AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Pauvres âmes en perdition...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pauvres âmes en perdition...   Dim 7 Sep - 17:10


Pauvres âmes en perdition...
avec Narr



La boutique tourne, j'ai un apprenti très efficace - et que j'exploite un peu j'avoue - qui s'occupe de tout et Othis m'attend à la maison.
Je pouvais donc partir l'esprit tranquille.
Je l'avais déjà tenté, il y a six mois, mais sans succès.
Mais entre temps j'ai croisé quelqu'un, quelqu'un qui sait tout ce qu'il se passer partout à Skies Kingdom : Hermès.
Et ça n'a pas manqué : il sait où se cache Narr. Une tarte au sucre et une baguette de pain et hop : moi aussi je sais où il se cache.
Me voilà de retour à la Cité Yubaba, un baluchon sur le dos. Ça fait plus d'un an que je ne suis pas venue ici. Les Pompokos y ont fait un si beau travail... Je pense pas que la Cité ait été aussi cool depuis sa construction !
Le Palais des Bains à bonne mine aussi, on dirait même pas qu'il a été détruit.
Je me mêle à la foule bigarrée d'humains et d'animaux et entre dans l'édifice.
Je demande mon chemin à un garde, il a l'air étonné mais m'aide quand même.
Je prends donc le premier escalier à gauche, descends dix marches, fais un tour sur moi-même, redescends quatre marche, tourne à gauche et traverse un long couloir puis de nouveau des escaliers, quarante pour être exacte : je suis arrivé dans les chaudières.
Elles portes bien leur nom, il fait chaud ! Et tellement sombre...
Pourquoi ça m'étonne pas qu'il se terre là-dessous ? Au moins il s'est trouvé un métier de ce qu'on m'a dit. Mais on m'a aussi raconté d'autres choses plus horribles...

"Narr ? T'es là ? C'est Muffin, tu te souviens ?"

J'ai pas la voix très assurée. C'est que j'suis ptêtre une vieille maintenant, mais j'aime toujours pas le noir !

codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 23

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Dim 7 Sep - 23:30




Des visions de l'enfer imprégnées de ce sentiment d'étrangement familier. C'est devenu tellement routinier que c'en était finalement rassurant. On s'y fait, au même titre que la chaleur étouffante des fonds du Palais, que les jets de vapeurs impromptus, que la moiteur... Non, ça en revanche, je n'y serais jamais converti. Passer outre, ça, j'y arrive. Des sons puissants résonnent dans tout le réseau de tuyauterie du plafond, je sais que quelqu'un vient. Un homme-chat sans aucun doute. Avec un peu de chance, il serait venu m'apporter un panier, quelques vivres... leur compagnie ne m'est pas très agréable. Ils savent mal dissimuler leur dégoût. Ils sont maladroits avec leurs bonnes intentions. Je ne peux pas m'empêcher de hausser le ton, je les fais fuir... ça résout le problème des commodités. Nos brèves entrevues ne me permettant pas d'échanger sur le beau temps, je m'aide des quelques légumes dont ils me font grâce. Je n'y touche pas. Ils sont en revanche riche d'information... Suivre la course des saisons par le biais de ces petites attentions s'était transformé en un jeu... Quel temps vais-je manger aujourd'hui ?

Je m'assied sur ma litière, elle qui fait face à la chaudière, un peu surélevée. Au dessus sèche mon linge, pendu à la tuyauterie de cuivre. La même qui goutte sur mon front sans discontinuer. Mes muscles sont encore tout engourdis. En me redressant, quelque chose tape le cuivre au dessus, ça tire dans mon dos. Mon visage s'aggrave. Ce ne s'annonce pas simple. J’essaie de faire un constat général de mon corps en courbant le cou, là encore, ça pêche. Je ne vois plus d'un œil. Chaque matin c'est un lot de nouveaux handicaps que l'on décompte comme des œufs de Pâques, les miens sont autant de petites épreuves sur un parcours du combattant. J'improvise. Après un bref état des lieux, je me laisse descendre du lit. Quelques chaussettes encore humides me suivent dans ma chute. J'ai ces grosses protubérances de fer dans le dos qui transforment mon ombre en celle d'un monstre préhistorique. Je m'en amuse parfois, à la faible lueur d'une lampe tempête et des diodes. A peine mon pied foule-t-il le plancher de l'estrade des noireaudes qu'un écho m'avertit bien de l'arrivée imminente de la personne... Ce n'est pas le visiteur que j'attendais. Ça me froisse. En même temps que cette coulée de rouille qui palpite dans mon dos. La ferraille ne fait pas très bon ménage avec mon nouvel habitacle. Je dois en avoir le dos maculé. Mon visage s'en sort quant à lui. Régulièrement, je passe le revers de mon poignet dessus pour l'empêcher de trop se salir. Ce n'est pas la panacée mais on y voit plus clair...

