AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 One day, could I whisper these words ? { Iule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: One day, could I whisper these words ? { Iule   Mer 13 Nov - 16:57








One day
« Just understand your pain. »

Il était une fois, une fois après une rencontre avec un jeune homme. Combien de temps s’était écoulé, Kalice ? Tu ne savais pas, tu n’avais plus ton habitude de compter chaque jour passant, chaque feuille tombant. Tu vivais autrement, non plus à ta façon, et pour une fois depuis quelques jours, tu te mouvais, tu sortais de ce champ, sous un ciel noir, dans un silence de mort, hantant le désert. La pierre laissait place à ton pelage, les ruines à tes iris, et tes traces te suivaient, long sillon hantant les lieux. Tu étais une tâche blanche dans un monde noirâtre. Une tâche vivante sur un sol mortuaire. Vers où boitais-tu ? Vers ce que tu avais l’habitude de sentir, une odeur que tu connaissais. Tu aperçus le cheval, tu aperçus le chat, et finalement l’humaine. Kalice, un tissu autour de ta blessure, tu fixais les environs, attendant derrière un vieux muret si tu percevais un danger, par habitude. Oui, Kalice, il était une fois.

Je me suis levée, m’approchant de l’ombre humaine, faisant un long détour pour éviter l’équidé et le chat non loin de lui. Mes yeux restaient fixés sur la jeune femme cachée dans la pénombre, et je me suis assise, à une certaine distance, posant mon regard impassible sur cet être, sur cet aspect frêle. Depuis quand n’étais-tu pas venue sur la Terre des Noiraudes, Iule ? Pourquoi n’étais-tu pas venue avant ? Cela m’intriguait, m’inquiétait, et il y a quelque temps, je savais qu’aller dans la vallée du vent ou les landes n’était pas une bonne idée, mais pourquoi ? Le savais-tu, Iule ? Mais surtout, allais-tu me dire la raison de ton absence ? Je ne disais mot, mais j’aurais voulu te conduire dans mon sens, j’aurais voulu savoir ce qui s’était passé.

Un silence passa, et je brandis doucement la raison officielle de ma visite ; ma patte avant, dont la blessure se refermait peu à peu, mais pas assez vite à mon goût. Ace y avait mis un bandage, mais me savoir ainsi si privée de mon moyen de fuite et de rapidité ne m’allait pas, et Iule ne revenait toujours pas, jusqu’à aujourd’hui. Une de mes oreilles se plaqua contre mon crâne, l’autre brandit vers cette ombre. Ma raison officieuse ? Peut-être de l’inquiétude. Peut-être parce que je ne l’avais pas vu depuis longtemps. Peut-être par soucis de savoir ce qu’il se passait autre part, par curiosité au final. Qui sait au fond, quelle était la raison de ta présence canine en ces lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: One day, could I whisper these words ? { Iule   Mer 20 Nov - 3:33




Désert noir au ciel bleu, au soleil violent qui illumine un ciel sans nuage. Désert noir au ciel bleu, constellé d’étoile alors que la lune trône fièrement dans le ciel .Le désert sans verdure, sans végétation. En fait si, naïf personnage. Le désert possède sa faune et sa flore. Une faune d’ailleurs grandement dépourvue d’humain. C’est ce qui plait tant à Iule dans cet endroit. Personne pour te voir, personne pour te troubler. Juste toi, toi et ta ménagerie, toi et la faune sèche du désert. Dire d’un désert qu’il est vide est un non-sens. Un désert, surtout un comme celui-ci, n’est jamais vide.  Tu avances lentement, vérifiant que la carriole suit bien. L’engin n’est pas sorti de sa grange depuis un sacré bout de temps. Il y a d’abord eu la roue cassée. Puis un court voyage dans les landes  avant d’être interrompu par cette histoire de frontières fermées. Pourquoi les landes. Par besoin de Liquidité. Tu aurais pu aller à Yubaba. A l’époque, c’était hors de question. Tu ne voulais pas tomber sur celle que tu considérais alors comme une menteuse. Cela fait longtemps, tellement longtemps que tu n’as pas revu le sable noir du désert. Elle aurait pu. Attraper un chat bus. Mais cela aurait voulu dire ne pas avoir de monture pour se déplacer, le chat bus n’acceptant pas les animaux. Qu’importe le passé, tu y es maintenant Iule. Tu t’es même accordée de t’arrêter plus tôt que prévue. Envie de t’accorder un peu de liberté.

