AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Dim 31 Mar - 11:16


† Sith Ou & MizuHime †

Une nouvelle journée qui commence, dans ce monde que je connais depuis longtemps maintenant. Dans les landes de Calcifer, je me promène, j’erre sans aucun but, en ce jour de grand soleil. Aucune chasse au trésor à prévoir, une journée de calme, de repos… de chasse !

J’avais l’impression que cela faisait une éternité que je n’étais pas allé dans la plaine pour chasser, pour me dépenser un peu… et ce matin en me levant j’étais clairement déterminé à attraper quelques gibiers qui allaient se présenter à moi. Prenant tout de même le temps chez moi de me débarbouiller, de m’habiller et de bien vérifier que tous mes trésors ne risquaient rien avant de partir. D’abord sous forme humaine, tant que j’étais entouré de civilisation, puis une fois sur les petits chemins de campagne, l’air frais de la nature caressant mon visage, je pris forme animale pour m’élancer encore plus rapidement et atteindre ma destination en un rien de temps. Courant aussi vite que le vent, évitant les chemins pour ne pas effrayer les passants, je courrais rejoindre ces terres couvertes d’herbes, d’une herbe verte et savoureuse que les animaux appréciaient tant, pour sa fraicheur.
Ainsi j’arrivais bien vite à destination, et ce n’est qu’à ce moment là que je ralentis. La tête haute, en haut d’une bute, je regarde le paysage verdoyant qui s’étend devant mes yeux, quelques taches marrons, blanches ou noirs sont éparpillée dans la plaine, des animaux que je pourrais chasser, plus ou moins imposant, des vaches, des lapins, des biches… que de viande savoureuse qui n’attend que ma venue pour se faire manger. Je baisse la tête pour être dans la continuité de mon corps taillé pour la course, je me fais plus petit, et j’avance, rapidement, sans me précipiter pour atteindre mon gibier. Avancer furtivement, le plus possible puis bondir foncer attraper et tuer sur le coup, je ne pouvais me cacher bien longtemps, ma vitesse et ma force étaient mes seuls atouts dans ce lieu où ma fourrure étaient trop visible. La première proie fut facile à attraper, la seconde me donna plus de fil à retordre à me faire courir trop vite, à me fatiguer… c’est pas que la proie était rapide, bien qu’elle l’était plus que la plupart des animaux présents ici, mais cette bête arrivait à trouver des moyens de me ralentir, zigzagant et arrivant à frôler les quelques rochers qui parsemaient les lieux. Néanmoins elle n’eut aucune chance, et péri entre mes crocs acérés qui lui transpercèrent le cou, brisant ses os, et entre mes pattes puissantes qui l’écrasèrent.
Deux proies, d’assez grandes taille et les dévorait bien vite, sans rien laisser d’autres que les os sur place avant de finalement m’allonger, mollement près d’une pierre, pour une sieste digestive qui était bien mérité. Les os étaient juste à côté parfaitement nettoyés. Je fermais les yeux, me laissant bercer par les bruits alentours, le vent dans l’herbe, la brise qui caressait mon pelage blanc, j’étais posé et reposé en ces lieux j’étais bien.
Mais ce repos fut de courte durée, un bruissement inhabituel se fit entendre, un bruit de pas dans l’herbe, un bruit de pas humain, pas animal. Je n’ouvrais pas les yeux, mais mon ouïe très fine guettait ce bruit, ce bruit de pas léger, une femme… une femme légère, a la démarche qui m’avait l’air élégante. Je suivais cette personnes en la repérant dans l’espace grâce à tous ces bruits, je n’avais pas besoin de ma vue, mon ouïe était si développée que j’avais un radar qui me montrait tout ce qui m’entourait à plusieurs kilomètres à la ronde. Elle s’approchait, je laissais faire, j’attendais, je verrais si elle me parle, ou non, si je dois l’attaquer ou si je l’ignore.



Dernière édition par Sith Ou le Jeu 4 Avr - 10:20, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Dim 31 Mar - 12:29

