AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Dim 17 Nov - 22:42

Un homme ne s'arrête devant rien! Pas même face à l'autorité, pas même devant un cul-de-sac. Il se fraye un chemin, pose les balises des sentiers nouvellement battus et fonce tout droit, guidant ceux se trouvant derrière lui! Car n'élève Capucin à la pérennité que ce qui peut rendre hommage à son courage et l'affubler du titre de héros! Quoi de mieux pour réaliser cet objectif grandiose, voire grandiloquent, que d'affronter l'oppression en face et de châtier la dictature en son sein même au château ambulant! Évidemment, sa réputation le précédant, on se moqua de lui directement à l'entrée, lui rappelant de manière assez raide qu'il n'était qu'un gamin qui se prenait un peu trop au sérieux. Après tout, mis à part le fait qu'il avait ruiné le jardin de quelques vieilles durant son enfance, son héroïsme ne se limitait qu'à une série d'histoires racontées aux enfants du coin pour carburer leur imaginaire (le sien y comprit). Ensuite, voyant qu'il n'arriverait même pas à voler un morceau de pain en cuisine, on le laissa se promener, les gardes étant préoccupés par des trucs "importants" comme jouer aux cartes et classer les filles du château en ordre croissant de sexyness.

Mais c'était mal connaître le héros du jour. Combien de temps l'avait-on sous-estimé? Combien de fois avait-on fait taire ses exploits sous peine d'apporter la honte suprême aux victimes de ses coups? Eh bien, le moment semblait propice pour s'introduire de manière concrète et de se faire un nom. Ses pas le guidèrent vers la salle de repos des soldats du château. Ici trônait divers objets, de l'armement, de la nourriture, de la fumée, mais surtout des soldats qui s'amusaient, criaient et passaient le temps, faute de travail à accomplir. L'un d'eux, remarquant la présence de Capucin, le fit savoir à  ses collègues, le ton rauque de sa voix s'accordant étrangement bien avec le sarcasme qu'il employait à outrance pour désigner le protagoniste. "Regardez qui voilà! Ça serait pas le héros de la vallée du vent? Faites attention, il va rallier les pauvres contre nous!". Mais ces mots n'arrivaient à esquinter le sourire narquois de Capucin qui se tenait fièrement devant la porte, les bras croisés. D'un pas ferme vers l'avant, il pénétra dans la pièce, la confiance se dégageant de lui créant presque un volute aussi imposant que celle des cigares des gardes. Une façon imagée de concevoir son aura, certes, mais ça ne faisait qu'augmenter sa confiance. Se raclant la gorge, il désigna du doigt son interlocuteur.

"Oooh? Comme ça les gorilles savent parler? Pourquoi tu viendrais pas me dire ça en face, hein? À moins que t'ais peur, c'est ça?"


Les murmures s'élevaient dans la pièce, volatiles et éparses. Toutefois, tous se rejoignaient en un même point: Capucin allait se prendre la raclée du siècle. Car le gorille ne l'était pas que figurativement. Il dépassait de deux têtes le capucin et portait à sa ceinture une arme aussi grande que lui. Ses pas seuls résonnaient dans la pièce malgré le brouhaha ambiant et une fois à son niveau, le garde s'approcha, collant son front au sien, sa barbe hirsute lui frôlant le visage et son haleine de tabac l'enveloppant. Mais le héros ne bronchait pas et l'affrontait du regard. Le garde s'esclaffa alors: "Qu'est-ce que tu comptes faire, petit homme? Me taper avec tes petits poings? ÇA c'est un coup!". Ainsi, il projetta son poing vers l'avant. D'un calcul rapide, il jugea que s'il venait à être touché, les chances que sa tête reste encore sur ses épaules étaient très basses. Profitant de son agilité, il esquiva son coup et profita de la confusion pour subtiliser l'arme et son fourreau de la ceinture du colosse, se reculant ainsi.

"Hahahaha! C'est ça le problème avec les costauds. Trop de muscle pour bouger. Maintenant, si tu veux ravoir ton truc, faudra venir le chercher!"


Et c'est ainsi que les hostilités s'engagèrent. Un cri de ralliement força tous les gardes hors de leurs sièges et de leur confort, armes à la main, ils s'élancèrent à la poursuite du voleur qui dévalait d'ors et déjà le couloir à toute hâte, s'arrêtant à la fin de celui-ci pour...pour montrer ses fesses voilà! Il disparut ainsi hors du champ de vision de la garde du château d'autant plus enragée, tandis qu'on pouvait entendre un rire s'estomper au loin. Maintenant, il devait s'échapper.

