AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Suie et étoiles - Narr.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Suie et étoiles - Narr.   Mar 20 Jan - 23:45

NARR & STAR ★

La lettre tremble entre tes mains, le papier se froisse sous la pression de tes doigts et tes yeux parcourent encore et encore les quelques phrases inscrites, jusqu'à ce que les mots se gravent dans ton esprit. Jusqu'à ce que la réalité se fasse concrète.

Tu ne voulais pas croire ce que tes étoiles te criaient, tu ne voulais pas ressentir la détresse qu'elles te hurlaient. Mais tu n'as plus le choix, Star, tu ne peux plus douter. Et la confiance que tu as en lui s’ébrèche encore un peu. La peine et la douleur te rendent terne. Mais tu ne peux pas sombrer dans le désespoir ou il t'éteindra pour toujours.

Alors tu dois croire, Star, tu dois croire parce que c'est tout ce qu'il te reste à faire. Croire que ceci n'est que mensonge, ou croire qu'il a une bonne raison. Mais a-t-on une bonne raison pour détruire, saccager des vies déjà abîmées ? Il y a sûrement toujours une bonne raison pour être méchant.

Et avant que tu ne t'en rendes compte, avant même que ton cerveau n'en prenne conscience, tu es descendue. Tout en bas du Palais. Dans la chaudière. Là où tu sais qu'il résidait, caché du monde pendant ces dernières années, et où tu sais qu'il reviendra. Et tu l'attends, tes étoiles dispersées autour de toi, rendant la suie brillante. Ébène étincelant.

Et puis tu le perçois arriver avant même que tes sens puissent l'entendre, tu le ressens dans tes étoiles. Elles pulsent d'une folie contenue, elles aussi. Comme si elles ressentaient la souffrance du monde. Peut-être la sentent vraiment, d'ailleurs. Et quand il arrive face à toi, tu le regardes. Sans sourire. Sombre malgré le halo lumineux.

« Je t'attendais. »


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   Mar 27 Jan - 1:05





L'effroi me prit de court dès que j'eu foulé le sol moite de ma chaudière. Se découpait dans la lumière du brasier une silhouette illuminée. La seule que je reconnaisse du premier coup d'oeil sans jamais sourciller. Mais pour la première fois, je sentis mon coeur se serrer d'amertume à sa vue. J'ignore par quelle force je fis quelques pas pour m'enfoncer dans la pièce. La peur me tint à une certaine distance de cette autre présence.  De la suie et de la poussière, des bobos, une odeur de roussi... Je trainais avec moi toutes les idées qu'on peut se faire de la guerre, toutes les preuves de mes exactions. Ne manquait que le sang. Jusque là je ne me rendais pas bien compte de l'envergure de mon initiative à l'égard des exilés. Peut-être m'aurait il fallu justement avoir le sang de ces derniers peint sur moi pour mieux saisir mon ignominie. La nature de ce dernier jugement ne m'apparut que maintenant, lorsque je m'offrais au regard de Star. Je sentais mon visage se raidir dans une inexpressivité glaciale. Je soutiens son regard rougi. Je le sens comme quelque chose à sang froid. Si je cède à la température qui émane de ses émotions, pour sûr, je crèverai sur le champ. C'est pourquoi je ne cille pas à ses mots. Pour autant, j'ai beau contorsionner mon esprit à la recherche d'arguments, je sens la force me manquer de ce point de vue. Alors au lieu de ça, je détourne la tête et me dirige vers la plateforme de l'ancien maitre des lieux, là où j'ai établis une litière. Je m'empare d'une serviette suspendue là et fourre mon visage au dedans, feignant de me débarrasser de la saleté. Même si je sais qu'au regard de Star, la crasse ne s'efface pas d'un coup de torchon.

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   Sam 31 Jan - 15:47

NARR & STAR ★

Il est noir de suie, noir de poussières, noir de soucis, noir de terre. Il est sale et abîmé, silencieux et renfermé. Et alors que les mots s'apprêtent à se déverser avec violence, en une cascade déchaînée, d'un coup, tu ne sais plus quoi dire. Plus quoi faire. Les phrases préparées pendant que tu l'attendais ont disparu, laissant place à un vide qui te laisse incertaine.

Confuse.

Tu ouvres la bouche, la refermes, réessayes mais rien ne sort. Alors tu te contentes de le suivre du regard, tes iris fixés sur sa silhouette meurtrie par le fer. Et quand il se cache dans sa serviette, tu le sondes à travers. Tes étoiles pulsent contre ta peau et celle qu'il a près de lui répond faiblement, comme si le désespoir qu'il a semé engloutit l'espoir et l'amour que tu lui as insufflés. Peut-être n'y as-tu pas mis assez de conviction pour l'empêcher de sombrer, de retourner sur le mauvais chemin.

