AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 gorgeous skies ▬ pozar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 822
Age : 22

Âge physique : 23 ans
Âge mental : 28 ans
Groupe : landes de calcifer
Dons : baiser amnésique ; corps de glace

MessageSujet: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 13 Juin - 4:26





Le turquoise de l’eau se mariait bien avec le bleu de ses cheveux. Le ciel aussi d’ailleurs. Le décor dont il faisait partie offrait une belle gamme de bleu, de vert et de tons plus clairs. Les quelques nuages qui se promenaient tranquillement dans le ciel adoucissaient encore plus la scène. Sa scène. Oui, il en était le personnage principal. Il n’y avait que lui pour venir briser ce doux paysage de par ses manières de rustres et son look de clochard. Qui d’autre aurait osé venir souiller un endroit aussi joli? Personne.


La température n’était pas désagréable sur sa peau glacée. Il faisait un peu chaud, mais le vent se faisait frais contre lui. Il plaignait parfois ces pauvres gamins – ils étaient tous des gamins, lui compris – qui se mourraient de chaud alors que lui se la coulait douce avec sa peau froide. Oh, il n’était pas insensible à la chaleur, loin de là, mais il y était moins sensible. Les chaudes journées d’étés lui donnaient des sueurs et ses ébats lui mettaient le rouge aux joues, mais à moins grand dose.


Alors il s’était rendu, un peu comme à tous les matins, à la cabane près du lac. Au petit jour il ancrait son bateau tout près de la rive et venait se dégourdir les jambes dans l’herbe haute, avant de s’affaler entre les fleurs, le visage offert au soleil. Des fois il levait les mains vers le ciel, comme pour attraper les nuages aux formes exotiques qui n’existaient que dans sa tête. Lorsqu’il n’y avait personne d’autre que lui, il s’asseyait près du bord et faisait tremper ses pieds dans l’eau. Mais aujourd’hui, il était armé de son allure de cafard crasseux et il espérait qu’il n’y aurait personne à la cabane, comme ça il pourrait se jeter à l’eau pour chasser la saleté qui recouvrait son corps. Et comme il était un clochard avec la chance au cul, le sort opta pour qu’il soit le seul à venir profiter du confort de l’endroit. L’eau faisait un peu tanguer son bateau, mais son ancre de fortune le fixa là où il la jeta.  


Eraser n’était pas vraiment pudique, mais lorsqu’il plongea à l’eau, il avait encore son pantalon en toile grise – il s’était débarrassé de son chandail sur le pont. S’il était été dans une petite baie déserte, peut-être se serait-il permis de se dévêtir entièrement, mais l’idée de tomber sur une charmante demoiselle alors qu’il était en tenue d’Adam ne l’enchantait pas plus que ça. Il sentir la sueur et la saleté se détacher de son corps et il en fut ravi. Ses cheveux seraient aussi brillants que ceux d’une jeune fille et sa peau aussi claire et nette que celle d’un bébé. Bon, ses quelques cicatrices qui parsemaient son corps ici et là – deux à la haut de ses côtes, une sur l’omoplate gauches, une cachée près de son oreille sur l’os de sa mâchoire – venaient peut-être entacher cette utopique peu lisse et sans défait. Mais bon, c’était beau de rêver. Il nagea jusqu’au bord de l’eau et se hissa sur ses avants bras pour en sortir. Il rejeta ses cheveux vers l’arrière pour dégager son visage et donna quelques coups de paupières sur ses yeux vairons pour chasser les légères gouttes de plus sur ces cils.


