AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 △ i - i - i'm hunting, looking for a come-up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: △ i - i - i'm hunting, looking for a come-up.   Mar 11 Juin - 22:13





un ami, c'est celui qui devine toujours quand on a besoin de lui.
(pozar&duke)
Tes yeux sont bleus, bleus, bleus.
Tes cheveux sont blonds, blonds, blonds.
Ton corps est incendie, incendie, incendie.

Et tu tourbillonnes au milieu de ses gens, tu deviens ouragan.

Tu te glisses entre la foule, tes mèches blondes s'agitant sous l'impulsion du mouvement, et ton corps exécute un des trucs qu'il connaît le mieux. Les pauvres innocents sont détroussés de leurs portes-monnaies, de leurs bracelets, de leurs bijoux et tu chipes même quelques aliments dans les paniers des petits vieux en train de faire leurs courses. Tu es voleur. Tu es funambule au milieu de la foule. Tu traverses la marée humaine, cherchant à t'éloigner le plus possible du bloc compact que les habitants de la cité Yubaba forme. Une fois sorti de cette masse de gens, tu inspires une grosse bouffée d'air – tu vas finir par devenir agoraphobe si ça continue, et tu te hisses sur une grosse caisse en bois abandonnée dans une ruelle. Plongeant la main dans ta poche, tu en ressors ton butin et en fait un résumé mental tandis qu'un léger sourire déforme le coin de tes lèvres. Il y a une coquette somme d'argent en billet, quelques pièces, plusieurs bracelets, trois montres de poignet et une montre à gousset. Les portes-monnaies sont toujours dans les poches des propriétaires, seul leur argent a disparu. La surprise risque d'être de taille pour eux ce soir. Tu ricanes silencieusement rien qu'à l'idée de la tête qu'ils feront lorsqu'ils s’apercevront que leurs portes-monnaies sont vides, totalement vides. Tu remets ton petit butin à sa place, dans ta poche gauche, et tu sens le poids protecteur de ton zippo dans ton autre poche. C'est ton feu, le prolongement de tes doigts, le sang qui s'agite dans tes veines, c'est toi. Entièrement, totalement, complètement.

Te voilà reparti dans les rues de Yubaba, à la recherche de ta prochaine victime. T'as faim, horriblement faim. T'as pas mangé depuis hier soir, quand cette charmante rousse t'as forcé la main pour que tu goûtes son gratin de pommes de terre. Délicieux, d'ailleurs. Depuis, t'as rien mangé. Ton ventre n'est que café et tes poumons ne sont que nicotine. T'as bousillé tes organes respiratoires, comme chaque matin. Tu vadrouilles dans les rues, tes orbes azures sillonnant les échoppes qui t'intéresse et tu finis par trouver celle qui te convient. C'est rempli de fruits et de légumes et les parfums des aliments viennent t'effleurent les narines, te criant presque d'aller croquer dans une de ses délicieuses pommes que tu aperçois. Là, maintenant, toute de suite. Tu jettes un coup d’œil à la victime de ton petit-déjeuner du jour. Une vieille, toute petite et toute grosse. On dirait presque madame patate avec son bob rose posé sur sa perruque blonde. Tu éclates de rire alors que tu marches, innocent, en direction de la « boutique ». Là, tu attrapes une belle pomme verte – une granny-smith, tes préférées – et tu croques dedans à pleines dents. Et la petite vieille te lance un regard noir, auquel ton grand sourire lui répond. Elle te demande sa monnaie, tu hausses les épaules, fais demi-tour, entends les insultes qu'elle commence à te hurler, avances vers une caisse de bois, sautes dessus, te hisses sur les toits sans difficulté et prends une nouvelle bouchée de ta pomme. Vraiment bonne la pomme. Tu fais un rapide « salut militaire » à la marchande qui sonne comme un « à la revoyure » amusé, un éclat de rire résonne quand elle te fusille du regard. Une énième insulte fuse – petit saligot, comment ta mère t'a éduqué ?

