AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 We are innovators > Duke <

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: We are innovators > Duke <   Jeu 25 Avr - 17:49

We are innovators *


Une odeur alléchante se faisait sentir dans toute la rue et même au delà, impossible de ne pas craquer en passant par ici, suscitant un mélange de délice et de frustration de se sentir piégé par sa gourmandise . C'était un véritable défilé de personnes s’empiffrant, se léchant les doigts, salivant devant ces mets aussi divers qu'attirants. Certains restaurants ouverts écœuraient parfois Kida assimilant leurs clients à des porcs se gavant de leurs plats sans même avoir le temps de mâcher. Ce n'était d'ailleurs pas le genre de restaurant qu'elle fréquentait, il n'y avait rien d'intéressant dans ces coins là, pas de «proie » à se mettre sous la dent, il ne s'agissait là que d'hommes ayant un petit budget et prenant leur pause du midi dans un boui-boui pas très cher .Non, pour avoir ce qu'elle voulait il fallait taper plus haut, aller dans des restaurants ou des bars chics et simplement attendre et accoster l'individu avec toute la technique que Kida connaissait tant. Certes c'était une combine facile et dégradant pour la femme, elle en était consciente mais c'était plus agréable que de devoir travailler. Surtout quand elle voyait ces hommes et ces femmes devant ces restaurants bondés, n'ayant qu'une minute pour engouffrer leur nourriture dans leur bouche, ne faisant même plus attention à la trace de sauce tomate coulante aux rebords de leur bouche et continuant à parler en postillonnant sur leurs voisins … Cela la confortait dans sa solution , elle avait le temps, faisait ce qu'elle voulait de ses journées et pour cela il fallait simplement qu'elle trouve une personne aisée afin de subvenir à ses besoins le temps qu'elle le souhaitait, après quoi elle le quitterai sans remords pour chercher un autre poisson dans cette grande mare . Jamais elle ne s'était souciée des sentiments qu'auraient pu ressentir ces hommes à son égard car selon son point de vue ce n'était jamais réellement de vraies relations, il n'y avait pas d'amour là dedans, c'était juste un passe temps pour eux, un business pour elle .

Aujourd'hui pourtant elle n'allait pas s'arrêter à ce restaurant chic où elle avait si souvent trouvé chaussure à son pied,non, elle avait rendez vous . Pas un rendez vous amoureux, il s'agissait plus ici d'une affaire de « service ». Elle allait rejoindre une connaissance avec lequel elle avait parfois eu de petits arrangements . Cet homme n'était pas de ceux que la séductrice comptait parmi ces proies, il s'agissait ici d'un gentleman voleur professionnel appelé Duke, ils s'étaient rencontrés une fois au marché noir tandis que Kida essayait de se procurer n'importe quel substitut qui aurait pu lui provoquer une euphorie immédiate . D'habitude elle n'avait pas besoin d'aller dans ce genres d'endroits malfamés, lorsqu'elle était logée chez un de ses amants il était rare qu'ils lui refusent cette requête , mais c'était une période creuse, à ce moment là elle n'arrivait pas à trouver un pigeon à plumer. Elle était à la recherche d'une bonne âme pour l'aider et ce fut à cet instant qu'elle croisa le regard de ce jeune homme blond au sourire constamment présent sur son visage et à cette démarche dansante : pas de doutes pour elle, il était drogué. Elle s'était donc dirigée vers lui, l'avait accosté, et après une longue conversation il lui avait rendu ce petit service en échange d'autres par la suite car il est vrai que Kida ne roulait pas sur l'or à cette période .

Alors aujourd'hui elle se trouvait ici, à la recherche de cette connaissance avec qui elle avait fixé une rencontre. A vrai dire Kida n'était pas venue uniquement pour lui rendre la pareille mais aussi car il l'intriguait, ils ne s'étaient vu qu'en coup de vent mais elle avait une envie étrange de mieux le connaître, ils n'avaient pas l'air si différents, et si elle pouvait se faire un ami aimant le danger et les sensations comme elle quoi de mieux . Les nouvelles générations étaient devenues tellement prudes, réservées, introverties et ennuyantes … Elle avait toujours l'impression de choquer, d'être montrée du doigt, mais elle était sûre qu'au fond d'eux une jalousie se cachait, elle était libre, n'avait pas de complexes, pas de limites.