Eraser alla s’affaler dans l’herbe, se reposant parmi les fleurs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 13 Juin - 19:38





Le ciel est bleu, le soleil déjà haut dans le ciel, une légère brise souffle et tu es de mauvaise humeur. La journée s'annonce parfaite en somme, sauf que tu es de mauvaise humeur. Et rien ne va depuis ce matin. Tout t'irrite. Pourtant, ça aurait pu être une bonne journée. Tu as passé la nuit chez ce mec rencontré dans un bar – donc pas besoin de repasser chez toi où t'attend ton propriétaire qui veut son putain de loyer, ça a même été une bonne partie de jambes en l'air en fin de compte. De toute façon, tu ne t'envoie en l'air qu'avec des bons coups. Les boulets au lit, très peu pour toi. Tu t'étais même fait payer les croissants et les pains au chocolat, et ça, c'est le pied. Et puis, l'autre mec s'était levé, t'avait interpellé avant que tu ne te parte et, avec un petit sourire niais, il lui avait dit. « Tiens ton fric, et surtout, reviens me voir quand tu veux. » Tu l'avais dévisagé, lui jetant un regard noir au passage. Non mais sérieux, il te prenait pour qui ? Une pute ? Tu allais lui éclater sa gueule de premier de la classe. Tu avais réellement envie de lui balancer un poing dans le visage, mais tu inspiras profondément, te forçant à retrouver son calme. Tu avais pris les billets qu'il te tendait, sorti ton zippo, allumé sa flamme et doucement regardé le feu dévorer l'argent de ce con. Une fois les billets entièrement disparus, tu avais craché au sol, pivoté sur tes pieds et lancé des derniers mots cinglants. « Désolé, je ne couche jamais deux fois avec un client. » Et tu étais parti.

Te voilà désormais à errer dans les Landes de Calcifer. Tu ne connais pas vraiment l'endroit, t'as du te perdre en fait, mais tu ne renonces pas. Tu ne fais pas demi-tour et tu continues de marcher tranquillement au beau milieu de cet endroit que tu ne connais pas. Et tu as trop chaud, bordel. Il faut que tu trouves un endroit frais sinon tu vas péter un plomb. Définitivement. Et tu sens une migraine pointée le bout de son nez. Merveilleux. Ton débardeur te donne envie de crever tellement tu as l'impression de bouillir. Quoique, tu es toujours bouillant. Sauf que là, il y a aussi de la colère qui s'agite en toi et tu as dans l'idée que ton corps va finir par exploser. Relativement vite si tu ne trouves pas de quoi te rafraîchir. Et puis, tu perçois les effluves de l'eau et tu te demandes un court instant si tu ne rêves pas. Tu tombes dessus. Un lac, immense et calme. Et désert, si on oublie cette barque que tu aperçois sur le lac. Tu t'en fous, littéralement. Tu accélères inconsciemment le pas, te déchaussant de tes tennis en même temps, ôtant aussi ton débardeur et ton baggy par la même occasion. Tu n'es plus qu'en boxer quand tu pénètres dans l'eau. Le contact te paraît froid sur ta peau brûlante – pyrokinésie et colère font un mauvais mélange visiblement – et tu soupires de bonheur. Tu revis. Tu fermes alors les yeux et continues d'avancer dans le lac. Étrangement, tu n'as même pas remarqué la présence de ce corps allongé dans l'herbe plus loin sur la berge.

Revenir en haut Aller en bas
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 822
Age : 22

Âge physique : 23 ans
Âge mental : 28 ans
Groupe : landes de calcifer
Dons : baiser amnésique ; corps de glace

MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 13 Juin - 20:08




Son corps était désormais sec, mais son pantalon était toujours humide de l’eau du lac. Le soleil avait fait disparaitre les tâches d’eau qui s’étaient logées sur son sternum et ses cheveux étaient de moins en moins trempe. Il oscillait entre la rêve et la réalité, les yeux à demi clos. Il avait passé sa nuit à rouler sous un drap rêche et sale et le matelas de fleurs qu’il s’était fait sur la colline semblait royal vis-à-vis de son vieux bateau pourris. Bon, il n’était pas si pourri que ça hein; la peinture écaillait un peu sur les rampes et ses voiles avait été maintes fois recousues, mais il tenait encore en un seul morceau. Il entendait les grandes nappes racolées ensembles battre au vent et les hameçons tinter au bout de ses cannes à pêche. On aurait dit un rêve paisible. Eraser se rappela du film d’Alice au pays des Merveilles qu’il avait vu étant gamin ; et il se dit qu’il était Alice regardant le ciel au milieu des pâquerettes.