Monter ton camp de fortune n’a pas été compliqué. Tu as trouvé un mur de brique ni trop haut ni trop petit et tu y as planté trois sardines. Tu y as accroché une toile brodée de motifs floraux, tu l’as demandé à quelqu’un, tu as fournis les indications pour que ce soit tissé et décoré comme une toile de yourte. Tu as estimé une longueur et tu as sorti de ta carriole deux poteaux décorés d’ébénisterie. Il devait servir de hautes balustrades à la base mais le client n’en a pas voulu. Alors tu les as gardés, en te faisant rembourser bien sûr. Tu attrapes aussi un caillou et t’en sert comme marteau, les plantant solidement dans le sable. Tu as tendu ta toile de plafond, tu as aussi accroché trois toiles pour faire le tour et tu as admiré ton œuvre, tout sourire. Fière. Tu as bloqué les pans de tissus touchant le sol avec des chapiteaux de collons, des briques. Oui, cela fait une petite tente tout à fait acceptable. Mais ce n’est pas fini de tes installations. Bientôt, tu prépares un foyer en prévision de la nuit, qui comme tout désert n’est pas chaude et même froide. Tu libère ensuite tes chevaux, le bouchonnant un peu avant de les laisser vaquer à la recherche d’herbe et d’eau. C’est à ce moment que cela change. Tu n’es plus seule, Iule

Le chat fixe un point et commence à gonfler, doublant de volume, montrant les crocs. Iule dépose ce qu’elle tenait dans les mains, le bacon , l’huile et la casseroles de riz aux fruits secs prête à la cuisson, avant de passer la main dans le pelage du chat , tentant de le rassurer . Tu as compris, tu as deviné qui était. Le chat se vexe de te voir si peu réagir, se détournant de toi pour aller pleurer son triste sort au poney fjord qui l’écoutera tout en broutant d’une oreille attentive. Tu souris

« Louve. »

Tu lui offre un sourire, un large sourire avant de t’accroupir, tendant la main vers elle pour lui faire signe d’avancer. Et tu t’aperçois du boitillement ; de la patte bandée. Tu manques à tous tes devoirs Iule. Doucement, elle s’assoit, posant ses mains sur la patte blessée, retirant le bandage avant d’examiner la blessure, massant lentement l’endroit malade.


« Tu as tr’vé quelqu’un pour te soigner … Il  a fait du bon boulot. Désolée de ne pas être venue plus tôt, je suis. Vraiment Beaucoup »

Tu laisses le pouvoir agir, s’insérer dans le membre malade, tu lui offre ton énergie, tout en continuant de parler


« Mais ça a pas été simple, tu sais. Les humains … fous ils sont devenus. J’ai pas bien tout compris … mais apparemment … A Yubaba, Bathilda a été victime … ou quelqu’un d’apparence très important … Un attentat je crois … Ses frontières, Elle a fermé. Alors le président Black, Pareil il a fait pour les Landes. Et Ma Reine Akane aussi, elle a fait. Alors, déjà qu’avec ma roue cassé j’avais du retard … Ca a pas arrangé les choses. Beaucoup de retard j’ai pris. Mais là, ça va mieux. Mais ça a été terrible... Un innocent est mort... Rien de grave, il avait fait … Juste en colère, il a mis la reine de cœur … Tu sais ; j’t’ai raconté l’histoire d’Alice, avec la méchante reine de cœur. J’aime bien cette histoire, J’pense que le lapin en r’tard, il doit être bon en civet, à refectiori …. Ou réfléctiori. J’ai oublié. Du coup, Bathilda, c’comme la reine de cœur … Prendre la vie, elle fait par ses hommes ... J’avais fraudé alors j’ai vu …Mon esprit, il a eu peur, j’pense. Tout était bien mélanger à cause de la sorcière … Ma génitrice, te souviens-tu bien ? Je l’ai revu. Pas reconnue d’elle, j’ai été. Mais je continuerais de t’expliquer tantôt… »


La blessure est soignée, contre coup de la fatigue qui la fait s’affaisser un peu. Elle sort du tissu une tranche de lards


« Tu partages mon repas ? Le chat, il a eu peur … Du coup, il va chasser une gerbille... Il arrive à chasser les gerbilles. Tu as vu ? Un peu mieux je parle … La dame qui me logeait...  Elle s’ennuyait alors elle m’a appris un peu à remettre les mots dans leur bon ordre et à pas contresensé les mots … pas les utiliser pour ce qu’ils veulent dire. ‘Parament, c’est très très très grave. »


Revenir en haut Aller en bas
 

One day, could I whisper these words ? { Iule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Words Bearers
» Ce n'est jamais ce que l'on croit [Iule]
» [PV Iule] Sur les traces de ma grande soeur...
» Careless Whisper
» A few words about me and video gaming!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Désert noir :: Ruines-