Une épaisse brume matinale couvrait les landes lorsque que j'ouvrais les volets du manoir, je sentais la fraîcheur de la brise caresser mon visage. Elle faisait voler, virevolter mes longs cheveux tels de jeunes roseaux.Mes yeux ne pouvaient se détourner de spectacle que seule la nature peut offrir : les premières lueurs du soleil offraient des reflets ambrés aux nuages encore endormis par la nuit, le vent réveillait doucement les arbres qui s'étiraient par un subtil bruissement de feuillage, l'eau quant à elle sortait tranquillement de son manteau de brume pour se parer d'halos solaires. Après tant de beauté, je décidait de prendre soin de moi en me préparant un petit déjeuner, en m'habillant. Quand tout ceci fut finit, je ne savais que faire. J'avais finalement décidait de prendre soin de mes chères plantes, arrivé devant la porte de la serre, je découvris une lettre d'un habitant. Je savait qu'il était malade depuis peu mais que son état s'était stabilisé, malheureusement la maladie reprenait le dessus et il me demandait de lui fournir une plante qui ne pousse qu'au coeur des plaines du royaumest. Cette plante, la jasmésia, ferait baisser sa fière et lui permettrait de dormir lorsque qu'elle sera associée à une préparation d'hamamélis, de valériane et ginseng. Il n'y avait problème pour confectionner cette potion seulement je me rendis compte que mes réserves d'herbes médicinales étaient épuisées. Il fallait que je retourne parcourir ces vates étendues pour tout d'abord trouver la jasmésia, puis me réapprovisionner. Je prit mon sac de satin et partit vite en direction des plaines, pour ne pas perdre de temps.


Ne souhaitant pas rencontrer les habitants du château, je coupais à travers champs, prairies et rivières. Peu de temps après mon départ du manoir, j'arrivais enfin à l'orée de la plaine Nord des Landes de Calcifer. Je m'étonnais à me laisser guider par la nature elle-même, les fleurs ouvraient la voie, les arbres se passaient le mot pour m'indiquer la route à suivre sans oublier les embruns de Printemps qui rendaient cette excursion passionnante et si chère à mon coeur. Depuis ma plus tendre enfance à l'orphelinat je passais mon temps à m'échapper pour me ressourcer, me réfugier, me confier à la flore environnante. Rapidement, je trouvais les herbes que je chercher pour mes réserves. L'hamamélis était caché sous un jeune buisson de buis qui attendait les bienfaits de la saison pour s'épanouir, le ginseng restait toujours à son place aux pieds des peupliers qui jouaient aux ombres chinoises avec notre hélianthe. La valériane se laissait bercer par la musique de la rivière. Il ne me restait plus qu'a trouver la jasmésia, c'est pourquoi j'avançais de plus en plus dans ces jardins de fleurs qui me ravissaient à chacun de mes pas.

L'odeur si spéciale du jasmésia me dirigeait vers les plaines des hauts plateaux où l'on peut observer les animaux paître au gré de leur faim. En approchant je sentais une effluve animal qui m'était inconnu, un parfum sauvage combiné à un relent sanguin qui me donnait la nausée. Pourtant cet arôme me perturbait, m'intriguait, quelque chose de mystérieux me poussait à m'en approcher. Je découvrit une bête gigantesque qui se reposait à l'ombre des rochers des montagnes. Elle semblait si paisible si tranquille et pourtant un seul coup de patte pourrait me tuer à coup sûr. J'avançais doucement dans sa direction quand soudain il déploya sa collerette dans le but de m'intimider et ouvrit ses yeux rouge sang afin de me fixer.
Je stoppa nette, mon sang se glaçais, tout mon corps se préparait à la fuite bien quelle soit veine face à une créature taillée pour la course et la chasse, mon cerveau me criais de partir au plus vite. Et pourtant mon coeur était attiré par ses yeux écarlates qui me semblaient presque humain, je ne ressentais aucune méchanceté aucune noirceur dans cette âme qui ne souhaitais que se protéger de moi.


En examinant davantage sa fourrure, je remarquais que sa pâte avant était écorchée, surement à cause de la chasse, elle paraissait sale et avait des chances de s'infectait, C'est pourquoi je partis arracher quelques bruns de lavande pour les mélanger avec un peu de terre et d'eau pour obtenir une préparation aseptisante. Puis je revins vers cette créature pour lui dire que je ne lui voulais aucun mal et que je pouvais l'aider, elle ne semblait pas bouger. Je m'assit dans l'herbe tout en gardant un certaine distance, je lui tendis ma main pour lui proposait la préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Dim 31 Mar - 17:37



Cette personne qui faisait tant de bruit à mes yeux s’était approchée, approchée trop près de moi, j’avais relevé ma tête, elle dérangeait ma sieste alors instinctivement ma collerette formée de mes multiples oreilles se déplia, pour prendre une pose intimidante, bien que je ne me lève pas non plus, restant allongé, seul ma tête était haute et je ne montrais même pas les crocs.
Je l’observais cette femme qui avait osée s’approcher. Je la fixais sans bouger, un léger sifflement sortant du fin fond de ma gorge, assourdis car je n’avais pas la gueule ouverte, mais assez fort pour montrer que je ne voulais pas être dérangé. Pourtant malgré tout cela elle resta là, figée, sans bouger d’abord, peut-être pétrifiée de peur, je pouvais le lire dans ses yeux cette peur, son instinct qui devait lui crier de partir et pourtant son corps ne devait plus obéir à ce que son esprit lui disait, et finalement la peur disparu quand elle jeta un regard sur mes pattes. Je me redressais alors, pour être d’abord assit alors qu’elle s’éloigna brièvement pour récupérer des plantes et faire un mélange qu’elle me tendit ensuite. Je me levais complètement alors, la tête très haute, j’étais bien plus grand qu’elle et cette fois je grognais et sifflais en même temps.


