AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Une mélodie se finit dans la solitude. [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une mélodie se finit dans la solitude. [Pv]   Dim 4 Mai - 23:19

...


    La nuit s'élevait, la campagne paisible s'habillant de couleurs sombres. Les rumeurs de la cité, au loin, comme un chœur lointain, murmuraient. Le silence s'installait doucement.

    Pour Gymel, c'était la fin de sa première journée dans ce nouveau monde. La cité, intense, bondée, cacophonique, l'avait épuisé. Alors que le soleil déclinait, il avait décidé de fuir, et s'était retrouvé à marcher à travers la campagne. Il n'arrivait pas à s'habituer à ce changement d'univers. Lorsqu'il regardait le monde qu'il n'avait jamais vu, et qu'il se rendait compte qu'il ne reverrait jamais plus celui qu'il avait connu, il était pris d'un léger vertige. Au moins, son visage restait impassible, et il cheminait sans que personne ne le dérangeât.

    Gymel revoyait en pensée tous les visages qu'il avait croisé en ce premier jour. Toutes ces personnes étaient comme des spectres pour lui. Pas habitué à son "don", il s'était senti assailli par un masse d'émotions étrangères et incontrôlables et n'avait pu engager de dialogue cohérent avec personne. La populace s'était peu à peu transformée en masse monstrueuse à laquelle il n'avait pu tenir tête. Il serra presque inconsciemment le cahier de papier à musique qu'il tenait contre sa poitrine, et ralentit le pas. Au moins, il avait encore sa musique, son amie qui ne l'avait jusqu'alors jamais trahi. Mais sa tête était vide de toute harmonie ou mélodie, tout comme son cahier était vierge. Il sentait en lui un vague trouble qui condamnait sa pensée à un silence oppressant et tourmenté. La musique était peut-être en train de l'abandonner.

    Alors qu'il gravissait une colline, un hurlement étouffé résonna en sa mémoire, comme une fausse note déchirant un orchestre. Il se souvint de la veille, un hier si proche et si lointain. Un autre son, plus sinistre encore, traversa son esprit, un craquement terrible, sourd, affreux. Des doigts brisés. Les doigts de Jean. Il avait évité ces yeux toute la journée, des yeux remplis de larmes et d'incompréhension. Les yeux d'un ami trahi, d'un homme dont la vie était peut-être détruite.

    "Cela valait-il la peine? Cette nouvelle vie, ce nouveau paysage, ces merveilles? Cela valait-il la peine?"

    Gymel baissa les yeux et de ses paupières fermées laissa échapper une unique larme. Avec une grimace aigre, il essuya prestement ses yeux et pressa le pas, ses yeux absents dirigés obstinément vers le ciel.

    Arrivé en haut de la colline, Gymel jeta un regard morne sur les vastes champs qui s'étalaient sous lui, les vertes montagnes, au loin, les étoiles scintillantes. Le monde où il se trouvait ressemblait à un rêve. Il comprit soudain deux choses : Il était seul, et tout cela ne valait pas la peine.

...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une mélodie se finit dans la solitude. [Pv]   Dim 11 Mai - 11:33

Les plaines et la nuit. Immense étendue d’herbe bleuie par la couleur du ciel et l’éclat des étoiles. Quelque chose de vaguement aquatique. L’odeur du gazon à cette heure-là avait toujours quelque chose de particulier. Ressortait-elle à cause du silence ambiant ? La seule chose à entendre était peut-être le souffle de la terre, lent, fort, qui absorbe tout notre être. Tout devient plus intense, la nuit. Et les étoiles ont l’air tellement plus proches quand rien n’entrave leur beauté… Une sorte d’objectif à atteindre lorsqu’on remonte la colline. Allez, on monte encore un peu, encore un peu, encore un peu et on pourra toucher les astres. L’horizon s’était éteint avec le soleil. Tout semblait un. Tout semblait être à sa place mais rien ne semblait suivre un ordre. Sol et ciel se mêlaient l’un à l’autre. L’odeur de la terre et la lumière calme et froide des lunes, des planètes et des soleils. Tim croyait parfois marcher dans le vide.

Thym avait décidé de faire pousser de l’écorce sur sa pauvre petite peau toute froide. L’air de la nuit ne lui avait jamais vraiment plu. Si avant il appréciait la solitude qu’impliquait le coucher du soleil, le soir n’avait plus aucun intérêt aujourd’hui. Cela faisait des jours qu’il marchait complètement seul dans les landes de Calcifer. Excepté quelques oiseaux, il n’avait croisé personne. Et oh, évidemment, il pouvait parler un peu aux brins d’herbe qui s’allongeaient sur la brise… mais ils se révélaient vite ennuyeux. Alors Thym avançait, sa peau couverte de croûtes brunes. De loin, on aurait pu croire à un ourson. De près, il ressemblait plutôt à l’enfant abandonné d’un monstre. La peau noire, rugueuse, les yeux verts, brillants, les cheveux blonds, dansant dans l’air frais de la nuit. Le garçon posa ses mains sur sa bouche, souffla un peu de chaleur dans ses paumes et se frotta les doigts. La route allait être longue. Longue et silencieuse. Ses jambes commençaient à trembler sous l’effet de la montée. Allez ! Plus que quelques pas et Thym allait enfin pouvoir s’allonger et dormir un peu. Un, deux, trois, quatre, cinq…

En cette heure nocturne, le petit garçon avait failli ne pas remarquer la silhouette qui se tenait debout au sommet de la colline. Son cœur battit plus vite. Les lèvres de Thym étaient gercées à force de ne plus parler, il passa prestement sa langue sur sa bouche froide. Ses pas se firent silencieux. Depuis le début de son voyage, l’arbrisseau avait appris à ne pas faire confiance à tout le monde, à Skies Kingdom. Mais en même temps, il se sentait tellement seul… Et puis, il n’avait rien à perdre. Il avait seulement une petite gourde d’eau sur lui, et des vêtements un peu salis par la route. Il s’arrêta, pris par l’hésitation…
Oh, et puis tant pis. Thym ferma les yeux et fit disparaître la mousse et l’écorce qui s’étaient installés sur son petit corps. Histoire de ne pas effrayer l’inconnu. Il cacha un peu sa gourde et s’avança tranquillement, en frottant un peu ses pieds contre l’herbe pour ne pas faire peur à l’étranger dans une apparition soudaine.
Oh! L’homme était grand, vu d’ici.

« Bonjour, monsieur. »

Thym plissa les yeux pour essayer de mieux le voir. Il avait l’air un peu triste…

« Il fait nuit et je me sens un peu seul… Et vous avez l’air de vous sentir un peu seul aussi… Je pensais qu’on pouvait peut-être se tenir un peu compagnie ? Si ça ne vous dérange pas ? »

Thym ne voulait pas avoir l’air désespéré mais il l’était légèrement. Même s’il aimait bien être seul, il lui fallait un peu de chaleur humaine de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une mélodie se finit dans la solitude. [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'être humain est armé contre beaucoup de choses, mais pas la solitude.
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés
» Devenir Receleur dans les RR, possible ?
» Casting de théatreux dans une cave enfumée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Plaines-