AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Sam 18 Mai - 11:44




Soupirs. Long soupirs. Iule se passe la main sur le visage en faisant une grimace pas possible. Cette carriole a survécu aux routes les moins carrossables, aux canyons enneigés, au désert noir, à des tempêtes pas possible dans les plaines, à des nuits gelées… La jeune femme aurait sincèrement pensé avoir un accident ailleurs qu’en pleins milieu des champs de la vallée du vent. Mais que cela ne tienne. Essieu cassé et roue détruite à cause d’une grosse pierre. Il va falloir demander de l’aide. Et Iule a horreur, horreur, horreur de faire ça. Mais il faut se faire une raison, elle n’y arrivera pas seule. Les compétences de forgeron réparateur de chariot manquent à son cv  et la roue est complétement explosée, preuve étant qu’elle tient le cerclage en fer et trois rayons d’une main et le cercle  de bois dépourvu de rayons et cassé en trois morceaux distincts . Heureusement, elle vient de vérifier, rien n’a été cassé dans le chariot, ses flacons et fioles ont été sauvés par une commande de tissus en amortisseur et une commande de bois précieux en gangue protectrice au-dessus. Le reste est beaucoup moins fragile et va tout aussi bien. Quant au chat, il était venu miauler son amour au poney fjord au moment de l’accident et avait regardé la carriole s’effondrer avec une passivité à toute épreuve Bon, procédons avec méthode. D’abord, désatteler Hugin. Ensuite, vider non sans mal le contenue de la roulotte et l’organiser méthodiquement un peu plus loin .Pour finir redresser la roulotte. Chose plus compliqué. Elle attelle les deux chevaux avec un harnachement de fortune, au grand désespoir de Munin qui le fait savoir. Il lui faut une grosse demi-heure pour redresser le tout, faisant pousser un bosquet de buis bien solide afin de remplacer la roue manquante sur les appuis. Ça, c’est fait. Elle détache les deux chevaux et les laissent en liberté. Ils n’iront pas bien loin, Hugin se dirigeant déjà vers le bas-côté de la route pour brouter. Iule termine par couvrir d’une bâche la marchandise, la protégeant des yeux envieux et des possibles intempéries. Elle donne des instructions bien précises au chat pour protéger le chariot et la marchandise, salue les chevaux et se met en route, poussant le cerclage en fer devant elle comme un cerceau, portant les morceaux de roue sous son autre bras.

La route parait longue, surtout quand elle n’a plus sa ménagerie. Peut-être serait-elle allée plus vite en montant Munin ? Mais le cerclage en fer de sa roue est ce qu’elle a de plus précieux avec sa roue et surtout ce qui aurait été le plus susceptible d’être volé. Et Munin n’aurait pas pu porter le cerclage, trop grand. En plus, Iule a faim et son estomac la travaille de plus en plus. A combien de kilomètre est-elle du village ? Non, à combien d’heure ? Cela doit faire maintenant deux heures qu’elle marche et elle aimerait bien voir apparaître au loin le toit des chaumières. Et un peu plus loin habite une de ses connaissance , qu'elle fournit grâce à ses voyages. Chaumières en vue, maintenant tourner pour s'en éloigner . Les plantes ont besoins de solitude . Elle en a encore pour une vingtaine de minute mais préfère lui demander à elle . La maisonnette se dresse enfin devant elle et Iule presse le pas, se dirigeant vers l'endroit, demeure de Loûn, l’ébéniste, attendant que cette dernière lui ouvre après trois petits coups secs à la porte.


« J’ai votre commande. »


Pas Bonjour. Usage normal chez Iule, campée sur ses jambes, le cerclage sous un bras, les morceaux de roues sous l’autre.


« Vous connaitriez quelqu’un qui pourrait réparer mon chariot ? »


Et son ventre chante bien malgré elle, réclamant sa pitance .



Dernière édition par Iule le Sam 18 Jan - 2:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Dim 19 Mai - 18:35

 ☼




Le murmure de l'eau te caresse les sens. Les pieds dans le ruisseau, les mains enfouies sous les feuilles humides tu as les yeux fermés, le visage quémandant la lumière que laissent passer les frondaisons émeraudes. Derrière, dans la maisonnée en bois, un bureau en acajou massif trône au milieu du petit salon, des copeaux l'entourant de par et d'autre. Tu ne l'as pas encore terminé, il te manque le plus important.
La porte résonne de trois petits coups, elle t'appelle. Tu soupires, soustraits tes pieds à la caresse de l'eau et ton corps à la chaleur du soleil. Lentement, tu traverses la maisonnée, le pas léger, les pieds nus et la robe ondulant.
Tu ouvres la porte.

« J’ai votre commande. »

Tu acquiesce simplement. Iule est simple, elle ne s'encombre pas de simagrées et de politesses. Tu apprécies.

« Vous connaitriez quelqu’un qui pourrait réparer mon chariot ? »

Baissant les yeux vers le cadavre de ce qui fut une roue de chariot. Une mélodie que tu ne connaîtras jamais mais que tu sais reconnaître s'élève entre vous. La nomade a faim.
Tu hausses un sourcil et t'effaces pour la laisser entrer.

« Viens manger d'abord. »


Dernière édition par Loûn le Lun 9 Sep - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Lun 20 Mai - 18:26




Choix cornélien. Repas ? La Marchandise qui est sur le coin de la route, à plusieurs heures d’ici et qui est à la merci des voleurs ? Le Repas qui comblerait gourmandise et qui ferait (enfin) taire son estomac qui la tracasse depuis un bout de temps ? La Marchandise qui représente l’intégralité de son patrimoine, tout ce qu’elle possède en gros et que si elle est détruite, elle n’aura plus rien ? La délicieuse odeur qui s’échappe de la maison, où elle peut manger à l’œil ? La marchandise qui risque d’être altérée et de perdre sa qualité ce qui fera un manquement à sa réputation ? La table qui lui tends les bras, la chaise où elle pourra se reposer avant de repartir ? La Marchandise qui lui permettra d’honorer ses commandes ? Le Repas ? La Marchan …. Oh et puis zut. La Marchandise est à des kilomètres, l’assiette à quelques mètres. Choix fait, on mange d’abords, la suite ensuite. Dans le match qui a opposé une bref instant le sens commercial de Iule et sa gourmandise, la gourmandise sort vainqueur après un score extrêmement serré. Sa gourmandise la perdra. On lui a déjà dit. Plusieurs fois. Mais bon. Il ne faut pas non plus voir le mal partout. Iule se détend avant de fixer les pieds nus de Loûn et ses bottes à elle, couverte de boue et de terre , en piètre état . La tenue entière est dans un état semblable. En plus de changer la roue et l’essieu du chariot, il va falloir qu’elle se refasse une garde-robe. Perspective peu réjouissante, elle a parfaitement horreur de ça. Mais là, nécessité fait ordre. Et Vendre quelque chose à son prix réel voir plus ne se fait pas en haillons mais bien présentée, pour être plus avenante. Force de l’expérience. La jeune femme retire la grande cape sale et trouvée et ses chaussures, par respect pour l’intérieur presqu’impeccable de son hôte, marchant à son tour en bas crème, remonté sous son pantalon de couleur brune. Elle retrousse les manches de sa chemise de lin teinte en un outre-mer marqué, surbrodé d’un loup de fils blanc et change sa coiffure, attachant ses longs cheveux blonds en une queue de cheval. Elle s’assoit à la table , attendant d’être servie, remerciant d’un geste avant d’engloutir le contenu de son assiette silencieusement . Ne pas troubler le silence de l’endroit. Cependant ….