Sa course l'entraîna au travers de plusieurs pièces, halls et couloirs, mais jamais là où il voulait se trouver. En d'autres mots, il s'était joyeusement perdu dans l'enceinte du château. S'il n'entendait plus les gardes, le danger restait tout aussi présent. Une porte géante se présentait alors à lui, un peu à l'image d'un hangar. S'il ne savait où aller, peut-être pouvait-il trouver quelque chose lui permettant de s'échapper. Suivant cette logique, il s'introduit dans l'antre de la ferraille. D'abord surpris, il se promena entre les monticules, peu soucieux de comprendre pourquoi, mais surtout de trouver un truc utile. Lorsqu'il mit la main sur ce qui semblait être un vélo dans un état plus ou moins bon, il fut interrompu par le bras de l'acier tordu. Il se raidit un peu, inquiet quant à savoir d'où provenait ce bruit. Chassant le doute de son esprit, il escalada un des monticules pour avoir une idée des environs. Tout ce qu'il trouva, c'était une jeune femme qui semblait travailler. Beaucoup moins glorieux, mais surtout beaucoup plus rassurant pour lui. Tenant le nodachi dans sa main, il adopta une pause héroïque avant de s'adresser à elle. Son temps était compté, mais il pouvait toujours en trouver un peu pour faire bonne impression.

"YOOOOOOOOOOO. Qu'est-ce qui se passe ici? Que faites-vous et qui êtes-vous? C'est Capucin, héros de la vallée du vent qui vous le demande!"


Il se demandait si son vouvoiement était justifié. tant pis, il corrigerait le tir si le besoin se présentait. Car à cette distance, il ne pouvait la distinguer correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Dim 17 Nov - 23:53


Un héros se doit d'être bien entouré !
Capucin


L’amour est un sentiment futile ; Une connerie qui frappe la mauvaise personne au mauvais moment. Dans tous les sens du terme. Tout ce qu’elle voulait faire, c’était oublier cette stupide nouvelle rencontre avec le tout nouveau nommé « Miles ». Oublier cette sale journée et tout ce qu’il s’en était suivit. Et pourtant, pourtant, elle avait gardé un fragment de balle, qu’elle contemplait de temps en temps. Pour nourrir sa haine envers lui, avait-elle prétendu. Mais la vérité était toute autre même si elle se refusait de l’avouer. Par plusieurs fois elle avait simplement voulu balancé l’objet au loin du haut de son beau château. Poing levé, à chaque fois elle avait renoncé. A la dernière seconde. Elle n’était pas encore prête à s’y résoudre. Et putain ce qu’elle pouvait avoir la rage contre elle-même à cause de ça. Sa conversation avec Kaiju avait certes éclaircis les choses en son être, mais pas comme elle l’aurait voulu. Pauvre petite gamine perdue, dépassée par des choses qu’elle ne comprend pas.

Elle avait eu des jours, clouée au lit, pour y réfléchir. Des jours pour se convaincre qu’elle le haïssait assez pour se débarrasser de lui une bonne fois pour toute. Bon gré, mal gré, c’était sa conclusion ; à sa prochaine rencontre elle mettrait juste un terme à tout ça. Avec le langage qu’elle comprenait le mieux ; les poings. Pour l’heure elle avait juste besoin de se vider l’esprit. De ne plus y songer, l’oublier assez pour se dire que son existence n’était qu’un sale cauchemar qui n’avait jamais existé. Alors elle avait fait ce qu’elle faisait de mieux pour oublier. Elle s’était enfin remise au boulot. Et lorsqu’elle eut terminé et vérifié chaque rouage de ce maudit château, désespérée, elle s’était enfermée dans son atelier pour se lancer dans la conception de nouvelles inventions. N’importe quoi.

Pas une seule âme ne s’était aventurée dans son antre, n’avait osé ne serait-ce que frappé à sa porte. Elle ignore si sa mauvaise humeur s’était faite assez visible lorsqu’elle s’était occupée du château pour que chacun sache qu’elle n’était pas dans l’état d’esprit de recevoir quiconque ou si elle devait cette charmante attention à Kaiju. Toujours est-il que cette solitude était appréciée. Jamais elle n’avait trouvé mieux pour se sentir mieux que se jeter corps et âme dans son boulot. Jamais elle ne pourrait être assez reconnaissante à Black de l’avoir acceptée dans l’enceinte du château, d’ailleurs.

Elle avait pu profiter de cette quiétude des jours durant. Jusqu’à ce qu’elle entende finalement la porte de son petit cocon s’ouvrir. Déjà agacée, sa première réaction fût de tordre, avec une aisance due à son don, le morceau de ferraille qu’elle tenait entre les mains. Personne du château n’aurait osé le déranger. Elle était sûre de ça. Elle faisait peur à tout le monde dans ce château. Alors qui diable avait osé débarquer ici ?!

« YOOOOOOOOOOO. Qu'est-ce qui se passe ici ? Que faites-vous et qui êtes-vous ? C'est Capucin, héros de la vallée du vent qui vous le demande ! »

…Un abruti. Un pauvre petit abruti suicidaire qui ne sait pas où il a mis les pieds et qui ne sais pas ce qui l’attends de l’avoir dérangée, elle, en plein travail, alors qu’elle cherche simplement quiétude et solitude. En premier lieu elle n’e pas même pris la peine de lever la tête vers lui et ce n’est que par après, une fois qu’elle a pris le temps d’attraper un mouchoir en tissu pour essuyer ses mains qu’elle se redresse et tourne enfin la tête vers lui.

