AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Echarpe et petits souliers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Echarpe et petits souliers.   Dim 10 Nov - 1:40




Écharpe

et petits souliers.


Feat. Chucky


La boite de voyage pesait lourdement contre le mur, attendant avec patience. Elle était tellement particulière que Walt la traitait comme un être à part. Ce n'était pas étonnant, vu qu'il avait pour habitude de parler à un Masque qui se baladait. Au bout d'un moment, la plupart des objets semblaient tous un peu vivant, à leur manière.

L'avantage de cette boite c'était d'être pratique. Elle se dépliait en plusieurs morceaux imbriqués les uns dans les autres, cachait de nombreux petits tiroirs dans lesquels étaient soigneusement triés ses outils et peintures, ainsi que tout ce qu'il utilisait pour habiller ses masques. Plumes, perles, ficelles, fils de fer, tout ce qu'il trouvait sur son chemin de joli finissait dans ce tiroir spécial. Évidemment une fois pliée, elle ne tenait que via un ficelage ingénieux principalement composé de vieilles ceintures nouées tout autour. Par dessus était roulée une épaisse couverture, maintenue par des petites cordes râpeuses. Sur la Bête (comme il aimait appeler cette boite), s'accrochaient les Masques qu'il avait avec lui. De très petits, à disons, très encombrants, tous y étaient. Il n'abandonnait jamais l'un d'entre eux si ils n'étaient pas laissés de manière intentionnelle pour des raisons particulières, à tel endroit, ou donné à telle ou telle personne, que ce soit pas générosité, amitié passagère, remerciement, ces choses là qui sont de coutume dans le domaine du relationnel et du social.

Mais aujourd'hui, il ne prendrait pas la Bête avec lui. Les Masques resteraient là, dans la petite chambre. Walt se penchait tout de même vers elle, pour en extraire quelques outils. Car on ne sait jamais. C'est comme le peintre qui ne sort jamais sans son crayon et son carnet, pour le "au cas où" (même si en réalité, c'est juste pile poil quand il pense à prendre cet "au cas où" avec lui qu'il ne l'utilise pas, alors que la veille, il regrettait amèrement de l'avoir oublié).

Seul Awakoum allait être attaché à sa ceinture. Pour l'instant, le petit démon qui l'occupait à l'occasion n'était pas là, ce qui rendait le lieu incroyablement calme. Parce que d'habitude, l'animal avait tendance à être vaguement bruyant. Des fois, ça donnait un peu des envies soudaines d'un bon feu de bois, au milieu de la pièce.

Journée froide mais ensoleillée. Un temps qui semblait convenable. Une occasion d'enrouler une vieille écharpe autour du cou, et de passer sur les épaules une veste en cuir doublé aux coudes usés et aux poches trouées. Les vieux souliers furent enfilés avec de grosses chaussettes qui lui montaient jusqu'aux mollets. Walt aimait vraiment bien ses grandes chaussettes rouges. Elles étaient bien chaudes, lui qui avait tendance à avoir les pieds gelés, c'était fort utile.

Un soupir, et de la fumée dansait dans les airs. Il faisait frais et encore humide. C'était normal en même temps, il était tôt. Plutôt matinal, Walt aimait bien partir assez tôt pour que la journée soit remplie. Avec un peu d'argent en poche, il avait dans l'idée de ne pas tout de suite rentrer, il n'aimait pas trop être restreint et devoir, par exemple, rentrer quand il commencerait à être tard. Il rentrerait quand il le déciderait, indépendamment du temps qui passe. En conclusion, Walt n'était pas très doué quand il s'agissait d'être à l'heure à un rendez-vous. C'était sûrement pour ça qu'il n'en avait aucun d'ailleurs.

Walt aimait bien partir tôt pour une autre raison : le calme et le silence des rues. Il n'y avait personne ou presque. Les autres âmes qui erraient aux aurores étaient aussi silencieuses que des fantômes, et ça c'était agréable.