En marchant d'un pas décidé dans cette rue de restaurants, elle repéra le bar discret où ils avaient rendez vous : « A la Pomme dorée », il n'était pas beaucoup fréquenté, ils y seraient tranquilles. La jeune femme y pénétra, une odeur de cigarette et de bière lui parvint aux narines, un bon signe, elle pourrait y fumer. C'était un lieu plutôt sombre, il y avait une dizaine de table et seulement trois clients, trois hommes qui bien sûr ne manquèrent pas de lui faire quelques remarques déplacées sur son physique. Elle s'installa à la table la plus éloignée, dans un coin de la salle. En attendant Duke, elle sortit son paquet de cigarette et s'en alluma une tout en se demandant ce qu'ils allaient faire afin de se faire un peu d'argent, ils avaient tout les deux des qualités particulières et ensemble il y avait moyen de se faire un peu d'argent. Elle avait quittée son ancien petit ami depuis deux semaines et la vie à Yubaba était cher, ce genre de combine pouvait lui permettre de tenir encore un peu .


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   Dim 28 Avr - 10:44


WE ARE INNOVATORS
Duke ouvrit lentement les yeux sur le ciel pale, clair et d'un magnifique bleu saisissant qu'il s'y serait bien perdu quelques heures encore. Mais, le soleil était à son zénith et aujourd'hui, il avait rendez-vous avec une dame. Une très belle femme qui plu est, le genre de femme qu'il vaut mieux éviter de faire attendre ou son courroux risquerait d'être terrible. Mais, ce n'était pas un repas pour roucouler comme deux vulgaires tourtereaux autour d'une table en se chuchotant des mots doux, il laissait aux gens riches et oisifs ce luxe. Il les laissait remplir leur vide intérieur par l'amour alors que lui remplissait son esprit de partitions de jazz endiablées.

Le duc se redressa en s'étirant de tout son long, jetant un regard en contrebas sur la rue animée : elle était bordée de restaurants dont s'échappaient milles odeurs délicieuses et où s'y pressait une foule affamée. Il descendit de son toit où il s'était perché pour profiter de la chaleur solaire, somnolant comme un félin, avec paresse et allégresse. Toujours de son pas dansant et muni de son éternel sourire, il traversa les rues en connaissant parfaitement sa cible. Si sa comparse devait aimer les restaurants où se côtoyaient les plus riches pour flirter en paix, il les lui laissait volontiers et préférait les petits endroits sans intérêt pour parler affaires. Le lascar fit un petit tour sur lui pour s'épousseter rapidement, s'arrangea devant une glace et rejeta sa frange blonde en arrière. On se devait d'être présentable devant ces dames après tout.

Il repéra l'établissement, qui portait ironiquement le nom de la Pomme Dorée mais, qui n'avait toujours attiré que les moins fortunés par son côté sombre, exiguë et plutôt vulgaire, sans intérêt. Cependant, on y était tranquille et l'on savait souvent se taire-là-bas. Le lascar s'engouffra à l'intérieur, lançant un dernier regard derrière lui avant de disparaître dans la semi-obscurité du bar. Ses yeux malicieux trouvèrent rapidement la jeune femme, toujours aussi belle et élégante, une cigarette entre les lèvres, qui se faisaient légèrement hués par trois hommes. Le rire gras, le visage mal rasé, les mains écorchées par le travail et de petits yeux vitreux mais, sournois : ils avaient tous des individus plutôt grossiers, et sans la moindre retenue. Ils ne devaient pas être habitué à voir si bel oiseau se pavanait dans le voisinage mais, tout de même, le lascar ne tenait pas à être dérangé par des importuns.

De son pas félin, Duke s'avança d'abord jusqu'à eux, les yeux remplis de malice pour leur signifier qu'elle était avec lui d'un sourire narquois en leur conseillant de ne pas les déranger. C'était des hommes plutôt peureux, plutôt simples, pas du genre à se jeter dans la gueule du loup, même pour une très jolie fille quand la menace se révélait aussi claire. Après tout, sa réputation de personnage pas toujours bien net le précédait en habitué du coin, on savait qu'il était loin de traîner dans des affaires toujours bien réglementaires malgré son apparence d'adolescent un peu fragile. Le lascar fit volte face et vint s'installer aux côtés de la demoiselle, sentant les regards envieux des trois hommes dans son dos.

