu, serait-ce le paradis ? Dans les yeux bleus de sa très chère Hellhound, tout le portait à le croire. De toute façon l'amour ne s'expliquait pas, ni même le geste qu'il s'apprêtait à faire :

« Hellhound. »

Comme un prince désirant sa princesse, comme un roi chérissant sa reine et comme un homme aimant sa femme... Miles s'était penché en avant, s'apprêtant à ne former plus qu'un avec sa belle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Jeu 8 Aoû - 14:25


La première fois...
Miles & Hell


Avait-elle elle-même cru qu’elle saurait se contenter d’une telle chimère ? Probablement. Elle se pensait forte, surtout sur ce genre d’arènes. Les sentiments amoureux, pour elle, ça avait toujours été une belle connerie. Rien à prendre au sérieux, juste une passade fort utile pour manipuler les hommes et en faire ce que l’on en voulait. Jusqu’à ce qu’ils deviennent inutiles et qu’on puisse les balancer comme de vieilles chaussettes usées. Miles n’était pas le premier à qui elle avait fait du charme pour parvenir à ses fins. Les choses n’auraient pas dû se passer différemment par rapport à toutes les fois précédentes.

Sauf que ce mec détestable, une fois sous son charme et  laissant de côté son mauvais caractère, était fort plaisant. Mais pas seulement. Se jouer d’hommes plaisant, elle le faisait souvent aussi. Cela rendant simplement la partie plus agréable, mais jamais plus difficile. Seulement lui avait autre chose. Quelque chose d’indéfinissable qui avait été capable de rendre les enjeux de cette partie totalement imprévisibles. Il ne le laissait pas indifférente et c’était bien la première fois que cela arrivait à la rouquine.

Et ça le faisait rager. Bien profondément. Elle avait toujours tout détesté de ce type. Tout. Et elle savait que c’était toujours le cas, cette envie de lui foutre son poing dans la gueule était toujours présente en elle. Mais l’idée de l’embrasser ne lui déplaisait pas non plus et c’était là que les choses devenaient vraiment compliquées dans sa tête. On ne peut pas aimer quelqu’un chez qui on déteste tout, n’est-ce pas ? Alors pourquoi lui semblait-elle qu’elle était en train de tomber amoureuse de lui ?!
Exaspérée, elle se serait volontiers foutu la tête dans un mur pour ne plus penser à tout ça.

Mais non. Parce qu’elle était toujours dans ses bras. Et parce qu’en plus de ça il n’avait rien trouvé de mieux à faire que la serrer un peu plus fort contre lui. C’était sadique. Oui. Mais pour les deux parties. Car visiblement il était sous le charme. Ainsi, la seule compensation que Hell’ pouvait avoir était qu’elle ne serait pas la seule à souffrir de ses actes prochains. En l’occurrence, elle ne serait pas même celle qui en souffrirait le plus, puisque des deux protagonistes, ce n’était pas elle qui allait se ramasser un coup de poing plein de haine en pleine face.

Un instant redouté que celui-ci. Et pourtant ce n’est que trop vite qu’il s’imposa à eux. Ce moment où la musique cessa de faire vibrer l’air pour apporter un doux son à leurs oreilles. Le plus drôle, c’était qu’elle n’avait pas fait attention à cette musique alors qu’elle flottait dans l’air. En revanche, dès lors qu’elle s’était stoppé, elle avait ressentis que quelque chose manquait à la douce ambiance dans laquelle elle s’était enveloppé avec lui. Comme dans un monde rien qu’à eux deux. Elle le savait alors, que les secondes étaient comptées.

Tic-tac.

Lorsqu’il posa ses mains sur ses épaules pour se reculer légèrement, le regarder dans les yeux fût une réelle torture. Et la seule pensée qui pouvait l’habiter alors fût qu’il ne voit pas la détresse au fond de son âme. Ça aurait pu foutre toute l’assurance qu’elle feindra par la suite en l’air.
Sentant son cœur s’emballer, elle tenta de respirer de façon plus lente, plus contrôlée. Une façon efficace dont elle s’était toujours servie pour toute sorte de choses. Peur, excitation, angoisses…Et tout un tas d’autres sentiments. Elle s’en sentait remplie, à ce moment-là. Tant qu’elle n’aurait su dire exactement ce qu’elle ressentait. Car tout était trop confus.

Tic-tac.

Jamais elle n’aurais cru pouvoir être parcourue d’un frisson alors qu’il prononcerait son nom avec douceur. Pourtant, c’est bel et bien ainsi que la chose s’était passée. Et c’était ainsi que, avec un gout amer dans la bouche, elle finit par admettre que c’était la fin de ce petit jeu qui l’avait beaucoup plus amusée qu’il ne l’aurait dû. Afin de jouer la comédie jusqu’au bout, elle clos ses paupières, juste une seconde. Juste pour lui faire croire que ce baiser sera le premier de leur belle histoire d’amour.

Tic-tac.

Mais bientôt elle vient les rouvrir. Parce qu’il n’y aura pas d’histoire d’amour entre eux. Qu’importe que cela lui déplaise. Elle ne peut pas. Entre sa fierté et ses sentiments, sans doute n’a-t-elle pas fait le bon choix. Mais qu’il soit mauvais ou non elle s’y tiendra. Car c’est toujours ainsi que sa vie à été. Elle prend une profonde inspiration et la seconde d’après, tout est terminée.

Tic-tac.

Elle sert le poing, et le balance de toutes ses forces dans la figure du beau jeune homme. Elle lui fait ainsi prendre l’équilibre et tomber en arrière, un peu plus loin de par la force de l’impact et son inexistante résistance. On ne peut lui en vouloir. La pauvre s’attendait à un baiser des plus doux au monde.

