AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Louder (★).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Louder (★).   Lun 28 Juil - 5:29




Quand il marche ça choque dans sa mâchoire, comme sa colonne qui menace de se rompre sous tant de pression. Il est chargé comme un noyau de planète, très dense, tellement qu'il n'y a pas la place dans son enveloppe pour autre chose que cette rage. Quand il marche, au dedans, tout éclate, se condense puis pète encore. Sa peau c'est comme une cocotte fermée, elle pourrait bailler par endroit mais tout n'est que tension et dureté, rien de flottant. Quand il marche, il fait ronfler châteaux et remparts qui somnolent sous les fondations de la ville, ça lui remue les tripes toute cette ferraille pulvérisée. Au début, il en avait l'estomac renversé quand c'était trop chargé sous l'asphalte. Mais c'est finalement venu s'ajouter à la masse qu'il rumine constamment et qu'il doit garder crisper pour que tout ne... Il sait pas trop en fait ce que ça provoquerait, tout lâcher, laisser tout ce qui meurt d'envie de resurgir au clair. Tout le fer et toute les pierres raffinées par autant de mains d'homme. C'est inconcevable. Répandre tous ces démons de rouille c'est invoquer l'essence de la destruction même. Toutes les vieilles rancunes entre bourgs et anciennes histoires de clans ou de familles, tout ce fiel enterré vaut bien mieux à croupir là où il est. C'était un de ces soirs où, après avoir bu, un peu, Narr se sentait vulnérable à la multitude flottante des existences.

Alors il mettait une sourdine à son orgueil et s'en allait voir la personne qu'il croyait la plus inadaptée au Désordre, souverain de Yubaba. Son cœur hésitait, puis repartait, à un rythme qui était le même que celui d'un orage. Une flamme intermittente, forte. Les cheminées du palais obscurcissaient le ciel, c'était une nuit sans lune. Un chuintement feutré et le Facteur fut déjà dans le Palais. Faisant quelques pas dans la pièce, il laissait le paravent ouvert derrière lui. Les odeurs de charbon l'indifféraient. Il savait pertinemment que les employés se faisaient taper sur les doigts dès que l'on aérait trop, que ça faisait craquer les peinture, boursouflaient les papiers... Surtout qu'ainsi, le parfum des cuisines ne parvenait pas à la fosse d'habitants en contrebas. De là où il se tenait, il n'était pas question d'odeurs de cuisine ou de chaudière. C'était là, très haut, dans le Palais, au niveau des appartements domestiques que Narr se rendit. Il s'était, depuis un moment déjà, érigé une échelle de son cru en faisant saillir des anfractuosités du bâtiment quelques vestiges de tuyauteries. Il fallait être résolu pour hisser son propre poids pratiquement jusqu'à la cime du château. Ou légèrement imbibé. Il n'était pas le type d'homme à ruisseler comme une gouttière sous la chaleur, mais ce soir là, la moiteur qui embrumait le Palais en était presque visible. Et ces émanations, ces impuretés, pourquoi ne l'atteignent-elle pas ? Une irritation à peine perceptible se lisait dans les yeux du Facteur Cheval alors qu'il triturait tout ce qui lui tombait sous la main, là, dans le coffre d'effets personnels de Star. Pour ça, il n'avait jamais attendu d'invitations. Il n'était pas animé par ces obscurs calculs puérils qui visent à percer à jour le possesseurs de ces objets. Journaux intimes, boîte en coquillettes, dessins d'enfants, correspondances, non, rien de tout ça ne l’intéressait. Tout le contenu du tiroir bruissait au passage de ses mains brûlantes. Il s'empara d'une barrette qu'il l'avait vue porter un jour, dans les rues, quand elle ne le distinguait pas au milieu de la foule. Ses épaules s'affaissèrent dans un soupir, il prit l'accessoire entre ses grosses dents en pointe et entreprit de le mâchouiller comme un cheval le fait d'un mord. Ça cliquette comme un trousseau de clefs et ça a le goût du sang. Un goût qui restitue la clarté d'esprit. Il trifouilla encore un peu. Elle ne devait pas avoir finit de coucher le petit prince. Ce devait être un sacré cérémonial pour qu'il consente à aller au lit. Le Facteur n'en avait pas souvenir, lui. A vrai dire, depuis le temps qu'il arpente les royaumes de Skies Kingdom, il s'avère de plus en plus pénible de se remémorer de sa vie passé. Ce qu'il avait d'inscrit dans son registre partait en confettis à présent. De son enfance, il ne restait rien et ses parents étaient aujourd'hui réduits à deux silhouettes débiles, vacillantes. Il n'en disait rien à personne. Cela ne le mettait pas en danger, après tout, seulement que ça permettait de faire un peu de place. Il s'éveillait ainsi à un noir nécessaire.

