AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Welcome to World's End

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
de la Terre des Noiraudes
avatar

Messages : 454
Age : 24

Âge physique : 21
Âge mental : 27
Groupe : Terres des Noireaudes
Dons : Persuasion
Anesthésie

MessageSujet: Welcome to World's End   Mar 22 Avr - 18:44




Welcome to World's End

Ra-Ra-Rasputin !



C'était l'histoire d'un mec qui ne savait plus trop quoi faire dans un monde qui avait bien trop changé. Un mec qui était au début le moteur du changement, puis juste un simple pion. Un mec qui avait bravé la mort une fois pour terminer son travail, et qui avait vu ce qu'il souhaitait. La cité dans un carnage. Manque de bol, c'était aussi l'histoire d'un mec qui s'était vu dépassé par les événements, et qui au final, n'aurait jamais ce qu'il méritait. Le pouvoir? Trop peu pour lui. Ce qu'il voulait, c'était laver son honneur. Qu'on le voit comme un sauveur du peuple, et non comme un dictateur en puissance. Ce mec la, c'est toi.

Du coup, tu t'étais barré de la cité. Ils ne veulent pas de toi? Très bien. Tu irais sauver d'autres personnes. Mais d'abord, fallait rentrer dans les noireaudes. Et ça tombe bien, tu savais ou te planquer pour les quelques heures suivantes. La vieille cabane dans l'arbre. Sauf que, en y arrivant, bah...t'as entendu du bruit. Armé seulement de ton courage, t'es rentré quand même. Okay, tu t'attendais pas à ça. L'ancien prince de Yubaba ? Voyons. Tu peux pas le laisser comme ça. Tu détaches son bâillon et tu le montes sur tes épaules comme un sac à patate. Tu comptais rester ici, au début. Mais franchement, tu n'es pas un monstre, autant le ramener à la cité. Et voila que tu redescend l'échelle, et que tu le poses sur ses pieds avant de commencer à détacher ses cordes.

Bon dieu, toi aider un Trafalgar ?




Thème d'Erwin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Mer 23 Avr - 15:21




pause pipi

barthélemy •• erwin & clyde

Barthélemy pavane. C'est sûr, il a réussi à se faire capturer comme une vulgaire chaussette. Comme une fille, même. Il pense à tous ses vilains ennemis qui ont bien du rigoler en entendant la manière dont il s'est fait prendre. Mais le petit Prince, lui, il connaît la vérité. Il sait qu'il a fait exprès de se laisser kidnapper, qu'il a encaissé le coup avec un sang-froid remarquable dans le seul but d'infiltrer les camps adverses. Le truc, c'est qu'il s'en est pas rendu compte sur le moment, il a juste laissé fonctionner son instinct. C'est logique. Même si aujourd'hui, il a pas encore tout compris, à vrai dire.

Au début, c'était vraiment marrant. Les bonhommes passaient souvent le voir, pour le questionner, le nourrir, ou encore le divertir. Puis il avait toute la cabane pour lui. Et un magnifique ballon de foot. Alors il était bien content. Et les monsieur étaient pas trop méchant.

Et puis, ils ont commencé à se faire plus pressant, plus menaçant. Du coup il leur a montré ses supers pouvoirs. Ses talents innées en art martiaux. Sa technique redoutable de karatéka. Il peut vous l'assurer, ils ont pas fait les malins. Puis quand ils ont appris qu'il connaissait les soustractions à virgule, le petit prince a provoqué en eux une admiration totale, comme d'habitude. Du coup...

Du coup ils l'ont attaché.

Mais Barthélemy, il est pas bête. Même s'ils lui disaient que c'était parce qu'ils ne pouvaient plus rien faire de lui, que tant qu'il arrêterait pas de mentir, il n'aurait plus la liberté, au fond, lui il savait bien que c'était juste parce qu'ils avaient trop peur de sa colère. Alors il les a laissé faire.

Et puis ils lui ont fait la chose la plus horrible de sa vie entière. Ils ont crevé son ballon devant ses yeux. Barthélemy il a beaucoup pleuré. Il a compris que c'était vraiment des vrais méchants. C'est ce jour là qu'il a décidé d'écrire à sa sœur. En allant faire pipi, il avait réussi à troquer un pigeon voyageur à un monsieur tout rabougri contre ses souliers vernis. Après avoir semé les gardes.