Hellhound doit se faire violence pour ne pas céder à ses sentiments inutiles. Elle doit se faire violence pour que ses yeux ne s’humidifient pas. Elle sait qu’elle doit en finir au plus tôt. Sinon elle ne saura pas garder la tête haute. Alors, elle n’attend même pas qu’il se relève avant de lui hurler dessus.

« Tu croyais vraiment que j’avais pu t’oublier, Mathew Newgate’s ?! Et tomber amoureuse de toi par-dessus le marché ?! Bon sang quel égo surdimensionné tu peux avoir ! Laisse-moi clarifier les choses : pour moi tu es toujours cet être exécrable que tu as toujours été. Un sale type prétentieux et insupportable. Et un sale assassin avec ça ! »

Intérieurement, elle prie pour qu’il lui dise qu’elle fait erreur sur la personne, même si elle sait que c’est impossible.

Elle garde la tête haute, le visage froid, et le regard emplis de colère. Même si à l’intérieur, les choses se passent différemment.

Même si à l’intérieur, son cœur saigne, elle saura garder la tête haute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Sam 7 Sep - 12:54


La première fois...
Hellhound & Miles



Pourquoi...

N'avait-on pas le droit à une seconde chance ?

Une seconde auparavant, Miles était amoureux. Il avait découvert un sentiment étrange qui lui était encore jusqu'à présent inconnu, jusqu'à ce jour. Ce bonheur tout simple d'être deux, pour ne former plus qu'un. Une minute plus tôt, le blondinet était tombé sous le charme d'une déesse. Son parfum semblait provenir du paradis. L'odeur de l'alcool et la douce mélodie ne lui était pas désagréable, cela le mettait en ivresse. Un instant plus tôt, l'amour n'avait pas de sens pour lui. Une émotion que celui-ci considérait comme étant inutile et douloureuse, une marque de faiblesse également : L'amour est voué à l'échec. Un moment auparavant, il avait raison. L'amour faisait mal. Pourtant, le policier s'était laissé berné par la beauté d'une femme et son parfum. Mais ces instants plus tôt lui paraissait si lointain maintenant.

C'était comme voir la fin de sa vie, voir la mort approcher sans que l'on puisse faire quoique ce soit. Lorsque le blond avait ouvert les yeux, il l'avait vu. Ce coup de poing arriver. Étrangement, l'intrépide le voyait comme s'il arrivait au ralentit. Comme si son âme faisait tout son possible pour le retenir, de toutes ses forces. Miles ne put l'esquiver, il ne put l'arrêter, tout comme ses sentiments. La fin était imminente. Pourtant des coups, le jeune homme en avait pris. On pouvait même dire que l'officier se nourrissait de la douleur pour pouvoir riposter face à ses ennemis. Mais ce coup là, ce coup de poing était au-delà de ce qu'un être humain pouvait endurer. La douleur était telle, qu'il avait eu l'impression que son coeur avait fissuré. Celui-ci avait presque senti un craquement au niveau de son coeur. Un morceau de son coeur avait probablement dû lâcher..

L'homme au cœur brisé s'écrasa lourdement sur la table : La table explosa pour se fendre en deux. La violence du coup est tel, qu'il percuta une armoire contenant diverse alcool. Une bouteille ne manqua pas de s'écraser sur sa tête avant d'exploser. Le jus s'était répandu sur sa chevelure avant de couler abondamment sur son visage pour finir par tacher son tee-shirt. L'odeur de l'alcool sur lui était forte. Au beau milieu de cette salle, la mélodie avait cessé. Tous les regards s'étaient posés sur lui. C'était humiliant et triste à dire, mais pour la première fois de sa vie : La voix des cent voix se sentait misérable, manipulé... La jeune femme lui avait pris tout ce qu'il avait de plus cher : Sa fierté d'homme.

Ses yeux étaient masqués par quelques-unes de ses mèches trempées. De fines gouttelettes d'alcool s'échappaient de celles-ci. C'était tellement douloureux et humiliant qu'il en devenait tout débile. Miles se mit à en rire au beau milieu de cette salle. Le jeune blond n'arrivait pas à croire qu'il s'était laissé avoir par... L'amour. Ses ricanements ressemblaient à des toussotements étouffés à peine audible. Il fit en sorte de se redresser convenablement, de sorte à être assis sur ses fesses, adosser contre l'armoire qui avait tenu le choc. Redressant la tête, l'arrière de son crâne plaquer contre l'armoire, celui-ci dévoila enfin son regard. Ses yeux étaient humides, ses pupilles d'un éclat rare. La tristesse de son regard aurait pu déchirer le coeur d'un enfant.

« Tu croyais vraiment que j’avais pu t’oublier, Mathew Newgate’s ?! Et tomber amoureuse de toi par-dessus le marché ?! Bon sang quel égo surdimensionné tu peux avoir ! Laisse-moi clarifier les choses : pour moi tu es toujours cet être exécrable que tu as toujours été. Un sale type prétentieux et insupportable. Et un sale assassin avec ça ! »
Le jeune officier la fixa. Elle était toujours aussi magnifique, ce qui lui fit sourire. Un sourire triste, comparable à un être qui venait d'échouer. *Alors c'est comme ça ?* Pourtant, celui-ci était sincère... Miles l'aimait, vraiment. Non pas comme on aimait un paquet de chips ou une pizza... Il était amoureux d'elle. Paradoxalement, le blondinet avait eu un coup de foudre et le moins que l'on puisse dire, c'était que ce coup de foudre lui avait été fatal. Il se voyait déjà construire un avenir avec elle. Mais voilà, la fin d'un rêve, le début d'un cauchemar. Que devait-il faire maintenant, lui rendre son coup ? A quoi bon, cela n'effacera jamais ce vide au coeur qu'elle venait de lui causer. Vivre, respirer, voir, sentir... Tout cela lui paraissait soudainement si pénible. Le policier donnerait tout ce qui lui restait pour ne plus sentir ses sens, ses émotions. La vie lui semblait pénible, vivre était pour lui insupportable. *Que cela cesse.*