« Bonjour, je t'ai fait beaucoup attendre ? Tu es ravissante aujourd'hui, comme toujours. J'ose espère que ces trois-là ne t'ont pas trop importunée. Mais, tu dois avoir l'habitude de toutes façons non ? As-tu déjà commandé ou tu m'attendais ? » Fit-il de sa voix chantante en lui souriant et en s'employant à être aussi aimable qu'à l'accoutumée. Il était en vérité très heureux de la voir, ou plutôt, il se sentait plus qu'enthousiaste à l'appel de l'aventure qui lui faisait déjà tourner la tête. Le gérant vint demander pour les commandes : « Prends ce que tu veux, il ne serait pas convenable de refuser quoi que ce soit à une dame, surtout si elle est notre invitée. »

Il marqua une pause, suivant du regard le gérant qui disparut en cuisine avant de continuer : « Tu sais, Kida, tu as beaucoup de chance. Tu le sais sûrement déjà mais, je vais quand même te le dire : parce que tu es belle alors, ils deviennent tous des petits chiens pour que seulement tu les regardes. Ils veulent te faire plaisir pour flatter leur ego, pour se sentir désirable et ils finissent à tes bottes. » Le lascar reposa son attention vers son interlocutrice : le duc allait y venir. « Ernesto McClair, 35 ans, banquier plutôt influent en politique et véritable requin qui a su se faire de nombreux ennemis haut-placés. Deux mariages, un divorce et une fille d'environ douze ans issue du premier. Il aurait, apparemment, quelques informations qu'on pourrait dire compromettantes sur les différentes icônes des royaumes et sûrement sur notre client, vu le prix qu'il semble prêt à y mettre pour qu'on les récupère. Je pense que cela pourrait être fort amusant de les prendre à leur propre jeu, n'est-ce pas ? » Il s'était avancé pour terminer par murmure dans son oreille.

« Alors intéressée ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   Dim 28 Avr - 16:40

We are innovators *


Elle ne faisait même plus attention à ce que ces loubards pouvaient bien lui lancer, ce n'était pas rare qu'on lui fasse des réflexions déplacées ou qu'on la siffle tel un chien qui accourrai devant son maître. Certaines filles peu sûres d'elles auraient été renfrognées mais au fond d'elles-mêmes flattées qu'on s'intéressent tant soit peu à elles, n'ayant pas compris que même une dame au physique le plus ingrat qui soit, aurait pu être l'équivalent d'un mannequin aux yeux de ces hommes affamés de chair fraîche . Kida n'était pas de ces femmes, elle savait qu'elle plaisait, n'avait pas besoin de cette miette rassie d'attention , son côté prétentieux plaçait ces hommes au plus bas de l'échelle sociale à ces yeux, elle ne leur jetait même pas un regard. La séductrice n'avait pas honte de le dire, et même si cela pouvait choquer au niveau de l'éthique elle n'hésitait pas clamer haut et fort qu'elle valait mieux qu'eux . Quoiqu'il en soit, la jeune femme regardant la carte des boissons avec attention et tirant à maintes reprises sur sa cigarette releva la tête doucement quand elle entendit la porte du restaurant se rouvrir. Il s'agissait de son complice , arborant toujours sa démarche dansante et élégante, ainsi que son sourire agréable. Elle l'observa s'approcher, faisant d'abord un crochet devant les trois hommes ragoutants qui ne cessaient de l'interpeller. Il suffit d'une simple phrase de sa part pour que ces importuns cessent immédiatement leur petit jeu et se taisent comme des enfants venant de se faire gronder. Un sourire amusé se dessina sur son visage, un gentleman qui plu est ! C'était une agréable surprise, un voleur est souvent apparenté à un rustre, Kida était contente de voir une nouvelle fois que ce n'était pas du tout le cas du duc.

« Bonjour, je t'ai fait beaucoup attendre ? Tu es ravissante aujourd'hui, comme toujours. J'ose espère que ces trois-là ne t'ont pas trop importunée. Mais, tu dois avoir l'habitude de toutes façons non ? As-tu déjà commandé ou tu m'attendais ? »

Ce qu'elle aimait avec lui c'est qu'il était très familier, comme ci ils se connaissaient depuis longtemps , elle avait l'impression de déjeuner avec un ami, plus qu'avec un magouilleur professionnel . Un paradoxe plutôt drôle lorsqu'on savait que la personne ayant le don de mettre les gens en confiance c'était elle .