« -Qui es-tu ? Toi qui ose t’approcher et me déranger dans mon repos ? Quel est cette chose que tu me tends ?! »


J’aurais pu être plus agressif dans mes propos sifflant, mais en même temps son visage n’indiquait aucune intention menaçante, je n’avais rien à craindre de cette femme, je pouvais partir quand je le voulais, je le savais.
Je baissais ma tête, mes oreilles reprenant une place habituelle, ma collerette alors moins menaçante pour finalement sans la quitter des yeux lui tourner autour, doucement, pas après pas, la regardant de haut en bas, l’observant guettant le moindre de ses mouvement comme un prédateur qui tournait autour d’une proie qui se serait aventurer là où elle n’aurait pas du, ce qui était son cas finalement. Ma fourrure bougeait au rythme de mes pas, le brise soufflant dans ma crinière légèrement plus épaisse que sur le reste de mon corps, mes yeux rubis navigant de haut en bas la dévisageant clairement. Puis finalement je m’arrêtais à nouveau face à elle toujours debout, dans cette même position de la tête dans le prolongement du corps, et je repris de ma voix grave sifflante et semblant provenir des entrailles de la terre, sombre, menaçante, inquiétante.


« -Es-tu sotte à ce point pour ne pas craindre mes prédateurs de ce pays ? Pour oser t’approcher ainsi, sans défense comme tu es ? Sans sembler craindre de mourir en un instant sous mes griffes et entre ma gueule ? Es-tu idiote à ce point pour rester là sans bouger et te montrer gentille avec un monstre ? »


Mes propos étaient plus dur, le ton de ma voix aussi, et on aurait presque pu sentir dans le ton que je souriais, mais pas de manière amicale, mais plutôt d’une manière malsaine, mes intentions étaient posées, si elle ne déclinait pas son identité ni ne répondait à mes questions précédentes, si elle avait un comportement qui me déplaisait je l’attaquerais sans aucune honte, sans aucune retenue ni pitié, car j’étais un monstre, une créature, ce don qui était mien m’avait dominé depuis bien longtemps, depuis que j’étais arrivé dans ce monde.


Dernière édition par Sith Ou le Jeu 4 Avr - 10:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Dim 31 Mar - 20:38



Cette créature parlait, elle me parlait. elle me fusillait de son regard écarlate. Elle me pétrifiait de peur, ma bouche était sèche, les mots se bloquaient dans ma gorge, mes muscles se tendaient. Je me voyais mourir d'un instant à l'autre. Je l'entendais me posait une question mais je ne faisais que entendre justement, un amas de consonne et de syllabe qui ne formaient en aucun cas des mots à mes oreilles. Et son ton je sentais qu'il n'était pas particulièrement agressif mais il ne me laissait que très peu de possibilités malgré tout.

Il déambulait autour de moi, chacun de ses pas faisait trembler le sol, sa fourrure frémissait, son poil soyeux reflétait les lueurs du soleil. Alors que je sombrais progressivement de la peur la plus totale, cette créature s'adoucissait doucement. Quant soudain il vint de nouveau se poser devant moi afin de plonger son regard dans le mien. Ces yeux sanglants sont hypnotisant, me semblaient presque réconfortant, protecteur. Quelle sensation bizarre, surtout venant d'un montre.

Je revins à moi lorsqu'il me parla de nouveau.
« -Es-tu sotte à ce point pour ne pas craindre mes prédateurs de ce pays ? Pour oser t’approcher ainsi, sans défense comme tu es ? Sans sembler craindre de mourir en un instant sous mes griffes et entre ma gueule ? Es-tu idiote à ce point pour rester là sans bouger et te montrer gentille avec un monstre ? »
"Pourquoi serais-je sotte de vouloir t'aider ? C'est toi qui est .... qui est stupide voila tout !
Tu te crois sauvage et incapable de parler au humains ?? Sache que je suis exactement pareil que toi, je n'aime pas la compagnie des humains si futile, ils ne respectent rien. Et étrangement j'apprécie ton aura, ce que tu dégage. Je ressens un lien entre toi et moi mais je ne serrais t'expliquer pourquoi mais c'est comme ça!
Je suis sûre qu'au fond toi et moi on peut s'entendre, et que tu es quelqu'un de bon j'en suis sûre !"