« La Vallée va avoir des problèmes. La route principale par les Canyons est bouchée par la neige. Les pins ont parlés. Probablement pas fondue avant plusieurs mois. Le détour rallonge de plusieurs jours. Va être compliqué d’écouler les récoltes vers les autres royaumes. Vous voulez de leur nouvelle ? »

Second rôle dont elle s’acquitte difficilement mais qui fait partie des devoirs des nomades, qui peuvent former une espèce de communauté, par moment. Tenir au courant, là où les informations ne passent pas pour des raisons physiques ou politique ou encore financière, surtout dans la vallée. La vallée n’est pas riche, Iule, le sait, elle en vient. Elle y est attachée, c’est le royaume de l’arbre grand père, c’est aussi son royaume, celui où elle est née.


« Y’a un Marchand. Des Landes. Intéressé par votre travail. Me paie bien le trajet. Si vous êtes d’accord. »
Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mer 29 Mai - 17:12




Elle mange, tu restes debout non loin et attends patiemment, silencieusement. Le cellier est toujours plein mais tu ne goûtes que très rarement à son contenu. Pas que cela t'empoisonne, loin de là, tu ressens les saveurs comme tout le monde, mais tu n'es tout simplement pas gourmande Loûn. Le cellier n'est là que pour tes invités, que tu dis indésirables et pourtant, à ce moment précis, tu es contente qu'Iule soit là et apprécie ton repas.

« La Vallée va avoir des problèmes. La route principale par les Canyons est bouchée par la neige. Les pins ont parlés. Probablement pas fondue avant plusieurs mois. Le détour rallonge de plusieurs jours. Va être compliqué d’écouler les récoltes vers les autres royaumes. Vous voulez de leur nouvelle ? »

Tu rejettes la proposition d'un simple signe de tête : les affaires extérieures ne t'intéressent pas. Tu ne veux que le soleil, l'eau et le silence comme compagnons et ton bois comme préoccupation. Mais la route bloquée est effectivement un soucis, pas pour toi : tu ne voyages jamais. Mais pour les agriculteurs qui vivent de l'exportation tu te dis que ce n'est pas bon pour leur argent. L'argent, tu es bien contente de n'en avoir quasiment pas besoin : cinq pièces par mois suffisent à ton bonheur, car le soleil et l'eau ne se payent pas. Pauvres humains.

« Y’a un Marchand. Des Landes. Intéressé par votre travail. Me paie bien le trajet. Si vous êtes d’accord. »

Retour aux affaires. Tu acquiesces en t'approchant de la table en acajou massif, débarrasses silencieusement, les pieds touchant à peine le sol. Au retour du lavoir où tu as laissé la vaisselle sale tu réponds enfin :

« Je suis d'accord. »

Une courte pose puis :

« Où as-tu laissé ton chariot ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Sam 8 Juin - 11:33




Iule mange, engloutis plus qu’elle ne savoure. La faim l’a suffisamment tiraillée durant tout le chemin qu’elle a parcouru pour qu’elle fasse des manières à table. Surtout qu’elle mange seule. Et qu’elle ne connait pas les us et coutumes qui pourraient la rendre polie aux yeux des autres. Il n’y a pas d’autres. Il y a Loûn. Et Loûn n’est pas un autre .Loûn est une cliente. Elle est aussi un pied à terre. Elle est « simple ». C’est le mot qui lui a correspondu le plus, tout du moins quand Iule s’est mise à lire le dictionnaire pour enrichir son vocabulaire. Ni chichi ni manière. Juste un semblant de politesse nécessaire, un mal nécessaire en fait. Misanthropie aussi. Les nouvelles des autres royaumes ? Elle n’en veut pas. C’était à prévoir. En dehors de sa zone de vie, Loûn ne s’intéresse pas aux activités des autres ou ne veut pas s’y intéresser. Au choix. Iule en a deux comme ça, de fournisseuse qui crée sans trop se préoccuper des autres maillons de la chaine. Loûn pour les meubles. Berry pour les vêtements. Mais Loûn a une notion de la valeur des choses que Berry n’a pas. Et cela, Iule ne comprends pas. Comment vivre sans avoir la moindre idée de ce que coûte la vie en questions. Mais ne peut ne faire aucune réflexion. Les clients ont toujours raison, qu’elle ne le veuille ou non. Quoi qu’il en soit, l’affaire et conclus et Iule hoche la tête entre deux bouchées. Elle enverra un pigeon dès qu’elle le pourra. Mais devra l’informer lui aussi des problèmes climatiques qui empêchent pour l’instant toutes transactions.

Iule pose son assiette vidée et récurée sur la table, s’essuyant la bouche d’un revers de manche. Son chariot. Elle fronce les sourcils, effectue un rapide calcul, se dit qu’il serait peut-être temps d’investir dans un montre à gousset. Elle bouge ses doigts pour montrer qu’elle effectue une réflexion pour répondre à la question. Voyons, Voyons. Un être humain marche en moyenne à 4-5 kilomètres à l’heure. Sauf qu’elle avait sa roue donc elle était moins rapide que la normale. Disons donc qu’elle a marché à 4 kilomètres à l’heure. Elle a marché plus de deux heures, ça elle en est sure. Mais moins de 3 et demi. Précision stupide à la Iule .Disons donc un petit peu moins de trois heures. Ce qui donne, en prenons en compte tous les aprioris possibles une dizaine de kilomètre. Ensuite, par rapport à la position du soleil et de la route, elle était en train de descendre vers le sud. Donc au nord.


« Sur la route qui vient du Canyon. Nord. Pas plus de dix kilomètres je pense. Convaincre le réparateur de faire tout le chemin ne va pas être facile. Surtout que j’ai laissé les chevaux là-bas. Et qu’il faut que je récupère ma marchandise. »

Elle se lève de table, jette un coup d’œil par la fenêtre. L’heure est déjà bien avancée et il faut qu’elle soit revenue avant la nuit. Il y a peut-être possibilité de louer un autre chariot ce qui raccourcirait le temps de trajet. Laisser le cerclage chez Loûn, elle est de confiance. Charger la marchandise dans l’autre chariot, laisser le cadavre du premier sur le bord de la route en attendant de trouver une solution digne de ce nom. Peut-être cela serait plus simple si Iule demandait de l’aide. Mais Iule ne demande jamais d’aide, c’est contre sa nature . Elle se triture un instant les doigts avant de se lever



Je m'excuse du temps de réponse , de la mauvaise qualité de cette dernière . J'ai été complètement vidée de mon énergie ces dernières semaines x_x . N'hésite pas si tu veux que je rajoute des choses .
Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Ven 28 Juin - 11:54





« Sur la route qui vient du Canyon. Nord. Pas plus de dix kilomètres je pense. Convaincre le réparateur de faire tout le chemin ne va pas être facile. Surtout que j’ai laissé les chevaux là-bas. Et qu’il faut que je récupère ma marchandise. »

Tu acquiesces doucement, pas si proche que ça. Mais qu'as-tu à y perdre ? Iule t'as apporté la pièce manquante à ton meuble mais tu es bien en avance sur ta commande.
Un réparateur ? Jamais ne voudra faire le déplacement à cette heure ci. Déjà le temps de rejoindre le village pour trouver quelqu'un.
Tu soupires intérieurement : aucune rivière sur la route, heureusement il reste le soleil, il va falloir emmener une gourde pleine.