Peu d'employés circulaient sur le palier à cette heure. Il était encore tôt dans la nuit. Il n'empêche que des pieds foulaient le plancher, derrière la porte, approchant. Ça avait été convenu de façon tacite, il était inconcevable que le Facteur soit aperçu dans le Palais, recherché qu'il était. Ignorant si Star était au fait des charges qui pesaient contre lui, il était surtout question de la réputation de la jeune femme au sein des murs des bains. Avec une certaine souplesse, le garçon à la crinière cramoisie fit quelques enjambées dans la pièce pour s'échouer à même une pile de draps, faisant abstraction au protocole. Le temps que La Petite Ourse (il se plaisait à l'appeler ainsi) achève de coucher le jeune monarque, Narr demeurait pétrifié dans une expression de calme expectative, la mâchoire crispée autour de la barette, tout engoncé dans les tissus et les poufs qui exhalaient un parfum frais.

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Louder (★).   Mar 29 Juil - 20:23

LE FACTEUR CHEVAL & STAR ★

Tristesse. Il y a trop de haine dans l'air, trop de mépris, trop de colère. Trop de rage, trop de conflits, trop de rancœur. Où est le bonheur ? Celui que tu recherches tant a disparu, il s'est envolé en même temps que les rires des enfants. Il s'est caché, terrifié par cette guerre incessante. Il a laissé sa place à la douleur, à la mélancolie. Le bruit des jeux, le son des musiques ... Depuis quand n'ont-ils pas résonné dans Yubaba ?

Tes étoiles n'atteignent plus personne.

Les gens sont devenus imperméables au bonheur, ils ne veulent plus le laisser rentrer chez eux, trop accablés par les évènements. Alors tu traînes dans les rues délaissées, lâchant derrière toi ta pluie d'étoiles, comme une étincelle d'espoir qui subsiste encore. La ville crie à l'aide, et maintenant que les gens restent cloîtrés chez eux, tu remarques les lézardes sur les murs, brèches béantes qui laissent pénétrer le malheur.

Tu as l'impression que la guerre a déjà tout ravagé.

Où est passé ton optimisme ? Tu t'affaiblis, et ton éclat s'atténue. Comme une étoile en fin de vie. Mais tout n'est pas perdu, car au Palais, réside encore l'Insouciance. L'Innocence, appelée Barthélemy. Celui qui permettra peut-être à ce monde de reconquérir les couleurs du bonheur. Celui qui te donne la force de continuer d'espérer.

Ton Ange de confiance.

Et alors que la nuit recouvre peu à peu le royaume des cieux, tu rentres au Palais. La Reine n'ose plus en sortir, enfermant avec elle ses frères et sans doute es-tu la seule qui puisse illuminer les journées du petit Prince. Alors jamais, jamais, tu ne manques vos rendez-vous quotidiens, avant de rejoindre le confort de ta chambre, un sourire sincère sur les lèvres, de ces sourires que plus personne ne voit en ces temps troublés.

Porte ouverte, visiteur inattendu, mais ton sourire ne s'efface pas.

« Narr, bonsoir. »

Quelques pas de danse, et tu t'approches de lui, sans t'offusquer de ses manières, de ta barrette entre ses dents, habituée. Déjà. Dans ta main, une étoile. Plus grosse que celles que ta peau génère naturellement, plus durable aussi. Plus brillante, même. Plus intense, porteuse d'un sens. D'un bout de bonheur, que tu veux faire partager. Que tu lui donnes, pour qu'il l'accepte sans rechigner.

On ne refuse pas le bonheur.