Quant à cette voix...  Elle brusque quelque chose qui avait été mit de côté. C'est synonyme de quelque chose de bon, je le sens, je brave ma peur première et m'avance. Des bouts de moi s'éparpillent sur le sol avec des « cling », des éclats... On tombe finalement nez à nez à l'embrasure de la pièce. De la vapeur masque nos portraits mais déjà, celui de l'autre s'en distingue. Je patiente, sans écarter la brume car une angoisse se met à presser mon cœur et coupe mon souffle. Non, surtout, ne pas essayer de se mettre à la place de cette personne. Ce serait me trahir. J'arbore une expression neutre au possible.

''Je me souviens. Oui, toi...''' Entre mes dents écartelées, un murmure.

Et ça claque dans l'air comme ça claque à l'intérieur. Un temps innomable s'était écoulé et j'avais rangé le souvenir de cette fille à l'écart de tout... et ainsi en conserver mais  voilà qu'elle reparaissait. Les années l'avaient distanciée de mon souvenir, c'était affreux, elle était affreuse car trop vraie, oui, comme une gifle, je recevais l'évidence que rien n'avait échappé au temps, à sa cruauté. Pourquoi fallait-il que elle aussi ? Pourquoi Muffin ? J'étais désemparé... ça devait se lire sur mes traits.... je ne sais pas. Je jette un coup d'oeil en biais à un tuyau qui longe mon coude... le cuivre ne réfléchit qu'une silhouette blanche bardée de morceaux noirs luisants... je ne distingue pas mes yeux. Je baisse la tête, écrasé. Mes mots sortent de ma bouche et c'en est pénible, ça tire. Je m'y reprends à plusieurs fois pour formuler d'autres mots. Des trucs au goût de sang encmbrent ma mâchoire, je ne cherche même plus...

''Je... je fais du thé.''

Car c'est tout ce qui me semblait le plus approprié de dire à ce moment... on croirait au contraire mais je n'avais à ce moment pas la moindre envie d'évoquer ces années qui nous avaient été volées. Je me détournais, m'enfoncais dans la pièce de vie surplombée par la litière du vieux Kamaji où je m'étais établis... je trainais mes pieds salis par le charbon vers les tiroirs et m'emparais d'une bouilloire qui m'échappais aussitôt des mains... mains striées par des lames et des canons de revolver. Les éclats de terre cuite se répandirent à mes pieds. Je demeurais vaincu, incapable de répéter les gestes que tout autre mortel aurait trouvé naturel.

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Lun 8 Sep - 19:26


Pauvres âmes en perdition...
avec Narr



Des cling et des clang m'accueillent. Puis une silhouette se dessine dans la brume des chaudières. Mais c'est vraiment une silhouette ? Il y a des angles et des piques à des endroits absolument pas naturels pour un homme. Et pourtant, il reste un homme à mes yeux. Mes yeux qui le découvrent petit à petit, à mesure que l'obscurité s'intègre à ma vision. Ne pas se mordre les lèvres, ne pas mettre la main devant la bouche d'effarement, ne pas écarquiller les yeux, ne pas... Oh mon dieu.
Ni Hermès, ni les Pompokos ont menti : le Facteur Cheval est en sale état, vraiment sale état...
Mais je dois pas montrer ma peine, il a en a déjà assez de son côté et sûrement de la part des Pompokos.
"Toi". Ce mot me blesse... Mais pas autant qu'il ne l'est lui.
Je lui laisse le temps de trouver ses mots. J'ai pas à parler, j'ai rien à raconter comparé à lui, alors je le laisse gérer la situation comme il le souhaite.

"Avec plaisir merci." je réponds à son thé.