« Je te suis, mène moi à ton chariot. Je pense pouvoir le réparer. Au moins le remettre sur ses quatre roues le temps de trouver un bon réparateur. »

Sans attendre sa réponse tu te diriges vers la rivière derrière ta maisonnette et y remplie une large gourde. Tu reviens auprès de l'Itinérante :

« Tu veux prendre quelque chose pour tes bêtes ? Il y a tout ce qu'il faut ici. »

Oui, tu n'aimes pas sortir de chez toi mais au moins tu ne vas au village et tu n'as qu'à voir ça comme une petite balade, rien de plus, hein Loûn ? Pas d'inquiétude...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Dim 4 Aoû - 21:04




Arrêt dans son élan. Iule penche la tête, assimile. Loûn ? Réparatrice de chariot ? Elle sait travailler le bois, elle est ébéniste. Mais faire une roue, ce n’est pas fabriquer un meuble. Peut-être que c’est un savoir qui vient de la Terre, Loûn en venant et ayant été caravanière. Mais, dans les gravures qu’elle a vu des images et des vues de caravanes, il n’y a pas de chariots attelés. Il n’y avait pas de roue tout court. On accroche tout sur cette espèce de bestiole à une bosse nommée …. Chameau ou Dromadaire …Dromadaire elle croit, elle n’est pas sûre. Ce serait faux ? On pourrait faire tirer des choses à ces animaux-là ? Et la roue dans le sable, ne s’embourbe-t-elle pas trop vite. La décision de Loûn venait de la plonger dans une longue suite de questions intérieures qui ne trouvaient pas de réponses  ou alors extrêmement volatiles ou partielles, ce qui a tendance à la frustrer. Frustration, cette chose qui vous tourne comme une mouche entrée dans votre boite crânienne, qui vous susurre à l’oreille que vous ne savez pas, que vous ne saurez jamais et c’est bien dommage parce qu’elle, elle sait par on ne sait quel procédé ni quel miracle mais elle sait. Insecte vicieux. Qu’il faut faire taire. Et dire qu’elle est coincée ici et qu’elle ne peut même pas se dérouter pour aller aux landes de calcifer et piquer un livre chez Ink. Quelle poisse …. Si la malchance existe. Si la chance existe. Deuxième question, combien Loûn voudra pour ce service ? Dans l’état actuel des choses, Iule n’a pas les moyens de faire jouer la concurrence donc de faire  baisser les prix. Avare. Dure en Affaire. Cas de force majeur. L’immobilité, c’est la mort du commerçant. Et la marchandise, pense à la marchandise, tu l’as déjà oublié, tout à l’heure, au profit du repas, ce repas qui te tendait les bras.  La marchandise doit être protégée et conservée en sécurité et dans de bonnes conditions. Petite voix, peut être encore la mouche. Loûn ne t’as jamais trompé, pourquoi te tromperait-elle maintenant. Parce que l’être humain n’a rien de fiable. Les animaux bien plus. Animaux. Les chevaux. Ont-ils besoin de quelque chose ? Iule réfléchis. Elle a laissé de l’eau  aux trois compères. Le chat a accès au garde-manger, les chevaux ont de l’herbe, de la bonne, de la bien grasse, pas celle pleine d’eau qui gonfle le ventre et rende malade les montures. D’ailleurs, Hugin doit s’être empli la panse à son maximum tandis que Munin aurait fait le difficile, choisissant ses brins d’herbes, mangeant chaque brin avec délectation. Elle secoue donc la tête.  Ils n’ont besoin de rien.

Elle attend  Loûn pour se mettre en route pour partir, marchant d’un pas rapide, jouant au cerceau avec son cerclage, faisant le chemin inverse . Elle se retourne souvent pour voir si la demoiselle suit. Mais celle ci est finalement à ses côtés , avançant même plus vite qu'elle .  Ce n'est pas par inquiétude , mais par différents facteurs . Loûn ne sort pas souvent, selon  la jeune femme , elle n’a donc pas ou plus l’habitude de ce genre de trajet, si bien qu’au bout d’une heure et demi , elle s’arrête et fait signe à Loûn de s’assoir



« Il s’rait mieux …si j’allais chercher les chevaux, ce serait mieux non ? Je ne veux pas que tu sois malade ou trop fatiguée … La roue, c’est important.  Mais ce serait compliqué si nos relations passaient de client à patient.. Ce serait trop compliqué dans ma tête .  »




Dernière édition par Iule le Mar 6 Aoû - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Lun 5 Aoû - 13:00





En quelques enjambées tu retrouves ton rythme de marche mais dois vite ralentir pour ne pas distancer Iule. Elle connait le chemin, pas toi : tu te mets donc en rythme de croisière, la gourde autour de l'épaule, le soleil dans le dos.
Perdue dans tes pensées et tes sensations tu ne vois pas le temps passer et stop net à côté d'Iule. Elle te désigne un rocher pour t'asseoir, tu t'exécutes sagement, les mains délicatement posées sur la pierre brûlante.

« Il s’rait mieux …si j’allais chercher les chevaux, ce serait mieux non ? Je ne veux pas que tu sois malade ou trop fatiguée … La roue, c’est important. Mais ce serait compliqué si nos relations passaient de client à patient.. Ce serait trop compliqué dans ma tête . »

Tu souris doucement, si tu étais quelqu'un d'autre tu rirais aux éclats, mais tu es Loûn et un sourire est tout ce don tu es capable. Te sens-tu fatiguée ? Pas vraiment, hein ? Pas du tout en fait. Tu viens à peine de t'échauffer.
Tu te lèves tranquillement, tes pieds nus s'enfouissant dans la terre craquelée par le soleil.

« Ne t'en fais pas pour moi, j'ai marché bien plus que toi dans ma vie sur Terre, dans le désert et sous un soleil de plomb. La Vallée n'est qu'un parcours de santé. »

Tu repars d'un pas léger et rapide, ton rythme normal, bien plus rapide que celui d'Iule, pour lui montrer que tout va bien, et même peut-être pour frimer un peu, qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mar 6 Aoû - 23:47




Loûn sourit et Iule sursaute. Elle a dit une bêtise ? Une idiotie ? Pour que Loûn sourit, il faut quelque chose d’immense, d’incongrue. Iule sent une chaleur à la joue avant de se les frotter, cette sensation n’a rien d’agréable, elle est même dérangeante. Sensations. Est-ce « Honte ? » Cette boule qui se noue dans le ventre, cette envie de faire le gros dos, comme un chat. Et puis l’autre envie de tourner le dos à Loûn et d’aller marmonner dans son coin en le traitant de tous les noms d’oiseaux. Enfant vexée que tu deviennes, Iule, alors que ton visage ne laisse rien transparaitre, juste un masque froid et inexpressif. Elle marque quand même une réaction par haussement d’épaule. Si Loûn peut continuer à marcher alors qu’on continue, le chariot n’attend plus qu’elles deux. La route reprends son cours dans un silence où seule la nature parle et Iule la comprends. C’est ce qui est ressourçant et qui lui plait dans la vallée du vent .C’est l’unique raison pour laquelle elle est si heureuse de revenir à chaque fois. C’est que, par rapport à ailleurs, la vallée du vent, par la pauvreté de sa population et de sa « ville » (qui ressemblent plus à un village ou alors à un gros bourg, mais rien à voir avec la ville des Landes de Calcifer ou encore l’immense cité état Yubaba). La nature est donc omniprésente. Alors elle en profite, de ce silence pour entendre chanter les champs, entendre discuter les arbres de la forêt non loin. Elle n’est de toute façon jamais loin, le foret quand on rentre dans la vallée. Jamais proche mais jamais loin.