Un long moment elle se contente de le fixer, hésitant entre un air blasé et fâchée, avant que finalement le second prenne le dessus. C’est dommage, il est plutôt mignon, quand elle le regarde comme ça. Mais le pauvre se retrouve simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Elle Hell n’a toujours pas pu se débarrasser de toute cette haine qui la hante depuis sa rencontre avec Miles. Elle voulait juste rester seule le temps de pouvoir ravaler toute cette haine. Mais non. Il fallait qu’un abruti vienne la récolter, presque inconsciemment. Pauvre type. Quand elle y pense, elle a presque de la compassion pour ce gars. Et pourtant ça ne l’empêche pas d’aboyer son venin dans sa direction.

« Tu oses débarquer dans mon atelier pour venir me demander qui je suis et ce que je fous là ?! »

Elle fait quelques pas dans sa direction et se demande encore comment elle va faire pour contenir assez sa colère et ne pas le frapper. Pourtant ses poings se serrent déjà, prêts à lui montrer ce qu’il en coute de venir la déranger dans son antre lorsqu’elle travaille. Mais finalement une toute autre solution se présente à elle. Elle ne veut pas de problèmes avec la Vallée. Bien qu’elle ne soit pas vraiment sure que se débarrasser d’un tel boulet leur pose véritablement quelconque préjudice.

« Et en plus de ça, t’as le culot de piétiner mon matériel ?! Mais putain t’es en train de te prendre pour quoi là, exactement ?! Retourne donc jouer avec tes légos, minable héro de pacotille. Si j’avais besoin d’un héros, ça n’aurait surtout pas été maintenant. »

C’était avant de rentrer Miles qu’elle avait eu besoin d’un héros. Quelqu’un qui aurait pu la sauver de toute cette souffrance, de toute cette rage qui la consumait à l’heure actuelle. Elle s’en voulait. Mais putain ce qu’elle pouvait en vouloir à cet inconnu, aussi. De débarquer comme ça, face à elle, de jouer les beaux, les héros alors que dès à présent tout était déjà trop tard. Sans aucun remords alors, elle balança un coup de pied dans le tas de ferraille, son propre matériel, aussi fort qu’elle le pu. Assez fort pour que toute la montagne vienne s’effondrer, et, elle l’espérait, pour qu’il se casse la gueule avec tous ces beaux matériaux. Et d’ailleurs, putain ce qu’elle ce que ça pouvait lui avoir défoncé son pauvre pied ! Mais elle tenta de ne pas grimacer, et se contenta de lui tourner le dos.

« T’es simplement inutile. Un héros ne débarque pas après les catastrophes. Rentre chez toi avant que je te dégage à coup de pieds au cul. »

Mais, et si elle se trompait ? Et s’il était, contrairement à ce qu’elle pouvait pensé, apparu exactement au bon moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Lun 18 Nov - 2:18

Quelqu'un d'intéressant, ça se remarque. Ça se sent. Ça se goûte! Peut-être pas à la première rencontre, cela dit. Mais soit! L'espace d'un instant, ce court lapse de temps durant lequel les iris se croisèrent lui fit comprendre qu'elle n'était pas n'importe qui. Pourquoi exactement? Il n'arriverait sans doute pas à dire pourquoi, pas pour un très long moment. Mais derrière l'animosité, derrière la rage, il y décelait l'esquisse de quelque chose de plus profond. Quelque chose qui lui rappelait son propre mal. C'est pourquoi il voulait descendre et la confronter face à face, puisque de son piédestal, il s'imaginait à quel point il devait l'intimider. C'était une réaction qu'il retrouvait souvent (jamais) chez les autres qu'il rencontrait, tous émerveillés (dégoûtés) par ses exploits (conneries) au service (détriment) de la population. Toutefois, le silence engendré par Capucin se rompit aussitôt alors que de sa voix qui ne laissait présager rien de bon, la jeune femme tenta de l'arrêter dans sa démonstration, les propos acides et caustiques fusant. « Tu oses débarquer dans mon atelier pour venir me demander qui je suis et ce que je fous là ?! ». Mais il ne pipa mot et continua de l'observer, d'autant plus intéressé. Ce caractère, ce n'était certainement pas sur quoi sa personnalité reposait. Il le sentait. Pourquoi était-elle comme ça? Il le saurait. Forcément. Peut-être pas maintenant, peut-être pas demain non plus, d'ailleurs. Mais il le saurait. Il croisa les bras, redressa le menton, ses lèvres se reformant en une rictus intéressé, peut-être un peu hautain. Comme un souverain dont l'intérêt venait d'être piqué. Elle n'a pas terminé et il l'écoutait. « Et en plus de ça, t’as le culot de piétiner mon matériel ?! Mais putain t’es en train de te prendre pour quoi là, exactement ?! Retourne donc jouer avec tes légos, minable héro de pacotille. Si j’avais besoin d’un héros, ça n’aurait surtout pas été maintenant. ». Cette fois, il s'esclaffa d'un rire franc et honnête, exempt de toute malice pour ne laisser que la chaleur et le plaisir se manifester. Un énorme sourire figé sur son visage, il regarda en direction de la rouquine, se penchant un peu pour mieux la distinguer, plaçant ses deux mains sur ses hanches pour se stabiliser. Enfin, il lui répond.