Je me sentais fière de lui tenir tête même si je sentais que la mort approchait à chaque mot que je prononçait.
"Et cette 'mixture' comme tu l'appelles est une préparation pour te soigner à toi de voir si tu veux guérir ou non !"
Je continuais à le fixer tout en espérant rester en vie.
[b]


Dernière édition par MizuHime le Lun 1 Avr - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Lun 1 Avr - 12:07



A mes premiers mots elle sembla à nouveau se pétrifier sur place, sombrer dans la terreur plus que dans la peur, elle semblait se tendre et en même temps ne pas pouvoir bouger à nouveau, coincée là face à moi. Je lui tournais autour et elle ne réagissait pas, et finalement elle ne sembla sortir de sa torpeur que quand je repris et là elle sembla reprendre de l’assurance, son regard changea et elle me répondit même, en me traitant de stupide, ce qui d’abord me surprit puis me fit grogner en avançant vers elle ma gueule bavante montrant mes crocs qui pourraient la broyer et la lacérer en un instant. Elle m’annonça qu’elle était comme moi, qu’elle n’aimait pas la compagnie des humains, qu’ils ne respectait rien et qu’elle appréciait mon aura, j’étais sur le cul de tout ce qu’elle disait, je comprenait pas pourquoi elle disait tout cela vu que je n’avais jamais insinuer que les humains me repoussaient bien que ce soit le cas, j’avais juste annoncé qu’elle avait dérangé ma sieste.
Je m’assis pour l’écouter déblatérer alors qu’elle avait l’air fière d’elle, de ma parler ainsi, elle rajouta que son truc dans les mains c’était pour me soigner et que c’était à moi de voir si je voulais guérir ou pas. Je me mis à rire, d’une façon assez incontrôlable, un rire rauque et profond.


«-Tu crois vraiment que j’ai besoin de ça ? Dans la nature, on se soigne naturellement sans avoir besoin de tout ça, on craint rarement les infections et mes plaies sont superficielles, j’ai connu bien pire sans jamais avoir de soins.»


Qui quelqu’un qui semblait dire qu’elle vivait qu’avec la nature elle ne semblait pas connaitre grand-chose des animaux en général, on se léchait les plaies et cela suffisait pour qu’on guérisse avec le temps, notre salive contient naturellement des antiseptiques, plus certains animaux que d’autres, et il s’avère que je faisais parti de ceux qui en avait le plus, pas besoin de ces plantes pour me soigner donc.
Je soupirais puis toujours assit dans l’herbe devant elle, ne me montrant même plus menaçant tant j’étais dépité par ses réactions à elle, je repris forme humaine, doucement ma fourrure disparu pour laisser place à ma peau nue, ma crinière s’assombrit pour laisser apparaitre des dreads, longues et noires, détachées venant devant mon visage, et toutes mes cicatrices sur mon corps furent visibles aux yeux de la jeune femme. J’étais assit, en tailleurs dans l’herbe, nu comme un nouveau né, sans aucune gène les yeux fermés et les traits songeurs avant de finalement la fixer droit dans les yeux, les mains sur les genoux.


«-et sinon tu es ? Vu que j’avais demandé ton identité et que tu n’as pas répondu… »


Je fis une pause, avant de reprendre en croisant les bras bombant le torse, toujours assit.

«-et je ne suis pas incapable de parler aux humains, vu que je le suis ! Mais je ne vous aime pas.»


Dernière édition par Sith Ou le Jeu 4 Avr - 10:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Lun 1 Avr - 17:00


Cette bête, cette créature commençait à m'énervait , sa prétention m'était insupportable. Sous prétexte que j'était une jeune femme à l'air naïve, il me prenait de haut.