C’est le chat que l’on aperçoit le premier, de la ménagerie, tapi comme une lionne en chasse, déplaçant avec la plus d’agilité possible, malgré les poils et les quelques kilos en trop de l’animal. Iule se fige, penchant la tête d’un côté, puis de l’autre, cherchant à savoir ce que peut bien chasser l’animal. Elle finit par l’appeler et ce dernier se redresse, fixe les deux femmes et accourt, bien heureux que la main nourricière arrive enfin pour lui remplir l’estomac. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il perdra sa surcharge pondérale. Il se frotte d’abord conte les jambes d’Iule puis fixe Loûn en miaulant tandis que sa maitresse l’attrape, grattant derrière l’oreille et déclenchant un ronron digne d’un petit moteur. Laissant Loûn devant le chariot, qui n’a pas bougé , toujours sur trois roues , la quatrième ayant été remplacée par la place d’un bosquet de buis, Iule pose le cerclage de fer au pied du bosquet , allant d’abord vérifier la marchandise qui elle non plus à son grand soulagement n’a pas bougée . Le contenue du chariot dont la commande de Loûn est toujours exposée sur le pré derrière, protégé de grande bâche de tissu. Elle fouille ensuite pour sortir une gamelle et une boite de poisson à l’huile , préparant le repas du chat puis l’abandonnant devant son repas , elle cherche ses gourdes dans son bazar, en prenant une pour elle, n’ayant pas eu l’idée de demander celle de Loûn, y buvant à grandes rasades pour étancher sa soif avant de reprendre ses esprits et le sens des priorités . Elle fouille encore, récupérant deux licols avant de se retourner et de crier à Loûn


« J’vous laisse faire avec la roue ! Doit y avoir du bois dans ma marchandise et p’t’être quelques outils, faut que j’aille chercher les chevaux ! »


Elle s’éloigne, cherchant les chevaux qui ne sont plus dans ses champs de vision. Elle soupire, cherchant à repérer un indice de leur emplacement. Elle se résout à les appeler, finissant par les trouver beaucoup plus lions, Munin d’abord, parce que moins gourmands que son camarades. De là, retrouver Hugin est bien plus simple même s’il lui a fallu bien une bonne demi-heure pour remettre la main sur les deux équidés et revenir au chariot, montée à cru sur Munin, tenant Hugin au licol derrière. Elle fait avancer l’animal jusqu’à Loûn, observant l’ébéniste avec curiosité


« J’me demande à quoi ça ressemble les chariots pour chameau … ou dromadaire, je sais plus … pour les caravanes. C’doit être impressionnant. Vous en avez encore pour longtemps ou faut que je fasse quelque chose pour aider ou … à manger, j’sais pas.»



Idée qui lui trotte dans la tête depuis tout à l’heure , que ça lui est sorti comme ça .



Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mer 7 Aoû - 16:22





Tu l'as vexé, bravo Loûn. Tu hausses seulement les épaules et continues ta marche à ses côtés. Le soleil décline rapidement, l'après-midi touche à sa fin.
Des oreilles pointues pointes au dessus des herbes. Des moustaches et une truffe suivent. Quelques rondeurs agrémentent le tout. Il a l'air heureux et bien nourri.
Le chariot trône peu fièrement sur ses trois roues, pleurant leur quatrième amie décédée. Mais pas pour longtemps. Tu t'agenouilles devant la carcasse de bois, poses ta main à sa surface rugueuse et écoutes. Tu n'entends rien de spécial, tu n'as aucun pouvoir là dessus, pas comme Iule, mais à force de travailler le bois tu peux le comprendre, comprendre sa morphologie, comprendre comment circulait sa sève, c'est ainsi que tu peux le modeler, sans le casser, sans le rompre ni le perturber.

« J’vous laisse faire avec la roue ! Doit y avoir du bois dans ma marchandise et p’t’être quelques outils, faut que j’aille chercher les chevaux ! »

Tu sursautes légèrement, tu l'avais oublié. En fouillant sous la bâche tu trouves le nécessaire, ou du moins le minimum. Iule a disparut dans les champs, toi tu t'atèles à la réparation... Aux réparations. En effet le bras de timon et la traverse pivotante ne tiennent plus qu'à une écharde, ou pas loin.
Tu ne sais pas combien de temps il s'est écoulé lorsqu'Iule revient, tenant un cheval par son licol et montant l'autre. Tu jettes un oeil au soleil et calcules : une demi-heure seulement ? Tu as bien avancé mais pas assez à ton goût.

« J’me demande à quoi ça ressemble les chariots pour chameau … ou dromadaire, je sais plus … pour les caravanes. C’doit être impressionnant. Vous en avez encore pour longtemps ou faut que je fasse quelque chose pour aider ou … à manger, j’sais pas. »

Tu regardes dans le vide, songeant aux chariots fendant le sable comme l'on fend la mer. Ils étaient coriaces, sans aucun doute, son père forgeron et son ami menuisier n'avaient pas beaucoup de travail au niveau de leur réparation, seulement quelques entretiens mensuels. C'était le menuisier qui t'avait appris à réparer les chariots, tu ne t'étais jamais doutée que cela te servirait dans ce monde.

« A quelques détails près ils ressemblent au tiens, mais plus résistants. » tu dis doucement avant de reprendre, un peu plus autoritaire : « J'ai besoin d'eau, j'ai terminé ma gourde, si tu as faim tu peux te faire à manger. J'en ai pour une petite heure au maximum. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Jeu 8 Aoû - 2:21




Iule pose pied à terre, flattant l’encolure du cheval .Elle s’accroche à ses crins, souffle dans sa crinière. Elle appuie sa tête contre le garrot de l’animal pour écouter religieusement Loûn. Note pour plus tard donc, quand elle ferra réparer le chariot, le faire renforcer, ainsi que les roues. Changer les cerclages, quitte à faire refondre le métal et à le vendre. Cherche une solution, Iule, réfléchit. Il doit bien y avoir un moyen pour que cela ne t’arrive plus ? Profite de l’expérience de Loûn. Loûn sait des tas de chose et en plus, c’est moins fatiguant que de les lire dans des livres vu qu’il n’y a pas besoin de passer par la phase déchiffrage. Mais pour questionner Loûn, il faut parler. Mais ni elle, ni toi n’êtes bavarde. Nombre des soirées passées chez la jeune femme se sont passée dans un silence calme et reposant mais sans apport particulier à ta culture et à tes horizons. Finalement, peut être que cette roue a bien fait de se casser. Tu n’aurais pas eu cette discussion avec Loûn, ni l’envie de la continuer. Cependant, elle éprouve le besoin de se réfugier  contre l’équidé. Fatigue. Elle parcoure son échine, remontant doucement, faisant cligner ses yeux, relâcher ses paupières. Si elle est une excellente cavalière, Iule n’a pas l’habitude de marcher autant. Et surtout, elle est en fin de trajet, la période où elle est la plus vulnérable. C’est cependant la première fois qu’elle ressent la fatigue l’assaillir ainsi et elle se demande pourquoi. Elle ne veut pas tomber de sommeil devant Loûn, elle ne veut pas se montrer vulnérable et … au final, humaine. Elle ne veut pas alors elle se bat. Contre elle-même. Accrochée à Munin, qui ne bronche pas.

Sursauts brusques. De l’eau. Elle se détache, se secouant chaque partie de son corps comme pour se réveiller et se mettre en route, comme une machine qui s’ébranle doucement. Elle hoche la tête et part en courant presque, cherchant une gourde pour l’ébéniste, lui apportant. Elle n’a pas faim, elle n’a donc pas besoin de faire ne la cuisine. Alors elle se met en retrait, observant attentivement la jeune femme pour enregistrer ce qu’elle fait. Peut-être cela lui resservira un jour, qui sait. Elle attend, accroupie, silencieuse, somnolant, attend que l’heure passe et que la réparation prenne forme. Elle finit par s’occuper, voyant la fin arriver, de préparer à rembarquer tout dans le chariot, elle commence même, emplissant au fur et à mesure, avec méthode son bazar, pour être prête à repartir dès que les réparations seraient finies. Elle se surestime, Iule, elle demande beaucoup à son corps. Mais il faut tenir, il serait inconvenant et pas du tout sérieux de laisser à Loûn le soin de la ramener. Alors, elle se bat, se pinçant l’avant-bras régulièrement pour se maintenir éveillée. Le chat reprend ses quartiers dans le chariot et Iule selle prudemment Munin, lui mettant son plus beau harnachement, le proposant à sa sauveuse pour qu’elle ne rentre pas à pieds. Puis elle harnache Hugin qui bronche à la carriole et monte sur le siège. Elle attend un signal de Loûn pour faire avancer le poney.