Il ne sursauta pas en entendant les clapotis de l’eau, mais il ouvrit ses yeux et il s’appuya sur ses coudes pour se redresser un peu. Ses yeux s’habituèrent lentement à la lumière vive du soleil et à l’éclat du lac, et il vit l’autre jeune homme. Il haussa les épaules et se laissa à nouveau tomber dans l’herbe. Il avait l’air pas mal – son dos dans tous les cas était délectable – mais voilà, il n’allait pas le déranger avec son sourire bright en mode « qu’est-ce que tu manges beau gosse pour être aussi canon? » Il était lui-même venu chercher le calme ici, alors il n’allait pas enquiquiner les autres avec ses éternelles hormones d’adolescent. Mais il jeta quand même un autre coup d’œil vers l’eau. Il aurait bien aimé lui parler, lui dire un truc débile, un truc con, juste un truc pour engager la conversation. Mais il était tellement légume qu’il ne savait pas quoi dire. « Beau temps? » ça faisait un peu cliché. Mais c’était vrai qu’il faisait beau. 


Il eut envie de tirer une latte. Mais, sans même avoir tâté ses poches, il savait qu’il n’y trouverait rien. Ah, peut-être qu’il pourrait lui demander ça, au beau blond « eh mec t’aurait pas une clope? » Ouai non ça faisait d’autant plus clodo. Il aurait l’air d’un pauvre con sans le sous qui quête de l’argent pour ensuite aller gâcher sa vie encore plus. Alors Eraser resta là, assis comme un con, à regarder l’autre mec se dandiner dans l’eau. Mais il avançait dans l’eau, et sans trop y réfléchir, il dit un truc. C’était probablement encore plus débile que tout ce à quoi il avait pensé, mais c’était sorti comme ça, spontanément. Et avoir su quel genre de bêtise il allait dire, il se serait abstenu. 


∆ Eh mec t’noies pas!

Il n’avait pas parlé très fort et il espérait que ses mots allaient se perdre avec le vent. Mais ils étaient seuls et même l’eau s’était faite silencieux pour admirer la connerie d’Eraser. Comme s’il allait se noyer volontairement hein. Eraser porta une main à son visage et pinça l’arrête de son nez, grognant contre lui-même. Mais quel beau spécimen il était.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 13 Juin - 21:27





Tes paupières sont closes et tu sens tes muscles se détendent au contact de l'eau fraîche sur ton corps brûlant. Doucement, très doucement – presque timidement, ta température corporelle entame sa descente et tu savoures, tu savoures ça. Cette sensation de fraîcheur et de colère qui s'apaise. Tranquillement, tu profites de la journée qui s'offre à toi. Elle est peut-être pas si pourrie que ça en fin de compte. Faut voir le côté positif des choses ; t'as eu un petit-déjeuner vraiment bon et gratuit, t'as passé la nuit dans un vrai lit et sans que ton propriétaire tambourine au mur toute la nuit, t'as même eu la satisfaction de cramer les billets de ce connard. On oublie le fait que tu te sois fait traiter de pute, parce que sinon, ça va encore te foutre en rogne. Tu avances encore un peu dans l'eau, toujours plus profondément, et bientôt la surface du lac t'arrive au niveau des pectoraux. Alors que tes muscles se bandent, prêts à te faire plonger, une voix s'élève. Te comptant brutalement dans ton élan.

Eh mec t’noies pas !

Tu stabilises ton équilibre, pivotes d'un mouvement fluide sur tes pieds et jette un coup d’œil à celui qui vient de te parler. C'est un mec, ça tu l'avais deviné à la voix. Et tu l'aperçois sur la berge. Tu ne peux pas le louper ; assez grand, cheveux bleus et yeux bleus. Une touche de bleue au milieu du vert de la prairie. Il a l'air de regretter ses paroles, avec ses doigts pinçant l'arrête de son nez. Tu vrilles tes orbes dans leurs jumeaux. Bleus. Monochrome face à polychrome. Ses yeux sont sublimes.