"J'aime ton caractère! Donc, je t'apprécies déjà. Enfin quelqu'un qui démontre quelque chose de vrai! Hah! Mais dis-moi, qu'est-ce que tu peux bien faire avec toute cette cochonnerie amassée en tas? Est-ce que tu serais par hasard une...woaaaaaaaaaaah!"

Car la jeune n'avait pas attendu qu'il termine sa phrase avant d'asséner un prodigieux coup de pied sur un morceau de fer qui tenait le tout en place. Le monticule amorçant son déclin, Capucin chercha son équilibre dans un état précaire, dévalant par conséquent les morceaux de ferraille et après un saut périlleux, il atterrit sain et sauf au sol, se permettant tout de même un soupir de soulagement avant de se redresser, le sourire qu'il avait au visage revenant instantanément. Face à face, elle semblait beaucoup moins impressionnante, surtout qu'elle était plus petite que lui. De bien grands mots pour une si petite personne, en fait. Mais son caractère surpassait son enveloppe charnelle, faisant d'elle un individu d'autant plus intéressant. Ceux qui ne s'en tiennent qu'à leurs limites n'ont pas la volonté ni la force de tenir leur destin entre leurs mains. Elle, tout comme lui, en démontrait l'essence et l'aptitude. Tenant son arme contre son épaule, il pencha la tête sur le côté tandis qu'elle lui tournait le dos, ayant encore un peu de se venin à déverser contre lui. « T’es simplement inutile. Un héros ne débarque pas après les catastrophes. Rentre chez toi avant que je te dégage à coup de pieds au cul. ». Si elle possédait le venin, lui avait l'antidote. Son sourire s'effaça lorsqu'il comprit que les maux semblaient plus profonds qu'il ne l'avait cru. Il n'irait cependant pas en son sens. Il n'y avait que les bienpensants pour user de sagesse dans ce genre de situation. Comme de raison, il n'avait absolument rien de quelqu'un de sage. Il toussa un peu. Elle avait eu son moment, à présent c'était à son tour.

"Par oùùùùù commencer. D'abord, c'est quoi des légos?"

Il fit le tour, se plaçant devant elle, l'observant sous toutes ses coutures. Légos, légoooos. Le mot ne lui disait rien. Pourquoi voudrait-il jouer avec ça. Il n'avait pas le temps de jouer! Il s'approcha, reluquant avec un peu trop d'intensité son haut. Il plissa les yeux, se frottant le menton et enchaîna.

"Est-ce que "légo" serait, à tout hasard, un synonyme de poitrine?"

La question était sincère, à défaut d'être pertinente. Il ne savait absolument pas de quoi il s'agissait, mais tenta de faire le parallèle avec quelque chose avec laquelle il aimerait jouer. Il haussa les épaules, fit quelques pas vers l'arrière avant de heurter son dos contre quelque chose. Quelque chose...de gros! Ça avait plus ou moins la forme d'un être humain, comme une armure en métal. À ce moment, il prit conscience de quelque chose d'important. Au milieu des trucs inutiles se cachait des inventions pour le moins surprenante. Une voiture là-bas, un truc énorme qui servait peut-être à faire de la glace de l'autre côté. Il était réellement émerveillé de toute cette technologie, chose qu'il ne comprenait pas. Mais elle oui! Et ces bracelets qu'elle portait aux poignets, ils servaient à quoi? Il s'avança, recueillit doucement ses mains pour inspecter ses poignets, oubliant qu'elle avait essayé de lui faire mal quelques secondes plus tôt. Redevenu enfant, il reprit son entrain (qu'il n'avait pas tout à fait perdu, d'ailleurs) et enchaîna sur sa pensée.

"Les héros ne viennent jamais au mauvais moment. Peu importe tes raisons, tes inquiétudes et même si tu es réfractaire, rien n'est laissé au hasard! Le héros trouvera toujours le moyen de te soustraire à ce que te retient au fond de l'eau et même s'il faut se battre jusqu'au dernier souffle, le héros viendra au secours des faibles! C'est ce que je suis et c'est ce que je fais! C'est toi qui a construit tout ça? Haha! C'est parfait. Génial, même!"

Il se recula de quelques pas et lui tendit une main.

"Je ne possède pas ce genre de talents. Mais toi oui. Comme un héros doit s'entourer des bonnes personnes, je te propose de t'allier avec moi! Avec ton talent et mon héroïsme, on arrivera à éradiquer le mal! Alors, qu'en dis-tu?"


Inconsciemment, son pouvoir se manifesta. Une aura chaude et rassurante, qui inspirait la confiance. Elle ne dura qu'un court moment, cependant, le temps de laisser cette vague impression, mais sans plus. Attendait-il vraiment une réponse positive? Oui, c'était le cas. Allait-il l'avoir? C'était une toute autre histoire. Mais il n'abandonnerait pas à un refus, c'était sûr et certain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Ven 22 Nov - 1:55


Un héros se doit d'être bien entouré !
Capucin


Vraisemblablement, elle était agacée. Plus que de coutume. Son état, avant qu’il vienne foutre sa merde, n’était déjà pas au beau fixe, alors maintenant qu’il débarquait pour la faire chier et en plus insulter ses si précieux outils de travail…Il y avait pourtant des limites au seuil de l’envie d’avoir une mort lente et douloureuse pour un homme, non ? Parce que lui semblait les dépasser de loin. Ou alors il ne savait simplement pas ce qui l’attendait en venant provoquer la rouquine en ce lieu saint.