"Biensure que je sais que tu guéris par tes propres moyens, comme tout les prédateurs vous possédez des anticorps biens supérieurs aux humains. Et comme je m'en doute tu es un chasseur hors paire qui as connu des situations pires que celle là."
Je cherchais à le convaincre que je suis plus une petite fille comme tout le monde le pense.
"Sache que malgré mon air ingénu, je sais me débrouiller toute seule comme une grande"Je tournais autour de lui quand soudain je glissais sur un zone d'herbes humides, ce qui me ridiculisa définitivement. J'étais tombé sur les fesses comme un poupée de chiffon qu'on avait abandonné, les jambes écartées ce qui signifie qu'on voyait parfaitement ma culotte !! Sans oublier que mes cheveux s'étaient amusés à me faire ressembler à l'exorciste. Je ne savais plus où me mettre ! Mais je devais assurer quand même, donc j'écartais calmement mes cheveux de mes yeux puis je les remis en place pour redevenir la belle MizuHime que je suis à la base.
"Je l'ai fait exprès, ça se voit, enfin bref"
Je décidais de faire la moue, et puis mince je l'a joué garce avec un air hautain parfaitement exécuté que je suis la seule à savoir faire. Quand je me rendis compte qu'il y avait un homme devant moi. Je fis un bond en arrière d'une dizaine de mètres, WTF !! Comment ce mec pouvait il être à la place du monstre auquel je parlais ??
T'es qui toi ?? D'ou tu vient ?? Et il est passé où l'autre ??
Il était gigantesque, musclé et couvert de cicatrices monstrueuses, mais surtout il y avait toujours cette aura protectrice que je sentais autour de moi. Puis il me posa une seconde question.
"Je m'appelle MizuHime, et je suis la protectrice de la vie des Landes de Calcifer. Et puis d'abord je ne te dois rien à toi !!!"
Suivit d'une autre :
" Tu m'aimes pas ?? Et alors rien à faire je n'ai pas besoin de toi pour faire ma vie tu sais ! Et oui tu es incapable de communiquer 'normalement' avec le reste du monde , tu te laisses dominer par ta force animal, il ne reste que peu de choses humaines en toi je le sens. A mon goût, tu es une bête humaine, une forme humaine mais ton coeur et ton âme sont sauvages et indomptables."
"Et r'habille toi bon sens !!"

[b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Lun 1 Avr - 20:03



Elle commençait à s’agacer cela se voyait, et moi aussi d’ailleurs, elle m’interrompait pendant ma sieste et elle donnait l’impression en s’énervant là que j’étais le fautif de son agacement, il aurait peut-être mieux fallu pour elle qu’elle ne vienne pas me déranger !
Elle annonça qu’elle savait que je guérissais par mes propres moyens, comme tous les prédateurs, et les animaux, et qu’elle se doutait que j’étais un chasseur hors paire qui avait connu des situations bien pires. Elle s’égara et s’en alla à dire que malgré son air ingénue elle savait se débrouiller seule, ce qui me fit doucement rire. Je la regardais, encore sous forme animale a ce moment là, me tourner autour avant de glisser mollement dans l’herbe humide, sur les fesses, et elle sembla bien surprise de cette chute bien qu’elle m’assura du contraire, cela faisait tellement ridicule… elle se rendait ridicule seule devant moi qui ne sentait vraiment plus aucune menace de sa part. Elle fit la moue, boudeuse avant de finalement remarquer que je venais de prendre forme humaine, nu comme un ver devant elle, elle en fit un bond en arrière quand elle me remarqua ainsi et me demanda qui j’étais d’om je venais et où était la bête a qui elle parlait. Moi je me contentais de lui redemander son nom, elle sembla comprendre que c’était moi la bête, même si ça semblait flou pour elle, elle me répondit enfin, MizuHime, joli nom, elle expliqua même son rôle dans cette contrée suivit d’une remarque qu’elle ne me devait rien à moi.
Pour répondre a mes derniers mots elle reprit, elle avait prit pour elle le fait que je n’aimais pas les hommes en général, elle n’avait pas tout à fait comprit, elle était bien niaise… comme je le pensais et elle répondit en conséquence qu’elle n’avait pas besoin de moi pour faire sa vie, encore heureux ! Elle rajouta que j’étais incapable de communiquer normalement avec le reste du monde puisque je me laissais dominer par ma force animal, qu’il ne restait pas grand-chose d’humain chez moi, et donc que je n’étais qu’une bête pour elle, que mon cœur et mon âmes étaient sauvages et indomptable. Au final elle ne se trompait pas beaucoup sur mon compte, il lui a fallut deviner ça seule ? Ce n’était pas difficile à voir vu comment je me comportais et vu ma nature.
Un dernier mot elle me rajouta de m’habiller, je me regardais puis la regardais avant de me lever, de me mettre debout et de me montrer dans toute ma grandeur, de mes deux mètres.

« -Tu veux que je me rhabille comment au juste ? il n’y a pas de vêtements ici, je n’avais pas tellement prévu d’avoir de la compagnie en venant ici. »


Puis les mains sur les hanches, toujours en la regardant droit dans les yeux je repris.

« -Bien tu as deviné que j’étais un animal, félicitation, et heureusement que tu n’as pas besoin de moi pour vivre, tu serais bien dans l’embarras sinon ! »


Et finalement je fis une révérence élégante, je n’avais pas oublié les bonnes manières malgré mon côté sauvage qui m’avait envahi depuis tout ce temps, certes ça faisait un peu tâche au vu de ma tenue, mais bon, le principe était là, et je me présentais.