Est-ce ta faute ?

Tu t'approches lentement et le bruit de tes pas résonnent doucement dans la chaudière, comme pour le prévenir que tu arrives. Près de lui. Comme pour l'avertir qu'il ne peut t'échapper. Et enfin, tu te tiens devant cet être fragile, que tu pensais plus serein depuis vos retrouvailles. Mais tu n'es pas un remède miracle, Star, et tu ne peux supprimer les pulsions naturelles de chacun. Tu ne peux changer leur essence puisque c'est ce qu'ils sont.

Tu soupires faiblement, tes yeux se baladant sur les ruines qui surgissent de son dos, là où tu as répandu tes étoiles quelques temps auparavant. Là où tu t'es accrochée alors qu'il te serrait dans ses bras, alors que tu lui soufflais de ne plus partir. Mais n'est-il pas en train de s'éloigner de toi, mentalement du moins ? Cela fait presque aussi mal que s'il disparaissait de nouveau.

Puis ta main se lève et écarte la serviette avec tendresse, pour ne pas l'effrayer. Cet enfant, Narr. Tes doigts se posent sur sa joue creuse, y laissant une traînée d'étoiles, contraste effrayant avec la boue sombre qui la recouvre. Et enfin, tu chuchotes, ne laissant échapper qu'un souffle de vie. Murmure si faible qu'il faut tendre l'oreille pour le percevoir.

« Je t'aimerais toujours. »

Même si le sang souille ses mains, même si le désespoir l'emprisonne, même s'il commet les pires fautes, les plus horribles des crimes. Même s'il t'oublie.
Et ces mots sont bien plus importants que le « pourquoi » qui t'a brûlé les lèvres quelques secondes auparavant.


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   Jeu 12 Fév - 9:56






C'est toute une forteresse qui s'effondre quand elle prononce ces mots. Les fondations de mon dégouts, pulvérisés. Sa main posée contre ma joue absorbe tout, me dépouille de la moindre animosité avant même qu'elle n'est pu se manifester. Elle a crevé la chose en son berceau. Morte-née la haine. Tant et si bien que j'ose croiser son regard et le soutenir. Piégé par celui-ci... J'ai déjà mal au coeur à l'idée de laisser déborder la pitié. Ca lui coutera bien trop. Les étoiles qui naissent inlassablement de sa peau  sont autant de douleurs que j'essaie d'ignorer. Elle, la clarté d'une lune qui révèle la noirceur reclue dans mon corps. Je sens comme le métal qui gronde dans mon ventre. Je pensais parvenir à le digérer en allant l'épancher dans les bidonvilles. L'éparpiller loin de la cité. Une étoile pour seule lanterne, seule fenêtre pour ne pas oublier là d'où je venais. Mais je m'étais déjà perdu, trop éloigné de sa lumière pour me rappeler du sens qui guidait mon instinct.
Si seulement je pouvais parler de l'intérieur, dire les mots qui restent dans mon ventre. La seule façon que j'ai trouvé de les laisser s'exprimer ne permet en rien de trouver des réponses. Las, je laisse retomber le chiffon maculé de cendres et de cheveux brûlés. Je me détourne de Star, fais quelques pas. J'ai les lèvres qui tremblent, autant que mes mains lorsque j'empoigne un pot et que je le bascule par terre, comme ça, froidement. Le son de la poterie qui éclate et qui déverse ses herbes me fait frissonner. Comme si ça faisait mal. Mais rien n'y fait, je n'ai pas exorcisé la peur. Alors ça me frustre et ça me crispe. Il n'est rien de plus dangereux qu'un animal blessé et acculé. Mon sang ne fait qu'un tour. Et je le laisse me dicter mes sentiments. Je me tourne vers Star, revient à elle pour que d'un geste vif, je serre sa nuque avec une mèche de cheveux, j'applique son front contre le mien pour qu'à l'ombre de mon visage, je puisse cerner son regard de très près, de la plus nette des façon. Mon pouls me brûle les muscles et mon souffle bat le rythme de la chaudière. La mâchoire serrée, les dents au clair, je m'efforce de susurrer les mots.

"-Non. Star, il n'existe pas... Il n'existe pas l'amour qui dure toujours. Pas pour nous. T'as peut-être tort."

Je raffermis mon étreinte autour de ses mèches, la garder là. Me mettre à l'épreuve du parfum de sa peau, des traits de son visage ému, ce léger rougeoiement au fond de ses yeux et le violet discret des cernes. Je me bats contre la beauté de ces images, je ne me laisserais pas toucher.

"- Débarrasse toi des empreintes que je laisse sur toi."

