AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Havre de Paix ○ Riddler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Havre de Paix ○ Riddler   Lun 28 Avr - 23:59

Havre de Paix  . ○ ☁
« On ne devine guère les cendres mêlées au pollen lorsque le vent les porte ensemble à nos narines (...) »

☁ ○ Un havre de paix. Une sensation chaleureuse emplissait le cœur de Mlle Lunette quelque soit l’objet sur lequel elle posait les yeux. Pouvait-on dire que son rêve devenait réalité ? Oui. Elle avait passé trop de temps à sillonner des terres inconnues, se languissant d’un « chez soi » qu’elle avait perdu pour toujours. Le pensait-elle du moins.
Oui, le joli petit appartement pour lequel elle s’était battu toute une vie durant n’était plus. Enfin, il était toujours, quelque part, loin là bas, « sur terre ». Dans cet autre monde lointain dont l’existence lui semblait de plus en plus abstraite, au fil des ans. Il était temps de tourner la page. De se poser. De grandir, peut être. Quand elle y pensait, Pénélope avait presque honte de sa bohème. Elle avait vécu deux ans de perdition la plus complète, sans attache, ne sachant ou se mettre. Il était vrai que sa faculté de produire des nuages à qui-mieux-mieux n’avait pas toujours été facile à vivre. Au début à vrai dire, elle avait eu très peur. Lorsque les volutes s’échappaient, la sécheresse gagnait sa gorge et la fatigue ses muscles, elle se sentait désorienté. Pénélope avait eu l’impression d’avoir été transformée en locomotive humaine. On l’actionnait contre son gré et contre toute logique, au détour d’une journée paisible, d’un chemin ensoleillé. Que savez-vous des sentiments d’une locomotive ? Pensez vous qu’elles aient toutes souhaités ces vies harassantes, sans attaches et pourtant enchainée à des chemins tout tracés, de barres et d’acier ?
Mais c’était un mensonge. La jeune femme n’était pas enchainée. Au contraire, en arrivant à Sky Kingdom, elle avait gagné sa liberté. Elle en avait certes payé le prix, mais ce voyage constant à la poursuite de l’humidité était rapidement devenu un plaisir, une aventure. Si elle avait voyagé pendant deux ans sans relâche, ca n’était pas par contrainte. Cette épée de Damocles elle se l’était créé elle-même, elle avait conçu un prétexte. Lentement mais surement, elle avait prit conscience de ce prétexte… Et puis un jour, on lui avait dit aux Landes « Vous pouvez rester, vous savez. »

Lunette avait vécu un choc, ce jour là. De Bonheur, sans doute. Malgré son périple, elle n’avait cessé de toujours repasser par ces contrées douces et chaleureuses, accueillantes. Le climat y était plutôt favorable à sa « maladie », la nature un paradis enchanteur. Tout lui correspondait et lui plaisait, ici. Tant et si bien qu’elle n’aurait jamais cru une telle opportunité possible – Pénélope avait cette mauvaise manie de ne pas croire en ses propres chances. Et voilà qu’elle se tenait dans cette maisonnette un peu à l’écart, toute blanche, au beau milieu des champs de fleurs et abords du lac qui, ce jour là, miroitait de tout son soul.

Presque timide, Lunette avait posé sa main sur sa poignée claire pour ouvrir lentement la porte d’entrée. À chaque fois qu’elle faisait ce geste, elle se disait, avec assurance –dans sa tête cependant, elle avait rarement de l’assurance ailleurs- « C’est ma maison. ». Cette affirmation avait quelque chose de merveilleux. Ainsi sur le rebord de sa porte, elle se perdit dans la contemplation de la clôture de planches neuves qui marquait les limites de son nouveau jardin. Une nouvelle vie commençait, paisible, à son goût. Elle avait fait la veille un bref tour des voisins pour les informer de son emménagement, il ne restait plus qu’à aménager l’intérieur, dans l’insouciance. 


Petit et simple. Désolée pour l'attente (moi je l'aime bien cependant .__.) je serais plus régulière maintenant que je suis lancée, promess ! Tu as carte blanche pour malmener Pénélope, maintenant (rire) (non, soit gentille é__è)
Revenir en haut Aller en bas
des Landes de Calcifer
avatar

Messages : 382
Age : 19

Âge physique : Ving-cinq ans.
Âge mental : Vingt-huit ans.
Groupe : calcifer
Dons : Modifications vocales : C'est trop cool, je peux imiter ta grand-mère. ▬ Multiplication : Et là, je peux mettre une autre moi pour l'écouter parler.

MessageSujet: Re: Havre de Paix ○ Riddler   Dim 15 Juin - 13:03

C'est bien connu; les canards vivent dans l'eau. Toi même tu le sais, Riddler. C'est pour cette raison que tu viens ici, pour leur courir après, les attraper et leur faire des bisous dans les plumes. Les gens ne diront pas le contraire, tu es étrange. C'est ce qui te rend unique.
Lorsqu'il fait beau, le lac brille de milles feux grâce au soleil. Et les canards sortent leurs si belles plumes vertes et grisâtres. Ils sont beaux, magnifiques. Tout t'y es connu. Tu as nommé celui le plus à droite Gregor, celui du milieu Alexandra, et celui tout à gauche Travolta. Tu trouvais que ça leur allait bien; surtout pour Travolta. Fière de toi, tu souriais à chaque fois que tu les voyais et ils te regardaient normalement, n'ayant strictement rien à faire de toi. Mais au fond, tu te doutes qu'ils te craignent et qu'ils te vénèrent comme leur mère. Mais ce n'est pas le cas; c'est juste dans ta tête.
Autour de ce lac, les gens te reconnaissent comme étant la fille qui court après de stupides volailles. Et toi, tu les reconnais par leur nom. Parfois tu leur souris, avec toute tes dents sorties. Parfois, c'est juste un sourire, pâle et presque abandonné. Tu les connais pratiquement tous. De visage. Tu les surnommes, parfois. Tu n'écoutes pas ce qu'ils disent parfois sur toi. Tu t'en fiches, ça te convient comme ça.
Aujourd'hui, c'est un jour comme hier. Aujourd'hui, tu vas sourire et rire, encore et encore. C'est ainsi que cela fonctionne. Mais aujourd'hui, Ridd, il y a quelqu'un d'inconnu dans le coin (et tu sais très bien que le mot coin n'est pas ici pour faire un jeu de mot avec les canards). Alors tu te décides, tu vas par là, abandonnant tes amis près du rivage. C'est une petite maison, tu n'y avais jamais prêté attention avant. Du coup voilà, tu es intriguée. Tu cours dans cette direction et quand tu arrives presque à la porte, elle se ferme. Tu te retrouves devant sans savoir quoi faire. Alors tu toques.

à croire que c'est normal



Signature de Eraser; enfin je présume./meurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Havre de Paix ○ Riddler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reconstitution du Havre -
» Que faire au Havre ?
» Tournoi au Havre le mercredi 28 mai 2008
» [PB]Dedouanement au port du havre
» à la recherche d'un joueur de MTG du Havre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Lac-