« -Je m’appelle Sith pour ma part, collectionneur. »


Bon on n’était pas plus avancé du coup, comment j’allais faire, j’avais l’impression de l’embarrasser quand même dans cette tenue, réaction normale, ce n’était pas tous les jours qu’on voyait un homme nu dans une prairie. J’étais plutôt bien fait il fallait le dire, bien proportionné et bien fourni mais bon… qu’importait ! Je me grattais la tête regardant autour pour chercher une idée qui pourrait servir à me couvrir. Ce n’était pas gagné ! Alors soit je ferais autrement ! je pris la décision de me transformer à nouveau mais que partiellement cette fois pour ne pas gêner plus la jolie demoiselle devant moi, il fallait le dire quand même elle était jolie, je n’était pas insensible a son charme et sa beauté, même si rien n’y paraissait et que ce n’était pas vraiment ce qui m’importait, je savais reconnaître la beauté quand je la voyais. Ainsi je me retrouvais avec les pattes arrières de ma forme animale, et de la fourrure jusqu’aux hanches pour camoufler mes parties, le haut du corps restant humain et mon visage toujours le même bien que mes yeux argentés laissèrent place à nouveau aux yeux rouges de l’animal.
Je soupirais avant de lui tendre mon bras meurtri aussi, elle avait toujours sa mixture bizarre qui semblait l’encombrer aussi, et du coup j’allais lui permettre de me soigner même si ‘en avais pas besoin, et dans le même temps se débarrasser de ça.


« -Si vous tenez à m’étaler ça sur mes plaies… »


Dernière édition par Sith Ou le Jeu 4 Avr - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Mer 3 Avr - 12:52


Alors que je venais de lui demander de se rhabiller, il se leva et gonfla son torse. Il était gigantesque, ces deux mètres de hauteur renforçait cet effet protecteur que je ressentais depuis le début. Son corps était magnifique, musclé avec des proportions parfaites et même très bien fourni ....Il me rétorquait qu'il n'y avait pas de vêtements ici, et qu'il ne s'attendait pas à avoir de la compagnie durant son escapade animal. C'était un peu facile de dire ça, rien ne l'obligé à reprendre en partie forme humaine, et surtout pas moi !! Puis il mit ses mains sur ses hanches tout en continuant à me fixer du regard et reprit avec une phrase que je trouvais totalement stupide. Bien sûr que je serais dans l'embarras si je devais dépendre de lui, un homme qui n'apprécie pas le contact humain, qui repousse toute personnes essayant de s'intéresser à lui, qui préfère rester seul plutôt que de vivre avec ses congénères. En y réfléchissant je ne nous trouvais pas si différent que ça, depuis ma plus tendre enfance, je m'étais renfermée sur moi même surement à cause de l'abandon de mes parents; Je ne parlais pas aux autres enfants, encore moins aux adultes. Je passais mon temps à regarder par la fenêtre, je m'imaginais gambader dans les champs, rouler dans l'herbe fraîche, sentir les premiers parfums du parfum. Ce qui me poussait à souvent m'échapper de l'orphelinat, je courais sur les sentiers pour atteindre la forêt qui avoisinait le village. Cette forêt était ma confidente, je me confiais aux arbres, je prenais soin d'eux à chaque saison, je me cachais dans leurs racines quand j'avais peur, je jouais avec les fleurs. Je la connaissais par cœur , elle m'aidait à tenir dans ce monde que je trouve toujours aussi superficiel. Alors oui on se ressemble plus que je ne le pensais, ce qui me fis sourire sans que je ne m'en rende compte.
Quand je revins à la réalité, je vis qu'il fit une révérence. La situation était plus que comique, il était nu comme un ver devant moi et il esquissait une révérence tel un valet au service de sa reine. Je ne pouvais plus me retenir voila pourquoi je me mis à éclater de rire devant lui. Après quelques minutes de fou rire, je réussis à me calmer ce qui lui permis de se présenter à moi.

"Enchanté, Sith, collectionneur ?? C'est intéressant , tu collectionnes toutes sortes d'objet j'imagine, à moins que tu es des préférences? "

Je trouvais agréable de discuter avec lui, d'en apprendre plus sur ce personnage atypique, j'avais envie de parler de tout et de rien avec lui, de me lier avec lui même si j'ignorais encore tout de lui. Ce lien que je ressentais me perturber de plus de plus, nous n'en étions qu'à notre première rencontre et pourtant j'étais sur que nous serions amener à nous revoir et à devenir proche. Pourquoi je ressentais ça ? Malgré tout, il était encore nu devant moi !!!!!!!!!!!! Il se rendit compte que j'étais gênée de la situation, il transforma le bas de son corps afin de le couvrir de poils blanc, ses yeux virèrent au rouge sang. Il était toujours aussi beau, quelque soit la situation il restait magnifique.