« Si v-... »
Sa voix était tremblante. Pathétique... Dire que c'était ce petit bout de femme qui l'avait mis dans cet état. Pourtant, combien de fois l'homme au cœur brisé s'était juré de ne jamais succomber aux charmes et aux tentations des feux de l'amour. Le pauvre homme s'en voulait amèrement. Le blondinet avala péniblement sa propre salive. Un coup salé dans sa gorge le fit comprendre qu'il saignait. Déposant avec lenteur sa main sur sa bouche, celui-ci se rendit compte que du sang s'était échappé. De l'extrémité de sa bouche, l'homme le plus électrisant du monde avait coulé jusqu'à caresser son menton avant que la goutte de sang ne vienne chuter sur son pantalon.

« ... »
Se redressant avec peine, Miles glissait sa main derrière ses fesses et il dégaina l'une de ses armes. Par la suite, l'intrépide contemplait longtemps son arme, comme s'il s'agissait de la dernière fois qu'il pouvait l'observer. La voix du peuple fermait les yeux l'air résigné avant de les rouvrir avec une tout autre expression dans le regard. Ce n'était ni de la colère, ou de la tristesse, celui-ci semblait être serein, plus sur de lui. Comme s'il venait de trouver le peu de fierté qui vivait encore en lui. A pas lent, Miles contemplait la rose empoisonnée qui se trouvait en face de lui. Rien à faire, le jeune blond la trouvait toujours aussi radieuse. Une rose avec des épines restaient toujours magnifique. Combien même elle venait à nous piquer... Sa beauté continuera toujours de nous émerveiller.

Il en valait de même pour Hellhound.Du moins, c'était ce que songeait Miles lorsqu'il se dirigeait vers celle-ci. Et lorsqu'il arriva à sa hauteur, l'homme au coeur brisé était comme envoûté par son regard. Ses yeux l'émerveillaient. Ses pupilles aux couleurs d'un vaste océan lui donnait déjà une idée sur la couleur du paradis. La jeune rouquine l'avait envoyé au septième ciel, celle-ci lui avait aussi fait découvrir le paradis et cela, en espace d'une seule soirée. Quelle femme étrange, Hellhound. La jeune femme portait bien son nom. Et combien même la vie avec elle aurait été un enfer, ¤ Miles aurait aimé être le feu qui anime cet enfer. ¤ Comme c'était triste... Un amour à sens unique, un coup de coeur dans le vent. Voilà ce qu'était en réalité cette mascarade. Quant à sa deuxième chance, il était clair qu'à ses yeux, le blond ne pouvait se racheter. Alors foutu pour foutu, autant y mettre un terme...

« Si vraiment tu penses ce que tu viens de dire, alors achève-moi. »
Lui tendant l'arme à feu, le blondinet n'avait plus goût à la vie. C'était là, la requête d'un homme qui avait perdu toutes dignités. Tandis qu'un vent vint souffler sur son visage...
Les yeux fermés, Miles sentait déjà les portes de l'au-delà s'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Lun 9 Sep - 15:40


La première fois...
Miles & Hell


Foutue fierté. Foutu dignité. Foutue vie aussi. En cet instant elle le haïssait d’avoir croisé son chemin dans leur précédente vie. Elle le haïssait de ne pas lui avoir laissé d’autre choix que de refuser un nouveau départ. Peut-être aurait-elle pu, si les choses avaient été différentes. Mais elles ne l’étaient pas. Et elle se haïssait aussi pour ça. Pour tout ça. Pour toute cette mascarade. Pour s’être jouée de lui de la sorte. Mais c’était ainsi qu’elle fonctionnait. C’était ainsi qu’elle avait toujours fonctionné. Et elle avait toujours tellement refusé cette idée de changer un jour pour les beaux yeux d’un garçon. Qu’importe qu’elle l’aime et qu’elle gâche tout ainsi, elle ne voulait pas changer pour lui. Mais de toute façon, elle le haïssait. Est-ce que cela ne réglait pas le problème ? Elle l’aime. Elle le déteste. Elle y songe un instant et se trouve vraiment stupide. Indécise. Perdue.

Son poing est encore serré. Il la fait un peu souffrir, d’ailleurs. Une chose est sûre, elle n’a pas manqué son coup. Et putain ce que ça a pu lui faire du bien de le frapper enfin. Depuis le temps qu’elle rêvait de faire ça, dans l’autre monde. Elle pourrait presque sourire de se sentir, après un tel acte, plus vivante que jamais. Mais non, elle n’en fait rien, elle en est incapable. Sa tête lui tournerait presque tant en cet instant elle a l’impression d’être une antithèse à elle toute seule. Plus vivante que jamais…Heureuse de pouvoir enfin lui avoir foutu un bon coup de poing dans sa face de gosse de riche prétentieux…Mais aussi blessée. Terriblement blessée. Et ce n’est pas à cause de son poing, toujours serré au possible comme pour l’aider à se contenir dans ce conflit avec elle-même, sur lequel sont venues se former quelques rougeurs. Non, c’est tout autre chose.