Elle fit la moue. Une petite moue de gamine énervée. Et en plus il se foutait de sa gueule, quoi. Qui ignore ce que c’est qu’un légo, franchement ?! Oh s’il savait combien elle aurait voulu lui balancer son point dans la gueule lorsque son regard s’en était allé un peu trop bas à ses yeux. Mais elle ne s’était pas contenue jusque-là pour péter les plombs maintenant. Aussi s’était-elle contentée de croiser les bras pour le contempler d’un œil mauvais. Presque assassin, même. Si son regard pouvait tuer…D’ailleurs fabriquer des lunettes qui peuvent tiré des balles ne serait pas une mauvaise idée. Elle ferait ça ! Lorsqu’elle aurait la paix, bien entendu.

Mais visiblement la laisser tranquille ne semblait pas être dans les projets de l’intrus. Il s’était laissé aller à un long discours dont elle n’avait entendu que quelques vagues mots au départ, et écouté la fin. Parce que oui, dès lors que ses oreilles ont captés qu’il parlait de ses invention elles lui avaient d’un seul coup consacré leur attention toute entière avant même que la rousse ne s’en rende compte. Oui, bien entendu, dès lors qu’on la complimentait sur son travail elle était toute ouïe…Mais elle n’en devenait pas spécialement plus docile pour autant. C’est pourquoi après avoir écouté sa proposition jusqu’à la fin, elle ne fit rien de plus que continuer de le regarder fixement d’un œil mauvais.

L’espace de quelques secondes pourtant l’idée de s’allier à lui ne lui sembla plus aussi stupide et saugrenue. Elle senti même qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle ! Faire confiance à un inconnu ! C’était stupide et c’était pourtant bel et bien son ressentis. Si bien qu’elle décroisa les bras et qu’une main peu hésitante commençait à s’approcher doucement de la sienne.

« Intrus ! Intrus ! »

Jusqu’à ce que le charme se brise.

Elle en sursauta presque lorsque cette voix mécanique s’éleva dans la pièce. Mais elle savait très exactement de quel robot elle provenait. Celui que l’autre abruti venait d’heurté. Ah, il l’avait activé en même temps ! Bon sang mais était-il capable de faire ne serais-ce qu’une chose correctement, ce boulet ?! Elle soupira et s’avança de quelques pas dans la direction du robot de sa création.

« Fausse alerte. Rendors-toi, je vais t’éteindre. »
« L’intrus doit être exterminé. »

Si le robot s’était contenté de parler, les choses se seraient passées plutôt bien. Mais il avait également levé un bras mécanique et tiré en direction de l’habitant de la vallée du vent, joignant le geste à la parole. Et sur le coup Hell ne sut juste…Pas quoi faire. Elle le regardait, avec deux grands yeux ronds, avant de faire ce que cette douce et charmante jeune fille faisait de mieux…Peter les plombs.

« Putain mais c’est quoi ton problème ?! Depuis quand t’es armé, toi, d’abord ?! »

Elle ne se souvenait pas l’avoir armé. Ni l’avoir programmé pour éliminer les éventuels intrus. Il en était presque intéressant. Mais, hélas, elle ne pouvait le laisser agir de la sorte, autrement elle aurait eu quelques problème avec la dirigeante du royaume des pauvres. Alors, tandis qu’il avançait probablement vers sa cible pour continuer à tirer –Hell n’avait pas même posé un regard sur lui pour voir s’il allait bien- elle attrapa sa clé à molette à sa ceinture et s’approcha du robot pour lui ouvrir le torse et commencer à jouer un peu avec l’intérieur de la bête. Bon elle devait reconnaitre que ce n’était pas facile de le mettre hors service alors qu’il n’arrêtait pas de bouger, ignorait royalement sa créatrice pour continuer de chasser son gibier, mais quelque part s’était plus amusant comme ça, aussi.

Enfin, amusant dans les limites de la patience de la jolie mécanicienne, qui en eut vite assez marre pour finalement frapper l’intérieur avec sa clé à molette et toute la force qu’elle pouvait avoir dans ses petits bras. Au bout de quelques coups l’arme vint retrouver sa place et il n’émit plus aucun bruit. Ainsi rassurée, Hell se laissa tomber en arrière pour finir allongée sur le sol et ferma les yeux. Elle n’avait aucune idée de l’état dans lequel se trouvait son invité de fortune, mais elle lui adressa tout de même quelques mots, dans l’espoir qu’une réponse vienne lui confirmer qu’il était encore en vie.

« Qu’est-ce que tu disais, déjà… ? Ah, oui, du talent ! Tu as appelé ça du talent ! Eh bien, tu vois, je ne suis pas si talentueuse que ça, puisque mes inventions ont toujours au moins un petit défaut. T’allier à moi, si tu veux mon avis, révérait davantage chez toi un gêne suicidaire qu’une véritable envie d’éradiquer le mal. De plus... »

C’est pas un sombre réflexe qu’elle vint poser son avant-bras devant ses yeux, pour ne pouvoir croiser le regard de personne alors que ses mots s’enchainaient doucement, difficilement, avec une pointe de solitude dans le fond de sa voix.