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   Lun 16 Fév - 17:01

NARR & STAR ★

Il te regarde, droit dans les yeux, et tu ne peux rien faire d'autre que le fixer, toi aussi, hypnotisée. Perdue dans l'immensité de ses iris, dans lesquels tu te reflètes, insolemment brillante. Il te perturbe, presque autant qu'il l'est lui même, perturbé. Et tu sens qu'il lutte, contre toi et contre lui-même. Et tu lui en veux un peu, au fond, de ne pas pouvoir t'accepter entièrement. Tu lui en veux de toujours vouloir te repousser alors que tu ne cherches qu'à l'aider, qu'à être là pour lui, parce que c'est ce que ton amour te commande de faire. Et tu t'en veux, à toi, de ne pas parvenir à le guérir.

Quand le pot se brise sur le sol, tu sursautes. Et ça te frappe d'un coup, cette violence qu'il dégage. Ce besoin d'exprimer une colère intarissable. Tu le savais, bien sûr, qu'il y avait cette haine en lui. Mais tu étais trop naïve, trop innocente, pour comprendre à quelle point elle était nocive. Pour toi. Pour lui. Pour le « vous » que vous n'êtes pas car il refuse que vous le soyez. Et quand il colle son front contre le tien, tu as l'impression qu'elle t'attaque, qu'elle te rentre dedans de plein fouet et qu'elle ne te lâchera pas. Il te jette ces mots durs à la figure, comme il en a l'habitude, comme il sait si bien le faire.

Dans ses yeux, tu y vois sa détresse. Miroir de la tienne. Tu as envie de hurler, encore, mais à quoi bon ? Les mots ne sont pas censés être des couteaux. Pourquoi ne pourrait-il pas exister, cet amour éternel ? Alors tu poses tes mains sur ses joues, encadrant son visage fermement, pour ne pas qu'il s'échappe. Sa poigne sur ta nuque te fait mal mais ta prise est douce. Vous n'êtes que contraste, vous l'avez toujours été. Vous êtes le feu et la glace, le jour et la nuit, l'ombre et la lumière. Est-ce pour cela qu'il ne peut pas durer, l'amour ? C'est trop bête. Tu ne veux pas de cette raison.

« Pourquoi veux-tu toujours que je te repousse, que je t'oublie ? » Ta voix s'élève doucement. « Pourquoi veux-tu que je me débarrasse de ces empreintes que tu déposes sur moi ? Que diras-tu si je te dis que je veux que tu me marques à jamais, encore et encore ? » Tu cries presque, mais pas de colère. Plutôt de passion. « Que répondras-tu si je te dis que j'aime ces traces que tu laisses sur mon corps, ces traces de suie et de haine, ces traces qui ne peuvent être que de toi ? »

Ta voix tremble et la pièce est éclairée comme elle ne l'a jamais été. Tes étoiles volent de partout dans la pièce alors que ton corps est toujours immobile, lié à celui de Narr par ces mains qui se serrent autour de vos visages. Tes doigts se raffermissent sur ses joues, comme si tu voulais le marquer, toi aussi. Trop de sentiments contradictoires se bousculent en toi. Cette violence qu'il fait naître dans ton coeur, et que tu peines à apaiser. Cet amour que tu as pour lui et qui déborde, tant que tu n'arrives pas à le retenir. Cette envie de le guérir en sachant que cela te fera du mal. Même tes étoiles ne pourraient retranscrire ce maëlstorm d'émotions, aussi pures et incandescentes qu'elles sont.

« Pourquoi ne veux-tu pas comprendre que je t'aime ? »

Et puis il y a cette étincelle, cette petite chose qui te pousse et avant que tu ne comprennes, tes lèvres se pressent doucement sur les siennes. Sur la pointe des pieds, tu fermes les yeux. Tu serres son visage entre tes mains, résistant à l'envie de lâcher prise, de laisser sa violence t'engloutir.

Tu t'écartes ensuite brutalement, comme si tu prenais conscience de tes actes. Tu as l'impression que cela a duré une éternité, mais sans doute n'était-ce qu'une seconde. Tes yeux maintenant écarquillés le fixent et tu as peur. Peur de sa réaction. Peur de son rejet. Tu recules encore, de quelques pas, manquant de tomber. Une peur viscérale qui te tord l'estomac.

«  Désolée, désolée, désolée ! »

Mais c'est trop tard, n'est-ce pas ?