« Bonjour, Tu vas bien ? Oh non ne t'inquiète pas je venais d'arriver. Haha, merci t'es gentil, tu n'es pas mal non plus ! ... Ah ça, non je ne fais même plus attention, mais c'est quand même sympa de ne plus les entendre, merci encore . Qu'est ce qu'ils peuvent me dégoûter t'imagines même pas , comme ci ils avaient une chance .. Je crois que même s'ils étaient riches ce ne serait pas le cas . Enfin peut-être pas. Non je viens à peine de regarder la carte. »
Dit-elle en lui lançant un sourire agréable, au même instant le gérant les accosta afin de prendre leur commande. Le gentleman se révela à nouveau :
« Prends ce que tu veux, il ne serait pas convenable de refuser quoi que ce soit à une dame, surtout si elle est notre invitée. »

« Merci, je vais pas refuser je t'avoue qu'en ce moment j'ai un peu de mal à joindre les deux bouts, les gros poissons ne sont pas très réceptifs pour l'instant, une période creuse comme on dit … Alooors j'aimerais un monaco s'il vous plait . »
Le gérant se dirigea vers les cuisines d'un pas rapide alors que Duke le suivait du regard tout en lui faisant une reflexion :
« Tu sais, Kida, tu as beaucoup de chance. Tu le sais sûrement déjà mais, je vais quand même te le dire : parce que tu es belle alors, ils deviennent tous des petits chiens pour que seulement tu les regardes. Ils veulent te faire plaisir pour flatter leur ego, pour se sentir désirable et ils finissent à tes bottes. »


« Ah , oui c'est un peu vrai.... »
Elle allait continuer quand le duc redirigea son attention vers elle, elle se tut devinant qu'il avait quelque chose à lui annoncer.
« Ernesto McClair, 35 ans, banquier plutôt influent en politique et véritable requin qui a su se faire de nombreux ennemis haut-placés. Deux mariages, un divorce et une fille d'environ douze ans issue du premier. Il aurait, apparemment, quelques informations qu'on pourrait dire compromettantes sur les différentes icônes des royaumes et sûrement sur notre client, vu le prix qu'il semble prêt à y mettre pour qu'on les récupère. Je pense que cela pourrait être fort amusant de les prendre à leur propre jeu, n'est-ce pas ? Alors intéressée ? »
Voici donc la petite combine dans laquelle ils allaient s'embarquer, un frisson parcourue l'échine de Kida, un frisson agréable, celui qu'elle avait lorsqu'elle sentait le danger, l'adrénaline. De nouvelles sensations enfin ! Un bonheur lui parcourait le corps, c'était étrange d'avoir ce genre de plaisir, d'avoir envie d'être menacée, en danger, mais c'était une des rares façon qu'elle avait pour se sentir pleine de vie . Un saut en parachute aurait sûrement suffit mais c'était beaucoup moins amusant que de se retrouver là avec le Duc à parler affaires et manigances.

« C'est donc là que tu voulais en venir, he bien, je trouve ça super intéressant ça c'est sûr . Un banquier hein .. ? A quoi il ressemble ton Ernesto McClair ? Et surtout combien ton client te payerais pour ces informations ? Je n'aurais qu'à le séduire et te donner ses infos ? Ca me semble simple . Qui sait peut être qu'il me plaira et que je pourrais le garder un peu, si il ne se doute de rien , mais bon les enfants c'est pas trop mon truc, surtout les filles, elles ont l'art de me haïr . J'espère qu'elle ne sera pas un obstacle pour son cher petit papa. »
Affligeant , c'est ce qu'on aurait pu dire en entendant Kida parler de cet homme qui ne valait guère plus qu'un bout de viande auquel on prend la chair que l'on préfère puis que l'on jette . C'était la réalité de sa vie, sa façon de vivre, et ça lui plaisait . Elle finit sa cigarette, qu'elle écrasa dans le cendrier et en sortit immédiatement une autre .

« Au faite ça ne te dérange pas j'espère ? L'odeur de cigarette.»
N'attendant pas la réponse elle s'empressa de l'allumer, elle avait un besoin irrépressible de fumer, cela lui permettait d'oublier à quel point son corps était en manque de cet autre danger dont elle s'était beaucoup trop imprégné.
« Bon, en tout cas c'est sûr que j'ai besoin de ce genre de combines, si tu dis qu'il y a une bonne somme à la clef . D'ailleurs je change de sujet très vite fait mais ... tu penses que tu pourrais me trouver .. Enfin la même chose que la dernière fois ? … Si tu ne peux pas ne t'inquiète pas c'est juste pour savoir … »

Elle commença à se gratter frénétiquement le dos de la main et lui lança un sourire rieur historie de camoufler son mal-être. Elle n'aimait pas lorsqu'elle sentait cet état de manque, cela lui rappelait qu'elle n'était pas totalement libre d'elle même, bien qu'elle le niait complètement. Le gérant revint avec sa boisson, lui permettant d'esquiver ce moment de gène.
« Merci vous êtes gentil. »
Lui dit-elle de son ton aguicheur habituel . Elle s'empressa de siroter son monaco tout en fixant son complice.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   Mer 1 Mai - 11:15