La petite caravane prend le chemin du retour, et Iule finit par se laisser aller contre  un arceau, s’endormant profondément, relâchant la pression qu’elle exerce sur les rênes. Par chance, le poney fjord continue sa route, suivant l’akhal teke, sagement. Ce ne sont que les miaulements du chat qui signale l’endormie qui se laisse bercer par les cahots de la route.




Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Jeu 8 Aoû - 15:59




Tu te replonges dans ton travail tout de suite après t'être désaltérée. Juste un hochement de tête pour remercier l'Itinérante, pas un regard : le bois t'appelle.
Cinquante deux minutes plus tard exactement tu te redresses, grimaçant en sentant des millions de fourmis manger tes vaisseaux sanguins. Tu époussettes tranquillement ta robe légère et admires ton travailles. Le tout a l'air de tenir, c'est suffisant, au moins jusque chez toi.
Tu acceptes le cheval, sachant monter des chameaux tu te doutes qu'il n'y a pas grande différence. Iule grimpe sur le chariot où elle a déjà remis toute sa marchandise sans que tu le remarques. C'est que tu es imperturbable lorsque tu travailles, pas vrai Loûn ?
Tu lui lances un coup d’œil et acquiesces : signal de départ.
La caravane se met en branle, lentement, tranquillement, et tu te sens à l'aise sur ton équidé ; il manque deux bosses de par et d'autre de ton torse mais rien de bien perturbant.
Après un certain temps de silence et de calme, seulement bercé par les sabots des chevaux et les roues de bois sur le sol, tu te retournes sur ta monture pour t'adresser à Iule. Tu t'arrêtes avant d'avoir ouvert la bouche : l'Itinérante dort profondément. Son air paisible et détendu dénote de celui qu'elle arbore éveillée. Tu souris intérieurement, attendrie. Elle a l'air si fragile, si vulnérable. Tu comprends pourquoi elle ne se laisse jamais aller, jamais elle ne voudrait qu'on l'aperçoit ainsi, elle a trop de fierté. Tu la laisse donc dormir et guides la caravane jusque chez toi. Tu voulais prévenir Iule de votre destination avant de voir ses paupières closent de sommeil. Mais elle ne sera pas contre une nuit chez toi, tu le sais bien Loûn. Tu es son hébergement officiel de la Vallée. Et puis il est trop tard pour aller trouver un réparateur au village.
Vous atteignez votre destination bien plus rapidement qu'à l'allée. Tu descelles les chevaux et les rentres dans le près qui te sert de jardin. Le chat descend et miaule. Sûrement pour manger. Tu lui apportes un peu de viande dans une gamelle improvisée et le regarde manger, les coudes sur les genoux et la tête posée sur tes paumes.
Tu n'as pas descendu Iule, tu aurais pu, tu es assez forte et elle assez légère, mais tu l'aurais forcément réveillée. Puis elle n'aurait sûrement pas apprécié. Elle n'aime pas recevoir de l'aide. Et tu la comprends, hein Loûn ?
La lune s'est levée dans le ciel, les étoiles s'allument une à une, les grillons ont entamé leur chant nocturne.
Tout est tranquille, comme d'habitude, tu aimes la tranquillité.


Dernière édition par Loûn le Lun 16 Sep - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Jeu 8 Aoû - 23:18




La nuit est traitresse, la nuit a toujours un aspect calme mais la nuit abrite et est le domicile attitré des peurs enfantines et des peurs inavouables .Même quand on est dépourvue de cœur et de sentiment, la nuit vous apporte votre lot de cauchemars. Ceux d’Iule ont toujours les mêmes personnages, le même être terrifiant, Yol, la vision de celle-ci ivre qu’Iule avait d’elle quand elle était petite. Yol violente, Yol blessante , Yol déversant à torrent sa colère contre les hommes qui passent chez elle comme un courant d’air , courant d’air qu’elle n’arrive pas à garder chez elle plus d’une semaine .Yol s’apercevant qu’il n’y a plus d’argent à la maison, Yol se gardant les vivres pour elle , ne donnant rien ou alors les miettes à ce boulet qu’elle se trimbale depuis que cet idiot d’italien de la cité de Yubaba l’a mise en cloque . Yol sorcière, Yol monstre. Et Iule sans routine rassurante, sans caissette et pécule assurant la survie quoi qu’il arrive parce qu’avec l’argent, on achète tout, y compris l’amour et la gentillesse d’une femme, cette femme, Yol. Chemin. Un chemin droit vert l’enfer et la mort de l’âme. Main qui se crispe dans son sommeil, gémissement et mouvement brusque. Pourquoi ces cauchemars viennent ils en pleine nuit, à un moment où vous ne pouvez plus vous rendormir parce que ça s’est insinué dans votre esprit et que ça n’en voudra pas sortir avant la nuit prochaine. Mais Iule sait, s’accroche comme elle peut, inconsciemment à son repos. Bataille qui dure longtemps, si longtemps. Foutu cauchemar. Va-t’en, Yol, Va-t’en ! Je ne veux plus te voir. Toi aussi, ou plutôt ton image, tu t’accroche de tes doigts crochus de sorcière. Ah ! Tu as gagné. Tu as vraiment gagné.

Iule se réveille en sursaut, dans un cri strident. Ses yeux zinzolins fixent le ciel étoilé et la bâche au-dessus de sa tête, écarquillés, perlant de douces gouttes salées et chaudes. La jeune femme regarde ses mains, touche les larmes, la sueur sur son front. Panique totale. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive. Cela tourne à toute vitesse là-haut, en quête de solution. Est-elle malade ? A-t-elle de la fièvre ? Ce serait une des raisons de la sueur, mais les larmes alors ? Pourquoi les larmes ? Et les frissons qui la parcourent ? Ce n’est pas le froid, il fait bon. Ce n’est pas non plus la fatigue, elle vient de dormir et se reposer. C’est quoi alors ? Cela la reprend, à chaque fois qu’elle fait ce cauchemar, ce moment où son corps et ses pensées sont incontrôlable, où une boule lui noue l’estomac et le tort dans tous les sens. Mais plus ce soir, qu’elle en a des nausées. Aucun livre ne répond à sa question sans réponse. Que se passe-t-il ? Et comme elle n’ose pas demander, ni ne le veut d’ailleurs à quelqu’un d’autre. Inspire, Iule, Inspire. Respire calmement. Calme ta respiration haletante. Mais ça ne veut pas. Marcher un peu, peut-être ? D’ailleurs, où se trouve-t-elle ? Elle scrute autour d’elle, doit s’y reprendre à plusieurs fois. Foutue vue brouillée et fichue nuit .La maison de Loûn. Iule met ses deux pieds à terre et fixe la porte. Elle l’observe, hagard, perdue, avant de rentrer, avalant les sanglots. Elle espère que Loûn dort, elle ne veut pas qu’on la voit ainsi, si faible, si humaine. Elle tâtonne autour d’elle avant de s’assoir dans le coin de la pièce, se laissant tomber pour se recroqueviller. Comment est-ce qu’une simple pensée, une simple réminiscence peut-elle l’affaiblir à ce point ? Comment ? Pourquoi ? Et les sanglots qui repartent, ou plutôt qui manque de repartir, Iule se bat pour les conserver en elle. C’est peut-être pour ça qu’ils sont si violent ce soir. C’est parce qu’elle les retient depuis si longtemps. Les choses qu’elle ressent. Sentiments. Choses qui la rendent étrange, la dérèglent. Qu’elle n’arrive pas à comprendre. Murmure étouffée d’une question qu’elle se pose à voix haute. Elle ne comprend pas ces larmes, ni ces faiblesses, ne leur attribut aucun antécédent. « Qu’est ce qui m’arrive ? » Phrase répétée comme une litanie dans le silence, cherchant à calmer son corps, à reprendre le masque froid et impassible. Elle a l’air d’une enfant de douze ans de moins. Peur. Voilà l’émotion qu’elle ressent mais qu’elle ne comprend pas. Trop étrange … Elle est trop étrange pour être normal.