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   Mer 18 Fév - 10:51






On préfère souvent vivre la vie du côté du rêve. Et c'est quelque chose d'autant plus fort dans ce monde ci. Dès nos premières rencontres, Star en est devenue une figure incontournable. Je n'aurai pas pensé qu'elle puisse être une clé entre les deux vies. Celle des rêves, celle de la réalité. Car même dans les douleurs, les moments les plus pesants d'authenticité. Le béton, le fer, les coups, elle les constelle de ces rêves que j'ai laissé. Je m'échine à les chasser, avec mes mains qui étranglent ses cheveux. Comme on le ferait en tenant le pan du drap d'un fantôme, le garder entier et l'ancrer dans la pièce à la seule force des bras. La moiteur de la chaudière m'aidait en ce sens. Suffoquer c'était respirer avec peine. Peine qui résonnait avec toutes les souffrances de mon quotidien. Je pensais qu'au fond de mon trou, je resterais oublié des étoiles. Oublié des cadeaux.

Pas de cris, ni de larmes. Je ne sens pas sa peau tirer sous mes doigts pour s'extraire de mon entrave. Dans un instant de doute, sa voix balaie une série de questions qui me font l'effet de coups de cloches. Et ça résonne et qu'est ce que ça cogne. Elle dit les empreintes et les marques sans même que je puisse percevoir une once de dégoût dans ses traits qui puissent la trahir. Moi qui continue de nous mentir, il me pleut dessus toutes les pierres des contradictions que j'avais semé. Son toucher scelle mon visage. Mais je ne veux plus la regarder, je ne veux plus me battre contre ces yeux, sa voix qui décline ma laideur sans la faire disparaître. Star grave cette dernière avec l'amour dans ses mots.

Des centaines de secrets qui s'envolent comme des insectes. J'étais saisis, comme empoisonné. Et c'était à des lèvres de marbre qu'elle vint voler un morceau de mon essence. A peine le temps de m'apercevoir de son geste que déjà, elle s'était dérobée. Laissant les vents qui m'agitaient tout au dedans tourner. Elle crie ses excuses alors que déjà je ne m'entends plus penser. Tous mes calculs, ce que j'avais façonné sans répit pour faire graviter mon monde. Avec quelle facilité elle renversait mes cartes. Avec quelle facilité elle me dépouille mes fantasmes d'invincibilité. Ils s'évanouissaient de conserve avec la rouille qui crevait ma peau. Le tintement de l'acier sur le sol qui chante ma défaite alors que je comble les pas qui nous séparent encore. J'arrache de mon bras un morceau de ferraille. Ça sort tout seul, comme si ça avait été posé là seulement et, dans ma main, le bout s'effrite et se divise comme s'il était fait de sable. Je l'offre à ses yeux pâles comme seule réponse. Des miettes de pain, de petits bouts pointus et cassants comme des aiguilles de pin. Une étoffe pathétique que je laisse retomber en poussière sur la pierre noircie.

Je garde les yeux abaissés entre nos quatre pieds et ce petit monticule. Ce petit cinéma. Mes ailes se ploient en faisant plaindre leur alliage. Comme on referme nos mains autour du feu qui nait de la cheminée. Déjà deux ans auparavant je voulais être le seul à capter sa lumière. Dans son sommeil, je veillais sur ce trésor qui me faisait oublier les errances et gardait endormie la rage. Mais toujours, les rêves de violence venaient se briser comme des vagues aux frontières de sentiments nouveaux nés. On en était là, au temps de la trêve, sans annihiler la force de ses lueurs ou les saillies du fer. Était ce là vraiment ce qu'elle disait aimer ? Céleste, elle rêvait du boueux cloué à la pesanteur ? Du chien qui arpente les caniveaux de toute la merde des hommes ? Revenait au galop la peur et le besoin de tout renverser. Mais j'étais fatigué de me distraire des objets sans âmes. De tuer des étoiles. Il fallait essayer autre chose.

Envolée la colère sur mon visage. Et j'ose planter mes yeux dans les siens. Empaler la culpabilité qui émane de ses prunelles. J'applique ma paume salie sur le haut de son buste, marquer le cœur de la la fille d'une salissure oxydée. Je ne lui laisse pas le temps de battre une mesure de plus que ma bouche revient se presser contre la sienne. Avant ça, je l'emprisonne dans mes bras en songeant au gout du désastre que doivent avoir mes lèvres. L'élan me pousse jusqu'à rencontrer une paroi. La lumière que son corps émane est d'une intensité telle que je distingue plus grand chose. Elle est tenue serrée, si proche, très fort. Au diable les clous et la taule qui parsèment encore ma peau. Les paupières closes, je n'ai comme guide plus que mon geste cruel, né d'une insouciance nouvelle.

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Suie et étoiles - Narr.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Suie et étoiles - Narr.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A La Conquête Des Étoiles
» Les étoiles
» Un horizon peuplé d'étoiles scintillantes.
» Le quartier des étoiles.
» Un ciel remplis d'étoiles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Palais des bains-