C’est son cœur, le problème. Son putain de cœur qui saigne. Qui hurle. Qui tambourine tellement contre sa poitrine qu’elle se demande comment il fait pour rester en place. Elle avait la sensation qu’on aurait tout aussi bien pu lui ouvrir le torse pour le prendre et le serrer aussi fort que faire se peut qu’elle en souffrait moins que présentement. Le problème c’est que même si elle est fière de ce maudit coup et qu’il lui a fait un bien fou, paradoxalement, elle en souffre également. En se fichant totalement de l’état de son poing, c’est la vision d’un « Miles » aussi pathétique qui lui fait mal. Elle a su le haïr mais également le considérer comme un égal. Un adversaire à sa hauteur. Un défi à relever à chaque instant. Et à présent quoi ? Elle le voyait là, au sol, si misérable. Si faible. Si…Différent de celui qu’il avait toujours été.

C’est de ta faute.

Inéluctablement c’est ce que lui susurrait une vicieuse petite voix dans sa tête. Oui, c’était de sa faute et elle le savait. C’était elle qui avait lancé tout ça. Il avait été prêt à laisse le passé derrière eux. Mais pas elle. Elle aurait pu. Peut-être même aurait-elle du. Ils en auraient étés heureux tous les deux. Mais non, il avait fallu qu’elle fasse la conne, une fois de plus. C’était exactement comme lorsqu’elle avait accepté la mission de la lettre, en réalité. Dès lors que les choses commencent à s’arranger, il faut qu’elle fasse tout foirer. Comme s’il était inconcevable pour elle d’accepter le bonheur lorsqu’il vient se présenter à sa porte. Putain mais c’est quoi son problème à la fin ?! Et ce sourire triste qu’affiche le blond et qu’elle ne peut quitter des yeux…Quelle torture. Elle veut s’en aller. Elle veut que tout ça s’arrête. Elle veut partir, revenir à sa petite vie tranquille et tout oublier. Faire comme si rien ne s’était passé. Comme si elle ne l’avait pas rencontré. Comme si elle n’était pas tombée amoureuse de lui. Comme si elle n’avait pas tout gâché à cause de con tempérament de merde.

Au moins, elle était douée pour feindre tout cela. Pour faire semblant.

Il tente de parler, et elle, toujours baignée dans l’espoir qu’il lui dise qu’elle se trompe, elle porte une attention particulière aux sons sortant de sa bouche. Mais il n’y a rien de construit dans un premier lieu. Rien de plus qu’un début de phrase mâché par la souffrance. Ou autre chose, elle n’en sait rien. Alors, silencieuse, impassible, elle attend. Et elle le contemple, ce beau jeune homme. Elle en profite parce qu’elle sait que sous peu elle n’aura même plus ce luxe. Alors elle le regarde simplement se relever avec difficulté, un poids sur le cœur. Elle le regarde contempler son arme, et elle se demande ce qui lui passe par la tête à cet instant. Puis, elle croise son regard, et elle se demande s’il ne va pas essayer de lui tirer dessus. La tuer pour se venger du coup ? Elle ne doute pas du fait qu’il en est capable.

Mais non. Incompréhension la plus totale pour la belle rouquine alors qu’il s’approche d’elle pour lui adresser ce qui pourrait être ses derniers mots, selon ses actes à elle. Incrédule, elle regarde l’arme qu’il lui tend, puis lève la tête vers lui avec e gros yeux ronds. Ses yeux, indécis, ne savent ou se poser et jouent ainsi à changer de cibles quelques fois avant qu’elle ne prenne la parole d’un tel naturel qu’elle s’en impressionne elle-même. Après tout ça elle n’aurais jamais pensé que les choses continuent à se faire aussi facilement avec lui.

« Nan mais…Vraiment ? »

Dans sa voix aucune animosité. Aucune pique. Rien qu’une sincère incompréhension noyée dans un oubli éphémère de ses sentiments. Car bientôt ils reviennent à la charge et l’idée de lui loger une balle au beau milieu du crane lui fend le cœur. Alors que, sans doute, elle l’aurait ravie avant ce jour. Quelques instant encore elle regarde l’arme, avant de lever deux mains tremblantes vers elle pour la saisir. Sans viser l’homme qu’elle aime. Dans un premier temps, l’arme est baissée, vers le sol. Et elle ne saurait dire alors si tout autour d’eux tout est devenu silencieux, ou si c’est elle qui s’est simplement enfermée dans une bulle bien à elle avec lui.

« Si je le pense. T’es sérieux, là ? »

Elle n’arrive pas à y croire…Ses pupille écarquillées le démontrent bien. Et ça il faut qu’elle le cache. Alors, elle ferme les yeux, l’espace d’une seconde. Elle prend le temps de se calmer et lorsqu’elle ouvre de nouveau les yeux c’est un visage plus serein qui contemple le beau blond aux yeux verts face à elle. Elle arrive même à lui sourire de façon douce.

« Alors je ne peux pas. »

Et alors, serait-ce un début de larmes, dans le fin fond de ses yeux, le reflet de son âme ?
Serait-elle en train de se vendre ?
Bad move, Hellhound.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Sam 14 Sep - 21:08


La première fois...
Hellhound & Miles


Miles faisait preuve de lâcheté. Certaines personnes mourraient comme des héros faisant preuve de bravoures. L'intrépide lui préférait mourir comme un lâche. Le blond voulait fuir ce monde, cette douleur qu'il venait de découvrir, cette peine d'amour lui était insupportable. Comment un homme venant à peine de découvrir ce qu'était l'amour pouvait se remettre aussi facilement ? Celui-ci manquait cruellement d'expériences à ce niveau là. L'amour avait disparu aussi vite qu'il n'était apparu tel un bref courant d'air se levant au nord pour disparaître vers le sud. Au moins, la mort serait moins douloureuse que la honte. C'était ce qu'il pensait. Et dire que le blondinet voulait être le héros de ses rêves. D'ici très peu de temps, quelques secondes seulement, c'était lui qui allait devenir qu'un simple rêve, qu'un simple souvenir qu'elle oubliera très certainement...