WE ARE INNOVATORS
« Comment ne pas aller bien en si charmant compagnie ? » Duke eut un sourire, avant de poursuivre : « Je pense qu' s'ils étaient riches, ils n'oseraient jamais se comporte ainsi. La misère et les soucis abrutissent les hommes même les plus délicats, les rendent tristes et vulgaires. » Il connaissait bien la misère et le sentiment de faim constante qui tordait douloureusement l'estomac. Il connaissait bien les hommes qui peuplaient les rues, il avait eu le temps de les observer du haut de ses toits et d'en apprendre plus sur la complexité humaine. Mais lui avait eu de la chance, beaucoup de chance : il ne se tuait pas à la tâche pour subvenir aux besoins des siens, les responsabilités ne pesaient pas constamment sur sa poitrine jusqu'à le rendre aigre de tout. Le voleur menait sa vie comme il le voulait, son train de vie mouvementé et instable le passionnait alors qu'il remplissait ses journées par quelques partitions de jazz. La survie de personne ne dépendait de lui si ce n'était la sienne, il n'avait pas à craindre que ses choix puissent affecter ceux qui lui étaient chers. Non, il se sentait constamment le roi, le roi de son petit monde.

Le lascar ne commanda rien, se contentant de lancer un petit sourire au gérant : le blond était un habitué de l'endroit et il lui était surtout arrivé de pouvoir aider le patron en quelques rares occasions. Aussi, en ce petit sourire, il venait déjà de payer sa note sans avoir à sortir une pièce de sa poche déjà peu remplie comme s'ils n'avaient qu'à dire que ce petit extra, c'était pour cette fois où il avait retrouvé le chaton de sa si chère progéniture qui s'était égaré dans un arbre.

« C'est donc là que tu voulais en venir, he bien, je trouve ça super intéressant ça c'est sûr . Un banquier hein .. ? A quoi il ressemble ton Ernesto McClair ? Et surtout combien ton client te payerais pour ces informations ? Je n'aurais qu'à le séduire et te donner ses infos ? Ca me semble simple . Qui sait peut être qu'il me plaira et que je pourrais le garder un peu, si il ne se doute de rien , mais bon les enfants c'est pas trop mon truc, surtout les filles, elles ont l'art de me haïr . J'espère qu'elle ne sera pas un obstacle pour son cher petit papa. » Duke était satisfait, comme il pouvait s'y attendre d'elle, Kida semblait tout à fait intéressée pour l'aventure et il comptait suffisamment en son amour du gain et du luxe pour lui faire confiance. Une confiance qui semblait partagée puisqu'elle semblait livrer ses pensées sans complexes, de toutes façons, le duc le savait, il n'était pas le genre de l'homme qui l'intéressait. Il n'était pas le genre d'homme à avoir les poches débordantes de billets verts, il avait un train de vie beaucoup trop basé sur le hasard pour lui offrir toute l'opulence dont elle rêvait bien qu'il en avait toutes les manières. C'était peut-être ce désintérêt qui avait permis que finalement, ils se rapprochent et qu'ils deviennent associés plutôt que proie et prédateur.

« Je pense que notre homme te plaira, comme tu t'en doutes il est riche, plutôt soigné en vue de sa position et il n'a pas un physique trop disgracieux je crois. Il me faut d'avouer ne pas maîtriser quelles sont tes préférences à ce sujet...Et ne te préoccupe pas de sa fille, si elle a le droit à des anniversaires apparemment somptueux et des cadeaux fabuleux, il semblerait que Monsieur McClair préfère les femmes un peu plus mûres à sa progéniture. En d'autres termes, comprends par là qu'il essaie de compenser sa médiocrité en tant que père en l'achetant. L'enfant sera apparemment chez sa mère les prochains jours selon le concierge de la maison. L'actuelle épouse de Monsieur aime, elle, souvent sortir et semble passer très peu de temps dans la demeure. Il va s'en dire qu'elle fuirait le vide de celle-ci et la silhouette de son inexistant mari. » Duke avait volontairement répondu à ses questions dans le désordre, jugeant le plus intéressant à venir. Sa comparse avait allumé une nouvelle cigarette entre temps, lui demandant si ça le gênait sans attendre sa réponse. Le duc avait appris à devenir particulièrement conciliant avec ses clients et à s'accoutumer à leurs petites manies personnelles, après tout il empochait la prime à la fin. Il s'était interrompu le temps que le gérant les serve.