« Je suis contente de te voir. Comment vas-tu ? »

Spoiler:
 


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Louder (★).   Mer 30 Juil - 17:58




Mastiquer cette barrette, inlassablement. De cette façon, le Facteur étriquait le temps qui le séparait de la venue de son amie. Affalé dans les lessives, il se mit à fredonner un air dont l'origine lui échappait (tout comme une bonne partie des paroles). Il n'était sûr que d'une chose, elle n'était pas de ce monde. Sa voix fait trembler son thorax de moineau. Les pas dans le couloir achèvent leur course, le paravent coulisse. Un halo de lumière provenant du couloir cerne une silhouette à cinq branches.  Son scintillement se propage dans la pièce plongée dans l'obscurité.
Il jette un regard de biais à l'étoile inclinée vers lui. Une grimace étire ses lèvres. La lueur étincelle sur ses dents. Ça pique. Les yeux plissés, il élève son poignet pour tâcher de s'en emparer. Mais ses gestes sont maladroits, il manque de taper dedans, il l'effleure. Crever la nuit comme elle le fait ressemble à un crime. Au second élan c'est la bonne. L'étau du garçon se referme autour d'une branche... le poignet diaphane. Tombée, l'épingle.


'' - ... Star.''

Osant ouvrir les yeux, l'éclat révèle leur couleur farouche. Il desserre l'étreinte et prend l'étoile entre ses  doigts. La clarté atténuée au creux de sa paume, il peut envisager la pièce d'un regard plus franc ainsi que la fille. Il parle comme si on lui volait son souffle.

'' - Cette chaleur bizarre... J'ai du béton dans le ventre.''

Il se redresse légèrement sur son séant, genoux ramenés contre sa poitrine. Comment peut-elle encore s'enquérir du salut des siens ? On la croit à portée, à un bras de distance, l'étoile. Mais plus on la regarde, plus l'énigme s'épaissit. La vie serait un jeu d'enfant si Narr pouvait lever le mystère de cette générosité. Trop de richesse ici pour avoir idée de ce que c'est que d'être comblé, trop de richesse pour des êtres petits, petits comme lui. Il n'arrive pas même à soutenir son regard, il se sent complice d'un secret qui rend la compagnie de la gouvernante autant nécessaire que c'est insupportable. Tout comme s'il était enserré par la lumière, ça démange. Maintenue entre ses deux indexes, l'étoile née de cette nuit tournoie sur elle-même, par impulsion du pouce, comme on le fait d'un thaumatrope. Elle a beau ressembler à un jouet, l'amusement ne se lit pas sur le visage du garçon. On décèle seulement du doute dans son profil taillé au couteau.

'' - Tu brilles fort.'' Aucune émotion dans sa voix. Aussi, sa langue claque dans son palais, ça boue tout au dedans. Cette brillance lui semble exceptionnelle à cette nuit. Du moins l’espère-t-il. '' Mais la mélancolie s'empare de tout.''

Une moue incertaine, l'arrogance de ses rares sourires.

'' - Tu crois qu'elle existe la douleur qui dure toujours ?''

Spoiler:
 

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Louder (★).   Ven 8 Aoû - 18:41

LE FACTEUR CHEVAL & STAR ★

Sa main se referme sur ton poignet, mal assurée mais terriblement tangible, comme une menotte attachée entre la lumière et les ténèbres. Dans tes doigts, il y a toujours l'étoile, dont l'éclat semble atténué par ta traîne d'étincelles. Puis enfin, il s'en empare et la lumière change de main, emportant avec elle la part de bonheur que tu veux partager.

« Ce sont des papillons, Narr. Seulement des papillons de joie. »

Il n'y est pas habitué, sûrement. Tu te redresses, déambules dans la chambre, remarquant à peine ton coffre éventré et ses trésors dévoilés. Sous tes pieds, des étoiles, encore, parsemant chacune de tes allées et venues, s'incrustant dans le sol moelleux. Mais quand tu le regardes, quand tu observes son visage illuminé par le mini soleil à cinq branches qui tourne entre ses doigts, tu n'y vois que tristesse. Incompréhension. Doute. Narr est comme un enfant perdu, et tu ne sais pas si ta lumière sera suffisante pour le guider vers le bonheur. Tu l'espères, prière silencieuse vers celui qui t'entendra.

« Tu crois vraiment que la mélancolie s'empare de tout ? »

Tu te rapproches et t'agenouilles en face de lui, un sourire tendre sur le visage. Paume ouverte sous ses yeux, tu fais apparaître une nouvelle étoile, plus petite que celle que tu lui as offert, mais tout aussi brillante. Porteuse du même sens, de cette étincelle d'espoir.