« De plus tu as tort. Si tu es un héros tu es bel et bien arrivé trop tard pour moi. Je ne m’en plains pas, ne va pas croire ça. Je te mets simplement face à un fait puisque tu sembles vouloir rester dans ce monde merveilleux qui est le tient, bercé par toutes tes belles illusions d’arc en ciel et de petit ours en peluches. C’est pas trop mon délire tout ça, désolée. »

Mais dans le fond peut-être n’était pas tout à fait sincère. Peut-être se plaignait-elle vraiment un peu. Peut-être voulait-elle, simplement, juste pour une fois, que quelqu’un comprenne sa peine et soit de son côté. Que quelqu’un l’aide à surmonté ça, parce qu’elle sentait que toute seule elle n’y arriverait pas. Juste pour une fois.

Juste pour cette fois…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Ven 29 Nov - 0:03

Il savait que ce ne serait pas gagné d'avance et malgré le faible espoir qu'il maintenait lorsqu'elle s'enligna pour prendre sa main, cette confiance s'estompa par l'activation d'un bien curieux objet. L'objet robotique s'anima et conversant dans le langage de l'homme, semblait prétendre que Capucin n'était rien de plus qu'un intrus. Bien évidemment, il n'y connaissait rien du tout à la technologie, mais possédait cette vague impression que cela n'augurait rien de bon. Pourtant, il n'arrivait à détourner son regard pétillant d'admiration pour cette pièce d'ingénierie et partait dans ses délusions aux cours desquelles il pilotait lui-même l'engin en confrontant des ennemis fictifs. Même pour sa créatrice, le tout semblait hors de l'ordinaire. Étrange, se disait-il. N'avait-elle pas le plein contrôle de la machine? Alors pourquoi ne l'arrêtait-elle pas? Sans doute pour l'impressionner, ce qui fonctionnait étrangement bien, d'ailleurs. « L’intrus doit être exterminé. » Alors là, les choses prenaient une nouvelle tangente. S'il était l'intrus, c'est donc lui qui devrait être exterminé. Il eut un sourire arrogant, prenant le défi au pied de la lettre. Posant son arme nouvellement acquise devant lui, il montrerait à cette pièce de ferraille qu'on ne menaçait pas impunément un héros de sa trempe.

Mais rien d'autre qu'un cri de surprise ne s'échappa de la bouche du héros de la vallée alors que la chose tirait vers lui. Instinctivement, il opta pour le replis stratégique, zigzaguant entre les rafales de balles, ne laissant sortir qu'un:

-HEY attends! C'est pas juste! J'ai pas d'armes à feu, hnng.

Sa phrase fut vite coupée par une douleur lancinante au niveau de la cheville au moment où il se cachait derrière une carcasse métallique qui appartenait à un objet ayant très certainement déjà connu de meilleurs jours. Il tituba l'espace de quelques pas avant de s'asseoir, maintenant à l'abri. Jetant un coup d'oeil au niveau de sa cheville, il en déduit que sa chance ne pouvait pas être à l'épreuve de tout, non plus. Une balle s'était logée dans celle-ci, le bout de métal empêchant néanmoins une profusion de sang de s'échapper. Il releva sa chaussette pour cacher la blessure, se disant que pour le moment, il devrait malheureusement faire avec. Il prit quelques bonnes respirations, se disant qu'il pouvait facilement passer outre cette douleur. User de son don ne serait pas sage, puisque la balle resterait coincée dans sa jambe, même si la plaie était refermée. Il déglutit, reprenant sa fougue et son calme et se retourne pour voir...Un robot qui se dirige vers lui tandis que le derrière de sa nouvelle partenaire (il l'estimait déjà comme tel) se balançait de droite à gauche. De belles fesses, gauche, droite, gauche, droite qui se balancent à peine cachés par un short. Tout à coup, il a moins mal. Mais d'ailleurs, qu'est-ce qu'il faisait, ce robot? Il...il la mangeait? Maintenant? Oh non, il ne le laisserait pas faire!

-ÇA SUFFIT, créature métallique! C'est moi que tu veux? Viens me chercher! Mais laisse-la tranquille!

Sans même vraiment y réfléchir, il bondit hors de sa cachette, évitant une première salve de balles et parant même une de celles-ci avec sa propre arme, mais avant de bondir et de pourfendre ce malandrin, celui-ci s'arrêta et la rouquine jaillit de son vendre, indemne. Allongée au sol, elle ne semblait pas aussi choquée que lui était impressionné par cette démonstration de talent brut! Plus calme que lui, elle lui répondit enfin et se calmant par le fait-même, il l'écouta. Lui, suicidaire? Impossible! Il n'y avait rien de suicidaire là-dedans. Bon, il aurait très bien pu mourir à cet instant même, mais ne l'avait-elle pas sauvé? C'est ça, le travail d'équipe. Puis elle continua, cette fois lui avouant qu'il ne vivait que dans une utopie improbable, ce qu'il rejetait entièrement. Ce n'était pas la première fois qu'on lui servait ce genre de réponse, même si d'habitude, c'était surtout avec animosité et non avec résignation qu'on lui faisait ces aveux. Mais il n'en démordait pas. Elle avait tord, sur toute la ligne. Marchant dans sa direction (en faisant très attention pour que sa blessure paraisse invisible, il lui tendit la main à nouveau, cette fois pour la relever.