"Merci, c'est gentil"

Puis il me montra son bras blessé, il semblait faire l'effort de venir vers moi, ou plutôt se débarrasser de la préparation qui je lui tendais depuis le début de notre conversation. Je pris son bras avec précaution pour y étaler le mélange, j'en profitais pour masser doucement sa plaie. J'étais heureuse de me senti r utile mais si il pensait strictement le contraire. J'avais envie de l'aider, de lui montrer que le monde est beau, qu'on peut avoir confiance en l'avenir, mais pas tout de suite bien sure . Je me sentais tout simplement heureuse ce qui expliquait mon air niais.

"Je sais bien que tu peux te débrouiller sans moi, et que tu cicatrices sera très bien même sans ma crème mais je voulais t'aider. Je sais que personne n'a besoin de moi, que je ne connais rien aux choses, quand je veux aider on me reproche souvent que je gêne plus qu'autre chose, que je suis inutile et que devrais grandir parce que le monde n'est pas rose et qu'on ne peut plus faire confiance aux autres. Seulement je veux être là, le jour où on aura besoin de moi, je sais que je ne peux pas faire grand chose à moi seule mais je veux prouver que le monde réserve bien des surprises, qu'on peut croire en chacun et avancer en s'entraidant même si je suis la seule à le faire"

Je repris ma respiration, lâcha son bras et reprit

"La vie n'est simple pour personne, les malheurs, les difficultés sont pour tous personne n'y échappe. Tu as surement connu des choses qui font qui tu es aujourd'hui, et tout le monde est pareil. Moi j'ai rien connu, je n'ai pas eu cette chance d'expérimenter la vie, de voir le mal ou le bien, ce qui fait ma conception du monde. Personne ne cherche les raisons de cette innocence, la plupart se contente de rire ou encore de me plaindre"

Je le regardais gentiment, il ne semblais pas comprendre pourquoi je lui parlais de tout ça c'est vrai que je m'égarais.

"Pardon, je dois t'ennuyer avec mes histoires. Voila la préparation est bien rentrée dans la plaie."

J'arrachas un morceau de ma robe pour lui faire un bandage convenable.

"Tu vas surement me dire que ça sert à rien, encore un fois, mais bon disons que ça te fera un souvenir que tu pourras jeter dès que j'aurais le dos tourner."

Je me mit à rire doucement, toujours avec mon sourire niais au visage. Il a allé surement partir d'une minute à l'autre, ce que je redoutais de plus en plus malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   Jeu 4 Avr - 19:25


Elle était là, elle semblait ailleurs alors que je fis une révérence, ce qui la fit revenir à elle, elle se mit même à rire, sincèrement et avec éclat, cela avait une certaine douceur ce rire, même si je savais que c’était un rire un peu moqueur envers cette situation burlesque. J’attendis patiemment que ce fou rire ne passe pour enfin me présenter, simplement, , et elle m’annonça qu’elle était enchanté, rajouta que le fais que je soi collectionneur était intéressant, et elle se renseigna, voulant savoir si je collectionnais toutes sorte d’ objets ou si j’avais des préférences. Je ne répondis pas tout de suite, préférant taire ce étier qui était si particulier pour moi, collectionneur, brocanteur, des mots vulgaire pour dire que j’amassais toute sorte d’objets, des trésors à mes yeux, collectionneur parce que je refusais de les revendre, ou de les donner, brocanteur parce qu’il m’arrivait de récupérer les objets dont les gens ne voulaient plus et que parfois je les utilisais alors comme monnaie d’échange.
Avant de finalement lui répondre je pris pitié de la situation dans laquelle je la mettais et je pris à moitié forme animale, pour le bas de mon corps, pour qu’elle ne soit plus gênée de ma nudité. Elle me remercia et c’est alors que je lui précisais les objets que je collectionnais.


-je collectionne toute sortes d’objets, surtout ceux qui m’intéresse moi, qui ont l’air d’avoir de la valeur à mes yeux, ce qui n’est pas forcément toujours le cas, pour vous autre.