Un suicide sur la conscience, ça te tente pas ?

Ton sourire est ironique, ton ton est provocateur. T'as décidé de t'amuser, voir sa réaction. Quitte à le regretter ensuite s'il ne joue pas le jeu. Tu plonges finalement dans l'eau et disparais de la vue de l'inconnu pour ne réapparaître qu'au niveau du ponton où tu te hisses facilement. Tu as beau être un petit gabarit, y'a quand même des muscles sur ton corps. De toute façon, tout le monde te le dit. Tu es beau, trop d'après certains même. Et ça te fait rire tous ses regards affamés sur toi. Debout sur le ponton, tu fais quelques pas sur les planches de bois, puis dans l'herbe et finalement vers l'autre mec. Là, tu te penches vers lui – presque au dessus, dégoulinant d'eau. Ton sourire est ravageur quand tu tends ta main droite pour lui serrer la main.

Pozar, enchanté.

Revenir en haut Aller en bas
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 822
Age : 22

Âge physique : 23 ans
Âge mental : 28 ans
Groupe : landes de calcifer
Dons : baiser amnésique ; corps de glace

MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Ven 21 Juin - 13:57




À vrai dire il ne s'attendait pas vraiment à une réponse. Dans le meilleur des cas il avait espéré un truc du genre "Non t'inquiète mec", mais certainement pas à une réponse comme ça. Un suicide sur la conscience, ça ne le dérangeait pas tant que ça en fait, mais le suicide d'une aussi belle pièce que ce blond? Là par contre...

Eraser suivit sa sortie de l'eau avec attention, se demandant s'il venait vraiment dans sa direction. Cette agace avait d'ailleurs eu la brillante idée de plonger dans l'eau juste avant d'en sortir et de fait, l'eau dégoutait de ses cheveux et allait se perdre en des endroits qu'Eraser aurait bien aimé explorer. Il était un peu moins froid pour la peine.

Finalement, raconter des conneries ça avait du bon parfois. Le blond était déjà presqu'à sa hauteur lorsqu'il reprit contenance. C'était bien beau, de se pâmer devant quelqu'un comme ça, avec limite la bave qui vous coule de la bouche, oui oui. Il passa donc une main sur son visage et dans ses cheveux, essayant de chasser son air de merlan frit. Il était vraiment pas mal ce con. Eraser leva les yeux vers son visage - oui depuis le début il fixait son torse qui lui faisait voir des étoiles - et son sourire l'éblouit d'autant plus que tout le reste. Eraser se dit qu'il devait être sacrement en manque pour s'extasier comme ça sur le premier venu de la journée. Est-ce qu'ils étaient tous aussi canon que ça, les premier venu? En fait il n’en avait rien à battre.

Ah, cette bouche et ce sourire lui plaisaient vachement. Ça éclaircissait son visage - bien qu'il eut déjà un visage ensoleillé - et ça ne le rendait que plus charmant. Et cette voix chaude qui résonnait contre son corps de glace - "Pozar, enchanté" - le faisait un peu plus fondre.

Il ne réalisa qu'au bout d'un moment qu'il lui tendait sa main. Eraser n'avait pas capté qu'il s'était présenté, même si sa voix lui avait fait l'effet d'une bombe. Alors il agrippa sa main avec ses longs doigts froids, oubliant justement de l'avertir de la température de son corps. Sa poigne était un peu brusque et maladroite, mais il ne le lâchait pas des yeux.


∆ Eraser, moi d'même.