« Tu crois vraiment qu'il y a de la mélancolie dans ces étoiles ? »

Tu déposes ta nouvelle œuvre sur son genou, une des pointes dirigée vers son cœur. Comme un message que vous êtes les seuls à pouvoir comprendre.

« Moi je ne pense pas. Tu sais, la douleur n'est jamais éternelle, j'en suis sûre. Elle finit toujours par s'estomper pour laisser place à quelque chose de plus heureux. Le béton, dans ton ventre, il se transformera en papillons. Et tu te sentiras plus léger. »

Nouvelle étoile, encore plus petite. Ton corps sera fatigué demain, mais tu t'en moques. Le bonheur n'a pas de prix mais il n'est pas gratuit non plus. Il demande des efforts, il se construit, doucement mais sûrement. Inlassablement. Il s'appuie sur ses émissaires, ceux qui croient encore en lui. Ceux qui savent espérer, qui ont la force nécessaire à ne jamais abandonner.

« Il faut croire en la lumière, Narr, il faut lui donner assez de force pour qu'elle puisse te porter. N'oublie jamais que les étoiles veillent sur le monde entier, elles nous bercent de leur aura dorée, elles nous protègent de la douleur. Et si celle-ci nous atteint quand même, c'est parce que l'on a pas assez cru en elles. »

Certains croient en Dieu.
Toi, tu crois en la lumière. Aux étoiles.
Tu espères.


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Louder (★).   Dim 10 Aoû - 11:29





  Elle accroche des images à ces fantasmes. La lumière vacille entre les mains du Facteur. Il poursuit cette vision sans se laisser l'accueillir. S'attacher à des mots devient douloureux en la présence de Petite Ourse. Ce soir, ça avait prit Narr au corps, de vouloir quelque chose de net, vraisemblable. Des papillons, des lucioles...Qu'est ce que ça tourne ! Ca ne tarit pas, la lumière, il ne s'y habitue pas. A cause d'elle, il distingue à peine le visage angélique penché vers lui qui lui fait présent d'une autre de ses flamme. Lui n'avait plus que cet air égaré sur le visage, celui qui fait rire les gamins. Chaque fois il se sent tellement vulnérable. Avec elle, la gravité des choses, du monde est indulgente... pourquoi cette impression qu'elle force sans cesse la vérité ? Il ne voulait pas reconnaître qu'il était du même avis. Que son discours était limpide, tellement que tout le monde aussi pourrait le dire. Seulement, elle n'était pas de ces gens fatigués qui ne pensent pas ce qu'ils disent. De là, Narr percevait quelque chose d'essentiel chez elle, autant que ce parfum dont il est sûr de respirer une bouffée à chacun de ses mouvements avec toute l'ingénuité de ses sens sans que rien d'autre ne les parasitent.

Mais cette nuit... cette nuit, il était las de devoir mettre du bonheur là où il n'y avait rien. À encaisser toutes ces chimères, ses pensées ne circulaient plus, cette fille en avait heurté l'équilibre. Il se sentait depuis traîner quelque chose d’innommable, inconsistant, mais qui naît, inexorablement et va s'emparer de lui. Sortir de cet aveuglement délibéré n'était pas envisageable pour ça. Le Trouble, c'était lui, Trouble devant l'être humain qu'il veut détruire et casser. Elle parle de rêve, sans cesse, où ce n'est pas la peine de souffrir. Il ne veut pas comprendre ce qu'il lui arrive, un rêve d'enfance peut-être qu'il tuerait à le lui décrire. Peu de doutes sur ce qu'elle sera devenue dans 50 ans, dans 100 ans... jamais lassée de sa lumière. En cela, il se sentait un peu héros, portant l'uniforme de la fulgurance, d'une vie que l'on sait brève. Il dodeline un peu de la tête, son visage ne peut figer le tumulte de sentiments qui plombent son crâne en une seule expression. Ses dents carnassières s'éclaircissaient d'un éclat tranchant au couvert de l'étoile.

'' - Tu n'es qu'une tricheuse... à t'y mettre à plusieurs pour chercher ton bonheur... avec toutes ces.. elles cachent les nuances...Il faut que les gens haïssent, que la palette se salisse.'' Une voix tremblante d'émotion.