Un miaulement la fait sursauter. Le chat. Qui la fixe de ses yeux, qui brillent comme des flammes de lumignons dans la noirceur de la pièce. Il miaule encore, vient se frotter contre sa maitresse. Iule pose sans énergie sa main dans son pelage, perdue.

Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Lun 16 Sep - 14:39




Des dunes de sable caressées par le vent, le soleil s'éveillant lentement, colorant de son ocre magnifique le paysage mort qui pulse d'une vie secrète.
Tu es allongée dans le sable, au sommet d'une dune, les yeux plongés dans l'or céleste. Tu écoutes. Tu entends le silence. Puis...
Des pas !
Tu te réveilles en sursaut, le visage enfoui dans l'humus de la forêt, l'oreille collée au sol où résonnent des pas, légers et pourtant bien présents.
Même en émergent brusquement d'un rêve tu ne perds jamais le Nord. Tu sais que tu t'es endormie au bord de ton cours d'eau, les pieds trempés dedans et le corps baigné par les rayons de la lune ; tu sais qu'Iule dort dans son chariot, ou dormait, puisque tu sais que c'est elle qui se déplace en ce moment même, au beau milieu de la nuit. Ça a cessé, mais un autre son caresse tes oreilles affûtées : des murmures. Des murmures torturés.
Tu la laisses tranquille. Tu sais qu'elle n'aimerait pas que tu la vois ainsi, dans le doute et dans la peur. Alors tu t'assois doucement sur le bord de ta terrasse en bois et tu attends, contemplant la forêt endormie.
Un miaulement se fait entendre, tu souris intérieurement : les animaux sentent les choses.
Tu décides d'entrer, tu n'aimes pas te mêler des affaires des autres comme tu n'aimes pas que les autres se mêlent de tes affaires, mais tu aimes aider, alors tu entres quand même.
Tu t'approches de l'Itinérante, prostrée dans un coin de la maisonnée, sans vraiment la regarder, pour ne pas lui donner l'impression d'être scrutée. Tu demandes d'une voix douce.

« Une infusion ? »


Dernière édition par Loûn le Mar 29 Oct - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Ven 25 Oct - 16:03




Fourrure douce et soyeuse, agréable au toucher. Main qui se ballade, alors que le petit moteur se met en route, entamant sa mélopée lancinante, indiquant le bonheur de l’animal. Bonheur. C’est quoi au juste. Qu’est-ce que le Bonheur, hein, le chat ? Tu saurais m’expliquer ? A travers tes opales brillantes qui fendent la nuit, qu’est ce qui te fait ronronner comme ça, quel mécanisme ? Les humains ont-ils le même ? Ce serait amusant, de voir un humain ronronner de plaisir, non ? Et puis, au moins, ce serait plus facile à repérer et à comprendre Tu aimerais parler, Iule, ta réserve t’en empêche. Tu aimerais parler à un humain. Tu as vu durant tes voyages, des gens se confier à d’autres, leurs problèmes, leurs soucis. Le dernier bouquin de psychologie, venant de la Terre que tu as eu tant de mal à déchiffrer l’a décrit longuement. Ce besoin « naturel » qu’ils disaient, de se confier quand on est au plus bas. Etre au plus bas. Cette expression a tendance à la dérouter. Etre au plus bas dans un escalier ? C’est réel ou figuré ? Laisse tombé, Iule, tout ceci est bien trop complexe pour que tu comprennes. L’objectif maintenant, c’est de reprendre contrôle de ton corps, de tes attitudes. Si jamais Loûn te voyait dans cet état. Par le ciel ce serait la fin du monde. Cela casserait ta réputation, l’image qu’elle a de toi. Ce serait terrible, vraiment. Et si elle avait entendue ? Si c’était vraiment le cas .ce serait grave, très grave. Tu penses, tu sais, tu penses savoir pourquoi est-ce que l’ancienne caravanière t’accepte dans sa solitude. Tu n’es pas gênante, tu viens de temps en temps, tu ne restes jamais trop souvent, tu paies ton passage pour la nourriture, tu l’aide aussi autant que tu peux. Tu te sais incisive, invasive, avec ta roulotte, ton bazar ambulant, ta ménagerie, le chat qui prends ses aises, les chevaux qui broutent, toi et tes questions murmurées, répétées plusieurs fois, espérant une réponse pour tarir ta curiosité, prendre les conseils, pouvoir aviser une prochaine fois que tu rencontrerais tel ou tel problème, par exemple comme tout à l’heure avec ta roue. Tu ne peux pas savoir Iule, tu ne peux pas t’imaginer que dans la grande étendue de sable, on préfère transporter à dos de chameau et de dromadaire, sans chariot, sans roue. De toute façon, tu ne sais pas ce qu’est un dromadaire. Et encore moins un chameau. Tu t’imagines Hugin avec une bosse, en un peu plus poilu et tu trouves ça étrange comme bestiole. Tiens, il faut que tu demandes une description plus précise à ton hôte, ce ne serait pas superflu .Tu as des questions d’enfants en fait, cet âme d’enfant opprimée et enterrée par Yol et qui remonte de temps à autre, quand on a la chance de voir des étincelles dans tes yeux. .

Sursaut. Loûn. Elle est là, elle ne t’observe pas mais elle est là. Infusion. Tu murmures un acquiescement. En fait, cela ressemblait plus un grumph qu’à un mot . Iule attrape le chat pour cacher son visage dans la fourrure de l’animal , qui a un moment d’arrêt , puis qui gigote pour se libérer , cavalant au loin . Maintenant, tu as une humaine devant toi . Elle fera mieux le job que moi . Tu gronde intérieurement . Le chat ne parle pas , tu ne comprends pas les animaux mais c’est comme ça que tu le ressens . Ton seul allié t’abandonne, quitte le champs de bataille du silence . Tu finis par suivre Loûn, à pas feutrés , la rattraper dans la maison .


« J..’naime pas … La vallée du vent … Même si j’suis pas sûre de savoir … ce qu’aimer veut dire … J’suis originaire d’ici mais ça m’fait peur …Désolée … J’avais pr’mis d’pas te de déranger ..Désolée … »


Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mar 29 Oct - 22:48




Elle marmonne un oui. Tu la laisses se ressaisir et pars devant. Elle finit par te suivre et marmonne de plus belle.

« J..’naime pas … La vallée du vent … Même si j’suis pas sûre de savoir … ce qu’aimer veut dire … J’suis originaire d’ici mais ça m’fait peur …Désolée … J’avais pr’mis d’pas te de déranger ..Désolée … »

Elle comble le silence, la gêne. Elle se justifie et s'excuse. Mais tu n'es pas gênée, le silence te plait, tu n'as pas besoin d'excuses.
Tu prépares une infusion d'aubépine, camomille, houblon et valériane. C'est Iule qui t'as appris quelles plantes guérissaient quels maux.
Une tasse se pose devant elle et une reste dans tes mains, te brûlant délicieusement. Tu restes debout mais invites Iule à s'asseoir d'un regard.
Alors, et seulement alors, tu ouvres les lèvres :

« Aimer, cela s'apprend. »

Tu la regardes de sous tes longs cils, t'engouffrant dans son âme sans la violer, seulement pour la maintenir dans son "Moi". Tu n'es pas psychologue Loûn, tu ne veux pas l'être, mais tu aides les gens, de certaines façons. Sans jamais intervenir directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Lun 4 Nov - 23:10