Lorsque la jeune femme lui demandait s'il était sérieux, celui-ci ne sut quoi répondre. Pouvait-on jouer avec sa propre vie de la sorte ? Hellhound venait de lui briser le coeur à tout jamais, à quoi s'attendait-elle ? Qu'il se mette à rire tel un gamin et oublier cela comme si de rien était ? Non, c'était bien trop douloureux pour en rire et bien trop sérieux pour agir tel un gamin. Le justicier s'était crée la plus grande faiblesse qu'un homme pouvait avoir : L'officier était tombé amoureux. En fin de compte, son coeur fut piétiner par des talons aiguilles. Ou plutôt, devrait-on dire que son coeur fut écrasé par la puissance dévastatrice de son coup de poing ? Bof, quelle importance ? L'amour à ses yeux n'existait plus, tout comme le coeur du jeune policier.

L'intrépide se contentait de regarder une dernière fois, la première et seule femme qu'il n'aura jamais aimé. Celui-ci voulait s'imprégner une dernière fois de ses lèvres qui affichaient la naissance d'un sourire, de ses pupilles d'un bleu si pur et si limpide qu'à côté de cela le ciel bleu clair faisait pâle figure. De ce visage angélique qui était en parfaite contradiction avec son prénom... Qu'elle était magnifique. Avant d'accepter sa propre sentence, Miles fermait les yeux et réalisa un voeux, un seul : Emporter cette image d'elle. Cette image, cet instant, tel une photo gravé dans sa mémoire, imprégné dans son âme, il voulait l'emporter avec lui. De là-haut, (probablement en enfer) le blond voudrait la regarder tous les jours. Chaque jour, lorsque sa peine sera de ne pas être auprès d'elle, cette image sécherait ses larmes de monstre. Même les monstres avaient un coeur...

Mais voilà, celui-ci fallut qu'elle en rajoutait une couche. La jeune femme ne pouvait pas.. Quoi donc ? Tuer une personne avec qui la rouquine s'était jouée de ses sentiments ? Tandis que l'homme le plus électrisant du monde était prêt à en finir avec sa vie, la rouquine ne l'entendait pas de cette oreille. Visiblement, elle était encore plus sadique qu'il n'y paraissait. Cela lui plaisait de voir le blondinet à genoux, à ses pieds. Souffrir de la sorte n'était pas humain. Même à son pire ennemi, Miles ne ferait jamais subir une telle chose. Quel genre de monstre était-elle ? The perfect storm était dégoûté. Lui qui pour une fois était sincère se faisait complètement malmener. N'importe qui pouvait appuyer sur une gâchette, même étant gamin Miles le faisait déjà. Alors confiant, Miles posait sa main droite délicatement sur le canon de l'arme à feu et il guida l'arme jusqu'à son front.

« S'il te plaît, fais-le. »
Mais la jeune femme ne semblait pas vouloir se conformer aux règles du jeune homme. Celui-ci commençait à perdre patience. C'était déroutant pour un homme qui s'était résigné de continuer de vivre. Le gardien de la paix avait abandonné tout espoir de survie en ce monde triste. Rien lui souriait. Et puis, qu'est-ce que cela pouvait lui faire à cette bonne femme ? Hellhound lui avait foutu une droite remplit de haine. Quitte à lui péter la mâchoire, autant lui ôter la vie. Elle était à elle toute seule une belle antithèse. Et ce sourire, est-ce une illusion ? Ce regard triste... Des larmes ? Où peut-être bien que... Non, la rouquine ne l'aura pas. Pas deux fois ! Fronçant les sourcils et fout de rage, se laissant complètement emporter par la colère, le blondinet la poussa vulgairement au niveau de l'épaule avant de plaquer son front contre la bouche de l'arme.

« Fais-le ! Fais-le ! Fais-le ! Fais-le ! »
Essoufflé, la voix des cent voix était à bout de souffle. Ses larmes montaient peu à peu. Quant aux peu de personnes qui étaient assez fous pour regarder les deux jeunes qui se mettaient en spectacle devant tout le monde, le policier n'en avait que faire. Après avoir perdu sa fierté d'homme devant un bon nombre de personnes, le justicier se fichait pas mal d'étaler son linge sales en public. Les yeux qui semblaient humides de la jeune femme ne l'affligeait guère. Le blondinet avait subi ce qu'aucun homme ne devrait subir. Alors les larmes de crocodiles venant d'une hypocrite, aussi belle soit-elle... Puis soudainement, une idée lui vint. Une idée plutôt vicieuse et à la fois monstrueuse. Mais après tout, n'était-ce pas ce qu'il était ? Un monstre. Ne pouvant pas s'empêcher de faire cette mine toute triste, il soupira.

« Tu as raison. J'ai fait des choses horribles dans ma vie. Je ne mérite pas d'aimer, encore moins de respirer le même air que toi. J'avais tant espéré avoir une seconde chance, pouvoir tout recommencer à zéro. Qu'on me donne une chance de me racheter. Que tu me donnes une chance de me racheter et... » *Regard émeraude humide perdu dans le vide.* « ...Et une chance de t'aimer. »
Un silence s'installait au milieu de ce bar. Tandis que certains petits curieux écoutaient avec attention la conversation des deux jeunes gens, d'autres se demandaient pourquoi la jeune femme avait repoussé un gardien de la paix aussi élégant que poli qu'était le jeune homme. Beau comme un dieu, aimable... L'homme le plus électrisant du monde avait tout pour plaire. Et même lorsqu'il se mangeait une droite devant une foule de personnes, le policier restait courtois et aimable. Certains versaient des larmes, d'autres restaient silencieux, attendant la suite de leur feuilleton à l'eau de rose... La voix du peuple lui, se tournait vers celle qui aurait pu être l'élu de son coeur.