Puis je lui tendis mon bras, pour qu’elle se débarrasse de sa mixture, qu’elle me soigne comme elle le voulait. Je tournais la tête ailleurs, montrant que je faisais ça un peu à contre cœur, mais au fond, ça faisait aussi un peu de bien d’avoir de l’attention comme ça d’une personne qui m’étais pourtant inconnue. Elle m’étala son truc sur le bras, une texture assez visqueuse qui fit s’hérisser les poils de mon bras, une sensation de froid aussi bien vite atténuée par le massage qu’elle fit sur la plaie, légèrement douloureuse au contact alors, mais nécessaire, vu qu’elle faisait en sorte que la pommade pénètre dans la blessure. Elle affichait du coup un air niais du fait de m’aider et elle se mit a prononcer une longue tirade que j’écoutais patiemment, avec attention. Elle savait que je pouvais me débrouiller sans elle, que j’allais cicatriser même sans sa crème mais elle voulait m’aider, que personne n’avait jamais besoin d‘elle, qu’elle ne connaissait rien aux choses et que quand elle voulait aider, souvent on lui reprocher d’être un fardeau plus qu’autre chose, qu’elle était inutile et qu’elle ne devait pas se fier à tout le monde, qu’elle devait se méfier plus des autres, mais elle voulait être là pour aider quand il y aurait besoin d’elle, qu’elle ne pouvait pas faire grand chose mais elle voulait prouver quelque chose, une chose que j’avais du mal à cerner. Non ces tous ces mots que j’avais du mal à comprendre… cette mentalité, chercher à aider, simplement pour aider, sans rien attendre en retour, se sentir utile ? je ne connaissais pas cette sensation de vouloir être utile, je ne m’occupais que de moi, sans penser aux autres, sans penser aux conséquences, je m’occupais de mes trésors que j’accumulais, la dernière fois que j’avais tenté de m’occuper de quelqu’un on avait failli me tuer, alors pourquoi je le ferais ?
Elle avait fait une pause, reprenant sa respiration et lâchant mon bras alors que je la regardais maintenant avec un air un peu dubitatif, qui ne comprenait pas vraiment, les yeux froncés, je l’écoutais encore reprendre que la vie n’était simple pour personne, que les malheur et les difficultés étaient présents pour tous et que surement j’avais vécu des choses qui faisaient que j’étais moi aujourd’hui tout le monde était pareil mais elle non, elle pensait qu’elle n’avait rien connu, qu’elle n’avait pas eut cette chance d’expérimenter la vie, de voir le bien ou le mal ou la conception du monde. Je croisais les bras, elle disait n’importe quoi ! je n’ai pas eut le temps de répondre quoi que ce soit, de répondre à ses paroles qu’elle s’excusa de m’ennuyer avec ses histoires et terminant sur le fait que la mixture était bien entrée dans la plaie. J’acquiesçais et elle me fit un bandage avec un lambeau de sa robe qu’elle arracha exprès. Elle rajouta alors à ce propos que surement j’allais lui dire que ça ne servait à rien et que ça me ferait un souvenir à jeter. J’haussais les épaules, alors qu’elle souriait toujours autant. Je croisais les bras pouvant enfin lui répondre.

-Tu ne sers pas à rien, et tu as connu la vie contrairement à ce que tu dis, sinon tu ne pourrais pas dire tout cela. Seuls les nouveaux nés ne connaissent rien à la vie, car ils n’ont pas encore vécus, mais tu à vécu déjà, une enfance, et des expériences, certes tu as l’air jeune, tu as peut-être vécu des choses simples, sans encombre, tu n’as pas forcément eut d’aventure, et dans un sens c’est peut-être mieux, mais tu as une expérience qui fait que tu as du vécu et que tu es toi aussi.


Ca ne me ressemblait pas vraiment de répondre ainsi, de parler ainsi, comme pour la rassurer, contredire ses propres qui la rabaissait, qui faisait d’elle personne, elle était quelqu’un, quelqu’un qui avait réussi à me survivre, à ne pas se faire étriper encore alors que j’aurais pu très tôt le faire, que j’en avais eut l’envie, et elle avait même réussi a me toucher alors que je détestais tout contact, pour me soigner, et n’importe qui ne pouvait pas faire ça.

-après tu n’avais effectivement pas besoin d’arracher ta robe pour un bandage, car tu abime ton bien pour une personne qui ne le mérite pas. Tes connaissances ont raison de te dire de ne pas te fier à n’importe qui, d’être moins naïve, mais c’est peut-être une de tes forces, tu ne l’aurais pas été autant tu serais probablement déjà morte depuis longtemps.


Je lui faisais savoir sa chance, sa chance d’être encore en vie, mais en fait elle avait de la chance d’être encore innocente, de ne pas avoir connu de douleur, de souffrances trop grandes, qui font qu’on est plus méfiant, plus sauvage et plus agressif, elle était encore vierge de toutes ces horreurs, il fallait qu’elle en profite, elle voyait le monde bien plus beau que nous autre.
Je soupirais, m’étirant, vu que je n’en avais pas eut l’occasion encore depuis qu’elle m’avait sorti de ma sieste puis remit mes mains sur mes hanches.


-qu’est-ce qui t’avais amené par ici au fait ? A me déranger dans ma sieste… on vient rarement ici pour rien, surtout s’éloigner autant du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre après une petite chasse [pv MizuHime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Plaines-