Seulement, quand ils l'ont retrouvé, ils étaient vraiment pas content. Alors ils l'ont attachés, et bâillonné. C'était nul parce que du coup ils pouvaient plus leur chanter des chansons et leur compter ses exploits en tant que chevalier de la garde. Il a très vite compris que ça les embêtaient plus eux que lui.

Alors ils furent de moins en moins nombreux à venir le voir. De moins en moins souvent. Barthélemy s'ennuyait beaucoup. Il pleurait aussi, mais ça il vous l'avouera jamais. Puis c'était juste parce qu'il repensait à Wilfried, son ballon.


Et puis depuis hier, Barthélemy il est tout seul. Et il a super envie de faire pipi. Et il a l'oreille qui le gratte. Et quand le drôle de monsieur passe la porte de la cabane, et le débâillonne, il comprend que finalement Batilda est venu à sa rescousse. Il lui laisse même pas le temps de parler, à peine sur son dos qu'il redescend de la cabane. A peine posé à terre qu'il lui défait ses liens.

Et Barthélemy il s'empresse donc de faire pipi. Devant le monsieur.

« Eh bidule, tu veux pas remonter chercher Wilfried s'il te plaît ? C'est mon ballon de foot, tu le reconnaîtras facilement, il ressemble à un ballon de foot. En fait les méchants, ils l'ont sauvagement éventré, alors je pense que ça serait bien de l'enterrer, tu vois ? C'était un brave soldat, il méritait pas de finir comme ça. »

Il range rapidement le tout, s'étire et reprend :

« Tu vois, je pensais que c'était Batilda qui viendrait. Mais en fait t'es moins rose. Et moins belle. Enfin moins beau. Et t'as pas le truc qui brille au milieu du front. »

Il regarde distraitement autour de lui et cherchent les autres gardes du palais autour de lui. En constatant qu'ils sont pas là, il se dit que c'est vraiment chouette parce qu'il les aime pas trop. Surtout le gros Billy.

« On peut aller se baigner ? J'ai super chaud, et faut que je reprenne ma formation de pirate. Je suis un homme assez occupé en fait. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Mer 23 Avr - 18:29

Tu l'as suivi, ce gueux qui pensait s'emparer de Yubaba, ce dictateur en puissance. Pensait-il sincèrement qu'il allait s'en tirer comme ça ? Non, évidemment. Tu ne savais pas trop quoi faire. Tu ne savais même pas pourquoi tu l'avais suivi. C'était flou dans ta tête. Tu sens le froid du pistolet contre tes reins. Pourquoi est-ce que tu avais ça ? Tu ne savais pas. Machinalement, tu l'avais pris, en sortant de chez toi. Au cas où, tu t'étais dis. Si jamais la révolte tournait mal, que la Reine Rose revenait encore plus puissante. Tu ne savais pas. Mais tu étais partie avec un doute, une méfiance. Tu préférais ta batte, sans conteste, mais elle était là surtout pour effrayer.

Et puis il y a eu le rouquin qui est apparu. Celui qui vous a tué, a fait saigner Yubaba. Il a voulu vous rallier à sa cause. Et il est parti. Il cache quelque chose. C'est ce que tu t'es dis. Alors tu l'as suivi. Tu ne pouvais pas le laisser faire n'est-ce pas ? Tu as perdu sa trace quand tu es entrée dans les Noireaudes. Tu grimaces. Vivaient-ils vraiment ici ? Il fait chaud, c'est aride, sableux... pourquoi n'étaient-ils pas acceptés dans les Royaumes ? C'était vraiment trop cruel de les faire vivre là, les exilés. Et puis tu l'as vu, là, avec un baluchon sur les épaules. Non. Ce n'était pas un baluchon. C'était un corps. Il avait tué quelqu'un ! Tu te figes. Tu vois les jambes bouger. Des jambes d'enfant. Bon, le point positif, c'est qu'il était vivant. Le point négatif, c'est que tu l'avais reconnu, le gosse. Barthélémy. Ton petit Barthélémy. Tu te figes un instant. Il l'avait kidnappé ? Il n'était pas parti avec sa sœur ? En plus d'être un meurtrier, il était un kidnappeur d'enfant ? Et qui sait ce qu'il lui avait fait ?

Tu perds ton sang froid, sors ton pistolet. Tu t'approches du rouquin, dans son dos, le pose sur son dos.