« S'il te plaît Hellhound : Fais-le. »

Le blondinet en venait à supplier son ennemi. Il semblait sincère dans sa démarche, dans ses paroles et dans ses actes. Son coeur semblait pur à cet instant. Si dieu existait vraiment, si réellement une personne lui était supérieur en ce monde, il aurait voulu que celle-ci évite cette rencontre. Celui-ci aurait aimé ne jamais avoir mis les pieds cet endroit miteux. Pourquoi avait-il mis les pieds ici ? Miles en avait même oublié la raison. Quel dommage... Lui qui était si fier de son pouvoir, il semblerait qu'en cet instant le blond lui était inutile. L'officier aurait plutôt préféré avoir le pouvoir d'effacer le mal. Avec un tel pouvoir, celui-ci aurait pu effacer le pire qui avait en lui, pour pouvoir lui donner que le meilleur de lui-même.

En une soirée, l'intrépide aurait découvert comment cela pouvait changer toute une vie d'avoir des sentiments. Il aurait également compris que la vie n'était pas toujours une question de survie. Ce n'était pas toujours comme dans une jungle ou seul les plus forts régnaient, Miles en était la preuve vivante. C'était fou, ahurissant ! Intérieurement, le gardien de la paix s'étranglait de toutes ses forces pour la haïr. L'homme le plus électrisant essayait de ce souvenir de ce coup de poing, de cette mascarade, de cette hargne et de la façon dont elle s'était jouée de lui. Il se souvenait de tout, alors pourquoi... Pourquoi continuait-il de l'aimer autant ? Le blond avait beau y réfléchir, aucune réponse lui vint à l'esprit.

C'était à cet instant, que Miles avait enfin compris une chose qui était essentielle à la vie :
¤ L'amour ne s'explique pas. ¤

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Mer 25 Sep - 23:31


La première fois...
Miles & Hell


Ne pas pleurer. Absolument pas. Hors de question. Ne pas montrer de signe de faiblesse. Rien. Ce n’est pas elle. Cela ne lui ressemble pas. Même si elle n’a pas vraiment l’impression d’être elle-même en ce moment. C’est vrai, quoi. A quoi rime toute cette mise en scène ? Elle aurait simplement lui foutre un coup à l’instant même où il s’est assis à côté d’elle. Ou avant qu’il ne s’installe, même. Mais non, pour une fois elle avait voulu faire les choses de façon plus subtile, plus détournée. Et qu’est-ce que ça lui avait apporté ? Rien. Rien que des sentiments inutiles. Futiles. Une faiblesse comme jamais elle n’en avait jamais ressentis auparavant.
Les films à l’eau de rose, dans son monde, n’avaient jamais été son fort. Mais elle en avait regardé assez pour être persuadée d’une chose : ces acteurs qui prétendaient que l’amour était une force étaient vraiment des abrutis. Et les scénaristes l’étaient encore plus. Elle en était à présent persuadée. Elle ne s’était jamais sentie aussi faible et démunie qu’en cet instant. Maudits sentiments inutiles.

Le pire, c’est qu’il semble s’en jouer. A moins qu’il ne soir vraiment sincère dans son désir de mourir ? Non, pas pour si peu, tout de même. On ne peut désirer mourir parce qu’une fille qui vous plait vous a collé son poing dans la figure. Ou du moins, si c’est le cas, Hell devrait être à l’origine d’un bon nombre de morts dans ce nouveau monde. Mais…S’il ne veut pas mourir, à quoi joue-t-il ? Essaye-t-il de jouer avec ses nerfs ? Parce que si c’est le cas, c’est fortement réussi elle doit bien le reconnaitre. Prendre le canon de l’arme pour venir le déposer directement sur son front…Est-il sûr de lui à ce point ? Sûr qu’elle ne le fera pas ? Même s’il lui demande de le faire, la rouquine ne peut se résoudre à penser qu’il veut véritablement mourir. Elle ne peut se résoudre à l’idée de le tuer, non plus. Elle ne s’en sent pas capable. Alors que pourtant autrefois elle aurait rêvé de le faire. Quelle ironie.

Elle est ailleurs. Elle lutte contre ses propres sentiments. Contre ces idées stupides qui n’ont pas l’habitude d’hanter son esprit. Mais, étrangement, elle est encore relativement sereine. Assez pour ne pas trembler, du moins. Ce qui hélas, ne dura pas. Le blond aussi était relativement calme, jusqu’à ce que quelque chose l’énerve. Peut-être le refus de la demoiselle face à lui ? Elle n’en sait rien. Mais en tout cas, elle est trop secouée pour résister à cette petite bousculade et recule de quelques petits pas pour ne pas perdre l’équilibre. Ce qui n’empêche pas l’homme face à elle de revenir à la charge. De revenir plaquer son front contre le canon de l’arme et lui demander de le faire, encore et encore.
C’est à ce moment-là que le peu de quiétude restant à la rouquine l’abandonne définitivement et qu’elle se met à trembler faiblement. Oter une vie comme ça, elle n’en est définitivement pas capable. Elle n’est pas comme lui. C’est certain.

Prétendre que son discours ne l’a pas atteinte serait un luxe. Ce serait mentir, aussi. Elle voudrait revenir en arrière mais il est trop tard pour tout ça. Elle voudrait changer ses actes et ses paroles envers lui, mais il est définitivement trop tard pour ça. Elle voudrait que sa fierté lui colle moins à la peau, mais elle ne peut pas changer ce qu’elle est, ce qu’elle a toujours été. Dans le fond, peut-être que les choses étaient faites pour être ainsi. Peut-être que ces deux-là n’étaient tout simplement pas fait pour filer le parfait amour ensemble ? Peut-être que tout ce que le Destin veut, c’est qu’ils se haïssent jusqu’à la fin. Même si ce n’est qu’en apparence. Peut-être que c’était leur destinée, que de se haïr jusqu’à ce que l’un finisse par mettre fin à la vie de l’autre. C’est un jeu cruel. Un jeu auquel on ne peut s’échapper indéfiniment. Mais auquel on peut tenter de fuir.