Le sculpteur avait eu une idée soudaine, la veille. Après avoir écouté la vieille épicière, sa curiosité avait été piquée. Après tout, il n'était pas encore dans cet endroit depuis longtemps, l'exploration allait encore être longue (et ça lui plaisait). L'épicière avait évoqué l'Arbre Millénaire, celui qui ne devrait même pas avoir d'âge tellement il était vieux, ni même de taille tellement il était grand. Du coup, il le fallait, Walt devait aller contempler de ses propres yeux une telle création. Même si c'était, un peu loin. Et le trajet fut un tantinet long. Il n'avait pas pris la peine de prendre avec lui son vélo : sur les routes de campagne c'était pratique, mais pas dans une forêt. Du coup, il avait décidé de héler un ou deux chariots de paysans qui passaient, et qui acceptèrent très sympathiquement de le prendre avec eux le temps de quelques kilomètres. Ceux-ci lui permirent de rendre utile les outils qu'il avait pris avec lui, et ainsi de remercier d'une gravure simple et rapide les généreux.

Walt avait d'abord traversé les bois. Ils étaient clairs et ensoleillés. Puis la forêt s'était assombrie au fur et à mesure, la verdure s'intensifiait. Il était plus difficile d'avancer. C'est à ce moment qu'Awakoum revint.

Le petit Masque avait d'abord tremblé, comme d'habitude. Puis, il s'était détaché, et flottait dans les airs. Walt ne s'était même pas arrêté. Il n'était absolument plus surpris par le processus qu'il avait enclenché via ce que les gens d'ici appelaient son Don.
Rapidement, un corps s'était matérialisé derrière le Masque. Un corps un peu difforme, une silhouette noire gélatineuse et molle, qui formait grosso modo un être avec deux bras et deux jambes potelées. Dans les trous qui servaient aux yeux étaient apparues deux petites fentes lumineuses.

« Tu as encore oublié un doigt à chacune de tes mains.»

Un petit ricanement et quelques bonds, et le corps avait ses dix doigts.

« Alors, tu aimes cette forêt?

Awakoum bondissait sur les troncs, glissait sur les branches.

«Oui! Il était temps que tu nous sortes de cette ville puante.
- Trouve le plus vieil arbre de cette forêt s'il te plait. T'es un démon, ce genre de choses, tu dois le sentir, non?»

Le Masque plissa ce qui lui servait d'yeux.

« C'est quoi ce stéréotype, petit humain ?»

Le Démon-Masque soupira, fit mine de ne rien vouloir faire. Puis son petit corps mou se transforma en ce qui ressemblait vaguement à un félin.

« Allez viens, je crois que c'est par là!»

Walt leva les yeux au ciel, et suivit la petit chose qui sautillait.  Ses souliers glissaient sur la mousse humide, et il trébuchait sur les racines traitres, ce qui l'agaçait. Il commençait à perdre l'habitude de vagabonder.

Ce fut essoufflé qu'il arriva au pied de l'Arbre. C'était un tel monument que ça prenait un A majuscule. Il était bluffé par la taille de cet Arbre, et par l'immensité de sa ramure.
Awakoum lui, se dandinait, sautillait. Walt avait toujours imaginé que, si les démons existaient, ils auraient été plus...Sérieux. Dans le genre badboy maléfiques et terrifiants.

Walt soupira, passa une main dans sa tignasse même pas coiffée et que même il s'en fout d'abord, avant de constater qu'en fait, contre toute attente, il était pas vraiment seul.

« Oh. »

C'était spontané comme étonnement. Y'en a ils sont étonnés dans le dedans d'eux, lui fallait qu'il l'exprime (du coup, être étonné ET discret, c'était pas gagné). Dans un réflexion de protection inutile, Walt cacha la moitié dans son visage en s'enfouissant dans son écharpe. Ah. C'est vrai, il devait s'en trouver une autre, une qui serait douce.



Code par NKM.