Il le relâcha, se laissant à nouveau tomber dans l'herbe. Il le fixait toujours, le toisant de la tête aux pieds avec un manque de subtilité flagrant et volontaire. Eraser n'avait pas vraiment honte de montrer son intérêt – en général lorsqu’il voulait le montrer sur une base volontaire, il ne savait pas comment s’y prendre - mais lorsqu’il le faisait comme ça sans trop réfléchir, il était difficile à rater. Dans le pire des cas, ce Pozar allait l'envoyer promener et dans l'autre cas - ça c'était la mince chance qu'il soit gay comme ses pieds et qu'Eraser lui plaise - bah, il allait peut-être jouer le jeu et faire comme si de rien était. Era s'était déjà pris tellement de vents que ça ne lui faisait plus rien. Quoi que de perdre une belle prise comme celle-là l'attristerait un peu. Alors il enchaîna avec la première idée qui lui passa sous la main; et ce n’était certainement pas la plus originale.


∆ Pas mal comme temps, nan? Tu peux t'écraser ici si tu veux, on a l’vent dans le visage, c'est pas mal. Et puis l'lac...

Il ne fit qu'un vague mouvement de main pour désigner le paysage dans toute sa splendeur. Il n'avait pas besoin de mot pour faire comprendre à ce blondinet que la vue en valait la peine. Il leva ensuite sa main au-dessus de sa tête, pour faire de l'ombre sur son visage, reposant ses yeux sur Pozar.


∆ Et puis avec un joli blond comme toi dans l'décor, c't'encore mieux si tu veux mon avis.

Aucune gêne.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 11 Juil - 0:03



    HRP.
    c'est pas du retard ça, c'est encore pire. eurk. excuses moi, vraiment vraiment. je suis désolée pour ce retard ♥ (et la réponse vaut pas mieux d'ailleurs)







Tu ne songes jamais à prévenir les gens de la chaleur de ta peau quand vos corps entre en contact. Faut dire que tu ne leur tend quasiment jamais la main. Cette fois n'échappe pas à la règle et l'autre ne se retrouve pas averti que la température de ton corps est plus élevée que la normale. Étrangement, le feu qui court dans tes veines se trouve confronté à un problème de taille. Il se sent oppressé, à l'étroit dans ton corps qu'il ne peut quitter. Il est face à un bloc de glace qu'il ne peut traverser. C'est ça, la main que tu sers dans la tienne est glacée. L'inconnu est de glace. Tu le sais, tu le sens. Il se présente à son tour au moment où tu souris, prédateur.

Vos mains se séparent alors qu'il retrouve sa place dans l'herbe, et ses yeux bleus dévalent ta silhouette sans aucune gène. Tu adores ça. Ça te rend vivant, bluffeur et joueur. Tu sais que tu l'intéresses et qu'il te considère comme sa proie. C'est comme si c'était écrit au marqueur noir sur son front. I'm gay, fuck me. Tu laisserais presque échapper un rire moqueur si tu n'avais pas autant de contrôle sur ton propre corps. L'autre finit par rajouter quelque chose, à propos du temps et de la vue qu'il y a de cet endroit. Futile et inutile mais ça à le don d'attiser ton sourire en coin, qui se dessine encore plus. Tu te laisses doucement tomber à ses côtés et tu jettes un coup d’œil à la vue qui s'offre à vous. Mouais, quand même, c'est carrément beau c't'endroit. Et c'est calme, bordel, c'est calme. Tu en soupirerais presque d'aise et tu passes de la position assise à couchée, te laissant tomber comme une masse dans l'herbe folle. Quelques brins d'herbe viennent te chatouiller les joues, le vent se glisse sur tes abdos – chassant les dernières gouttes d'eau que ta chaleur corporelle n'a pas déjà fait disparaître, et tu poses tes yeux sur l'immensité bleue qui s'étend au dessus de vous. Tu as l'impression que le feu fuit par tous les pores de ta peau, que ton corps brûlant ne cessera jamais de l'être et tu te rends compte qu'au fond, tout au fond, de tes entrailles, l'orage qui gronde en toi depuis ce matin n'est pas mort. Il faut absolument que tu te changes les esprits et, qui sait, peut-être que ce cher inconnu t'aidera. Volontairement, ou non. Tu te redresses sur les coudes, baisses les yeux vers son dos et le détaille sans aucune discrétion. Pas besoin, tu détestes te cacher. Tu profites du spectacle, point barre. Tes orbes azures remontent son dos hâlé, dévalent ses avant-bras musclés, se perdent sur la courbe de sa mâchoire et imaginent parfaitement tes doigts fins se glisser dans ses mèches bleues. Tu passes inconsciemment un bout de langue sur tes lèvres. C'est un spectacle qui te plaît, il faut l'avouer. Les mots s'échappent de ta bouche, bourrés de sous-entendus.