Avec tous ces feux, il peinait à distinguer son visage. Il déploie ses mains au plus large de leurs possible autour de l'étoile. Découpant des alvéoles bredouillantes au plafond. Le garçon pouvait à nouveau nourrir ses yeux avec les traits de cette fille-fée. Il avait beau trouver ses lumières désagréables et stupides, elles éclairaient des régions de lui qu'il aurait cru perdues. En contrepartie, elle soulignait cette pesanteur qui le clouait en permanence, tout bardé de mitraille et d'asphalte. Ça n'était pas possible de se défaire de cette gangue. Il saisit que lui ne s’élèverait jamais. Plus il se fierait aux mots d'espoirs, plus lourde serait sa carcasse.

'' - Je ne veux plus jouer au jeu de la solitude.'' Sa voix ne tremblait plus. Il n'y avait plus trace de tristesse ou d'hésitation. Juste les prémices d'un orage. A peine eut-elle le temps de faire immerger un autre de ces astres hérissés que le Facteur Cheval écrase sa main dans la sienne. Une moue contrariée imprimée sur sa tête de piranha''Décroche.''

Petit capricieux laissé sur sa faim. Cherchant à provoquer une gifle de la réalité...

HRP:
 

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Louder (★).   Dim 24 Aoû - 13:42

LE FACTEUR CHEVAL & STAR ★

Tu tends la main, sans te lasser, vers l'enfant Narr égaré, perdu dans ce labyrinthe de lumière et, au bout de tes doigts, tes étoiles qui ne cessent de tomber. Rivière d'or se déversant sur le doute. Mais il ne l'attrape pas, ta main, il se contente de l'observer, grimace éclairée par l'étoile. Du feu dans les yeux. Et ses mots s'écoulent, eux aussi, accusateurs. Mouvement de recul sous la force de ses phrases, qui résonnent dans ta tête, encore et encore, sans que tu n'en saisisses le sens tout de suite. Elles se cognent de partout, envahissent ton esprit et te rendent confuse.

Tricheuse, tricheuse, tricheuse ...

NON ! Tu n'as jamais voulu tromper le monde avec tes lumières, et à abuser les gens, il n'y a rien à gagner. Le bonheur n'est pas la récompense du jeu de la vie, où les participants sont les habitants de ce monde, non ! C'est eux que tu veux rendre heureux, à quoi bon les berner ? Si tu triches, ils perdent. S'ils perdent, ils sont tristes. On ne trompe pas le jeu de la vie, c'est lui qui nous mène en bateau.

« Pourquoi, Narr ? Pourquoi les gens devraient-ils haïr ? Pourquoi perdre son temps à détester d'autres personnes, alors qu'on pourrait le passer à les aimer ? La haine rend triste, Narr, tu sais. Elle te tire vers le bas, elle t'entraîne dans les ténèbres, elle se moque de la lumière, elle lui tire la langue et s'en va en emportant ses proies. En emportant ceux qui haïssent, ceux qui ont du noir dans leur cœur, parce qu'ils n'ont pas laissé les étoiles les illuminer. Ils n'ont pas cru que la lumière pouvait les porter, alors ils ont haï. Et ils se sont perdus, trompés de chemin. »

Ta voix tremble mais elle n'hésite pas.

La lumière de l'étoile s'atténue alors, entre les grandes mains de l'enfant, et tes yeux se posent sur son visage, découpé par les ombres. Comme s'il se faisait avaler par les ténèbres. Est-il trop tard ? Non, jamais. Et sa main sur la tienne, quand bien même elle y appuie avec force comme pour t'écraser, ressemble à un appel à l'aide.

« Mais tu sais, Narr. Les gens qui haïssent, qui s'en vont sur le mauvais chemin ... Ils peuvent encore faire demi-tour. C'est parce qu'on est seul, justement, que l'on se trompe. Je ne triche pas, Narr, mes étoiles me guident. Et si tu me faisais confiance, elle te guiderait aussi. Et tu comprendrais qu'avec elle, le monstre de la solitude et de la haine ne peut plus t'atteindre. »

Tu resserres tes doigts autour de la main crispée du Facteur Cheval, avec force et tendresse.