«  Toi ! Eloigne toi de lui ! Tout de suite ! », lui aboies-tu.

Il n'a pas le droit de toucher aux enfants. Il n'a pas le droit de toucher à Barthélémy. Le monstre. Il t'a fait perdre ton sang-froid.
Revenir en haut Aller en bas
de la Terre des Noiraudes
avatar

Messages : 454
Age : 24

Âge physique : 21
Âge mental : 27
Groupe : Terres des Noireaudes
Dons : Persuasion
Anesthésie

MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Mer 23 Avr - 18:45




Welcome to World's End

Ra-Ra-Rasputin !



Parfois, aider les gens, c'est bien. On te reconnait socialement, tu deviens quelqu'un de respectable et de respecté, et les gens sont contents de te connaître. Et puis il y a toi. Quand tu fais une bonne action, on te considère comme le dernier des enfoirés, et on te punit. Et cette fois encore, le karma s'est acharné contre toi. Non content de te refiler un gosse bavard, chiant et trop autoritaire pour son âge, voila que tu te retrouves avec quelque chose braqué dans le dos. Semaine de merde.

J'ai rien fait, il était la, je l'ai juste sorti et jlui ai retiré ses chaînes.

Et tu lèves les mains en l'air, comme pour admettre ta soumission. Tu supposes que c'est un canon, que tu sens dans ton dos, et même si la balle, à cette hauteur la, ne te tuerait pas, elle aurait tout de même beaucoup de chances de t'emmerder plus que tout. Tu te retournes, calmement, et tu baisses ta tête vers sa main. Une arme, youpi. Tu essayes d'approcher calmement ta main d'elle pour régler le problème en esquivant le bain de sang, et tu soupires.

Pose ça. Demande au gosse, il te le dira lui même, je n'ai rien fait.

Et puis ta main touche son bras. Pas celui qui a l'arme, l'autre. Tu ne agrippes pas, tu restes calme, doux et tranquille. Manquerait plus que tu prennes une balle, la.




Thème d'Erwin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Mer 23 Avr - 19:20




Batilda

barthélemy •• erwin & clyde

En fait, c'est sa lumière qu'il reconnait en premier. Puis  sa tête blonde. Puis son sourire. Puis, pour finir, il l'entend hurler. Mais Barthélemy il aime pas les gens qui crient. Et il veut aller voir la mer. Tout de suite. Et en plus Clyde elle tient un pistolet. Lui il a jamais eu le droit d'en avoir un. Et c'est vraiment pas juste.

Batilda, si elle avait été là, il aurait pas eu à se soucier de tant de problèmes. Parce qu'elle aurait bien voulu aller à la plage.  Depuis quelques jours, il avait presque réussi à la faire sourire. A retrouver la vraie Batilda. Il y était presque, il le savait. Il était fier.

Il écoute pas le rouquin répondre à petite Clyde. Il ne sait pas ce qu'il va provoquer. Mais lui en fait, il en a marre. Ça fait quand même plusieurs jours qu'il est resté là. Presque seul. Alors en tremblant les lèvres, simplement. Si simplement.

« Mais moi, je veux voir Batilda. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Mer 23 Avr - 20:07

►  Mais moi, je veux voir Batilda.  


Tu trembles. Il va la voir, Batilda, tu te le promets. Mais d'abord, tu dois l'éloigner du rouquin. Il est dangereux, ce rouquin. Tu commences à briller, sans le vouloir. Quand tu as peur, quand tu ne te contrôles pas, tu brilles. Comme une étoile. Plus qu'une étoile même. Tu ne t'en aperçois pas dans un premier temps. Mais tu te mets à briller, briller encore plus, briller plus encore. Tu commences à le voir que ta peau devient fluorescente. Tu serres les dents, tente de contrôler ta peur, tes tremblements. Tu avises les mains levées du rouquin. Tu regardes Barthélémy. Il a l'air si fragile le pauvre. Si brisé.

 ►   Ça va Barthélémy ? Il ne t'a rien fait ?


C'est vraiment un monstre. Comment il peut faire ça à un gosse ? Cette fois-ci, ce n'est plus la peur qui te fait briller. Plus uniquement en tout cas. C'est la rage, une colère sourde contre ce type qui osait faire ça à un enfant, l'attacher, puis mentir, faire comme s'il était son sauveur.Et puis il te touche le bras. Tu sursautes, fais un bond. Tu hurles, hystérique.