    La liste d'attente est longue, tu sais.

Aguicheuse provocation.


Dernière édition par Pozar le Lun 19 Aoû - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 822
Age : 22

Âge physique : 23 ans
Âge mental : 28 ans
Groupe : landes de calcifer
Dons : baiser amnésique ; corps de glace

MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Jeu 11 Juil - 4:41




ah mais c'est pas grave darling! ne t'en fait pas avec ça, je suis patiente! tu es toute pardonnée ♥
(et ta réponse est exquise !)

Eraser avait toujours été de glace depuis qu’il était dans les Landes. Mais aujourd’hui il sentait la braise le faire fondre et il ne restait que de lui que des goûtes d’eau ruisselant sur son corps. Ses yeux à eux seuls avaient le don de le faire se languir. Il les sentait sur lui, plus suaves qu’une bouche aux lèvres douces, plus violents que des mains empressées et maladroites. Il ne pouvait qu'en sourire de toutes ses dents, lui aussi. Ça l’amusait vraiment. Il ne se gênait pas plus que Pozar et pourtant, si leurs regards étaient des plus explicites, ils parlaient comme si de rien était et c’était à s’y méprendre. S’il n’y avait pas eu ces beaux yeux bleus affamés, Eraser aurait probablement abandonné sa cause. Mais ils étaient là, et les siens leur faisaient concurrence.

Et ses mots l’amusaient encore plus. Il était joueur, lui aussi et il jubilait déjà à imaginer tout ce qu’il pouvait répondre à une telle phrase. Il aurait aimé lui répondre tout un tas de choses, mais le plus court et le plus tendancieux avait la priorité. Ou peut-être devait-il feindre un désintérêt? Quoique Pozar verrait tout de suite qu’il faisait mine de ne pas s’intéresser. C’était un drôle de jeu. Alors autant se laisser aller à la consternation. Oh, non. En fait il allait…


∆ Une liste d’attente? Pour quoi donc?

Jouer l’innocent. Pozar devait certainement avoir remarqué qu’il n’était pas dans ce genre là, mais en faisant mine de ne pas comprendre, il le forçait à être plus explicite. Il se mordilla la lèvre inférieure, avec autant de fausse perplexité que de tentative de l’aguicher. Pozar n’était pas le seul à pouvoir faire son intéressant avec ses mimiques. Eraser roula sur lui-même, se rapprochant de fait de Pozar, s’asseyant par terre tout près de lui. Il le surplombait un peu, ses cheveux formaient comme un voile qui faisait de l’ombre sur son visage alors qu’il avait la tête légèrement penchée vers le blond.

Il souriait encore une fois, comme un enfant qui est enchanté d’avoir un ami avec qui jouer à son jeu préféré. Le visage d’Eraser n’était pas si près de celui de Pozar, mais s’il décidait d’étirer son cou et de se pencher un peu, il pourrait à nouveau sentir cette chaleur tentatrice. Il se demanda vaguement ce que ça pourrait faire comme mélange, de la glace et du feu; corporellement parlant tout du moins. Eraser n’avait pas connaissance du don du blond, mais il savait que son corps était bouillonnant et ça lui suffisait amplement pour le trouver aussi ardent qu’un brasier.


∆ Mais de toute façon, je ne suis pas très patient t’sais… J’aime quand les choses sont vites faites et bien faites. Quoique; j’aime bien faire durer le plaisir aussi…

Il ne pouvait faire plus de sous-entendus. Il aimait déjà beaucoup ce blondinet, ah oui c’était le cas de le dire. Avec ce corps à damner un saint et ces paroles acidulés qui suintaient l’amusement et l’intérêt, il n’en était que plus attirant. Son mouvement fut tout aussi soudain qu’inattendu. Il fit glisser la paume de sa main sur le ventre de Pozar, s’en rendant compte qu’une fois le geste posé. Il passa son pouce tout juste sous son nombril et remonta sa main froide dans les airs, le pouce tendu. Il souffla sur son doigt, tentant de se sauver la face de la manière la plus sotte possible.


