AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

  Tous les matins du monde sont sans retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Tous les matins du monde sont sans retour.   Ven 1 Nov - 16:20

sont sans retour
Tous les matins du monde

Je traîne la mélancolie derrière moi. Tout est coloré autour de moi, mais je suis grise. Mes couleurs sont parties à la machine à laver. Faut me repeindre.
Et tous les matins du monde sont sans retour. Ils courent, ils fuient et se rencontrent en ce point de l'avenir – ils sont sans retour. Moi, je cours et je fuis mais je n'ai pas d'avenir – je n'ai pas de point de retour.
Je ne sais plus trop ce qui se passe.
Le marché noir, c'est mon royaume.
Mais ce soir, il fait froid, il n'y a personne. Il n'y a que moi et mon masque sur le visage, moi qui attend des clients, moi qui suis fatiguée. Moi qui m'assoupit dans mon magasin.

C'est une partie de belle au bois dormant, en attendant le matin qui sera sans retour.
template by oxymoron of btn


Dernière édition par Gumiho le Dim 3 Nov - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Sam 2 Nov - 13:35

« Il n'est pas jamais prudent de s'assoupir au royaume des brigands... » venait de lancer le duc dans un éclat de moquerie, bien assez fort pour réveiller la dormeuse sur sa chaise en bois, ajoutant : « Après tout, on ne sait jamais ce qui y traîne. »

Duke, qui se tenait au dessus d'elle sa malice pendue au visage, se redressa en tournoyant sur lui -même sur la pointe du talon. Il laissa parcourir son regard sur les différentes marchandises, comme pour laisser le temps à la rouquine de s'éveiller. Après tout, cela ne serait plus drôle si elle ne comprenait que la moitié de ce qu'il pouvait laisser entendre.

« Les affaires se feraient-elles donc rares ce soir ? » Le marché était désert.

(j'ai même changé de code t'as vu (a))
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Dim 3 Nov - 6:17

sont sans retour
Tous les matins du monde

Point de baiser ou de mot doux pour réveiller la princesse. Juste une voix scindante pour me faire quitter Morphée. Je garde les yeux fermés et me recoiffe en quelques gestes brusques – au revoir les mèches qui dansent sur mon visage. Toujours en phase de réveil, je soupire et ne tarde pas à répliquer, sans prendre peine de vérifier l'identité de mon prince pas trop charmant. Je sais très bien à qui appartient cette fois niaise.   « Il y traîne des mouches à merde comme toi. » J'ouvre enfin mes yeux, pour seulement constater que Duke se tenait plus près que je l'imaginais. Je recule par réflexe. Il pue la moquerie.

« Maintenant que tu es là, mes affaires peuvent reprendre. Bienvenue au royaume de la mondanité ! Que puis-je faire pour vous, monsieur ? Que pensez-vous de ce tableau de la Sainte Batilda, volé par mes soins au palais même ? Pour vous endormir avec un ange veillant sur vous... » Et soudain, je bondis aux côtés du duc. Je bats des cils, je m'approche dangereusement de ses lèvres de miel. « Mais je fais un meilleur ange qu'elle pas vrai ? »
template by oxymoron of btn
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Lun 4 Nov - 21:34

Les mots tendres ne tardèrent pas à fuser des lèvres délicates de la demoiselle, tant de vulgarité que ça en serait presque choquant, qui firent éclater le duc de son rire franc de gamin heureux de la vie. Mais, déjà la rouquine relança le jeu, elle bondit à côté de lui et s'approcha pour jouer à un jeu qui n'était pas encore de son âge. Ce n'était encore qu'une gamine, une gamine qui voulait gagner à un jeu de grands.

« Je pense, Mademoiselle, que n'importe qui dans ce monde ferait un bien meilleur ange gardien que la souveraine qui massacre ses propres gens, ne le pensez-vous pas ? » La gamine aux cheveux de feu était proche. Il se baissa jusqu'à ce que leurs peaux se frôlent car lui aussi connaissait très bien ce genre de jeu. Il aurait suffi d'avancer à peine les lèvres pour qu'elles se touchent.

Ses iris safrans s'illuminèrent d'une pointe de malice. Duke était déjà loin, s'étant retiré de quelques pas de danse vers l'arrière, affichant toujours sa mine moqueuse. Ô il savait qu'elle n'irait jamais plus loin et qu'elle ne voulait que lui faire peur, l'effrayer avec quelques manières en l'air.

« N'est-il pas trop tôt pour vouloir jouer comme de grandes personnes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Mar 5 Nov - 4:46

sont sans retour
Tous les matins du monde

J'ai ce sourire charmeur qui ne me quitte pas, ce sourire que j'ai appris afin de faire céder mes clients, ce sourire trompeur – et je suis la première à être trompée. Suis-je encore capable de sourire sincèrement ? Ai-je déjà souri sincèrement ? J'en ai trop peur, j'ai rayé le mot sincère de mon dictionnaire depuis longtemps déjà.
Et Duke aimait jouer lui aussi ; je pouvais sentir son souffle sur mon visage, et ses grands yeux qui me fixaient – Duke est beau et jamais je ne le reconnaîtrai. Gumiho ne reconnaît jamais rien, telle est la règle. J'ai le cœur qui bat fort, j'ai le cœur qui aimerait s'évader de ma poitrine, et ma poitrine qui me serre, et j'aimerais que nos lèvres se touchent mais Duke n'est déjà plus là, Duke ne joue plus à mes jeux d'enfant.