La fuite. C’est drôle. Hellhound a toujours voulu s’y refuser. Et pourtant, à présent, n’est-elle pas la meilleure des solutions qui s’offre à elle ? Doucement elle baisse les bras, littéralement, et l’arme avec. Elle ferme les yeux, expire profondément. Et ainsi elle regagne son calme. Elle jette au loin ses larmes et vient poser sur lui un regard sans haine, sans tristesse, sans rien. Aucun sentiment inutile.

« Non. »

Un simple mot déposé avec un calme qui l’étonne elle-même. Non, elle ne le fera pas. Il est absolument hors de question qu’elle devienne un assassin pour lui. Encore moins si l’idée de tuer ce type qu’elle hait mais qui paradoxalement lui plait est ce qui lui donnera ce titre ignoble. L’idée, sans doute, aurait-elle été plus acceptable si elle l’avait toujours méprisé de la même façon. Mais elle ne pouvait nier que ce n’était plus le cas. A présent elle était amoureuse d’un type qu’elle détestait et qui la détestait en retour. Sale coup du sort qui vient lui donner une nouvelle fois envie de pleurer. Elle ne put d’ailleurs cette fois retenir deux fines perles salées de couler sur ses joues. Tant pis, elle n’y pouvait rien de toute façon.

« Je ne suis pas comme toi, Miles. Je refuse de prendre une vie, aussi ignoble puisse-t-elle être. Si tu as tant envie de crever alors fait moi plaisir et va le faire sans salir de ton ignoble sang les mains d’une innocente personne. »

Elle aurait voulu être méprisable. Cassante. Blessante au possible. Mais elle n’avait pas su l’être, pas cette fois. Sa voix était faible, presque douce si elle n’aurait pas tremblé d’ailleurs. Les choses étaient ainsi claires. Elle ne le tuerait pas. S’il voulait mourir c’était son problème à lui, et elle n’avait pas à s’en mêler. Vouloir lui faire porter le chapeau de sa mort était d’un égoïsme sans nom.

Et putain ce que Hell’ pouvait haïr les gens égoïstes…Jusqu’ici.
.
Doucement son emprise se desserra autour de l’arme, et elle vint bientôt épouser le sol. A présent elle avait été claire et n’était plus armée. Sa nouvelle rencontre avec ce beau blond prenait fin, et très certainement pas de la façon dont elle l’aurait voulu. Maudite fierté. Ce qu’elle pouvait se maudire en cet instant. Et le pire, c’était sans doute qu’elle n’y pouvait plus rien changer.
Le sort en était désormais jeté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   Jeu 3 Oct - 18:33


La première fois...
Hellhound & Miles


¤ Lorsqu’un homme choisit un ange pour cible, le véritable amour est-il alors possible ? ¤
Hellhound semblait s'être résignée. Elle ne pouvait mettre un terme à la vie du blondinet. Quel dommage. Le jeune homme ne semblait pas comprendre la réaction de la jeune femme. Elle qui désirait tant mettre fin à la carrière de l'officier, la femme avait là une belle occasion. Et pourtant, celle-ci semblait atteinte, complètement désarmée. Dans ses yeux, se lisaient une peine indescriptible. L'intrépide aurait voulu la comprendre, la voix du peuple avait fait un effort surhumain. Celui-ci avait tout donné pour elle, il avait mis sa fierté de côté. Tant de choses qu'il aurait voulu connaitre et partager avec Hell/elle.

L'homme le plus électrisant au monde ne connaitrait jamais les saveurs de l'amour, ni son parfum, ni son gout. Son coeur était loin d'être pur, cela était un fait. Le jeune blond avait opté tellement de vie qu'il en était devenu immortel. Le justicier avait humilié et pris la fierté tellement d'hommes qu'il en était devenu un être arrogant. Parfois, l'officier de police avait même volé la vie de fils, de père, de père, de mère, de fille que pour lui, le paradis était devenu certainement inaccessible. Le gardien de la paix en était devenu un être irrécupérable. Mais pourtant, cette femme aurait pu faire ressortir le meilleur de lui.

La rouquine prétendait ne pas être comme lui ? En effet, elle n'était pas comme lui. Hellhound était bien pire. Elle s'était jouée d'un homme qui était sincèrement amoureux d'elle. Elle avait joué le coeur d'un être qui aurait été prêt, l'espace d'un court instant, à tout plaquer pour elle. Pour la rouquine, il aurait décroché toutes ces étoiles dans le ciel et Miles en aurait fait une couronne. Les plus belles chansons d'amour qui pouvaient exister en ce monde, le blond les aurait réunis pour en faire une mélodie parfaite et surtout, à la hauteur de sa beauté. L'espace d'un instant, il pensait que cette créature débarquée de nulle part méritait le meilleur.

Pauvre homme. Le solitaire s'était laissé berner par sa beauté, celui-ci n'aurait pas dû. En grand prince qu'il était, Miles avait aimé une princesse. Il n'aurait jamais dû. The perfect storm voulait faire battre son coeur, le blond pensait qu'il avait enfin trouvé en elle son petit bout de paradis. Mais l'intrépide avait oublié la signification de son nom. Le gardien de la paix ne voulait pas d'une allumeuse, mais juste allumer la flamme de son amour. En ce monde, personne n'était parfait. Cela dit, pour ses magnifiques yeux, le blond aurait été le meilleur. Chaque jour, celui-ci l'aurait traité comme un prince devrait aimer sa princesse. Chaque soir, l'intrépide l'aurait aimé comme un roi devrait aimer sa reine.