∆ Umh, il y avait un insecte…

Supercheries idiotes pour se rattraper.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Lun 19 Aoû - 23:59



    HRP.
    et voilà, la réponse. enfin. (encore une fois, je suis terriblement désolée ♥)







Il y a cette lèvre inférieure malmenée et ces paroles innocentes et dieu sait que tu aimes ça. Ça te donnerait presque envie d'éclater de rire, amusé et satisfait. Alors, avec un sourire vaguement inoffensif, tu expliques.


    ∆  Tu sais, sûrement un de ces trucs super chiants à pouvoir avoir si tu mets pas avant sur liste d'attente.

Ce sont des paroles tellement neutres, tellement banales, tellement déplacées par rapport à la lueur qui brille dans vos iris, à la tension qui émane de vos corps. Tes deux orbes céruléennes ne le quittent pas une seconde et tu suis son mouvement de rouler-bouler jusqu'à sentir vos deux corps proches, trop proches sans doute pour deux personnes innocentes tels que vous. Il se tient de nouveau en position assise, te surplombant de toute sa hauteur et son visage jette une légère ombre sur ton corps. Les mèches bleues jouent avec les angles de son faciès, sa mâchoire doucement effleurée par sa chevelure. Tes doigts te démangent un moment, désireux de venir s'amuser avec le bout de chevelure folle qui a glissé le long de l'os de sa maxillaire. Et puis, tu te rends compte que la partie de ton flanc qui se tient parallèlement au corps d'Eraser picote joyeusement sans l'agitation du feu dans ton sang. Ton feu réagit à la sensation glaciale qui s'échappe de l'autre. Il s'agite, comme s'il pensait pouvoir bondir hors de ton enveloppe charnelle. Un rictus courbe le coin de tes lèvres alors que tu songes à ce que pourrait donner l'association de ton brasier et de son glacé. Ça serait démentiel. Tu l'écoutes ajouter un truc à propos de patience qu'il n'a pas, de choses bien faites, vite faites et de faire durer le plaisir. Les sous-entendus sont là dans chacun de ses mots et tu les comprends, tous. Évidemment. Vous jouez et tu adores ça. Alors, forcément, tu répliques avec ce même ton


    ∆  Ne dit-on pas que la patience est mère de toutes les vertues ?

En réalité, tu en as rien à faire de la patience. Il y a des choses qui t'impatiente, d'autres que tu pourrais attendre toute la semaine. Ta patience va et vient, part et repart. Elle est libre, indomptable et surtout, inconstante. Alors ouais, tu lui parles de patience mais il en est rien. Tu t'amuses, tu prends plaisir à jouer avec ce mec qui sort de nul part. J'emmerde la patience, voilà ce que disent les océans qui te servent d'iris. Une vague de froid s'esquisse une milliseconde sur ton ventre avant que le feu ne prenne d'assaut ta peau agressée par le froid et régule la température de ton épiderme. Il y a ce frisson qui glisse sur ta peau hâlée et ce creux qui se dessine une seconde sur ton ventre. Et puis, tu réalises que c'est la main d'Eraser qui se tenait sur ton abdomen et qu'il est désormais en train de souffler sur sa main pour faire disparaître un soit-disant insecte. Menteur. Et ça te fait sourire. Soudainement, sans raison, tu te redresses en appui sur ton bras gauche – si près que ton souffle s'égare dans le cou de l'autre. Tu vas récupérer la goutte d'eau qui dévale sa veine jugulaire et tu la fais disparaître d'un habile coup de langue. Tu te recouches l'air de rien, et lâches quelques mots, comme vague explication à ton geste.


    ∆  Ça m'perturbais.