Je retourne derrière mon comptoir, déçue. « J'aime l'audace et la grandeur de notre souveraine, tout est spectacle chez la Sainte Batilda, tout est fête, même la mort. » Je sens mon regard s'assombrir, j'aime la frivolité de la Cité et c'est dans l'indécence que j'ai grandi, mais je ne sais plus si je m'y plais. Mon sang se glace en repensant à l'exécution publique d'Envy. « Il est toujours trop tôt pour se brûler les ailes, mais toi et moi, on a été jetés 'trop tôt' dans la cage aux lions de toute façon. » Moi surtout.
template by oxymoron of btn
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Mar 5 Nov - 23:11

« Oh crois-moi que ceci n'avait rien d'une quelconque fête, c'était un avertissement et cela n'est pas forcément bon signe pour nous, voleurs...  » Le sourire de Duke s'était légèrement terni, sa décontraction joyeuse s'était soudain crispée en quelque chose de moins jovial. Il n'évoqua pas la révolte qui pourrait grouiller, pousser, grandir et se déverser dans les rues de la ville glorieuse, pas la guerre qui s'échauffait dans les esprits ou les nuages noirs jais qu'on pouvait apercevoir dans l'horizon. Non, bientôt l'on n'aurait plus rien à envier à personne parce que tout le monde serait terré, la peur au ventre dans l'attente d'un ciel plus clément. Il n'en dit rien, que par sa mine trop sérieuse, l'espace d'un instant.

« Allons, gamine serais-tu lassée de cette vie de bandit et de jouer avec les hommes ? » Lança-t-il moqueur, reprenant la totalité de son insouciance, alors qu'il lui tendit sa main par dessus le comptoir.

« Laisse-moi t'apprendre quelques pas...Tout ce qu'il manque à cet endroit, c'est un peu de jazz pour l'illuminer, du jazz à t'en faire danser jusqu'à décoller ton petit cœur parce que ce soir, tout ce bazar n'appartient qu'à nous. » Duke embrassa l'endroit du bras comme pour montrer leur royaume, leur royaume de babioles plus ou moins chères, leur royaume de trésors qui ne valaient rien.

« Tu as bien ça, non, un tourne-disque avec un bon morceau de jazz ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Mer 6 Nov - 10:04

sont sans retour
Tous les matins du monde

J'ai ce sourire charmeur qui m'a quitté – c'est à présent un sourire à demi-teinte, et ce sourire là est sincère. Une demi-teinte, du noir, du blanc, quelques couleurs ternies. J'ai l'impression de voir le monde tourner au ralenti, où sont passées les couleurs ? J'aimerais courir après, mais je ne sais où aller. C'est un sourire triste et amer, le seul que je sais esquisser.
J'écoute Duke parler, et je comprends tout de suite les mots qu'il tait, les problèmes qu'il ne soulève pas. J'y réponds par un regard indifférent, et s'en suit un long silence plus évocateur que n'importe quel discours. Mais ce silence traduit mes sentiments mieux que n'importe quelles paroles. De la lassitude. De l'amertume. Pourtant, les rivières continuent de couler malgré tout, et tous les matins se succèdent sans retour : il faut tourner la page.

Alors Duke me tend la main.

« Lassée ? Jamais, Duke, jamais. Je m'y plais parmi les escrocs, dans ce monde sordide et malhonnête. » Je m'y plais parce qu'il y a toi. « Tu sais que je suis incapable de faire un seul pas de danse ? » Malgré mon agilité. « Tu fais une erreur je crois. » Celle de me fréquenter.
Je lance la musique et me joins à mon camarade des bas-quartier. Mais Duke n'appartient à ce monde, lui, son insouciance et son innocence. Je n'aime pas le savoir ici. Mais j'aime le voir briller au gré du vent, j'aime le savoir en train de se balader sur les toits ; je l'aime voleur. « Je joue pas avec toi, tu sais ? »
J'en sais rien.
template by oxymoron of btn
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Mer 6 Nov - 18:38


« Doucement...» Souffla-t-il, l'entraînant loin de son comptoir froid quand leurs mains se joignirent et que le vinyle commença à tourner de cette façon caractéristique qu'il aimant tant, laissant les premières notes de piano s'élever dans les airs. La danse du voleur était lente: quelques pas en avant, quelques pas en arrière, quelques mouvements de bras et il la fit doucement tourner sur elle-même de façon à ce qu'elle puisse se caler sur lui. Il n'y avait qu'à fermer les yeux pour se laisser entraîner dans le chant sensuel des instruments jusqu'à s'y perdre.