« Je ne peux pas décrocher les étoiles, Narr, les vraies, même pour toi. J'ai essayé, mais elles sont trop loin. Mais tu peux me faire confiance quand même, non ? »

Spoiler:
 


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ancien Exilé
avatar

Messages : 179
Age : 22

Âge physique : 21
Âge mental : Ouhlala...
Groupe : Citoyen de Yubaba × ancien exilé
Dons : Déterre les ruines × lévitation
Chronologie : ×

MessageSujet: Re: Louder (★).   Ven 29 Aoû - 15:33




''Tu es bidon...''

Il s'était levé. Promptement. Il avait laissé le vide se creuser après les douceurs qu'évacuaient les mots de Star. Elle s’efforçait de briller, c'était attendrissant, il ne s'y laisserait pas prendre. Il avait senti sa main avait accueilli la sienne. Quant bien même elle brûlait, quand bien même cette étreinte était cinglante de douleur.  Et la façon qu'elle a de passer outre toutes ces peines, de ravaler les épines, de se glisser au travers... elle avait trouvé un être humain. Narr c'était pas ça, Narr a les dents pointues, le regard volatil, de la mitraille au creux du ventre. Sous couvert de la noirceur, il pouvait faire mine de ne pas être affecté par qui que ce soit. Mais quid de cette indifférence une fois que quand tout serait clair ? Tout s'arrêterait. Sorti de l'ombre, il fait peur. A la lumière, il les voit encore toutes ses tares, ses pensées mesquines. Star a écarté toutes les ronces, les plus opaques. Il ne pouvait deviner ce qu'elle pouvait se représenter au regard de ce jardin clos. Hors de question de s'offrir nu au regard de ce qu'il trouvait précieux. Là, les démons se poussent en désordre et il ne peut plus penser autrement que comme un éclair. Debout, il avait approché son visage du sien pour susurrer ces mots et planter ses yeux dans les siens comme deux petites lunes jaunes. Lâchant ce tonnerre qui n'avait ni matière ni lendemain, des mots crus et brûlés vifs. Se débattant avec le langage comme une bête qui ne veut pas mourir. Persuadé d'être invalide à tutoyer les anges comme elle excellait à le faire. Il s'était approché si près qu'il se serait presque piqué au nez de la fille. Il aurait pu cogner son crâne mais la candeur l'avait immédiatement refréné dans son élan. Et ça l'avait frappé, une déflagration qui lui souffla l'esprit. Star est responsable de tant de bouleversement en lui. Tant et si bien qu'il s'enivre à chaque fois qu'il la voit. De sa peau perlée, son regard vif, toute cette grâce. Les rêves du Facteur s'en nourrissent. Il est un triste chien
englué à son caniveau qui rêve de la nuée qui scintille dans les eaux croupies, envoyées de tout là haut et qui chuchotent combien le monde est beau. Beau de sa crasse et des merveilles qui se côtoient sans se mélanger, jamais. Il est là, à peine à quelques centimètres de son visage, prêt à détruire le secret et abattre tous les murs. Le temps se dilate comme une mer qui se retire avant qu'il ne commette la plus grande offense de sa vie mais... lui, il est le Facteur Cheval.

Il se dérobe,  croyant que le doute survenu l'espace d'une fraction de seconde le tuerait là surplace, sous le regard nébuleux de Star. Il sent que ses mots l'atteignent et qu'elle repousse leur cruauté. Elle les dépouille uns à uns, immunisée de la haine qui le transforme lui. Écumant un flot de pensées impardonnables, il fait quelques pas dans la pièce, dévoré par la lumière. La chose qui court sous sa peau depuis tout à l'heure le crève. C'est dans sa main, l'étoile qui scintille, intermittente. Comme si elle voulait battre la mesure de son cœur et l'irradier d'un autre rythme que celui de son sang. Son sang qui bouillonne, attisé par ce petit être insignifiant, objet de rêves vaniteux, inatteignables. Star se rendait-elle compte de la valeur de ses actes ? De Combien laisser choir ce feu entre des mains d'homme pouvait coûter... ? Du coin de l’œil, le Facteur l'interrogeait. La toise longuement, en silence. La mâchoire crispée dans l'expectative de il-ne-savait-trop-quoi, lui-même. Quelques secondes tombent et s'écoulent puis le temps se suspend. Toute instabilité quitte le corps de Narr.

Avec des gestes calculés, il rassemble ses mains autour de l'étoile... et se met à presser... presser, de plus en plus fort.