« McClair a rendez-vous tous les mardis à midi et demi pile dans l'établissement Les trois Cochon, il y vient souvent seul mais, repart toujours accompagné. C'est le meilleur endroit pour l'accoster, il est libéré de ses gardes du corps qui sont avec lui dès qu'il voyage. J'ai besoin que tu récupères la clé, je te laisse t'en occuper. Cependant, c'est un homme assez intelligent et pour le bon déroulement de l'opération, je ne peux pas te laisser t'y aventurer toute seule. Il serait regrettable pour tout le monde qu'il t'arrive quelque chose. De plus, il te faut un moyen de sortie sûre et je doute que tu ais l'habitude de te promener sur les toits, je me trompe ? Donc, je t'accompagnerai. Nous fouillerons ensemble. Si tu avais l'occasion de faire un petit repérage des lieux, il doit cacher ces informations dans un endroit assez secret ou très bien fermé : pièce isolée, cave, trappe, coffre fort. Elles valent bien assez chères pour lui. Et, il en ira de même pour notre client. Je pense que, tout simplement, nous pourrions en jouer et si nous sommes bons, je pense qu'on pourrait bien doubler la mise. »

Le lascar s'étira, après avoir si longtemps parlé, passa une main dans ses mèches blondes avant de reprendre : « Ne sois pas gênée ! » Il éclata de rire, de son rire de gamin. « Je devrais bien pouvoir te trouver ça, disons dans deux ou trois jours ? Il est un peu ronchon en ce moment mais, ne t'inquiètes pas je saurai le convaincre. Alors, on dit tes pilules contre ce petit service ? Évidement, je te payerai aussi. » C'était presque un jeu d'enfant maintenant, le voleur avait fini par apprendre les bonnes adresses et usait de quelques moyens de persuasion, quelques détournements parfois pour obtenir ce qu'on lui demandait. Elle semblait un peu gênée, après tout, il songeait que si elle avait bien un seul défaut c'était sûrement sa dépendance. Mais, c'était aussi celle-là qui leur avait permis de se rencontrer.

« Autre chose? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   Sam 4 Mai - 17:26

We are innovators *


« Je pense que notre homme te plaira, comme tu t'en doutes il est riche, plutôt soigné en vue de sa position et il n'a pas un physique trop disgracieux je crois. Il me faut d'avouer ne pas maîtriser quelles sont tes préférences à ce sujet...Et ne te préoccupe pas de sa fille, si elle a le droit à des anniversaires apparemment somptueux et des cadeaux fabuleux, il semblerait que Monsieur McClair préfère les femmes un peu plus mûres à sa progéniture. En d'autres termes, comprends par là qu'il essaie de compenser sa médiocrité en tant que père en l'achetant. L'enfant sera apparemment chez sa mère les prochains jours selon le concierge de la maison. L'actuelle épouse de Monsieur aime, elle, souvent sortir et semble passer très peu de temps dans la demeure. Il va s'en dire qu'elle fuirait le vide de celle-ci et la silhouette de son inexistant mari. »

« A vrai dire je fais nettement plus attention au physique de la dîtes personne si je prévois de rester un petit temps avec , mais dans notre cas tant qu'il n'a pas un troisième œil ça devrait m'aller – dit-elle en lâchant un petit rire , elle prit une gorgée de sa boisson, mâchouilla un instant sa paille et continua . - Le cliché du père et mari friqué, parfait! En général ce sont les plus désespérés, ils s'ennuient tellement dans leur petite vie bien planifié, avec la même femme qu'ils ne touchent plus depuis des années, l 'enfant qu'ils n'ont pas voulu et ce métier qui les ennuient . Un peu de piment dans tout ça, c'est tout ce qu'ils attendent . . . En l’occurrence moi ! »

C'était sûrement prétentieux, mais c'était la réalité de la vie, Kida avait remarqué que les proies les plus faciles qu'elle avait eu était constamment des hommes mariés, pères de famille, ayant des boulots ne leur laissant pas une minute à eux. Sa venue au sein de leur couple était parfois même bénéfique pour tous, un peu de danger, de passion, quoi de mieux pour redonner le sourire. C'est sûr que celles qui ne souriaient pas étaient leurs femmes,mais que voulez-vous, on ne peut plaire à tout le monde !