-Tu as tellement tord que je ne sais pas par où commencer. Moi, suicidaire? Qui vient de me sauver la vie à cet instant? Je n'ai pas ton esprit créatif et je ne comprends même pas comment il est possible de créer de telles choses. Alors, je ne sais pas certainement pas comment les empêcher de me tuer. C'est pourquoi je ne veux pas m'allier uniquement à tes créations, mais à toi! C'est loin d'être un acte suicidaire, puisque je fais confiance en ta personne pour empêcher que ça n'arrive! C'est ça que ça implique d'être une équipe. La confiance mutuelle. Et je n'ai pas besoin de te connaître plus que ça pour comprendre que tu mérites cette confiance.

Il lui sourit à pleine dents, fermant les yeux sur le coup. Il redevient un peu plus sérieux et poursuit.

-Je ne sais pas qui t'as mis ces idées en tête. Le défaitisme, la résignation. Tu n'es pas la première qui me sort ce discours. Seulement, les autres semblaient plus enragés qu'écorchés en prononçant ces mots. Ce qui me porte à croire que tu n'as jamais connu de vrai héros dans ta vie. Je ne m'arrêterai pas à une réponse négative et je ne sombrerai jamais dans la résignation. Je rejette ces notions et j'y substitue ma propre réalité. Il n'y a pas de monde merveilleux, sinon il n'y aurait pas de héros. De la volonté, c'est tout ce dont j'ai besoin. J'ai la volonté d'attendre que tu me fasses confiance autant que je suis prêt à te faire confiance et alors, j'enlèverai ce qui t'embrouilles l'esprit.

Une fois qu'elle était debout, il se prépara à utiliser sa phrase finale, digne de son héroïsme.

-Évidemment, il n'y a pas de h...

La grande porte de l'atelier s'ouvrit de manière fracassante et le bruit de pas -de beaucoup de pas- remplit l'espace jusqu'à ce que, face à eux, le chef de garde ainsi qu'une dizaine de soldats formaient un demi-cercle autour d'eux. Instinctivement, Capucin se plaça devant elle, dégainant son arme. Le colosse prit la parole. "Te voilà, singe. À ce que je vois, tu pactises avec l'ennemi. Tu devrais avoir honte d'un scénario aussi cliché." Il tourne la tête vers elle. " Et toi, depuis quand tu protèges les voleurs, hein? Ça ne va pas se passer sans punition."

Mais Capucin prit aussitôt la parole, cherchant à avoir toute l'attention sur lui, pour la bonne cause.

-Ha! Évidemment, les gorilles voient la conspiration partout! Elle ne me protège pas, elle n'est rien de plus que mon otage! Qui serait assez sensé pour me protéger, hein?

Tenant fermement son arme un peu trop grande pour lui dans ses deux mains, il se jeta avec vitesse sur un des gardes , enfonçant la nodachi dans son épaule pour la retirer en poussant le garde de son pied. Fier de son coup, il l'était un peu moins quand un pistolet se pointa sur sa tempe. "On fait moins le malin, maintenant, hein?"

-Hey ho, c'est pas juste, ça...

Il eut tout juste le temps de pousser le bras qui tenait l'arme avec son coude pour que le tir ne lui effleure l'oreille et il recula de quelques pas, un énorme sourire au visage, comme s'il s'amusait. Rectification, il s'amusait. Quand même si une arme à feu était pointée sur lui, ainsi que plusieurs autres épées et lances, il n'abandonnerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   Sam 4 Jan - 23:33


Un héros se doit d'être bien entouré !
Capucin


S’il y avait bien une chose qu’elle ne pouvait lui retirer, c’était sa persévérance. Toujours là à lui tendre la main et à essayer de la convaincre. Lui tendre la main au sens propre du terme, d’ailleurs, puisqu’il l’avait aidé à se relever pendant son beau discours sur une confiance mutuelle qu’elle n’avait écouté qu’à moitié. De belles foutaises. Il était impossible de faire confiance à quelqu’un qu’on vient de rencontrer. Même si parfois, l’illusion laissait croire que si. Elle n’était pas femme à faire confiance aussi facilement. Définitivement pas. Et très certainement pas un type qui a besoin de s’expliquer pour essayer de convaincre son entourage qu’il n’a pas des envies de supprimer sa propre personne. Ouais…Y’avait vraiment que la persévérance qu’elle ne pouvait pas lui retirer.

Par contre, pour ce qui est de se foutre dans la merde, le tout en foutant dans la merde les personnes présentes avec lui, là il battait tous les records. Ou alors les gardes du château ambulant étaient juste trop cons. D’ailleurs, qui leur avait permis de débarquer ainsi dans son atelier, armés et en plus en l’accusant de trahison ? Ah, et des menaces, avec ça ! A croire qu’ils n’avaient rien appris depuis qu’elle avait offert ses services à Black.  Bon après, si l’autre abruti c’était pas décider à jouer les chevaliers servant alors que ça sert à rien, la confusion n’aurait pas lieu d’être.