NE ME TOUCHE PAS !  


Sans le vouloir, sans faire exprès, dans ton bond, tu appuies sur la détente. Le coup part tout seul. En plein dans le ventre, tout près du cœur. Il tombe sur la sable dur. Tu t'affoles. Non ! Non ! Ce n'est pas vrai n'est-ce pas, tu ne lui as pas tiré dessus ?! Tu te précipites sur lui.

Merde merde merde merde merde meeeeerde !


Qu'est-ce que tu avais fais ? Tu vois une flaque pourpre se former sous lui. Non. Non ! NON ! Ce n'était pas possible ! Tu appuies sur la blessure, là où la balle l'avait traversé.

Ne meurs pas ! Ne meurs pas connard !


Une pensée pour le gosse à côté.

Barthélémy ne regarde pas ! Retourne toi !


On ne t'avait jamais vue comme ça Clyde.
Revenir en haut Aller en bas
de la Terre des Noiraudes
avatar

Messages : 454
Age : 24

Âge physique : 21
Âge mental : 27
Groupe : Terres des Noireaudes
Dons : Persuasion
Anesthésie

MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Sam 26 Avr - 12:44




Welcome to World's End

Ra-Ra-Rasputin !



Tu le savais, pourtant, que c'était une mauvaise idée d'aller mettre les pieds dans la cité. Quelque chose en toi te le disait. Qu'il fallait pas écouter ton ego et rester dans les noiraudes. La bas, au moins, tu serais en paix. Personne ne risquerait de te plomber. Mais manque de bol, on dirait bien que c'était pas ta journée. Chahuté à Yubaba, ennuyé par un gosse à moitié idiot, et poursuivi par un lampadaire sur pattes avec une arme dans les mains. Les deux sont des abrutis finis qui n'entendent que ce qu'ils veulent, et ça, ça risque de te coûter cher. Tu penses, tu réfléchis, tu pèses le pour et le contre, et puis tu poses quand même ta main. Enfin, ça c'est ce que tu croyais.

Qui aurait pu croire qu'elle tirerait ? Un bruit, sourd, qui perce à la fois tes tympans et ton corps. Une seule balle, que tu sens passé. Comme un grand coup dans la poitrine. Le genre de coup qui te fait trébucher et tomber en arrière, et qui transforme toutes tes pensées en une bouillie. T'étais perturbé parce qui pouvait se passer, mais tu ne t'attendais pas à ça. Vraiment pas. T'es plus vraiment conscient de se qui se passe tout autour de toi, tout ce que tu sens, c'est une putain d'énorme douleur au torse. Et que le sable devient mouillé. T'as peur de savoir ce que c'est, alors t'essayes de rester en vie. De t'accrocher. Tu l'entend hurler, tu t'en moques. C'est bizarre, de mourir. Parce que cette fois, tu sais que la magie n'arrivera pas. Les gens ne méritent pas de troisième chance.

Pas mal de personnes pensent que quand on meurt, y'a une lumière blanche. Que quand tu meurs, ton âme se libère. Que c'est une expérience et que tu repars avec le sourire. Mais pas pour toi. Toi, tu te questionnes. C'est ici que tu devais mourir ? Bêtement, d'une balle dans le torse ? Tu n'es pas docteur, mais tu sais que ça va bientôt se terminer. La douleur va disparaître, et avec elle, la grande histoire d'Erwin, le monstre des royaumes. Celui qui a accepté le fardeau d'être l'ennemi public numéro un, juste parce qu'il croyait en ses idées. Celui qui avait pris des vies pour en sauver. Celui qu'on avait injustement traité comme le dernier des monstres, alors qu'il était aussi humain que ceux qui le condamnaient. Celui qui avait quitté le confort de la banlieue Londonienne pour venir vivre l'expérience dans le ciel. Celui qui pensait qu'il mourrait un jour de pluie battante. Le genre de journée triste, avec des gens qui pleureraient pour lui. Mais à la place de ça, c'est une journée banale, comme toute les autres.