Sans gène, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 822
Age : 22

Âge physique : 23 ans
Âge mental : 28 ans
Groupe : landes de calcifer
Dons : baiser amnésique ; corps de glace

MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   Mar 20 Aoû - 4:48




daube-chan aime beaucoup ce que pozar-sama écrit. daube-chan va se cacher parce que ce qu'elle écrit c'est - évidemment - de la daube. daube-chan embrasse pozar-sama tout plein pour son post awesome ;3; ♥

Comment un homme tel que lui pouvait-il parler de vertu ? Rien que son sourire en appelait à la damnation éternelle rien que parce qu’il faisait naître en Eraser toute sorte d’idées peu catholiques. Eraser avait faim de ce sourire, de cette bouche tendre et de ses lèvres dans lesquelles il aurait voulu planter les dents. L’envie l’assaillait de toute part, et que dire de la luxure que ses traits rieurs lui inspiraient. Comment un air amusé pouvait-il autant l’attirer? L’enfer pouvait bien aller se rhabiller vu la chaleur que faisait naître en lui ce divin petit blond.


∆  Dans c’cas je veux bien me mettre sur cette liste d’attente, ça serait déplorable de me plonger dans le vice, tu crois pas?


FRISSON n.m. (bas lat. frictio, de frigere, avoir froid). 1. Tremblement brusque et généralisé accompagné d’une sensation de froid, dû à une baisse de température ou à une infection.

Eraser n’avait jamais frissonné aussi vivement et ses sens n’avaient jamais été aussi émoustillés. Cette langue douce comme du velours et aussi fugace qu’un papillon venait de faire de lui l’esclave de ce beau blond. Eraser aurait donné son bateau pour qu’elle revienne se poser sur sa peau et qu’elle longe un peu plus sa chair fraiche. Il l’avait senti là, mouvante, le long de son coup. Il ne l’avait pas vu venir et même la sensation de ses doux cheveux blonds lui avait fait rater un battement de cœur. Ça allait vite, beaucoup trop vite, mais dieu que ça lui plaisait! C’était tellement chaud. Comme une casserole d’eau bouillante se déversant sur son être, Pozar avait su faire fondre l’iceberg qu’il était. Il s’était figé sur place, et l’instant d’une demi-seconde, ses yeux s’étaient fermés et il avait entrouvert les lèvres comme une vulgaire péripatéticienne ayant trouvé un homme habile de ses mains, enfin, plutôt de sa langue. Il avait retenu de justesse un soupir on ne peut plus explicite, mais il avait gardé contenance pour ne pas sembler faux.

Mais seigneur, Pozar et son corps chaud laissait les endroits qu’il avait même effleuré dans tous leurs états. Il se sentait comme une crème à la glace à la framboise bleu se décomposant au soleil. Pozar était d’ailleurs un magnifique soleil, aussi beau et brillant que celui qui projetait des ombres sur leur corps. Mais cet adorable soleil lui était accessible et même s’il s’en brûlait les doigts, Eraser était tout prêt à laisser courir ses mains là où le laisserait aller.


∆  Mnngh… Désolé de t’avoir perturbé, c’était vraiment pas dans mes intentions.


Il reprenait lentement contenance et son sourire revint flotter sur son visage. Ah! Diable qu’il était beau et désirable Pozar! C’en était presque un supplice ce petit jeu de patience et de sous-entendus. Ses mains tressautaient doucement alors qu’il se retenait de simplement grimper par-dessus son corps. Désirable désirable désirable, ce mot tournoyait dans la tête d’Eraser. Il reposa sa main sur son ventre. Et encore une fois, une phrase toute faite s’échappa de ses lèvres.


∆  Mais dis donc, ta peau est bien chaude, c’est un don ou tu es toujours aussi bouillant ? J’aimerais bien être à ta température, moi aussi…


Tendancieuses paroles et sourires innocents font si bon ménage.  





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: gorgeous skies ▬ pozar   

Revenir en haut Aller en bas
 

gorgeous skies ▬ pozar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Lac :: Cabane du lac-