Je cherche un endroit où poser mes affaires et mes fesses mais il fait trop sombre, puis il y a trop de tuyaux partout, sûrement brûlants. Je vais lui demander où me mettre quand quelque chose se brise. Je sursaute.
Je le regarde, prostré face à la théière en miettes.
Un petit soupire et je me dirige vers lui. Je prends ses mains, doucement, avec précaution pour ne pas l'effrayer ni me blesser. Je plante mon regard dans le siens.

"Le thé c'est has-been, on va s'hydrater de vapeur."

Je souris doucement.

"Tu m'as manqué Narr."


codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 23

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Mer 10 Sep - 0:09




J'aurais aimé lui rendre son sourire si je n'avais pas eu tout ce plomb qui caricaturait ma propre face. La figeait en quelque chose de cruel, drôle, peut-être même. J'ai trahis ce serment tacite disant que l'on se retrouverait, nous, nos soirées, l'alcool, les idioties, que tout serait conservé pour fêter nos petites cérémonies de façon éperdues. J'avais retrouvé les fraises de ses lèvres, de ses joues, ternies mais répondant à l'appel. Quant à moi et ces machines sorties de l'imagination d'un démon... je m'étais laissé surprendre, paresseusement.

Je demeurais interdis, incapable de remonter la pente de son regard pour accuser le coup. Il y a cette précaution d'une importance inédite qui doit accompagner chacun de mes gestes auquel je ne m'y faisais pas. L'intuition était jusque là mon seul mot d'ordre... Je devais me corriger aux fondements. J'étais tombé du nid.

Le métal qu'elle touchait m'était insensible. Le contact, lui, se répercutait dans ma chair, c'était sourd, d'autant plus doux, je la retrouvais, plus nébuleuse et effacée qu'autrefois. On surmonte le premier obstacle des retrouvailles. On le pulvérise par terre en occurrence... et plutôt joyeusement. Elle aussi avait perdu la puissance qu'elle tirait de sa naïveté d'autrefois.
Le menton relevé à sa hauteur, je retrouvais les mots, à tâtons.

''C'est jamais comme ça que l'on faisait cuisine...'' Je retrouvais un ton monocorde, précaire. Il n'empêche, ça coule, c'est l'important. Ma paupière s'ourle d'un pli placide et serein. ''J'espérais te revoir. Ne te coupe pas.''

J'ai la main qui tressaute un peu nerveusement dans la sienne, ça cliquette comme un sac de billes. Ça paraît moins aberrant. J'en profite pour m'emparer de son baluchon, j'y vais des deux mains, ou plutôt, je l'enserre de mes deux poignets. Il tangue légèrement mais j'y trouve un certain équilibre. Je l'abandonne contre la paroi faite de tiroirs d'herboriste avant d'aller m’approcher du gouffre de feu, l'endroit certes le plus chaud mais le mieux éclairé. Quelques noireaudes chargées de charbon s’excitent à mon passage. Arrêté au bord de la bouche infernale, je laisse mon attention virevolter parmi les braises. Je bannis naturellement l'affolement que suscitent nos deux corps, je n'y arriverais pas sans elle, c'est certain.

''Je ne pensais pas que les desserts m'auraient manqué un jour...'' Je ravale la rouille, prête à tout oxyder par devers moi. Un regard en biais, par dessus l'épaule, une invitation. ''Tu restes un peu, dis ?...''

Ma tête bourrée de tombes inhabitées...lisser le dialogue en demandait beaucoup.
code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Jeu 11 Sep - 18:58


Pauvres âmes en perdition...
avec Narr



Le sourire ne quitte pas mes lèvres, ça fait du bien après tant de tristesse et de peur.
Je ne remarque même plus vraiment les trucs métalliques qui lui sortent du corps ; ça se marie bien avec le décor des chaudières.
Je le suis, les yeux voltigeant partout dans la pièce que j'arrive enfin à distinguer. C'est peut-être bizarre mais je trouve que cet endroit correspond parfaitement au Narr actuel. Le mélancolique et torturé, enfin, plus qu'avant.
Je plonge mon regard dans le brasier et nous restons comme ça un moment.
On est deux abîmés de la guerre hein ? Pas les seuls, ça c'est sûr.
Je ris franchement à sa remarque. Narr envie de pâtisseries ? La guerre l'a vraiment changé en profondeur !
Je vais m'élancer vers mon baluchon poser contre le mur de tiroirs quand une question à la sensibilité étonnante me brise le coeur de tendresse.
Je pose ma tête contre son épaule et murmure :

"Evidemment que je reste, bêta."