Dernière édition par Walt le Jeu 21 Nov - 12:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Echarpe et petits souliers.   Sam 16 Nov - 20:33


« La rosée du matin fait mauvaise fin; La rosée du soir fait son devoir »

Et il apparut dans un nuage de fumée en faisant « pouf ! ». Ou pas ? Les pieds chaussés de bottes dernier cri, refourrées de l’intérieur pour plus de chaleur, une grosse écharpe de laine usée sur le nez, il arpentait les bois de la vallée du vent. Depuis la réouverture des frontières, il n’était pas sorti une fois en dehors des landes de calcifer. Les saisons froides en approche, il avait trop à faire avec ses bêtes qui réclamaient toutes amour et attention. Et nourriture. Or, ce jour, en sortant difficilement du lit, il avait décidé de « prendre sa journée » si on pouvait l’interpréter ainsi. 
 
Ainsi, il s’était vêtu en toute hâte, ne se laissa que quelques minutes devant la glace pour mettre sa large frange en place sur son visage. Derrière celle-ci, des yeux bruns pétillants et invisible. En berger du matin, il avait vite fait de sortir tôt, empruntant le chariot d’un marchand qui passait par là pour faire un bout de chemin, impatient. Une sacoche en bandoulière remplie à ras bord qui dégageait une douce odeur de pain frais et une odeur, plus corsée, de fromage de brebis. Il avait pour ambition de déjeuner à terre. La vallée du vent étant peuplée, il savait qu’il trouverait forcément quelqu’un avec qui déjeuner. 
 
Il ne marchait pas dans le vide, il ne marchait pas pour rien. Il connaissait son trajet. Déposé à l’orée de la forêt, il entreprit de tracer son chemin au travers des arbres, plus imposant les uns que les autres. Pour se faire patienter, et sans doute occuper son esprit, il soufflait son air coloré et appréciait le calme et la musique des bois. « Dimni, n’oublie pas, les arbres écoutent, entendent et parlent. Ils voient tout. » qu’on lui avait dit alors qu’il était encore tout petit. 
 
Ecartant un passage entre deux buissons, il put tomber sur une légère pente d’une dizaine de mètres. Il suffisait de la descendre pour arriver au pied de l’Arbre. Celui avec un grand A. L’Arbre millénaire. Satisfait, il s’avança avec l’ambition d’avancer prudemment. Mais son pied peu assuré et l’herbe, humide et farceuse, lui firent défaut. Il glissa, tomba, et eut droit à l’effet d’une attraction foraine improvisée. Plus surpris qu’effrayé, il tenta d’élaborer un atterrissage délicat. Il réussit, sans épargner une cheville douloureuse, malheureusement. Et en relevant la tête, il se trouva nez à nez avec une jeune personne. 
 
Fille, garçon ? Elle semblait avoir le visage délicat, ses sens en alerte et l’écharpe qui lui mangeait le visage. Il se sentait dans une drôle de posture, lui, à genoux. L’autre en face, debout. Il tenta néanmoins une ébauche de sourire en se redressant tant bien que mal d’une manière des plus naturelles. « Excusez moi, j’espère ne pas vous avoir effrayé. J’ai fait ce qu’on peut appeler une mauvaise chute. »  soufflât-il d’une manière simple en époussetant ses vêtements gris de terre et de poussière. Entre ses mèches blondes, il distinguait une étrange forme noire plus loin. Il fronça les sourcils. Sur qui était-il tombé ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Echarpe et petits souliers.   Jeu 21 Nov - 12:24



Écharpe & petits souliers.

Feat. Chucky

Awakoum avait ricané, un peu par méchanceté. Pas qu'les démons aient l'air foncièrement mauvais, mais fallait bien coller à la réputation. C'était important une réputation, bien trop pour se permettre de distribuer des fleurs à longueur de temps.
Il avait donc bien ri, quand l'autre avait décidé de se vautrer devant Walt.