« J'aime les erreurs...Le monde serait d'un extrême ennui s'il n'y en avait pas, ne pense-tu pas ? Un monde sans erreur, sans hasard, sans surprise où l'on sait d'avance le cours de nos destins.» Il aimait les explosions, les inattendus au détour des carrefours, les aventures saugrenues, les jambes qui tremblent sur le point de se plier, l'esprit en vrac et l'estomac noué au bord des lèvres. La vie dans toute son inconstance, toutes ses possibilités à portée de main qu'il fallait juste saisir.

« Ni toi, ni moi, ne changerons le monde mais, il n'appartient qu'à nous de faire de notre vie le plus magnifique des aventures comme un morceau de jazz. » Duke qui l'avait gentiment envoyé valser, la ramena à nouveau près de lui. « Nous savons tous les deux que je le saurais, si tu jouais maintenant, non ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Jeu 7 Nov - 15:04

sont sans retour
Tous les matins du monde

J'ai toujours cru que Duke n'était rien d'autre qu'un fou divertissant, qu'il n'était qu'un pion qui agissait selon mes désirs. Mais lorsqu'il est physiquement proche de moi, là, comme ça... je ne sais plus. Si tout n'est qu'un jeu... non, j'en sais rien. Et désormais, c'est Duke qui mène la danse. Je me laisse entraîner dans un tourbillon de nouveaux sentiments. Je me sens légère, je me sens flotter sur un nuage blanc. Est-ce donc ça... est-ce donc ça... Non, je chasse le mot de mon esprit.
Mais mon corps répond avec enthousiasme aux notes de piano, à ces voix suaves, et surtout à Duke qui me guide. Je suis hésitation et maladresse, mais je suis bonheur et niaiseries... Gumiho, réveille toi, ce n'est pas toi.   « Tu as toujours raison, Duke. Tu es une erreur toi-même, en fait. » Tu es une erreur et le monde serait d'un extrême ennui si tu n'étais pas là pour m'emmerder. Je virevolte un peu, et Duke me ramène à lui. Je tourbillonne telle une feuille bercée par une brise, et je ne sais plus trop ce qu'il se passe.   « Je comprends rien à ce que tu racontes, cherche pas. »  Je n'ai jamais aimé ces beaux discours et ces leçons de vie, je n'aime que le concret – l'or que l'on sent glisser sur ses doigts, les doigts qui glissent le long de mon dos. Mais les mots de Duke m’enivrent, et tandis qu'il me ramène de nouveau vers lui, je me perds entre les paroles de la chanson :  it only took a kiss. Je me rapproche un peu plus, je m'aventure dans cette zone de danger à nouveau, je m'approche de lui...

Je lui marche sur les pieds.
template by oxymoron of btn
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   Lun 11 Nov - 11:36

« Je suis une erreur engendrée par des erreurs et c'est ici que les erreurs du monde finissent...» Il fit un mouvement de tête pour indiquer la surface.  Ils étaient bandits, voleurs, hors-la-loi : ils avaient menti, volé, trahi, tué. On trouvait en chaque habitant de Skies Kingdom une erreur, une tâche derrière leurs sourires et leurs cris de justice, tous avaient péché et ils s'étaient retrouvés coincés ici, en espérant avoir une vie meilleure peut-être. Et pour les autres, ceux qui n'avait jamais vu l'autre monde, ils n'étaient que le produit de l'union de deux échecs.

Duke éclata une énième fois de rire, alors qu'il se laissait porter par le rythme tranquille de la mélodie. Et ils auraient pu rester comme ça toute la vie, toute l'éternité, le vieux tourne-disque qui tourne encore et encore, eux roi et reine d'un monde de rien avec leurs couronnes en pacotille à parler dans le vide, de tout, puisque tout leur appartenait juste ce soir.

Mais la petite fleur était encore maladroite dans ses gestes : elle venait de lui écraser les pieds. Lentement le duc se dégagea les pieds, sans pour autant lâcher sa main, encore enivré par le rythme.

« Doucement, c'est le jazz qui te fait cet effet ? » Toujours une pointe moqueuse dans la voix alors qu'il se connaissait le premier à se perdre entre les saxophones et les pianos. Le voleur l'attrapa par la taille pour la renverser en arrière. Ils jouaient à un jeu, un jeu qui sonnait dangereux, un jeu où l'on se brûlait les ailes. Il la redressa, les faisant tourbillonner, jusqu'à ce que s'élèvent dans l'air les dernières notes.

« Pas trop fatiguée Gamine ? On essaie quelque chose de plus rapide ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tous les matins du monde sont sans retour.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tous les matins du monde sont sans retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Enquête Sans Retour
» l'Ordre du Faucon.
» katana pour tous :D
» [Blog] Les Angels of Last Resort sont de retour...
» la forêt sans retour........quoique ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Marché noir-