Quoi qu'il en soit Kida savait exactement comment se comporter avec ce genre d'individu, il ne fallait surtout pas jouer la carte de la pauvre fille paumée et peu sûre d'elle, c'était totalement l'inverse, si un adjectif collait parfaitement au comportement approprié c'était bien : pimenté . Dominer, faire un peu peur même, voilà ce qu'il fallait pour impressionner ces messieurs trop souvent flattés, ennuyés de leur quotidien .
« McClair a rendez-vous tous les mardis à midi et demi pile dans l'établissement Les trois Cochon, il y vient souvent seul mais, repart toujours accompagné. C'est le meilleur endroit pour l'accoster, il est libéré de ses gardes du corps qui sont avec lui dès qu'il voyage. J'ai besoin que tu récupères la clé, je te laisse t'en occuper. Cependant, c'est un homme assez intelligent et pour le bon déroulement de l'opération, je ne peux pas te laisser t'y aventurer toute seule. Il serait regrettable pour tout le monde qu'il t'arrive quelque chose. De plus, il te faut un moyen de sortie sûre et je doute que tu ais l'habitude de te promener sur les toits, je me trompe ? Donc, je t'accompagnerai. Nous fouillerons ensemble. Si tu avais l'occasion de faire un petit repérage des lieux, il doit cacher ces informations dans un endroit assez secret ou très bien fermé : pièce isolée, cave, trappe, coffre fort. Elles valent bien assez chères pour lui. Et, il en ira de même pour notre client. Je pense que, tout simplement, nous pourrions en jouer et si nous sommes bons, je pense qu'on pourrait bien doubler la mise. »

« Je suis partante, qu'il soit intelligent ou non, crois moi qu'après m'avoir rencontré je suis sûre qu'il ne se doutera de rien du tout. Je sais comment persuader quelqu'un – elle lui fit un petit clin d'œil ainsi qu'un sourire amusé puis reprit : Mais je ne dis pas non à ce que tu m'accompagnes, c'est sûr que grimper sur un toit avec des talons de vingt centimètres ça risque de devenir un peu compliquer pour moi haha . Ca me semble un plan parfait ! J'espère que je serai à la hauteur ! »


Après lui avoir posé sa question concernant son addiction, il ne sembla pas du tout choqué au contraire, lui proposant même que ce soit sa part de récompense . Kida lui lança un sourire attendrit, c'était très rare d'être en face de gens aussi compréhensifs. Chaque personne a ses faiblesses mais le cas de la demoiselle choquait souvent, étant contraire à l'éthique. C'était une des raisons pour lesquelles elle ne comptait que très peu d'amis , ainsi que par son choix de vie très étrange par rapport à la norme . On ne la jugeait que par ces deux facteurs mais elle était bien plus qu'une simple croqueuse d'hommes, ou une fille ayant une addiction plus dangereuse que les autres. Très peu de gens avaient su voir plus loin que ces deux détails , le comportement de Duke à son égard lui réchauffait le cœur . Sa gène n'était plus d'actualité à présent .
Le coude sur la table, sa cigarette tenue en l'air, elle se pencha vers le duc pour lui faire un gros bisou sur la joue.
« Merci. »

Elle se rassie, et ria en voyant l'énorme trace de rouge à lèvres qui s'était imprégné de la joue du voleur ne lui donnant plus aucune crédibilité dans ce domaine. Tendant la main, elle l’effaça en frottant sa joue de son pouce .

« Bon, tout ça me semble super, ça va faire un peu de sous dans les caisses ! Faudrait qu'on se trouve un vrai boulot quand même un jour . . C’est drôle même en le disant ça paraît complètement improbable ! »
Elle s’esclaffa de nouveau, appréciant ce moment qu'elle aurait plus qualifié d'amicale que de professionnel.
« Tu voudrais qu’on fasse ça quand ? »





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   Sam 11 Mai - 11:07


WE ARE INNOVATORS
« Rassure-toi, je suis certain que tu seras parfaite. » Le duc sourit, se voulant rassurant. Kida semblait, à travers ses nombreuse expériences, saisie quelques notions sur les individus masculins et cernerait sûrement assez rapidement le bonhomme pour bien lui faire avaler ce qu'elle voulait. C'était pourquoi il l'avait choisi, parce qu'il avait toute confiance en ses capacités de persuasion et de séduction, c'était tout ce qu'elle avait à faire et il s'occuperait du reste : couvrir leurs arrières, les petites combines pour les faire chanter et la division de l'argent. Pour le bien de leurs intérêts communs, ils devaient donc mener au mieux leur tâche pour la réussite de la mission.