On tient la pose. Je savoure ce contact oublié et pourtant si familier.
Puis je m'en vais fouiller dans mon baluchon. Ma main en ressort triomphante, présentant un cupcake pas encore fondu par la chaleur.

"Je savais qu'il me servirait !"

Et je reviens vers lui en sautillant, le sourire jusqu'aux oreilles.

"T'as dit que ça te manquait, t'as plus le droit de faire marche arrière !"

Et je lui tends, les mains à plat.


codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 23

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Sam 13 Sep - 12:15




Sa peau, son velouté, pressée contre la mienne et sa rudesse. Des réminiscences qui reviennent par vagues, nos instants, nos ententes... Je découvre l'Autre à chaque fois que je la vois, surprise sans cesse renouvelée. Parce que sa clientèle brasse les milieux, les origines, un mélange heureux. Muffin c'est cette palette aux milles nuances. Je me pose encore la question de la place que j'y ai. Elle brandit une friandise, élude tout doute avec candeur. J'envisageais de me jeter aux flammes. Là. Seulement si elle n'avait pas eu ce geste plein d'audace qui remettait beaucoup en question ma méfiance à l'égard de ces desserts. Ou comment ériger des montagnes sur un petit rien. Un sourire hideux scinde mon visage. Je sens ces baguettes de ferraille qui écartèlent et déchaussent mes dents. Au clair, je les trouve grotesque.

La voilà, la timide offrande présentée comme à une bête de somme. Je l'envisage sous plusieurs angles possibles mais à l'évidence, mes pinces ne me permettent pas de m'emparer du présent sans en blesser sa créatrice ou en le pulvérisant. Mon dépit me sort par les naseaux. J'aurais cru à de la vapeur à ce moment. C'est au dessus de mes moyens.

Je boude mon orgueil et la bienséance. Ma main vient, par en dessous, élever celle de Muffin à hauteur de mon visage. Je suis au fait de l'humiliation d'une telle scène, mais parce que c'est Muffin, alors tout devient humble, simple, respectueux. J'arrache le cupcake d'un coup de mâchoire puis retrouve position initiale. Mon sucre, donné comme à un cheval. J'en suis étourdi, j'ai le pourtour des lèvres maculé.

"-... C'est encore perfectible." Transparent de tout embarras. En apparence pour le moins.

Je reviens de loin, aussi. J'ai le palais qui se sature de sucre comme jamais. Je subis ça comme une agression, un médicament, j'ignore contre quoi, mais il m'ôte d'un certain poids, il soulage.

"- C'est bon." Ces mots pendent bizarrement à ma bouche. Je fixe le vague.

Puis ça me secoue, une onde brutale qui vole mon souffle. Je peine, je m'esclaffe, je cherche ma voix. Saisi de l'hilarité toute nue, un brin honteux, un brin défait. J'avais perdu la partie, laissé fondre des barreaux redoutables, enfin, c'est comme ça que je les conçois. Je faisais un menteur si amateur. Je contiens ce rire, dans ma gorge, il en ressort tout feutré. J'ose un regard vers Muffin, qu'en coin, la prunelle fuyante de surcroît.
Sa main libérée, je garde la mienne à portée de mon visage pour limiter les dégâts. C'est dégueulasse ce truc et tellement inapproprié, on aurait droit d'espérer un  miracle.

''- Ca change pas en prince charmant ce truc.. ?''

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Lun 15 Sep - 19:42


Pauvres âmes en perdition...
avec Narr



Il n'a pas l'air de trop savoir comment aborder la situation. Tu m'étonnes, il a les mains d'Edward de chez Tim Burton !
Alors que je réfléchis moi aussi à comment rendre la dégustation de ma douceur possible, il trouve une solution avant moi.
Alors qu'il porte mes mains à sa bouche, je souris en le regardant gober le cupcake. J'trouve ça mignon.
Il en a partout, sur tous ses ciseaux et autres ferrailles buccales.
Je fronce les  sourcils à sa remarque et pose les poings sur les hanches :

"Non mais ça oh ? Je suis pas la meilleure pâtissière des Landes et sûrement de Skies Kingdom pour rien !"