Walt était pas du genre, très doué avec les gens. Il était du genre à, disons, faire des Masques. Et il s'en était tenu à peu près là.
Du coup, sans trop sursauter, il n'avait tout simplement pas bougé quand la tête velue (avec tant de cheveux, on devait pouvoir parler de velu à son humble avis, mais il était sûrement très critiquable) avait déboulé non loin de ses pieds. Suivie de près par le reste du corps, évidemment.
Le petit sculpteur l'avait juste fixé, avec, disons, de grands yeux. Il avait entendu le petit ricanement et n'en faisait aucun cas. Lui était habitué au petit Démon dansant qu'animait le Masque. Avec une volute qui secoua les feuilles, l'ectoplasme s'était glissé jusqu'à eux, bondissant en criant des "hop-là, p'tit m'sieur, BOUM! Ca gliiiiiss'!".
C'est pas parce qu'on est un démon qu'on est forcément très malin, ein.
Après un coup d'oeil un peu blasé vers la chose qui s'éloignant toujours en rebondissant telle une balle et qui braillait cette même phrase, Walt soupira. Tout en se rappelant qu'en général, fallait aider les gens, c'était toujours plutôt bien vu.

"Y'a pas d'mal. Rien de cassé ?"

Il avait sorti les mains de ses poches, et en avait tendu une à celui qui ne semblait rien y voir avec tant de cheveux.

"J'espère ne pas déranger...J'veux dire, j'suis pas trop, trop d'la région. Vu la taille, p'tet bien qu'c't'arbre est un peu sacré, du coup, si j'gêne pour une prière..."

Ben, quoi. Ca pouvait arriver. Walt avait toujours peur d'offusquer et d'être, en plus de ça, en faute. Du coup, il avait le malheureux tic de se gratter la tête, et de regarder ailleurs. Puis, il se souvint qu'en fait, Awakoum était vachement silencieux. .




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Echarpe et petits souliers.   Mer 27 Nov - 15:39


« La rosée du matin fait mauvaise fin; La rosée du soir fait son devoir »

Le fessier douloureux et le visage sale, Chuky restait sidéré devant l’ombre virevoltante de toute part. Bruyante qui plus est. Drôle de bestiole, se dit-il. Et puis l’inconnu face à lui, qui semblait petit et fin. Mais c’était un homme, ca se sentait. Au pire, autant ne pas faire de commentaire là dessus, on évitait toujours les ennuies. Il accepta la main qu’on lui offrit avec plaisir, hochant légèrement la tête pour répondre à sa question. « J’ai vécu pire ! » s’exclama-t-il en souriant.

Même sous ses mèches blondes, la situation lui paraissait étrange. Il écouta l’inconnu d’une oreille en vérifiant dans son sac si son déjeuner n’était pas endommagé, grâce lui fit le bon dieu, tout était indemne. Puis il reporta son attention sur son interlocuteur, se grattant légèrement la nuque en réfléchissant. « J’en sais absolument rien gamin. Pour tout te dire, j‘prends toujours mon déjeuner sur les bras de maman arbre, c’est agréable. Certaines légendes disent qu’il est bourré de magie spirituelle et tralala. » continua-t-il cependant d’affirmer en marchant tranquillement en rond, il ne tenait pas en place après tout.

Et puis, surtout, cette chose qui gigotait dans tous les sens comme un demeuré. Un don ? Il portait un étrange masque. Etrange et effrayant. Chuky laissa son regard suivre le singe translucide quelques secondes avant de reprendre ses esprits, se concentrant d’avantage sur le personnage en face de lui. Il analysa les images qu’il recevait.  «  Je suis des Landes de Calcifer, je m’appelle Chuky, enchanté ! » affirma-t-il en souriant, car se présenter représenter un signe pacifique.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Echarpe et petits souliers.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Echarpe et petits souliers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» petits aimants pour figurines
» [HL] Mes petits lézards!!
» Les dix petits Weegee (jeux événement)
» mes petits lézards de poche
» Littlest Pet Shop / Mes tout petits amis (Kenner) 1992

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Forêts :: Arbre millénaire-