Et pourtant, malgré la situation complexe et les problèmes qu’il avait déjà, il essayait de la protéger en la considérant comme son otage. Ou de négocier sa peau, au choix. Ce qui n’eut pour effet que de la faire soupirer. L’un comme l’autre c’était inutile, parce qu’elle n’avait pas l’intention de laisse cette intrusion se dérouler comme les personnes ici présentes l’auraient voulu. Penser qu’elle resterait là bien sagement à attendre que les choses se passent et se calment…Quelle idiotie.

C’est les mains dans les poches et sans paniquer une seule seconde pour l’un ou l’autre des camps qu’elle contempla les premières manifestations d’hostilités. Elle n’avait pas eu l’intention de réagir avant que ces abrutis ne se soient calmés, à la base. Puis un coup de feu avait été tiré. Un coup de feu. Tiré par un garde du château ambulant. Dans son propre atelier. Dans SON atelier personnel ou PERSONNE n’avait le droit de mettre les pieds. Et ils osaient espérer qu’elle allait laisser passer sans rien dire ? En restant calme, en fermant tranquillement sa gueule ?

Ahah. Elle aurait presque rit jaune. Presque.

Au lieu de ça, silencieuse elle s’était avancée de quelques pas. Elle avait dépassé celui qui l’avait soit disant pris en otage et elle s’était postée devant le garde qui venait de tirer. Elle ne lui laissa pas même le temps de se demander ce qui se passait qu’elle l’attrapa par le col de son uniforme et le redressa légèrement pour qu’il puisse affronter son regard de braise emplis de haine et de dégout.

« J’ai pas bien vu. T’as fait quoi, là ? »

Et c’est presque avec un plaisir malsain qu’elle le fois essayer de bafouiller quelque chose de cohérent. Comme quoi, mine de rien, c’est facile de se la ramener de loin et entouré d’une belle escorte. Mais quand personne autour n’ose bouger de peur de se bouffer la colère d’une fille au tempérament de feu dont on ne peut prévoir les actes, c’est tout de suite différent. Ou alors peut-être que ce moutons n’étaient apte qu’à attendre de recevoir des ordres. Parce que ces pauvres choses, lorsqu’elle s’osa à poser un regard sur eux, semblaient perdus. Sans doute ne savaient-ils plus dans quel camp était la rouquine, au final. Tant mieux pour elle, dans le fond. Elle pouvait se concentrer à traumatiser ce pauvre type ainsi.

« Je vais être claire parce que t’as pas vraiment l’air de bien saisir ou t’es et ce que tu fais, là. Ici tu es dans mon atelier, ce qui veut dire que cet endroit dans le château ambulant il m’appartient un peu. Et toi tu viens de débarquer avec tes petits potes, armés, alors que moi, ici, je bosse. Ce qui veut dire qu’avec tes armes et ton animosité de merde vous auriez tout aussi bien pu briser une de mes créations et réduire tout mon beau travail à néant. Et en plus de ça vous m’emmerdez. Et vous n’avez pas eu la décence de frapper à la porte avant d’entrer. »

Elle se décide enfin à le lâcher et fait quelques pas pour contenir les coups qu’elle a envie de porter à cet abruti. Ce qui est dommage, c’est qu’elle n’est pas douée pour ce qui est de se contrôler.

« Alors voilà ce qui va se passer. Soit vous dégagez et vous me laissez parler tranquillement affaires avec cet abruti dégénérer ici, parce que bien que sa proposition soit chiante et sans intérêts lui il a pas tiré avec un flingue ici, soit je vous dégage à grands coups de pieds dans le derrière, suite à quoi une plainte sera déposée directement soit chez Raines, soit chez Black, j’ai pas encore vraiment décidé, pour votre putain d’incompétence et pour le comportement dangereux que vous abordez dans le château. Parce que ouais vous auriez pu endommager le château aussi. Je vous rappelle que moi je fais du très bon travail et que je suis en très bon termes avec les grands chefs ici, alors vous devriez juste me foutre la paix. Et quand à toi… »

Elle se retourne et s’avance vers le premier intrus pour finalement lui foutre une baffe don le doux son résonna dans tout l’atelier.

« On protège les plus faibles que soit. Ne t’avise plus jamais de me sous-estimer de la sorte. Je n’ai pas besoin d’être protéger. C’est ton cas, visiblement, alors arrête de jouer aux héros avec moi. »

Avait-elle calmé le jeu, ou lancé une bombe plus terrible encore ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un héros se doit d'être bien entouré! [Pv Hellhound]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La longueur du titre de ce sujet doit etre comprise entre 10 et 255 caracteres
» psp doit elle craker pour mettre le patch fr sur mhp2g?
» [IMPAYE] Fait ce que doit, advienne que pourra
» quel entraineur doit ton battre pour pouvoir recruter les joueurs de cotarl
» L'amour doit souvent se montrer cruel | PUCK <3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Château en pierre :: Château ambulant-