Et tu ne voulais pas être quelqu'un de banal, Erwin. Tu n'as jamais voulu. Tu as toujours voulu aider les autres. Même en bas. Tu es conscient de tes défauts, des problèmes qui ont mené à la première tentative de meurtre. Tu n'es pas arrivé comme ça, ici. Tu étais encore adolescent, avec tes idées égalitaires, le genre d'enfant qui voulait changer le monde en un claquement de doigts. Qui pensait que tout le monde voulait le progrès social, que tout le monde voulait comme lui. Et puis les noiraudes t'on changé, Erwin. Beaucoup. Peu à peu devenu aigri, peu à peu devenu haineux. Contre ces royaumes qui se pavanent, qui affichent leurs couleurs devant ceux qui crevaient de faim. Tu ne va pas revoir ta vie devant tes yeux, maintenant, non? Après tout, tu la connais bien. Et même si tu pars avec des regrets plein le crâne, au moins, tu sais que tout ce que tu as fait, tu l'as fait avec honneur, fierté, et un but défini.

Vous direz à Batilda que je m'occuperais de son petit cul quand on se retrouvera en enfer.

Ouais, ça claque comme derniers mots. Tu le sais, que c'est la fin. Tu la fixes dans les yeux, celle qui a tiré. Tu te doutes que c'était involontaire. Mais pourtant, tu vas mourir quand même. Tu craches du sang, alors que t'attrapes son col, comme un dernier affrontement. Tu comptes te battre pour la vie, mais la, c'est K.O Technique. Et puis tu fermes finalement les yeux. T'es pas prêt pour le grand départ, mais de toute façon, même si t'as pas fait ton sac, la mort viendra te chercher. T'emmener loin de tout ça, loin. Bien loin. Tu sais que le soleil va bientôt s'éteindre, tu sais que c'est tes dernières pensées. Et c'est maintenant qu'il faut décider. Ce que tu vas emmener avec toi, ce qui va t'accompagner. Enfin, le choix n'est pas difficile. Tu repenses à Akane. Votre rencontre, tes erreurs. Ce que tu aurais du faire pour te marier avant de trépasser. Si tu dois mourir, tu veux que ça soit en pensant à elle. Maintenant, même tes pensées deviennent troubles. Tout est brouillé. Tu ne vois plus, tu ne sens plus, tu n'entend plus. Tes dernières pensées, c'est que c'était un monde de merde, avec certaines personnes adorables.

Rest in Pepperoni, comme dirait l'autre.




Thème d'Erwin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Sam 26 Avr - 13:24




on s'appelle ?

barthélemy •• erwin & clyde

Clyde elle brille de plus en plus, et c'est vraiment joli. Sauf qu'elle a pas l'air contente. Et Barthélemy il la regarde de ses grands yeux ébahis. Son ventre grogne doucement, il a faim. Le petit prince il se dit qui si les deux bonhommes étaient un peu plus réactifs il aurait déjà pu être en train de déguster une glace sur la plage. Une boule à la fraise et l'autre à la mangue, ses préférées.

« Ça va Barthélémy ? Il ne t'a rien fait ? »

Mais Barthélemy il comprend pas. Bien sûr que si, il lui a fait quelque chose. Il l'a détaché, et emmené hors de cette cabane. Et c'est pas rien. Le rouquin il est vraiment gentil.

« Merci beaucoup monsieur au fait ! »

Mais malheureusement sa voix se perd dans un bruit dévastateur. Clyde hurle en disant pleins de gros mots. Le monsieur tombe par terre, avec une tâche rougeâtre des deux côtés de son buste. Et c'est vraiment joli, il faudrait qu'il demande à Clyde comment elle a réussi à faire ça. Puis de la grenadine s'éparpille autour de son sauveur, et le petit garçon il ne peut s'empêcher de penser au gâchis que peut provoquer une mise en scène aussi réaliste.

En plus il a mal aux oreilles. Depuis le gros boum, il entend comme un vrombissement dans ses oreilles.

« Barthélémy ne regarde pas ! Retourne toi ! »

Le petit Prince il rigole fièrement. Parce que Clyde elle est vraiment bête parfois. Comme si après s'être donnée tant de mal à réaliser tout cela, il n'allait pas regarder le résultat ! Et puis son ventre gargouille encore. Comme pleins de petites fourmilles dans l'estomac. Sauf qu'il ne se rappelle pas avoir mangé de fourmis dernièrement. Il ne se rappelle pas avoir mangé quoi que ce soit en fait.