Vieille peau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: △ i - i - i'm hunting, looking for a come-up.   Ven 21 Juin - 9:47




I-I-I'M HUNTING, LOOKING FOR A COME-UP.
« Mais, voyez-vous ma très chère dame, c'est l'une des choses qu'elle a, malheureusement, oublié de faire. » Lança-t-on dans le dos de la veille, alors que s'avançait de son pas guinchant et son sourire le plus charmant qui se dessinait sur ses lèvres roses, le voleur. Oh, Duke, il n'avait pas pu s'empêcher, c'était comme si les mots étaient sortis d'eux-mêmes et que finalement, il n'avait pas eu le courage de les retenir. Ses yeux brillaient, comme des milliers d'étoiles au fond d'un ciel d'ambre, avant qu'il ne laissa échapper un éclat de rire ravissant sûrement à cause de l'expression surprise de la femme qui s'était retournée, sûrement parce que la remarque déplairait fortement à son compère et sûrement aussi, parce que finalement, il se sentait encore une fois le maître du jeu. Ah quel exquis sentiment que cette puissance, cette liberté suprême, affriolante et terriblement éphémère qui le saisissait à la gorge, attrapant sa jugulaire pour lui couper le souffle d'ivresse avant de le libérer. Oh oui, il se sentait comme le roi du monde, quelques secondes et c'était suffisant à lui faire pousser des ailes.

C'était après tout une charmante journée pour se sentir monarque absolu : si toutefois le temps était quelque peu boudeur et que l'air semblait s'être alourdi ces derniers jours, la foule affluait dans les rues pour remplir la ville de toute sa gaieté, son enthousiasme facile, ses discussions futiles et le duc aimait tellement s'y plonger. Il s'y sentait gamin, enfant aux mirettes écarquillées, fasciné par tout et transporté par la moindre petit chose, aussi futile soit-elle, il s'y sentait rêveur prêt à décrocher la lune. Et pendant qu'il jouait de ses petits tours de passe-passe et qu'il déblatérait avec éloquences ses phrases magiciennes, il se sentait sur le point de s'y perdre lui aussi, lançant des sourires aimables à tout va et des politesses à qui en voulait, dans cette euphorie grandissante de masse. Pendant que le collier en argent de la demoiselle et les boucles d'oreilles de sa compagne faisaient palpiter son cœur, le rendaient fous quand il les faisait glisser entre ses doigts. Ah, presque trop facile.

Alors, poussé par l'enthousiasme heureux qui l'habitait si souvent, Duke se promenait dans les rues en chantonnant le dernier air de jazz qu'il avait entendu, un peu vieux puisque datant des années vingt, et il était tombé sur cette scène. Peut-être cela aurait un mensonge d'aller jusqu'à qualifier cela de hasard, un bien étrange hasard, peut-être même que le voleur avait-il aperçu son comparse dans la foule et que finalement, il s'était senti d'humeur à le taquiner ou peut-être avait-il pressenti que son ami saurait se mettre dans une drôle de situation mais, il avait décidé d'intervenir. Oh, pour sûr, il aurait sûrement été parfaitement capable de s'en sortir en mettant à feu la moitié du quartier à cause de son tempérament de braise. Il était irrécupérable ce petit. Mais, le voleur se sentait presque obligé de lui en venir en aide pour titiller sa fierté : plaisanterie entre amis dirons-nous, s'ils pouvaient réellement se considérer ainsi.

« Une si jeune dame ne devrait pas savoir à se fâcher ainsi pour un vaurien qui n'en vaut pas la peine. » Elle resta sans voix, de surprise ou d'hésitation, peu importe, le compliment semblait cependant l'adoucir : elle ne devait pas en entendre beaucoup, tout rappelait, de ses vêtements désuets, sa coiffure, son langage et même la façon raidie dont elle se tenait un âge avancé qui la plaçait parmi les anciens. Elle rejoindrait sûrement bientôt les exilés, quittant ce doux visage juvénile pour des traits marqués par le temps et le travail. « Ah j'oubliais de me présenter, je suis James, James Davidson. »

Oh, c'était un tout petit mensonge après tout et, un demi-mensonge finalement puisqu'il s'était réellement appelé James bien que personne ne l'ait jamais réellement utilisé si ce n'est lors des réprimandes. Et il semblait évident que le voleur aimait cumuler les identités, si ce n'était pour le simple principe de jeu, il n'était pas utile à tous d'en apprendre plus sur l'identité du duc, la vieille appartenant à cette catégorie de personne.

« Je m'occupe de lui, ne vous inquiétez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
 

△ i - i - i'm hunting, looking for a come-up.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Centre ville-