Sa compagne se pencha soudain sur la table pour déposer un bisou sur a joue : un peu pris de court, il lui fallut quelques instants à Duke avant d'éclater de rire, à son tour, comme un gamin. Elle sembla essuyer quelque chose sur sa joue, qu'il déduisit être la marque de ses lèvres rouges qui faisaient rêver tellement de ses prétendants. Et l'on aurait dit simplement deux amis proches, passant du bon temps à l'une table, discutant de tout et de rien, se rendant peut-être le service le plus anodin du monde : c'était quelque part très agréable de rester ainsi avec Kida. S'ils parlaient bien affaires et concluaient un marché, le rendez-vous restait un moment de détente tout à fait plaisant. Certains de ses clients préféraient les rues sombres et d'autres étaient beaucoup moins aimables.

« Je crois que tu viens de donner une bonne raison à nos chers amis de m'en vouloir. » Il jeta légèrement la tête en arrière pour indiquer les trois hommes bourrus dont il sentait parfaitement le regard envieux lui brûler le dos, un sourire moqueur sur les lèvres. Peut-être que finalement, c'était l'une des activités les plus amusantes du monde que de taquiner, titiller autrui, ces gens aux lèvres qui pendant, aux couleurs grises, ternes qui sont fatigués par les responsabilités et les interdits qui jaillissent de tout part. Peut-être que ça lui rappelait à quel point, il pouvait se sentir libre, comme il pouvait saisir cette liberté facilement, du bout des doigts comme si rien n'importait.

« Bon, tout ça me semble super, ça va faire un peu de sous dans les caisses ! Faudrait qu'on se trouve un vrai boulot quand même un jour . . C’est drôle même en le disant ça paraît complètement improbable ! » Duke acquiesça gentiment, il n'avait jamais vraiment voulu entrer dans les normes et il savait pertinemment que Kida non plus alors, il acquiesçait comme un enfant. Sûrement parce qu'il volait depuis maintenant assez longtemps pour considérer cela comme un métier ou du moins, un bon moyen de survie. Sûrement aussi parce que personne n'aurait voulu de lui, il n'avait rien, ne savait rien après une vie trop bien ordonnée que quelques partitions de jazz apprises par cœur à force de les écouter, qu'un goût amer sur le palais d'abandon, de solitude. Alors, il avait emprunté cette voix, pas forcément la plus recommandable, une voix dangereuse et incertaine qui faisait danser le danser devant ses yeux grisés par l'adrénaline, l'extase. Et comme une drogue, il n'en avait voulu que plus, toujours plus jusqu'à ce qu'une vie ordonnée et ordinaire n'ait qu'un goût fade et devienne sans couleurs.

« Et l'on ferait comme tout le monde hein ? On se trouvera quelqu'un avec qui se marier, on leur jurera un amour sans bornes et on aura des enfants...» Il s'interrompit une seconde, éclata de rire et réussit à articuler entre deux pouffements : « Si un jour tu décides de faire comme tout le monde, bon Dieu, Kida appelle-moi ! » L'image de cette femme si futile, si intéressée par son apparence, qui aimait vivre dangereusement, cette séductrice fatale casée avec un enfant sur les bras, pendu à son cou, se passait de commentaire. Parce que l'on associait jamais Kida à ces bonnes femmes banales que l'on voit dans la rue avec leur chère progéniture, non elle gardait encore la fraîcheur de sa jeunesse quand peu de chose importait vraiment. Mais, c'était amusant, de parler de choses qui n'arriveront jamais, de rêves qui n'en étaient pas vraiment, tués avant de pouvoir s'installer comme tels.

« Pour la date, ça dépendra si notre homme est plutôt réceptif ou non mais, je pense que l'on peut faire ça assez rapidement : quelque chose dans le courant du mois ou début juin, tant que Monsieur reste très occupé. Il serait tout de même préférable de ne pas tomber dans la précipitation, cela dépend combien de temps tu penses pouvoir attendre. Je te propose de rester en contact pendant ce temps et on avisera plus ou moins, ça te convient ? » Habitant le même royaume, il serait plus que facile pour eux de continuer à communiquer même à distance. Le client semblait peut-être un peu pressé mais, Duke aurait bien quelques petits détails à régler avant de se lancer dans l'aventure. Leur petit rendez-vous semblait sur le point de toucher à sa fin.

« Je pense que nous avons fini ici. Veux-tu te promener un peu ? Je me sentirai coupable de t'avoir fait finir jusqu'ici pour si peu. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We are innovators > Duke <   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are innovators > Duke <

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Duke Nukem 3D : Reloaded (Duke Nukem Next Gen)
» Le remake par des fande Duke Nukem 3d autorisé par Gearbox
» Statue DUKE NUKEM 3D
» Duke Nukem Forever
» Duke Nukem Forever, on me voit, on me voit plus...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Centre ville :: Restaurants-