Puis Barthélemy il regarde l'homme a terre. Il est devenu tout blanc. Et c'est vraiment étrange en comparaison de ses cheveux de feu. Et on dirait vraiment qu'il souffre, Barthélemy il aimerait bien savoir jouer aussi bien que lui quand il sera grand.

« Vous direz à Batilda que je m'occuperais de son petit cul quand on se retrouvera en enfer. »

Tu réagis au quart de tour, rapide, tu te jettes à genoux près de lui. Il a fermé les yeux et est plus pâle que jamais, mais ce n'est pas très grave. Il doit sûrement couver un petit rhume.

« Tu connais Batilda ? Moi aussi ! C'est ma sœur en fait, elle un petit peu ennuyeuse mais avant elle rigolait, tu sais. Mais en tout cas, pas de soucis, je lui transmettrai le message ! Par contre j'ai faim, alors si t'as un petit truc à manger je suis partant ! »

Mais même après plusieurs secondes, le monsieur ne bouge toujours pas. Et Barthélemy il commence à s'inquiéter. A comprendre. A comprendre qu'il devrait sûrement attendre encore un peu avant de se remplir l'estomac si l'autre continuait à rester comme ça.

« Eh Clyde ! Pourquoi il répond plus le gentil monsieur ? T'es pas au courant, c'est sûrement un de mes cousins germains que Batilda a envoyé pour me délivrer, tu sais. On est tous très fort dans la famille. Sauf Zabèle. »

Puis Barthélemy il lui sourit.

« C'est parce que t'as enfin décidé d'être ma lampe personnelle que t'es là ou parce que tu t'aies dit que je devais sûrement avoir faim ? »

Et toujours pas de réponse. Mais le petit Prince il s'impatiente, alors il commence déjà à partir en trottinant. Tant pis si Clyde est un peu lente aujourd'hui, lui il doit aller à la plage.

« Merci encore monsieur ! Tu peux revenir me voir quand tu veux, il y aura sûrement une place pour toi dans mon palais ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Welcome to World's End   Sam 26 Avr - 19:30

Tu as tué un homme. Tu as tué un homme. Tu ne cesses de te le répéter. Tu ne pensais pas que ce serait possible. Tu es une meurtrière. Une meurtrière. Quelque chose en toi se brise. Une partie de ton âme, ce quelque chose qui faisait de toi une personne intègre, honnête. C'était un accident. C'était un accident. C'est ce que tu n'arrêtes pas de te répéter. Mais tu as tué un homme. Tu tentes de te ressaisir. Il avait tué pleins de gens dans la cité. Avait kidnappé Barthélémy. C'était un monstre. Un monstre. Et puis les paroles du garçon parviennent à tes oreilles. Tu n'y crois pas. Non. Non. Ce n'était pas possible. Tu ne bouges plus, tu es pâle, tes yeux sont écarquillés. Tu trembles. Tes tremblements sont de plus en plus violents, incontrôlables. Ce n'était pas un monstre. Il libérait Barthélémy. Il t'avait dis la vérité. Tu as envie de vomir. Tu te relèves difficilement, t'éloigne du corps froid et blanc, et va rejeter tout ton déjeuner un peu plus loin. C'est horrible. Tu as tué un homme. Ce n'était pas possible. C'était forcément un cauchemar. C'était un cauchemar n'est-ce pas ? Tu es oppressée ? Une nouvelle gerbe d'acide ressort de ta bouche, pendant que tu t'appuies sur le vieil arbre. Tu trembles, plus pâle même que le mort. Tu as du mal à respirer. Tu es changée Clyde. Tu as un poids sur ta conscience, ton âme est brisée. Ça te tue. Tu hésites un instant à te tuer toi-même, pour t'expier. Mais il y avait Barthélémy. Tu ne pouvais pas le laisser comme ça. Tu ne pouvais pas lui faire ça. Il devait retrouver sa sœur. Tu t'essuies la bouche et va retrouver le petit Prince. Tu tentes de reprendre contenance.

«  Allez viens Barthélémy, je dois te ramener à Batilda.  » 


Tu verras ce que tu feras plus tard. Pour l'instant, ton objectif, c'est Barthélémy.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Welcome to World's End   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome to World's End

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yu-gi-oh! World Championship 2009
» SMALL WORLD
» forge world AERONAUTICA
» Clipper Round The World - Cinquième étape
» Prêt de cartes pour la World Cup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Parc enfantin :: La maison dans l'arbre-