Mais le noyau résiste. La lumière gicle à son visage et les branches dérapent. Et aussi fulgurante qu'un cri, toute la baraque s'ébranle. Du sang goutte sur le plancher qui s'est mit à vrombir. L'espace d'un cri et les abîmes se déchirent. Le fer fend toute la pièce dans un bruit atroce. Les toiles des murs éclatent, la pierre cède comme du sable aux carcasses de rouille qui surgissent des sols. Les tuiles et la poussière se mêlent de concert dans un vacarme qui étouffe la plainte du garçon. Il prend la fuite, se jetant à la fenêtre, il est recueillit dans une main de fer qui s'écrase et disparaît dans la mer. La nuit reflétée sur l'onde frissonne et se replace, innocente.

code par trush, alias barthélemy sur Skies Kingdom



Mes précieuses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://technoplasme.tumblr.com/
de la Cité Yubaba
avatar

Messages : 254
Age : 20

Âge physique : ★ Vingt ans.
Âge mental : ★ Dix-neuf ans.
Groupe : ★ Cité Yubaba.
Dons : ★ Pluie étoilée.
★ Transfert d'émotions par les étoiles.
Chronologie : ★ Aux côtés des planètes.

MessageSujet: Re: Louder (★).   Mar 9 Sep - 13:32

LE FACTEUR CHEVAL & STAR ★

Mur de haine et de douleur, voilà ce qu'est Narr en face de toi, un mur sans oreilles. Comme une coquille remplie de colère incapable de s'ouvrir au monde, recroquevillée sur ses idées et sa souffrance. Incapable de laisser entrer la flamme de la passion. Incapable de comprendre qu'il est aimé, tant son âme est brisée. Blessée. Mue par une rage qui menace d'exploser à tout moment, avec violence.

Coquille instable qui fait mal au cœur.

Mais toi, tu persistes, car en toute chose, il existe une faille par laquelle peut pénétrer la lumière. Et malgré les difficultés, tu refuses d'abandonner, car ce serait comme l'abandonner, lui, enfant en détresse. Mais il rejette ton aide, il rejette tes mots et tes étoiles. Il te repousse et te crache ses mots au visage, que tu reçois comme des gifles brûlantes.

Des poignards dans ton cœur innocent.

Tu suffoques sous ses yeux accusateurs, tellement proches des tiens que vos cils pourraient se frôler et ta bouche reste muette, figée dans un cri, une hésitation. Les mots se sont envolés et ton éloquence a disparu, comme ces milliers d'étoiles qui se sont évanouies et qui continueront à jamais de le faire. Dans le silence qui vous entoure, tu n'entends que ton cœur qui résonne bruyamment dans tes oreilles, fort et rapide, comme s'il voulait s'éjecter de ta cage thoracique, pour montrer à Narr qu'il déborde d'amour pour lui. De tendresse.

Et puis tout explose.

Les mains du garçon se sont refermées autour de l'étoile, dévorant la lumière et les ruines ont jailli. Des bouts de ferraille, partout, des colonnes oubliées, transperçant le sol de la chambre et le Palais tout entier. Tu cries de surprise, de peur aussi, sûrement, t'abritant derrière tes bras pour te protéger des projectiles qui fusent. Tu es bousculée de toute part, et tu titubes, sans sentir la douleur dans ton corps, sans remarquer le sang qui coule de tes coupures, sans te soucier des bleus que tu auras demain, trop concentrée sur un autre but.

« NARR ! Où es-tu ? REVIENS ! NAAAAAAAAAAAAAAAARR ! »

Et le silence retombe, alors que tu restes bloquée, étoile prisonnière d'une prison de ruines. Tes vêtements sont déchirés, ton corps abîmé, par le fer qui a surgi sans se demander s'il y avait quelqu'un. Destructeur. Impitoyable. Mais tu es seule. Oubliée, comme une étoile solitaire perdue au milieu de sa galaxie de métal. Et sur tes joues, des perles de lumière, seules traces de ta douleur.

De la souffrance de l'abandon.

TO BE CONTINUED ...


Envie d'un code (rs, bal, rp) ? - C'est ici que ça se passe ! ★
#ff6600
Image d'avatar by Narr d'amour ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Louder (★).   

Revenir en haut Aller en bas
 

Louder (★).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Louder (★).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Palais des bains :: Appartements-