Une enfant. Iule a perdu de sa superbe d’adulte et a repris des traits et des attitudes d’enfant. Tu l’as finalement baissé, ta garde, devant Loûn et sa tasse d’aromate, tisane aux herbes dont tu reconnais aisément les senteurs, les odeurs, celles agréables de l’aubépine et de la camomille, celle de la valériane si particulière, celle plus acre du houblon .Très vite, le mélange se fait et la recherche aussi dans ta mémoire pharmacopée. Breuvage apaisant. Au point où tu en es, ce serait bête de refuser. L’amour. Concept bien trop abstrait pour toi. Aucun mot suffisamment précis, concis ne permettrait de décrire ce sentiment. Tu t’es faite à l’idée de toute façon. Il est impossible d’expliquer un sentiment de manière intelligible, sans partir en métaphore .Les livres en sont incapables alors les humains aussi .Forcément, vu que les livres, même s’ils ont été écrits par des humains, ne peuvent mentir et ne peuvent avoir tort. Aimer. Elle trempe les lèvres dans sa tasse de thé, semblant peu convaincue par la réflexion de Loûn. Son regard la trahi, ce regard zinzolin, toujours un peu dans le vague .Elle finit par s’assoir, s’apercevant qu’elle est toujours habillée de ses vêtements poussiéreux. Et puis, il y a le chat, attiré par les bruits de vaisselle, qui saute sur la table pour s’assoir non loin des deux humaines dans des miaulements répétés. Becquetance, s’il vous plait. Moi aussi, j’ai faim. Décidément, il ne perd pas le nord, l’animal. C’est qu’il ne se laisserait pas mourir de faim, n’est-ce pas ?

Aimer, cela s’apprends. La phrase a tourné, retourné dans sa tête à la manière d’une bille de lumière roulant sur le ruban de Moebius, passant d’un hémisphère à l’autre. Réponse posée. En un seule mot.


« Non. »

Silence encore … Avant de tenter de formuler son idée, avec ses mots à elle, pas d’un vocabulaire résultant de sa dernière lecture. Peut-être pour ne pas se tromper dans les sens, et effectué une mauvaise traduction de sa pensée. Peut-être aussi pour donner plus de vérité à cette réponse.


« J’veux dire … C’trop tard … Les livres y arrivent pas avec moi … J’ai beau tenter de lire des … Roman des eaux roses … Ink en a … Beaucoup, il en a. Ca me … met mal à l’aise … comme livre … Je comprends rien … Pourquoi les gens principaux … Ils font comme ça alors que c’est … pas rationnel du tout, du tout .Pas logique … Pas plus logique. Je ne sais pas. P’t’être qu’on a oublié de m’dire comment faire ou …. Les personnes qui aurait dû l’ont pas fait … J’sais même pas qui aurait dû …’veux pas savoir j’peur de d’venir comme tout à l’heure … C’stupide. »
 

Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Sam 9 Nov - 1:05




Un silence. Tes mains réchauffées par la tasse brûlante, les narines chatouillées par les odeurs naturelles.
Puis une sentence, une coupure nette :

« Non. »

Tu lèves à peine les yeux, tu sais qu'elle n'a pas fini, alors tu attends. Le chat aussi attend. Les animaux sentent ces choses là.
Alors Iule tourne et retourne ses mots dans son esprit et sur sa langue, cherchant et pesant chacun d'eux. Tu attends.
Puis enfin une phrase, maladroite, timide.

« J’veux dire … C’trop tard … Les livres y arrivent pas avec moi … J’ai beau tenter de lire des … Romans des eaux roses … Ink en a … Beaucoup, il en a. Ça me … met mal à l’aise … comme livre … Je comprends rien … Pourquoi les gens principaux … Ils font comme ça alors que c’est … pas rationnel du tout, du tout . Pas logique … Pas plus logique. Je ne sais pas. P’t’être qu’on a oublié de m’dire comment faire ou …. Les personnes qui aurait dû l’ont pas fait … J’sais même pas qui aurait dû …’veux pas savoir j’peur de d’venir comme tout à l’heure … C’stupide. »

Tu attends un moment, qu'elle saisisse ses paroles, qu'elle attrape les échos de son esprit devenu sons. Enfin, tu lèves les yeux, poses ta tasse et la fixe. Les mots vont t'envahirent, eux qui te désertent au quotidien, tu les rappelles à toi. Il existe des occasions où les mots doivent revenir dans ta bouche Loûn.

« Humain. Un humain est par les sentiments qui l'habitent. Les sentiments sont le soleil, ils brillent, ils réchauffes, ils brûlent, et s'ils s'éteignent, l'humain s'éteint avec. Ce sont les sentiments qui façonnent le monde, sans eux rien n'existerait. Tu aimes tes animaux. Les humains sont des animaux. La logique dans tout cela, c'est la logique de ton cœur, mais peu de gens arrivent à communiquer avec lui - comme peu de gens avec le soleil - alors l'on ignore sa logique. Laisses toi réchauffer par le soleil, même ses brûlures nous apportent des bienfaits. Personne n'a besoin d'aide pour être sous le soleil, c'est simplement un choix personnel. »

Le soleil, c'est bien lui qui te guide, te donne la vie et l'imprègne. Jusqu'à travers tes paroles le soleil brille. Tu espères que l'Itinérante a entraperçu la voie, la voie ensoleillée des sentiments. Elle l'a en elle, tu n'en doutes pas une seconde. Seulement, une chape de peur et de noirceur voile son soleil.
Tu n'as pas envie de plus te mêler de sa vie, tu n'aimes déjà pas faire la psychologue, mais Iule est là, les mains tremblante, l'âme égarée. Alors tu lui tends ton soleil, comme lanterne intérieure, pour la guider dans les sombres méandres du doute et de la découverte de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mer 20 Nov - 1:14




Les mots de Loûn. Ceux que tu as tant cherchés lors de tes précédentes visites, où tu la cuisinais maladroitement pour avoir des réponses à tes questions. Sur ce que tu avais lu sur les caravaniers. Sur leur « trucs » tant encensé par les écrivains, notamment ceux des vieux livres, des très vieux livres, des carnets de voyages. Tu admire Loûn, c’est vrai. Tu boirais ses paroles ses paroles si vous ne parliez pas … de ça. Loûn fait partie de ces rares personnes qui arrivent presque à détrôner les livres de leur piédestal, dans leur rôle de distributeur de vérité. Mais là, on parle de l’Homme, avec un grand H. De l’humanité, celle qui la révulse, la met mal à l’aise. Qui est souvent raison de sa honte. De ses peurs. De son mépris. Non, les humains ne sont pas des animaux, les humains ne sont pas comme le soleil. Les animaux et le soleil sont bénéfique, intelligent, là où les humains sont stupide, méchant. Mais tu ne veux pas lui dire. Parce que Loûn est humaine. Une humaine spéciale mais une humaine. Et tu es bien placée pour savoir que les mots sont parfois plus tranchants que les couteaux. Loûn t’a offert ses mots. Loûn t’as donné probablement ce qu’elle considère de plus précieux, bien plus que des espèces sonnantes et trébuchantes. Qu’est ce qui est précieux d’ailleurs pour elle ? Pas l’or, elle est faiseuse d’or. Elle pourrait donc s’offrir tout ce qu’elle souhaite. Donc ça n’a pas de valeur pécuniaire. Et elles sont rares, les choses n’ayant aucune valeur marchande, dans ce monde. Dans ces mondes. Tout peut se vendre, tout peut s’acheter, cela dépends juste de la loi de l’offre et de la demande. Cette loi est une des premières qu’Iule a intégrée. Après celle qui dit que tuer les gens, c’est mal …. Ou peut-être avant. Mais après celle de l’arnaque, ça elle est sûre

Et puis, il y a les images. Images que Iule a encore beaucoup de mal à comprendre, interpréter, elle a tendance à tout prendre au pied de la lettre. Loûn lui parle du soleil et Iule a naïvement levé la tête vers le ciel, le cherchant, n’apercevant que la lune avant de se douter de son erreur .Elle a fini par baisser la tête, fixant le sol. Elle à l’impression d’avoir dit une bêtise alors elle se recroqueville. Tu n’aurais pas dû … Tu n’aurais pas du embêter Loûn avec tes histoires. Loûn est de la vallée du vent. Peut-être que Loûn connait Yol, peut-être. Mais surement qu’elle ne sait pas votre lien de parenté Garder, cacher. Se détacher pour ne plus rien ressentir, plus jamais. Peut-être que c’est ça, au final, ce qui s’est passé. De peur de souffrir de nouveau, tu as créé une immense barrière infranchissable pour ne plus avoir mal. Ne plus jamais. Répondre à Loûn. Encore réfléchir, choisir ses mains, tourner sa langue sept fois dans sa bouche


« Je … J’n’aime pas mes animaux … Simplement parce que … je ne sais pas ce que c’est aimer quelqu’un … ou quelque chose. Mais j’suis sûre et absolument sûre …qu’les humains, je les aimerais jamais … ‘sont trop mauvais et corrompus … C’sont des menteurs. »


Murmures


« Chuis désolée d’t’avoir réveillé … C’pas correct, vraiment pas … ».