« Comme tu voudras. »
A ces mots, cinq secondes seulement. Cinq secondes s’étaient écoulées. Mais ces cinq secondes étaient probablement les plus rapides de la vie du blondinet et certainement les plus longues pour la jeune femme. La voix des cent voix avait laissé son côté impulsif prendre le dessus. A la première seconde, l’homme au regard émeraude avait dégainé sa deuxième arme, tel Lucky luke dégainant son arme sur un Malfrat. A la deuxième seconde, le gardien de la paix avait déjà placé le bout de son arme sur le front de celle qu’il aimait, il avait ça quelques secondes. A la troisième seconde, des souvenirs faisaient surface en lui, ranimant l’espace d’une courte seconde les sentiments que jeune homme ressentait envers la jeune femme.

A la quatrième seconde, son amour avait disparu. L’amour qu’il ressentait pour cette fleur avait fanée. Ses sentiments  s’étaient transformés en une haine infinie et indescriptible. Même lui ne saurait l’expliquer.  La cinquième et la dernière seconde était certainement la plus déchirante de toute sa vie. Etrangement, le ciel dehors semblait s’être figé. Les nuages étaient immobiles, les étoiles naissantes dans les cieux semblaient observer la scène. Dans cette même seconde, les gens semblaient être horrifiés. Un homme venait de laissait tomber sa cigarette qui était jusqu’à présent coincée entre ses deux lèvres. Une femme venait de hurler.

Une autre choquée, venait de verser une larme. Une serveuse avait laissé chuter un verre rempli d’alcool. Le monde les observait, le monde l’observait. *Mauvais garçon* Miles n’avait jamais était une bonne personne et il ne l’avait jamais caché. Mais tous les hommes faisaient des erreurs méritaient une seconde chance. Alors pourquoi pas lui ? Surtout lorsqu’il s’agissait de la plus belle femme au monde. Il était encore temps de changer, si seulement la seconde suivant n’avait pas existée. En fin de compte, les gens ne changent pas. Il en valait de même pour le blond. « On se refait pas » comme disait son père. Cette seconde, il aurait souhaité ne jamais la vivre. Tandis que la quatrième seconde s’apprêtait à passer à la cinquième seconde, des éclairs venaient de faire leurs apparitions dans l’arme du blond.

Cette seconde, c’était la seconde de trop. Celle qui détruisait tous espoirs : Il n’y avait pas de marche arrière ou de seconde chance pour ce genre d’actes. A la cinquième seconde, Miles avait osé appuyer sur cette gâchette. Un bruit sourd avait résonné dans l’enceinte de ce bar-restaurant. Délectant la chute de la jeune femme, le blondinet regardait la rouquine chutait. La femme semblait chuter avec lenteur, comme si son corps tombait au ralenti.  Le regard de la voix des cent voix était froid. Ses yeux de couleurs émeraude ne possédaient plus aucune luminosité. La bête féroce était comparable à un être ayant vendu son âme au diable. On aurait dit un être venu d’ailleurs, comme s’il était dans une autre planète. Et lorsque le corps de la jeune femme percutait enfin le sol, le monstre eut un sourire satisfait.

Un silence s’installait. S’en était fini de toute cette comédie, il était temps de mettre un terme à cette mascarade. L’amour ? Quelle connerie. « Fuck l’amour ! » Miles a aimé, il a détestait, il a hait, il a succombé… Et maintenant, il venait de tuer son amour avec ce dernier acte. Quel fin tragique, dire que tout aurait pu se passer autrement. Dommage pour Hellhound, tant pis pour lui : C’est la vie. Le justicier était fait pour embrasser jour après jour la solitude. Quant à la jeune rouquine, elle était faite pour… Pour autre chose. S’accroupissant de sorte à pouvoir ramasser son arme, il prit soin de susurrer d’une voix douce et sadique à la jeune femme, comme si celle-ci pouvait encore entendre ces derniers mots.

« Surtout, n’hésite jamais. »
A ses mots, le blond récupérait son arme qui était tombé à proximité de la jeune femme. Se redressant, le gardien de la paix pointait une seconde fois son arme en direction de la jeune femme. Son corps immobile, allongé comme une étoile de mer sous l’eau. C’était beau à voir cette scène, elle verrait certainement une bonne œuvre d’art, songeait-il avant de baisser son arme et par la suite, de tourner les talons. Abandonnant le corps de celle-ci, le solitaire sans cœur venait de ricaner. Les gens le regardaient avec stupeur, complétement horrifié par le monstre venait de quitter l’enceinte du restaurant. Une femme eut le réflexe d’appeler les secours. Etait-ce vraiment nécessaire ? Il n’y avait pas de remède contre les peines d’amour.

¤ Lorsqu’un homme choisit un ange pour cible, le véritable amour est-il alors possible ? ¤

Si l’amour rend les gens aveugles, Miles aurait aimé l’être depuis le début. Ainsi, il n’aurait pas été trompé par sa beauté. Comme un démon venant lui arracher le cœur, le blond ne serait plus jamais le même. Car il venait de tomber pour elle…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La première fois... [Pv Hellhound ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La première fois... [Pv Hellhound ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Première Fois
» Ma fierté d'etre Oohoroc
» [CDG Infos] Premier Spotting: quelques questions
» [Résolu] plate jinouga et "mega" foudrinsecte (?)
» [TUTO] Fatalis noir solo à l'arc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Centre ville :: Restaurants-