Puis comme d'hab' je défronce et je ris, un peu. Parce que ses mots ont sonné fort à mes oreilles. Je reste la bouche grande ouverte à gober les mouches pendant qu'il se bat avec le sucre coulant.
"Bon" ?!
Puis un petit rire résonne dans sa gorge métallisée. Ah, je comprends mieux ! Il se fout de ma gueule !
Je peux pas lui en vouloir, je rigole moi aussi, plus fort, franchement. Je lui donne même un petit coup de coude dans les côtes, histoire de.

Le sourire encore aux lèvres, je regarde le feu, un peu dans le vague. Un petit rire et :

"T'inquiète, t'en as pas besoin !"

Je dépose un bisou sur sa joue, là où il reste encore de la peau. Puis sors un mouchoir de ma poche et lui tends. J'veux pas le faire moi-même, il a sa fierté d'homme, d'humain même.

"Il est où Naufrage au fait ?"

Pas possible de le rater ce dadais, même dans une pénombre de chaudières ; alors s'il est pas là....?
codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 23

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Lun 6 Oct - 19:50








  Elle prend ce délicieux air à demi vexé, vocifère avec les mimiques d'une mégère aigrie par l'âge. Sous couvert de solidarité, elle se prend au ridicule. Un sourire un peu bêta flotte sur mon visage jusqu'au moment où Muffin me laboure du coude, avec affection. Je ploie sous la pique. Je l'avais bien cherché.

La candeur de nos échanges va ainsi bon train. L'amie me fait grâce d'un tissu que j'éventre pour m'en emparer et en tire bon effet bon gré mal gré. Puis la question tombe comme un mortier, sans crier gare et projète des gerbes de poussière sur mon enthousiasme. J'use de mon plus beau sourire cache-misère pour tâcher de répondre mais des échos dans les tuyaux au plafond avortent ma réplique. De l'obscurité tendue au dessus de nos tête surgissent de petits panneaux de bois peints en rouge, noir, ocre, tous ornés d'un motif différent, pendus à des ficelles. Cette apparition entraine la cadence des Noireaudes qui s'activent à alimenter les feux de toute la frénésie que leur petit corps le leur permet.

"Ça ne se bouscule pas là haut." Le constat m'arrache quelques secondes à la terre. Une idée bourgeonne.

J'ouvre les valves. Elles obéissent à la seule inflexion de mes pensées tellement cela fait longtemps que personne n'est venu les entretenir. La grosse roue du cieux Kamaji m'écoute elle aussi. Dans cette symphonie pathétique, je lève un sourcil en m'adressant à mon invitée, facétieux.

"Le temps de prendre l'ascenseur, l'eau sera à bonne température..."


HRP:
 


code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   Sam 15 Nov - 0:51


Pauvres âmes en perdition...
avec Narr



Il a pas le temps de répondre que plein de petit machins colorés tombent du plafond et oscillent au bout de ficelles. C'est bien la première fois que j'entre dans le Palais des Bains et encore plus dans ses chaudières : je sais absolument pas à quoi servent ces bidules.
Narr quant à lui, à l'air parfaitement à l'aise, comme s'il était chez lui. En fait, il est chez lui techniquement. Je sais pas si c'est son adresse officielle, du genre "Dans les chaudières du Palais des Bains, Cité Yubaba" qu'on écrit sur ses lettres je demanderai à Hermès mais en attendant, c'est bien son lit que je vois dans la pénombre, ses quelques vêtements etc.

Sa remarque sur la bousculade des étages supérieur m'aide pas du tout à comprendre l'utilité des plaquettes pendantes ni l’effervescence des noiraudes - quelles sont mignonnes !

Il actionne des roues, des manivelles et plein d'autres trucs, la vapeurs se fait plus présente, accompagnée d'odeurs aromatiques.

Son sourire déclenche automatiquement le miens ; toutes les raisons sont bonnes pour sourire. Puis la lumière se fait dans mon esprit. "L'eau chaude" dans un Palais des Bains, c'est pas un peu logique ? Sacrée Muffin périmée... je me sermonne.
Je m'approche du Facteur sans Cheval et glisse mon bras dans le siens, en évitant les lames.

"Je ne prendrais pas ta remarque comme un message subliminal sur mon hygiène corporelle et j'accepte volontiers un bon bain chaud !"

Je vois bien que quelque chose cloche à propos de Naufrage. Je devrais pas insister, je sais, mais la curiosité me grignote très fortement !

codage par langweilen sur apple-spring


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pauvres âmes en perdition...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pauvres âmes en perdition...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Palais des bains-