Revenir en haut Aller en bas
de la Vallée du Vent
avatar

Messages : 181
Age : 23

Âge physique : Vingt cinq
Âge mental : Vingt neuf
Groupe : La Vallée du Vent
Dons : ○ Photosynthèse
○ Transformation de la matière en or
Chronologie : Le temps façonne la Nature.

MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Mer 11 Déc - 9:02




« Je … J’n’aime pas mes animaux … Simplement parce que … je ne sais pas ce que c’est aimer quelqu’un … ou quelque chose. Mais j’suis sûre et absolument sûre …qu’les humains, je les aimerais jamais … ‘sont trop mauvais et corrompus … C’sont des menteurs. »

Tu ne peux la contre-dire : les Hommes sont mauvais, corrompus, menteurs, perfides, cupides et bien d'autres horreurs. Tu l'as vu, tu le sais. Mais tu apprends, tu apprends à pardonner, tu n'y es pas encore, mais tu apprends. Tous ne sont pas comme ça, ton père ne l'est pas, ton mère ne l'était, les gens de ton oasis ne l'étaient pas. Ou alors si, tout le monde l'est, d'une certaine façon, à un certains degrés. Les Hommes sont des Êtres défectueux pourvus de qualités. C'est ce que tu essayes d'apprendre, d'intégrer et de vivre. Mais Iule n'en n'est pas encore là et même si c'est le cas ce n'est pas à toi de lui faire découvrir. On n'apprend pas des mots des autres, on apprend seulement de son propre vécu. Tu ne peux donc qu'espérer pour elle, espérer qu'elle découvre ces nuances humaines elle-même, qu'elle abandonne ce manichéisme que tu as tant vécu toi aussi.

« Chuis désolée d’t’avoir réveillé … C’pas correct, vraiment pas … »

Tu balais cette remarque d'une main.

« Prends mon lit, je n'en ai pas besoin. Il y a des livres, peut-être des nouveaux. Cherche bien, puis dors. »

Tu t'en retournes vers ton cours d'eau, à la lumière lunaire, chantonnant doucement, apaisant. Avant de disparaître dans la nuit tu te retournes et lances :

« Le coeur est l'organe principal, pas le cerveau. Ecoute le, il a beaucoup à raconter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   Sam 18 Jan - 2:45




Le cœur est un muscle. Cela brule les lèvres d’Iule, cela excite son cerveau, son savoir. Contrairement à ce que le savoir humaine tente de croire, de voir le cœur comme le siège de l’âme. Le cœur est une pompe naturelle, il fait vivre, il charge le sang en oxygène. Mais est-ce bien de ce cœur que Loûn parle ? A-t-elle vraiment besoin d’un cours d’anatomie. Ne serais-tu pas en train de mal interpréter ses propos, d’extrapoler. De toute façon, elle n’est plus là pour répondre à tes questions, elle est partie, elle s’est fondue dans la nuit, la femme plante. Elle s’est fondue comme une ombre de lumière dans l’obscurité, y disparaissant avec pour dernière instruction d’utiliser son lit, qu’elle n’en n’avait pas besoin. Iule s’assoit dessus, définitivement mal à l’aise de dormir dans le lit de quelqu’un d’autre, surtout dans celui de son hôte. Elle réfléchit déjà à la valeur pécuniaire du geste, combien cette nuit dans ce lit lui reviendra-t-elle avant de se souvenir que Loûn pouvant fabriquer de l’or, ce n’était pas quelques Ponyos qui aideraient à payer sa course. Quoi alors. Plante ? Remèdes pour quelque chose ? Ristourne sur le bois ? Prochaine livraison gratuite ? Une babiole rapporté d’un ou d’un autre royaume ? Quand bien même ce serait ça, combien de temps mettrait-elle à pouvoir honorer son due, avec sa roue cassé. Apprendre à réparer sa roue seule, tien, ce serait bien comme futur objectif. D’abord parce que cette bêtise de route pas pavée et de roue fatiguée allait lui couter un bras et ça, c’était absolument inadmissible.

La jeune fille reprenait peu à peu du poil de la bête, repensant au chose stable, évacuant de ce fait la sorcière de son esprit, l’envoyant loin, très loin aux tréfonds de sa mémoire. Il s’agissait de penser à des choses agréables qui la calmeraient, maintenant qu’elle était seule dans la bâtisse. Elle décida de commencer par se mettre à l’aise, retirant ses bottes et ses bas, ainsi que son pantalon, son haut lui servant ainsi de chemise de nuit. Elle termina le breuvage que Loûn lui avait préparé cul sec. Elle s’attacha à déposer la vaisselle salle dans ce qui servait d’évier, ne voulant surtout pas déranger l’endroit qu’on lui avait gracieusement prêté. Elle se tourne alors vers le chat qu’elle prend dans ses bras le gardant tout contre elle, lui , sa fourrure et ses miaulements rassurants , ne dénigrant pas , jamais . Elle attrape aussi sa grande cape pour s’en servir Les livres maintenant. Elle s’accroupie devant la pile de livre, déchiffrant difficilement à l’aide d’une bougie les titres, sa lecture restant quelque peu laborieuse. Elle finit par en choisir à la couverture chatoyante, avec beaucoup d’image, elle n’avait pas le courage de se lire des pages entières de mots sans illustrations. Elle dépose la source de lumière non loin d’elle, s’asseyant sur le lit, s’emmitouflant dans la cape, le chat blottit entre son ventre et ses genoux, en mode petit moteur ronronnant. Elle observe soigneusement les reproductions, avec intérêt, imprégnant leurs couleurs, leur motifs, leurs histoires cachées, portant grande attention à déchiffrer chacune des légendes. L’oubli comme meilleur remède au mal .

Et puis ton corps s’engourdit, peut être après une heure de repos. Tes yeux te piquent, t’empêchent de continuer, ton cerveau a de plus en plus de mal à assembler les lettres pour former les mots . Alors, après plusieurs essaie , tu déposes le livre au sol , soufflant la bougie avant de te coucher en boule sur les draps du lit, te réfugiant dans ta cape , le chat couché non loin qui finit par dormir à son tour . C’est que ça dort 18h par jour ces bestioles là . Iule tourne et retourne la phrase de Loûn , sans vraiment comprendre pourquoi ni comment écouter son cœur avant de sombrer dans le sommeil , soufflant calmement , dans un nuit sans rêve .


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est la mauvaise roue du chariot qui grince le plus |Loûn [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Massacre hydrique en roue libre
» Vend Chariot de guerre pour transporter un (ou plusieurs) trolliste
» La Roue de l'Hydre... Attention : Elle tourne!
» Opération Chariot
» Un messager de mauvaise augure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Grand manoir :: Champs-